Journées de commémoration du mouvement historique du 9 février 1990

Une certaine agitation règne sur la cité universitaire en ce matin du 09 février 2021. Nombreux sont les étudiants qui portent un T-shirt blanc floqué du logo de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), et une inscription au dos : « 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 ». Trente et un ans plus tôt, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) sortaient dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement du Général Ali Saibou et la tenue d’élections démocratiques libres et indépendantes. Marquée par des débordements et des confrontations avec les forces de l’ordre, cette manifestation avait connu un épilogue tragique, se soldant par la mort de trois étudiants, tombés sous les balles de l’armée. Ce combat, que Mamane Saguirou, Issaka Kainé, et Alio Nahantchi avaient payé du sacrifice de leur vie, ne fut pas vain : il créa un électrochoc social et politique qui initia la tenue de la conférence nationale souveraine du Niger du 3 juillet au 29 novembre 1991. Doté d’une nouvelle constitution, le pays entrait de manière douloureuse dans un long processus de démocratisation.

Le syndicat des étudiants réunit ses sympathisants avant de débuter la marche du 9 février. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Depuis, la donne politique nigérienne a changé. Le 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 est arrivé dans un contexte particulier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Pour la première fois de sa jeune histoire, la République du Niger allait faire l’expérience d’une transition démocratique du pouvoir. Le président sortant, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, arrivait au terme de ses deux mandats et n’avait pas cédé à la tentation de modifier la constitution pour en effectuer d’autres. Un fait assez rare pour être souligné, tant ce phénomène continue de se produire dans de nombreux États d’Afrique subsaharienne. Conscients du chemin parcouru, les étudiants, guidés par leur syndicat, l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), ne baissent néanmoins pas la garde pour autant. On spécule beaucoup quant à la réelle transparence et indépendance d’une élection dont le candidat favori, Mohamed Bazoum, est issu du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), qui est aussi celui du président sortant. Ce que les étudiants commémorent avant tout, c’est la mort de leurs camarades, pour lesquels la justice n’a toujours pas été rendue. Un comble alors même que le président au pouvoir, S.E.M. Mahamadou Issoufou, faisait partie de cette génération d’étudiants des années 1990.

Les membres du service d’ordre du syndicat étudiant canalisent la foule d’étudiants sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Au fil des décennies, cette marche commémorative est devenue la « mère des marches » estudiantines, comme un membre du Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens aime à le rappeler. Cette marche, qui part du campus universitaire et s’arrête de l’autre côté du fleuve Niger, à un carrefour stratégique de la capitale non loin de la présidence, rassemble quelques milliers d’élèves, d’étudiantes et d’étudiants de Niamey. Certains font même le voyage depuis d’autres villes du Niger pour y participer. Elle est à la fois un rituel et une démonstration de force. Aux alentours de 10 heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle sur le pont Kennedy et traverse le Niger, coupant un des axes majeurs de la circulation. La police et les forces de sécurité se font discrètes. Aisément repérables grâce à leurs T-shirts rouges, les membres du service de sécurité du syndicat étudiant donnent de la voix et des ordres. Ils prennent le contrôle de l’espace public le temps de la marche. Comme dans toute manifestation, les premières lignes du cortège sont les plus galvanisées et virulentes. Elles doivent être canalisées pour que les membres des deux syndicats étudiants, l’USN et l’UENUN, puissent marcher librement en amont du cortège. Seules les équipes de presse sont autorisées à les suivre et les filmer. Le succès de cette démonstration de force repose autant sur sa mise en scène que sur sa médiatisation.

En amont du cortège, le Secrétaire Général de l’Union des Étudiants Nigériens de l’Université de Niamey donne une interview à la presse sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Pour la première fois cette année, les syndicalistes ont introduit une nouveauté à la marche du 9 février. Ils marquent une première pause au début du pont. À leur signal, le cortège s’arrête et se fait silencieux. Les dirigeants des syndicats s’agenouillent en cercle et entament une prière collective, aussitôt imités par l’ensemble du cortège. Les paumes des mains tournées vers leur visage, ils murmurent une prière individuelle, avant de passer plusieurs fois les mains sur leur visage. À l’image de la société nigérienne, l’écrasante majorité des étudiants est musulmane. Pour un syndicat qui revendique haut et fort une appartenance et un héritage marxistes-léninistes, cette mise en scène peut sembler paradoxale à première vue. En réalité, elle témoigne d’un impact grandissant de la religiosité, en l’occurrence islamique et, à moindre mesure, chrétienne, sur le campus. Tout en gardant une apparence « rouge », les leaders étudiants ne peuvent plus faire abstraction de la religiosité des « camarades ».  Si leur discours anticolonial et anti-impérialiste puise abondamment dans l’idéologie marxiste, toujours en vogue, les idéaux de bonne gouvernance et de justice sociale s’inspirent désormais davantage du Coran. Pour bien marquer le coup, le syndicat a répété cette prière symbolique une deuxième fois en arrivant au bout du pont.

Les leaders du syndicat étudiant prient en mémoire des martyrs sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

D’après le Secrétaire Général du comité directeur de l’USN, cette nouveauté doit permettre de maintenir une forte mobilisation des étudiants pour la marche, alors que le souvenir du 9 février 1990 et de ses victimes s’éloigne un peu plus tous les ans. Une fois le pont traversé, et alors que le discours du Secrétaire Général devant les médias se fait attendre, l’excitation diminue et la vague humaine qui a déferlé reflue presque aussi vite qu’une onde percute un mur. Déjà la foule commence à se dissiper et des groupes d’étudiants traversent le pont dans l’autre sens en direction du campus. Mais le devoir de mémoire ne se limite pas à la « mère des marches ». Plus tard, une soirée culturelle est organisée sur le campus à la Place Amadou Boubacar, du nom d’un autre « martyr » également tué par l’armée lors d’une manifestation estudiantine. Depuis quelques années, les étudiants y jouent une pièce de théâtre montée par un dramaturge nigérien, qui reconstitue les évènements avec autant de gravité que de dérision.

Un membre du service d’ordre du syndicat étudiant dans une chambre du campus avant le départ au cimetière. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Une semaine plus tard, c’est une autre représentation, sociale et politique cette fois-ci, qui se joue dans les rues de Niamey. Toujours sous la houlette de leur syndicat, les étudiants se rendent au cimetière musulman du quartier populaire de Yantala pour se recueillir sur les tombes de leurs trois camarades tués en 1990. Plus impressionnante encore que la marche réalisée une semaine plus tôt, les étudiants traversent une grande partie de la ville sous un soleil de plomb jusqu’au cimetière. En tête de cortège, les leaders des syndicats et leur service d’ordre prennent littéralement le contrôle des rues qu’ils traversent. Pas une voiture, une moto ou une bicyclette n’est autorisée à se frayer un chemin lors de leur passage. Ceux qui osent le faire sont sévèrement appréhendés par les gros bras du service d’ordre, qui leur confisquent souvent les clés du véhicule. Les forces de police ne sont visibles nulle part. La rue appartient aux étudiants, et c’est bien là le message que le syndicat envoie aux dirigeants : il faut toujours compter sur les syndicalistes et sur leur capacité de mobilisation. Dans un contexte de commémoration de martyrs, l’utilisation de l’islam comme force fédératrice démontre aussi l’étendue de leur créativité politique.

Les membres du service d’ordre dégagent la chaussée en direction du cimetière musulman de Yantala. Avenue de l’Indépendance, Niamey, Niger. 16 février 2021. Photo : Vincent Favier