REMOBOKO at Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg

In this workshop, explicitly designed for doctoral candidates and postdocs, the Remoboko research team will present its work, and discuss the methodological difficulties associated with researching a sensitive topic from an ethnographic perspective. Finally, members of the team discuss the challenges of completing their PhDs within a research project.

Presentations

“The innocent spy who came in from the cold: Fieldwork in the Sahel and self-reflexivity”, Vincent Favier

“Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition”, Bello Adamou

“A “Yovo” Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”, Dr. Frederick Madore

“‘Who is your father? What family do you belong to?’ and ‘Patience, I’ll call you back!’: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel”,

Dr. Abdoulaye Sounaye

Three Questions to Vincent Favier

REMOBOKO Junior Research Fellow and a doctoral candidate at the  Leibniz-Zentrum Moderner Orient in Berlin

Can you tell us more about the nature of students’ debates on campus at the Université Abdou Moumouni in Niamey?

Talking and debating on campus is probably one of students’ favorite activities, especially in the Faculty of Arts and Humanities, which has the greatest number of enrolled students among all the faculties. Students often talk about the current social, political, economic and sometimes religious affairs occurring in the Nigerien society. But they’re very keen on discussing international “hot” news too. The security situation in the whole Sahel region, the presence of military forces in Niger and its neighbouring countries, ongoing geopolitical conflict in the Muslim world, etc. What happens in France is often scrutinized. Debating is part of students’ daily interactions, within friend circles, between classmates or roommates. But this activity may take place in a rather formal way too. Student groups often organise conferences followed by debates at the Place AB, an amphitheater that welcomes all kinds of activities and gatherings dedicated to students. These groups are for instance the Student Union, the Christian or Muslim student associations, but also smaller groups like the student club of a faculty department (philosophy, sociology, psychology, etc.), student “embassies” (student clubs coming from the same Nigerien region or town) or even a Panafricanist group. To some extent, the campus is a snapshot of the Nigerien society with a few international students coming mostly from West African francophone countries. Although Nigerien Muslims form the largest of these groups, the campus’ diversity fosters rich debates on a variety of topics. What caught my attention is the way students address their history. History in Niger and West Africa is intriguing because it seems to be very much in the making, something that still needs to be agreed upon. Because of this greater social diversity as I highlighted above, people seem to acknowledge the importance of formulating and bringing different historical narratives together and producing a broader national one for a relatively young republic that has been independent since 1960. This process needs a consensus that is hard to reach as many groups address the past differently.

What is precisely at stake in these historical narratives?

I think the diversity of the socio-religious, ethnic and diasporic landscape found on the university campus is fascinating because it shows how crucial history is for nation-building. And this is what the university is – or was – supposed to achieve from its inception in the 1970s in Niger: to produce the future ruling and administrative elites of the new, independent nation. This process is fundamentally a negotiation between several actors, especially politicians and historians. Students – and not only history students – may have a say too as they become conscious of their social and intellectual status and of the role they might play at a later stage in society. But it is also an ever changing process and negotiation as society and its social constituencies and sensibilities evolve through time. Today’s Niger don’t face the same challenges as during the first decades following independence, and so does the university. For instance, religious actors who pervaded the university sphere a couple of decades ago try to participate in this endeavour. Producing history is not just about writing scholarly books. Different speakers may disseminate their own interpretation, version, or vision of history and contribute to fuel debates on historical knowledge and truth. These debates are crucial to grasp because they indicate what kind of historical narratives dominate, and what it tells us about the present context. In other words, specific interpretations of the past highlight very much the actors’ agenda but also what their audience wants to hear and yet memory is necessarily selective. By listening to only certain sets of historical narratives, students may not be able to reconnect a – mostly distant and forgotten – past with the present they want to change. A historical fact that is mobilised again and again in students’ rhetorics is the French colonial era. The immorality of this era and its deceptive, inauthentic and inadapted legacy – in other words, some characteristics of the word boko, broadly meaning secular education – are thus targeted by students, but also and maybe mainly by religious actors.

What narratives are mobilised about the colonial era?

Students at the UAM are mostly concerned with daily things that relate to their future individually. Will they get their diploma? Will they find a job? Will they earn enough money? Who are they going to marry? But some of them seize these debates as they feel they may play a role, have an impact or even change society, bring Niger forward. They start by trying to shape their social environment and engage with such questions and debates on the history of what is currently called Niger and issues inherited from the past and the colonisation can be addressed and wounds healed. Of course, a dominant discourse condemns the persistence of colonialism – neocolonialism – and thus refuses to see in it something that belongs to history. In fact, this part of history is not contested. What is contested is its interpretation in a current context, and here is where religious discourses come into play. For the campus imam, Islam had provided people with human rights long before the enlightenment thinkers did. For Christians, one would jump back to the life of early Christians to find biblical narratives that help them make the difference as a minority in their society. For Panafricanists, Christianity may be criticised because of its link to colonialism and one should remember that Africa had a civilisation before Europe had. While most of the actors often remind their attachment to Niger, they mobilise religious frames that go far beyond the borders of this republic, both in time and space, and thus may conflict with each other. Bringing these different sensibilities and interpretations of the past into a collective, national one, is the greatest challenge that politicians, religious leaders, historians and students face these days for their political project. These actors mobilize metanarratives – whether Islamic, Christian or Panafrican (drawing on the Kemet for example) and set them as an encompassing historical frame, rather than make them fit into the national context. The way history is constructed between global and local pasts is insightful in the Nigerien context as individuals and groups try to reconnect with their past, but also to cope with a painful colonial past that shook or even erased large parts of the history of today’s Niger. The question of historicization is crucial in the university context we’re researching because it is the site of national knowledge production but also a political tool of the nation for training new social and political elites.

Journées de commémoration du mouvement historique du 9 février 1990

Une certaine agitation règne sur la cité universitaire en ce matin du 09 février 2021. Nombreux sont les étudiants qui portent un T-shirt blanc floqué du logo de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), et une inscription au dos : « 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 ». Trente et un ans plus tôt, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) sortaient dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement du Général Ali Saibou et la tenue d’élections démocratiques libres et indépendantes. Marquée par des débordements et des confrontations avec les forces de l’ordre, cette manifestation avait connu un épilogue tragique, se soldant par la mort de trois étudiants, tombés sous les balles de l’armée. Ce combat, que Mamane Saguirou, Issaka Kainé, et Alio Nahantchi avaient payé du sacrifice de leur vie, ne fut pas vain : il créa un électrochoc social et politique qui initia la tenue de la conférence nationale souveraine du Niger du 3 juillet au 29 novembre 1991. Doté d’une nouvelle constitution, le pays entrait de manière douloureuse dans un long processus de démocratisation.

Le syndicat des étudiants réunit ses sympathisants avant de débuter la marche du 9 février. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Depuis, la donne politique nigérienne a changé. Le 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 est arrivé dans un contexte particulier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Pour la première fois de sa jeune histoire, la République du Niger allait faire l’expérience d’une transition démocratique du pouvoir. Le président sortant, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, arrivait au terme de ses deux mandats et n’avait pas cédé à la tentation de modifier la constitution pour en effectuer d’autres. Un fait assez rare pour être souligné, tant ce phénomène continue de se produire dans de nombreux États d’Afrique subsaharienne. Conscients du chemin parcouru, les étudiants, guidés par leur syndicat, l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), ne baissent néanmoins pas la garde pour autant. On spécule beaucoup quant à la réelle transparence et indépendance d’une élection dont le candidat favori, Mohamed Bazoum, est issu du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), qui est aussi celui du président sortant. Ce que les étudiants commémorent avant tout, c’est la mort de leurs camarades, pour lesquels la justice n’a toujours pas été rendue. Un comble alors même que le président au pouvoir, S.E.M. Mahamadou Issoufou, faisait partie de cette génération d’étudiants des années 1990.

Les membres du service d’ordre du syndicat étudiant canalisent la foule d’étudiants sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Au fil des décennies, cette marche commémorative est devenue la « mère des marches » estudiantines, comme un membre du Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens aime à le rappeler. Cette marche, qui part du campus universitaire et s’arrête de l’autre côté du fleuve Niger, à un carrefour stratégique de la capitale non loin de la présidence, rassemble quelques milliers d’élèves, d’étudiantes et d’étudiants de Niamey. Certains font même le voyage depuis d’autres villes du Niger pour y participer. Elle est à la fois un rituel et une démonstration de force. Aux alentours de 10 heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle sur le pont Kennedy et traverse le Niger, coupant un des axes majeurs de la circulation. La police et les forces de sécurité se font discrètes. Aisément repérables grâce à leurs T-shirts rouges, les membres du service de sécurité du syndicat étudiant donnent de la voix et des ordres. Ils prennent le contrôle de l’espace public le temps de la marche. Comme dans toute manifestation, les premières lignes du cortège sont les plus galvanisées et virulentes. Elles doivent être canalisées pour que les membres des deux syndicats étudiants, l’USN et l’UENUN, puissent marcher librement en amont du cortège. Seules les équipes de presse sont autorisées à les suivre et les filmer. Le succès de cette démonstration de force repose autant sur sa mise en scène que sur sa médiatisation.

En amont du cortège, le Secrétaire Général de l’Union des Étudiants Nigériens de l’Université de Niamey donne une interview à la presse sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Pour la première fois cette année, les syndicalistes ont introduit une nouveauté à la marche du 9 février. Ils marquent une première pause au début du pont. À leur signal, le cortège s’arrête et se fait silencieux. Les dirigeants des syndicats s’agenouillent en cercle et entament une prière collective, aussitôt imités par l’ensemble du cortège. Les paumes des mains tournées vers leur visage, ils murmurent une prière individuelle, avant de passer plusieurs fois les mains sur leur visage. À l’image de la société nigérienne, l’écrasante majorité des étudiants est musulmane. Pour un syndicat qui revendique haut et fort une appartenance et un héritage marxistes-léninistes, cette mise en scène peut sembler paradoxale à première vue. En réalité, elle témoigne d’un impact grandissant de la religiosité, en l’occurrence islamique et, à moindre mesure, chrétienne, sur le campus. Tout en gardant une apparence « rouge », les leaders étudiants ne peuvent plus faire abstraction de la religiosité des « camarades ».  Si leur discours anticolonial et anti-impérialiste puise abondamment dans l’idéologie marxiste, toujours en vogue, les idéaux de bonne gouvernance et de justice sociale s’inspirent désormais davantage du Coran. Pour bien marquer le coup, le syndicat a répété cette prière symbolique une deuxième fois en arrivant au bout du pont.

Les leaders du syndicat étudiant prient en mémoire des martyrs sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

D’après le Secrétaire Général du comité directeur de l’USN, cette nouveauté doit permettre de maintenir une forte mobilisation des étudiants pour la marche, alors que le souvenir du 9 février 1990 et de ses victimes s’éloigne un peu plus tous les ans. Une fois le pont traversé, et alors que le discours du Secrétaire Général devant les médias se fait attendre, l’excitation diminue et la vague humaine qui a déferlé reflue presque aussi vite qu’une onde percute un mur. Déjà la foule commence à se dissiper et des groupes d’étudiants traversent le pont dans l’autre sens en direction du campus. Mais le devoir de mémoire ne se limite pas à la « mère des marches ». Plus tard, une soirée culturelle est organisée sur le campus à la Place Amadou Boubacar, du nom d’un autre « martyr » également tué par l’armée lors d’une manifestation estudiantine. Depuis quelques années, les étudiants y jouent une pièce de théâtre montée par un dramaturge nigérien, qui reconstitue les évènements avec autant de gravité que de dérision.

Un membre du service d’ordre du syndicat étudiant dans une chambre du campus avant le départ au cimetière. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Une semaine plus tard, c’est une autre représentation, sociale et politique cette fois-ci, qui se joue dans les rues de Niamey. Toujours sous la houlette de leur syndicat, les étudiants se rendent au cimetière musulman du quartier populaire de Yantala pour se recueillir sur les tombes de leurs trois camarades tués en 1990. Plus impressionnante encore que la marche réalisée une semaine plus tôt, les étudiants traversent une grande partie de la ville sous un soleil de plomb jusqu’au cimetière. En tête de cortège, les leaders des syndicats et leur service d’ordre prennent littéralement le contrôle des rues qu’ils traversent. Pas une voiture, une moto ou une bicyclette n’est autorisée à se frayer un chemin lors de leur passage. Ceux qui osent le faire sont sévèrement appréhendés par les gros bras du service d’ordre, qui leur confisquent souvent les clés du véhicule. Les forces de police ne sont visibles nulle part. La rue appartient aux étudiants, et c’est bien là le message que le syndicat envoie aux dirigeants : il faut toujours compter sur les syndicalistes et sur leur capacité de mobilisation. Dans un contexte de commémoration de martyrs, l’utilisation de l’islam comme force fédératrice démontre aussi l’étendue de leur créativité politique.

Les membres du service d’ordre dégagent la chaussée en direction du cimetière musulman de Yantala. Avenue de l’Indépendance, Niamey, Niger. 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Muslim associations from secondary to higher education in Niger: shaping good Muslims, producing new citizens

On November 11, 2021, Vincent Favier gave a talk at the Symposium on Education in Muslim Societies co-jointly organised by the Indiana University and the International Institute of Islamic Thought. His presentation was entitled “Muslim associations from secondary to higher education in Niger: shaping good Muslims, producing new citizens”.

L’association chrétienne “Campus Pour Christ” accueille les nouveaux bacheliers

Réunir les étudiants au-delà des dénominations de leurs églises, les accompagner à vivre leur foi et diffuser « le vrai message » du christianisme auprès de ses cibles tels sont, entre autres, les objectifs que s’est fixé le Campus Pour Christ (CPC) sur le campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, un espace à dominante musulmane. Ainsi, il vise à fédérer les chrétiens au-delà de leurs appartenances individuelles dans un milieu où ils se trouvent en minorité.  Pour atteindre ses objectifs, le mouvement mène diverses activités auprès des étudiants chrétiens, sur le campus, au siège, situé à quelques minutes de marche de l’université, et/ou dans une église donnée. Lors de celles-ci, les étudiants musulmans sont aussi invités à y participer. Cette invitation a un double objectif qui est à la fois d’ordre social et d’ordre prosélytique. Au niveau social, les activités contribuent à la cohésion sociale entre les deux communautés religieuses ce qui facilite éventuellement le prosélytisme dans l’espace universitaire.

Le siège de « Campus Pour Christ » à Niamey. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Parmi les activités qu’organise le CPC sur le campus ou dans son local, on note la séance de lecture biblique hebdomadaire à la faculté des lettres et de sciences humaines appelée « Apportez Votre Bible » (AVB) ; les conférences débats sur des questions religieuses, académiques ou sociales ; des formations diverses (sur la vie du couple, l’entrepreneuriat, etc.), des animations culturelles, l’évangélisation, ou encore l’accueil des nouveaux bacheliers. Cette dernière activité est organisée chaque année à la reprise des activités académiques des étudiants. Elle vise à faciliter les contacts entre les nouveaux étudiants et leurs aînés ; présenter l’organisation aux nouveaux venus ; leur prodiguer des conseils ; etc.

Les étudiants arrivent au centre et s’enregistrent. 21.01.2021, Niamey, Niger
Photos : Bello Adamou Mahamadou

Une soixantaine d’étudiants patientent, assis sur des chaises en plastique installées dans la cour du centre. Le haut-parleur crache une musique de type pop américaine. Les deux principaux représentants de l’association Campus Pour Christ, Maliki, un Nigérien, et Kirk, un Américain, ouvrent la cérémonie. La soirée commence par des jeux. Kirk, s’exprimant en Français, demande par exemple aux étudiants présents de se lever à l’annonce de la faculté dans laquelle ils étudient, ce qui permet non seulement aux étudiants de voir en un clin d’œil tous ceux qui font partie de leur faculté, mais aussi aux membres de l’association de prendre connaissance de la répartition des étudiants par faculté. Or, ceci est crucial pour l’organisation de leurs activités sur le campus et pour repérer dans quelles facultés ils sont susceptibles de réunir le plus de monde. La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) est de loin celle qui compte le plus d’étudiants présents ce soir-là. Habituellement, le CPC donne rendez-vous aux étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les lundis à midi dans une salle de cours pour une session de prière et de lecture de la Bible. Malgré l’importance du contingent de Chrétiens dans ladite faculté, il n’est pas rare que cette réunion hebdomadaire soit annulée parce qu’aucun d’entre eux ne s’y est rendu. Le jeu se poursuit. On demande à ceux qui ont déjà voyagé en avion, qui ont déjà vu l’océan, de se manifester en se levant, ce que font très peu d’étudiants. On demande aux étudiants de se lever lorsque ceux-ci entendent leur couleur préférée. Toutes ces questions posées ont l’ambition de faire socialiser les étudiants et de créer une dynamique de groupe d’une manière ludique.

La soirée se poursuit avec le témoignage de Bachir, un des anciens cadres du CPC. Celui-ci rappelle la mission de l’organisation : fournir un soutien aux étudiants chrétiens dans leur formation religieuse, dans leur relation avec Dieu. Il ne s’agit pas que d’un simple soutien. “Être au CPC, c’est avoir la certitude du salut !” affirme-t-il. Un des objectifs principaux de l’organisation est aussi d’évangéliser, ce que l’intervenant rappelle en ces termes : « nous voulons évangéliser à notre manière en milieu musulman ». Il n’en précise pas pour autant les modalités mais met l’accent sur les enseignements de la relation avec Dieu : « Qui suis-je en tant que Chrétien ? », demande-t-il. Il ajoute : « la vie avec Dieu conditionne tout. » Et cette vie se veut équilibrée, à la fois spirituellement et socialement.

Le témoignage d’un des anciens cadres du CPC. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photos : Vincent Favier

Bachir dit qu’il a eu la chance de voyager beaucoup grâce au CPC, notamment dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Un léger murmure parcourt l’assistance, il se reprend : « non, pas la chance, la grâce ! ». Il s’est notamment rendu au Kenya pour un forum international chrétien. Il fait l’éloge de l’organisation ainsi : « avec le CPC, vous gagnez beaucoup ! » Maliki s’empresse de nuancer : « Attention, on n’est pas en train de vous dire que vous allez voyager ! » Les étudiants rient. C’est un rêve que beaucoup partagent ouvertement : sortir une fois du Niger, voyager ne serait-ce que dans les pays limitrophes, voir l’océan, un jour. Il en profite pour rappeler que le CPC ne fait aucune exception, il rassemble toutes les Églises. Cette aspiration à transcender les dénominations, fortement ancrées dans le paysage chrétien Ouest-Africain, se retrouve chez la plupart des groupes de jeunes chrétiens. Ceux-ci sont répartis en différents foyers autour du campus et tentent de rassembler largement leur communauté à chacune de leurs activités. Cette volonté ne se concrétise pas vraiment puisqu’aucun des groupes existants n’a jamais fusionné avec un autre.

La soirée se poursuit avec un interlude musical. Les membres les plus âgés sont invités à chanter l’hymne du CPC devant les nouveaux bacheliers. Puis c’est au tour d’un autre ancien cadre, un des pionniers de l’association au Niger, de témoigner.

Papa Até, tel que l’on nomme, raconte l’histoire du CPC, depuis sa création par le Dr. Bill Bright en 1951 à l’université de Californie, à Los Angeles. Dr. Bill Bright a un diplôme d’enseignant-chercheur. Son ambition est d’abord matérielle jusqu’à sa rencontre avec une femme qui éveille sa spiritualité. Il s’inscrit alors à une école de théologie. Une nuit, dieu se serait révélé à lui. C’est cette vision qui a donné naissance au Campus Pour Christ. L’objectif est de « gagner les étudiants pour Jésus », car il constate que les étudiants sont livrés à eux-mêmes. En 1958, le CPC gagne la Corée du Sud, puis l’Afrique de l’Ouest, d’abord Lomé et ensuite le Niger en 1992.

Le logo de l’association chrétienne « Campus Pour Christ » sur la porte du siège. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Papa Até demande à l’assemblée : « quel rôle peut jouer l’étudiant dans son environnement ? » Le « rôle » est un mot qui revient fréquemment dans des conférences organisées par et pour les étudiants sur le campus. Les étudiants, conscients de leur impact potentiel sur la société, s’interrogent souvent sur leur rôle et leur apport dans les questions de sociétés, notamment celles liées à l’extrémisme religieux et au terrorisme. L’intervenant ne manque pas de rappeler que « le CPC veut le bien-être de l’étudiant et sa réussite ». Il cite l’évangile de Matthieu, chapitre 28, versets 19 et 20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Papa Até conclut son discours ainsi : « C’est grâce aux enseignements du CPC qu’on a le salut. Cela donne aussi l’assurance, la confiance pour témoigner auprès de vos camarades. »

Maliki reprend la parole et clame : « soyons des imitateurs de Jésus Christ ! » Se contenter de s’en inspirer ne suffit pas pour évangéliser. On approche de la fin de la soirée. Maliki présente ce qu’il appelle « l’applaudissement campusien » : tout en frottant longuement ses mains l’une avec l’autre, il dit : « On va chauffer à 100 degrés… à 120… à 150 degrés ! » et il commence à frapper dans ses mains un rythme particulier, court, saccadé, accompagné par les anciens membres. Avant d’inviter les participants au repas tant attendu, il rappelle que le CPC dispose d’interlocuteurs au centre pour tous ceux et toutes celles qui auraient des questions d’ordre sentimental. Il donne aussi rendez-vous à la session de prière tous les lundis à la Faculté des Lettres. Répondant à une ultime question, il conseille aux étudiants de venir avec la Bible en version papier plutôt que d’utiliser son smartphone, avec lequel on peut être facilement distrait.

La soirée d’accueil des nouveaux étudiants a servi de cadre de rencontres et de retrouvailles entre les nouveaux et les anciens étudiants d’une part, et les étudiants et les anciens cadres d’autre part. Elle a mis en contact ces étudiants chrétiens dans un milieu où ils restent en minorité. Alliant jeux de divertissements et témoignages des anciens cadres, la soirée a permis de briser la glace entre les participants et ainsi faciliter la sociabilité. En outre, le CPC a profité de cette rencontre pour présenter ses missions et objectifs auprès des étudiants, que les organisateurs, de leur propre aveu, ne pensaient pas avoir si nombreux.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier

“Allah liberates people from fire at each fast-breaking, each night”: Ramadan at the Université Abdou Moumouni de Niamey

A banner scrolls at the bottom of the TV screen during the news on Télé Sahel, Niger’s national channel: the thinnest moon crescent has been sighted in Zinder and Maradi, two major southern cities close to the Nigerian border and considered as cradles of Islam in Niger. The holy month of Ramadan is officially starting although one couldn’t see the moon yet in the western part of the country and Niamey, the capital city. Some people don’t rely on such reports and prefer to start fasting when they see the crescent by themselves, invoking that it is how the Prophet Muhammad did. Following precisely the steps of the Prophet is crucial during the holy month. Yet the majority simply follows official statements given by religious authorities, and Ramadan remains a collective, nationally organised event.

On April 13th in Niamey, the thermometer reads 43°C. Fasting, and not drinking in particular, from roughly 5 AM to 7 PM during the hot season is a real challenge for many. Some male students use this opportunity to show their determination and endurance capacities. Regardless of gendered attitudes, most people can’t wait to start fasting. A general excitation and craze characterize the days before and the first days of Ramadan. Finally! One will dedicate more time to prayers, to read the Qur’an, and thus increase one’s chances of going to heaven.

On the campus of the Université Abdou Moumouni de Niamey, the Association des Étudiants Musulmans du Niger organized a few conferences before and during the first days of Ramadan. The topic “How to do the Ramadan successfully?” attracted many students to the talk given by an Islamic scholar or Oustaz invited for the occasion. One of these conferences took place at the Faculty of Arts’ mosque, attended by roughly a hundred male students sitting outside on mats while female students gathered inside the mosque. The Oustaz presented the meaning and objectives of fasting during Ramadan and emphasized the necessity to perform it as the Prophet did so as to get closer to Allah and to multiply one’s chances of entering heaven. The questions asked by students after the lecture mostly focused on practices and on a variety of hypothetical situations. Students are afraid of anything that could invalidate their Ramadan.

Conference “How to do the Ramadan successfully?” 15.04.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Prayers on campus during Ramadan gather more people than usual, especially at the beginning of the holy month. The most important prayer is undoubtedly the last one of the day, Isha. In Sunni Islam – the major trend on campus –, one must perform four Rak’ah (a Rak’ah is a cycle of praying movements) during Isha’ prayer. Yet during the holy month, this number rises to 17 Rak’ah at Isha’ so that the prayer lasts almost forty minutes instead of ten. Although several mosques surround student halls, male students like to gather at the former bus stop, a sandy and empty square located right after the campus main gate. During the first nights of Ramadan, the attendance was so massive that the row of prayers slightly impinged on the campus main road. Unlike in some places in town during Friday prayers, it didn’t block the traffic. This massive student presence during prayers did not last more than a week. Fewer students would gather for prayer in that space after a couple of weeks, and many would start leaving before the end of the prayer. But other groups would unconditionally perform this prayer until the end and gather for a session of collective Qur’anic recitation, sitting on mats in a corner of the square.

“Descending” the Qur’an – reading it completely – at least once during Ramadan is highly encouraged, and almost compulsory for those who can read Arabic. Although translations are available, reading the Qur’an in Arabic is much more valued. In fact, some students who regularly attended Qur’anic schooling may know how to read Arabic but don’t necessarily understand it. Yet, a majority of university students today come from the public schooling system and couldn’t acquire such skills by lack of time or interest. For this reason, the Muslim student association offers courses on how to read the Qur’an in 12 lessons. As attractive as it may sound, very few students attend the course. Nevertheless, students often take time during their day to go to the faculty’s mosque and recite a few Qur’anic verses. During Ramadan, the melody of murmuring voices of readers reciting verses faded down day after day and was soon replaced by the constant snoring of tired bodies between seminars and daily prayers.

Students sleeping during the day at the Arts Faculty’s mosque. 10.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Students and lecturers are exhausted after a couple of weeks of fasting. The usually loud and joyful campus life during the day gave way to a silent and strange atmosphere. Crushed by the heat, students seek shelter in their dorms during the day or some hypothetical fresh air during the night, sleeping under the stars on the halls’ rooftops. Many lectures and exams were cancelled during the fourth and last week of fasting.

It is only when dusk breaks out that the campus finally wakes up as people gather for Maghrib prayer. In observance of an official and widely spread Ramadan schedule, Muslims can break the fast a few minutes before the evening prayer, drinking for the first time after roughly 14 hours of drought. Like the prophet did and recommended, they would start by eating an odd number of dates (usually three) to break the fast. The collective meal is often taken between the two evening prayers. Beyond the pleasure of drinking and eating again after a long day of abstinence, it is a crucial time for exchange and socialization. Many student clubs and associations try to offer once or even several times a collective diner to their classmates or members and thus enhance their reputation. For this purpose, associations often rely on the help of international Islamic NGOs. Subsidizing food supplies during the holy month seems to have turned into a moral economy. Indeed, alms-giving during this month is much more rewarded and supports donors’ quest for paradise. For instance, the leader of the Student Union obtained from a Nigerien businessman a cheque of 20 million FCFA to finance free meals at the campus restaurant for all students during the whole month of Ramadan, a news that rapidly spread on social media.

Students breaking the fast collectively in front of the “Club of philosophy students” 07.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Despite the hardship of performing Ramadan under exceptional climatic circumstances, Muslims find courage and motivation again toward the end of the holy month. Most of them would seek the benefits of Laylat al-Qadr, the night of fate, among the odd last nights, a moment that shall give more chance to Muslims to enter paradise. Massive collective prayers would take place during this time on two different sites on campus, the one outside led by the Tijaniyya, a Sufi order, the other in the Friday Mosque, led by the Sunni-Salafi, from approximately 1 AM to 4 AM.

Seeking Laylat al-Qadr: collective night prayers at the main campus mosque. 09.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Foto: Vincent Favier

Nights turned into days, days into nights, and time seemed to stop until the liberating final sermon of Eid al-Fitr. Gathering at one of the campus mosques, the Cheikh warned off Muslims that this Islamic celebration should not become a mere social event. Traditionally, at the end of Ramadan, everyone asks their friends and relatives to forgive them for all the wrongdoings they might have committed, voluntarily or not, in the past year. With a hint of both nostalgia and rejoicing, the Eid al-Fitr celebration could finally start as people went back home and met with their families, friends and neighbours, eating all day until night.

Cheikh giving his sermon for Eid al-Fitr at the former campus mosque. 12.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Teaching and Preaching: Religiosity, Knowledge, and Performance at the Abdou Moumouni University of Niamey, Niger

LASDEL hosted a doctoral Seminar on May 25, 2021, welcoming our research fellow Vincent Favier in Niger. He presented his thesis project “Teaching and Preaching: Religiosity, Knowledge, and Performance at the Abdou Moumouni University of Niamey, Niger.”

On the Tarmac, Waiting for Take-off

It is unclear why and when people started naming this unspectacular place at the University of Ibadan, Nigeria, like this. The tarmac is a flat, large, tree-lined and well asphalted parking space, that officially belongs to the adjoining Chapel of the Resurrection, traditionally dominated by Anglican and Methodist denominations. One would find the campus’ main mosque next to it, and, on the other side of the road, the “Our Lady Seat of Wisdom Catholic Chapel”. Almost everyone on the campus knows about the tarmac, where it is, and what happens there. During the day, the parking space fulfils its formal task: hosting cars. But in the evening, cars have left and people, mostly students, invade the tarmac.

On the campus, the sun goes down behind a palms’ skyline, an exception in a city of an estimated – not officially – 6 million souls seeking shelter from the burning sun and heavy rains under an ocean of rusty roofs. Ibadan’s famous hills are like green islands emerging from an infinity of buildings, houses and roads that fade away in the horizon’s smog. 

And although deans of faculties and non-academic staff sometimes cut trees on the campus for aesthetic matters or for any other obscure reasons, the university campus is probably the only public accessible greenest space in town where one can admire a sunset listening birds singing in a rich natural environment. But this is not what students aim to do when they gather every evening of the week on the tarmac.

Take a seat at the edge of the place, on these white concrete benches on the Chapel’s side, and you’ll find students who, individually or in tiny groups, walk back and forth, whispering inaudible words. Other would sit right next to you, often listening to sermons through their earphones. In the middle of the tarmac, two girls walk in circle side by side, making convulsive gestures. They speak, but not to each other. Sometimes, one of them would go down on her knees and talk to the asphalt, or through the asphalt, even, as if to address her prayers and wishes to the underworld. Heads bowed towards the ground, or held up high, eyes shut, frowning, supplicating, psalms of the hands facing up, or arms raised towards the sky; Pentecostal students seem to perform their prayers to establish a connection between the earth and the universe. This performance is fostered by the many Pentecostal fellowships for undergraduate students present on campus. They gather regularly on the tarmac.

To sum up briefly, Pentecostals aimed to break with certain theological interpretations and religious practices of mainstream Churches, flatten old clerical hierarchies, and, eventually, free the Word of God. Its adherents emphasise the baptism through the Holy Spirit; its presence during worship manifests when practitioners start “speaking in tongues”, a divine gift. Speaking in tongues doesn’t happen just out of the blue, or systematically. One must “train” if one wants to achieve a certain level of proficiency. Individuals develop their ‘own’ style of tongue-speaking like their own language of sounds. This collective worship setting enables them to practice, get inspired by others, let it flow, and let it go.

The tarmac is a favourite playground, a field of predilection for this kind of practices. It is for free, open and outside, large enough, there is public light at night. It is conveniently, centrally located on campus, in the middle of the earliest three religious buildings: The Mosque, the Catholic Chapel, and the Protestant Chapel. The latter was the first space of worship built in 1954 on campus, shortly after founding the University of Ibadan in 1948. It sometimes hosts ceremonies like the recent celebration of the university’s 70th Foundation Day. The Chapel regularly organises worship and educational activities for pupils, students, and holds frequent services for people who mainly live on the campus. Therefore, it tolerates the presence and practices of Pentecostal youth on the parking space. The second wave of Pentecostal revival started in Nigeria in the 1970s, often on university campuses. Youth literally went out of the traditional religious buildings and started worshipping more freely, and this is how places like the Chapel’s car park have been appropriated. Now, it is socially widely accepted and has become part of the campus’ landscape.

Student Pentecostal fellowships usually gather in the evening, sometimes filling the space with hundreds of people, dispatched in smaller groups like passengers waiting at a crowded terminal’s boarding gates. Groups would naturally use the whole width and length of the area to avoid that others’ cacophony mutes their own sermons. Well organised fellowships usually succeed to perform a prayer service or a bible study on the tarmac through a carefully rhythmed, although acoustical, succession of actions. As members slowly arrive and wait for the session to begin, they would start “warming-up” by pronouncing dimly, individually, some prayers, words, or sounds. Then, joint prayers, singings, sermons, healing performances would follow, punctuated by short but louder and louder tongue-speaking interludes, until the group would reach the final take-off, a seemingly “out of control”, heated, collective frenzy. However, since March 2020, the tarmac atmosphere has been very different for some reasons. The first is the academic and non-academic staff strikes. The second is the outbreak of the Covid-19 pandemic that led to schools’ closure.

Image of an Èṣù effigy staged in a sacrificial style. Cross-posted picture retrieved from twitter Feb. 2020

The disruption caused by the strike and school closure also meant that religious programmes’ participation witnessed some changes. Likewise, spaces often appropriated for religious programmes became deserted. The tarmac remained and resonated empty during several months. Like some of their parent and affiliate churches, some students’ fellowships tried to close the gaps by moving some of their activities online. They conducted virtual programming via social media platforms like WhatsApp and online radio platform such as Mixlr. For instance, the Ibadan Varsity Christian Union fellowship members convened weekly on these platforms for prayer meetings, bible study, and prayer and fasting sessions.

A lot have now changed, in November most worship places on the university campus resumed physical services with churches and mosque opening to congregants again. People began to trickle into the tarmac; a space that has not been in much use because of COVID-19 restriction measures and students’ absence on campus. Although the university is still closed to students, some students staying off-campus who either returned from home and some who live in Ibadan have started to reconvene for physical fellowships. Some other individuals in groups of two or there that appear not to be students have also begun to troop on the tarmac for prayer sessions. Since mid-November, a few Redeemed Christian Postgraduate Fellowship’s (RCPGF) students began to meet on the tarmac on Wednesday evenings. Even though the RCPGF holds its programme in another part of the campus, they have been using the tarmac because of its open and accessible character since the university is still officially closed.

(Chapel of the Resurrection Carpark_Tarmac with front view of the Chapel Hall. Picture by Adéjọkẹ́ April 2020)

Adéjọkẹ́ Rafiat Adétòrò & Vincent Favier

Religious practices and spatial appropriation at the University of Ibadan

On February 25, 2020, the French Institute for Research in Africa (IFRA-Nigeria) hosted a doctoral seminar within the frame of the REMOBOKO research project. Vincent Favier and Adéjoké Rafiat Adétòrò, got the opportunity to present on “religious practices and spatial appropriation at the University of Ibadan”.

La chorale universitaire de Niamey

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

La chorale universitaire de Niamey a été fondée en octobre 2018. À l’origine du projet, Ezekiel a eu pour ambition de créer une chorale interreligieuse autour de valeurs telles que la paix et l’unité, sans pour autant véhiculer un message au contenu religieux. Trois défis se sont posés à lui : trouver les choristes, les encadreurs et un lieu de répétition. Dans le contexte nigérien, il n’est pas facile de convaincre, d’une part, les Chrétien.ne.s, dont certain.e.s ne peuvent concevoir une chorale sans contenu religieux, et, d’autre part, les Musulman.e.s, qui associent souvent la chorale a une tradition chrétienne. Ezekiel a commencé par chercher des soutiens auprès de pasteurs. L’un d’entre eux a accepté de recevoir la chorale dans son église pour les répétitions, jusqu’à ce qu’il réalise que cette dernière ne véhiculait pas de message religieux, mettant ainsi fin à leur partenariat de manière prématurée. Ezekiel s’est ensuite tourné vers le syndicat étudiant, l’UENUN (Union des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey) qui a œuvré à la mise à disposition d’un lieu de répétition sur le campus. Au début, la chorale était constituée d’une vingtaine d’étudiant.e.s, essentiellement chrétien.ne.s. Pour constituer son équipe, Ezekiel a d’abord fait appel à ses ami.e.s. Rapidement, lui et ses maitres de chant ont redoublé d’efforts pour y attirer d’autres choristes et notamment des Musulman.e.s.

Les membres de la chorale après une répétition

Une compétition sous-régionale de chorales universitaires organisée à Lomé, au Togo, fut l’occasion pour la Chorale Universitaire de Niamey de participer à une première activité d’envergure. Pour ce premier voyage, une quarantaine d’étudiant.e.s, dont six Musulmans, ont fait le déplacement. Certains d’entre eux sortaient du Niger pour la première fois. Malgré les difficultés et les obstacles rencontrés, notamment financiers, cette expérience a permis à la chorale d’entrer en contact avec d’autres chorales expérimentées, de lui donner une visibilité et de l’inscrire dans la durée. De retour à Niamey, Ezekiel a fixé comme nouvel objectif de participer au sommet de l’Union Africaine organisée à Niamey du 6 au 8 juillet 2019. Il a fallu relancer le recrutement des choristes et retrouver un nouveau maitre de chant, le précédant ayant quitté la chorale de retour du Togo. Après quelques auditions passées devant le comité d’organisation, la chorale a obtenu son accréditation ministérielle pour participer au sommet de l’Union Africaine. Ce fut une véritable consécration à la fois médiatique et internationale pour la Chorale Universitaire, qui avait alors rassemblé 65 choristes, dont environ 25 Musulmans et une vingtaine de filles, dont 5 Musulmanes. Cette participation lui a ouvert de nouvelles perspectives. Elle a notamment été repérée par l’ambassadeur de Turquie, qui l’a ensuite invitée à se produire lors de la célébration du 96ème anniversaire de la République de Turquie.

Les membres de la chorale universitaire lors d’une répétition dans la salle du palais de congrès de Niamey

Forte de ses succès, la chorale compte désormais rencontrer les acteurs d’institutions religieuses, comme par exemple l’Association Islamique du Niger et diverses églises, afin de participer à des débats d’ordre religieux et de faire des campagnes de sensibilisation. Dans cette optique, Ezekiel aimerait aussi faire chanter la chorale dans une prison pour faire passer un message de paix et d’unité. En effet, la chorale, qui se veut interreligieuse, choisit son répertoire scrupuleusement. Les maitres de chant rédigent et créent des chants en fonction des évènements auxquels la chorale participe et lors desquels l’hymne national est régulièrement chanté. Il arrive également que la chorale interprète des chants du répertoire traditionnel nigérien. Elle se base sur un modèle de tradition occidentale, composé de basses, de ténors, d’altos et de sopranes. Elle chante aussi bien en français qu’en haoussa et mélange les traditions et les cultures.

Photo de souvenir prise devant le palais de congrès de Niamey 

La chorale s’inscrit dans cette tradition tout en affichant l’objectif de « sortir » de l’Eglise, en chantant la paix et l’unité mais en reformulant ces thèmes en dehors du cadre religieux, au risque de déplaire. C’est notamment pour cette raison que l’église dans laquelle la chorale répétait au début lui avait finalement fermé ses portes et que des Chrétien.ne.s avaient préféré ne pas participer à l’aventure. Malgré cette séparation avec l’Eglise, certain.e.s Musulman.e.s de la chorale préfèrent ne pas informer leurs parents de leur nouvelle activité. Les répétitions ont lieu sur le campus à côté des résidences, deux fois par semaine. Elles sont donc publiques, audibles et accessibles à quiconque veut y assister. À cause du regard des autres étudiant.e.s et des moqueries, certain.e.s choristes musulman.e.s ont cessé d’y participer. La chorale a dû modeler son caractère interreligieux afin de faire face à la question des prières. Au début, les membres, essentiellement chrétiens, avaient l’habitude de prier avant de commencer la répétition. Puis une alternance entre prière chrétienne et invocation musulmane a été mise en place à mesure que le nombre de choristes musulman.e.s devenait plus conséquent. Cette alternance n’a pas empêché l’apparition de quelques tensions et cette pratique a été complètement abandonnée. La prière n’est plus collective et chacun respecte celle de l’autre. Lorsqu’une prière musulmane intervient pendant les heures de répétition, la chorale fait une pause pour permettre aux Musulman.e.s d’aller prier. 

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation devant les chefs d’Etats africains à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

Sans le mentionner explicitement, Ezekiel a une conception « laïque » de la Chorale Universitaire de Niamey. Elle tolère et rassemble toutes les religions tout en exerçant une forme d’autorité sur les questions religieuses, notamment lorsque ses dirigeants considèrent que celle-ci prend une ampleur qui peut menacer la cohésion et l’harmonie du groupe. La chorale est un succès qui a notamment contribué à faire changer les perceptions de certains individus sur le chant. Désormais, la chorale est même victime de son succès puisqu’elle doit sélectionner ses membres, leur faire passer des auditions et parfois refuser des candidat.e.s.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier