Journées de commémoration du mouvement historique du 9 février 1990

Une certaine agitation règne sur la cité universitaire en ce matin du 09 février 2021. Nombreux sont les étudiants qui portent un T-shirt blanc floqué du logo de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), et une inscription au dos : « 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 ». Trente et un ans plus tôt, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) sortaient dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement du Général Ali Saibou et la tenue d’élections démocratiques libres et indépendantes. Marquée par des débordements et des confrontations avec les forces de l’ordre, cette manifestation avait connu un épilogue tragique, se soldant par la mort de trois étudiants, tombés sous les balles de l’armée. Ce combat, que Mamane Saguirou, Issaka Kainé, et Alio Nahantchi avaient payé du sacrifice de leur vie, ne fut pas vain : il créa un électrochoc social et politique qui initia la tenue de la conférence nationale souveraine du Niger du 3 juillet au 29 novembre 1991. Doté d’une nouvelle constitution, le pays entrait de manière douloureuse dans un long processus de démocratisation.

Le syndicat des étudiants réunit ses sympathisants avant de débuter la marche du 9 février. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Depuis, la donne politique nigérienne a changé. Le 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 est arrivé dans un contexte particulier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Pour la première fois de sa jeune histoire, la République du Niger allait faire l’expérience d’une transition démocratique du pouvoir. Le président sortant, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, arrivait au terme de ses deux mandats et n’avait pas cédé à la tentation de modifier la constitution pour en effectuer d’autres. Un fait assez rare pour être souligné, tant ce phénomène continue de se produire dans de nombreux États d’Afrique subsaharienne. Conscients du chemin parcouru, les étudiants, guidés par leur syndicat, l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), ne baissent néanmoins pas la garde pour autant. On spécule beaucoup quant à la réelle transparence et indépendance d’une élection dont le candidat favori, Mohamed Bazoum, est issu du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), qui est aussi celui du président sortant. Ce que les étudiants commémorent avant tout, c’est la mort de leurs camarades, pour lesquels la justice n’a toujours pas été rendue. Un comble alors même que le président au pouvoir, S.E.M. Mahamadou Issoufou, faisait partie de cette génération d’étudiants des années 1990.

Les membres du service d’ordre du syndicat étudiant canalisent la foule d’étudiants sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Au fil des décennies, cette marche commémorative est devenue la « mère des marches » estudiantines, comme un membre du Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens aime à le rappeler. Cette marche, qui part du campus universitaire et s’arrête de l’autre côté du fleuve Niger, à un carrefour stratégique de la capitale non loin de la présidence, rassemble quelques milliers d’élèves, d’étudiantes et d’étudiants de Niamey. Certains font même le voyage depuis d’autres villes du Niger pour y participer. Elle est à la fois un rituel et une démonstration de force. Aux alentours de 10 heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle sur le pont Kennedy et traverse le Niger, coupant un des axes majeurs de la circulation. La police et les forces de sécurité se font discrètes. Aisément repérables grâce à leurs T-shirts rouges, les membres du service de sécurité du syndicat étudiant donnent de la voix et des ordres. Ils prennent le contrôle de l’espace public le temps de la marche. Comme dans toute manifestation, les premières lignes du cortège sont les plus galvanisées et virulentes. Elles doivent être canalisées pour que les membres des deux syndicats étudiants, l’USN et l’UENUN, puissent marcher librement en amont du cortège. Seules les équipes de presse sont autorisées à les suivre et les filmer. Le succès de cette démonstration de force repose autant sur sa mise en scène que sur sa médiatisation.

En amont du cortège, le Secrétaire Général de l’Union des Étudiants Nigériens de l’Université de Niamey donne une interview à la presse sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Pour la première fois cette année, les syndicalistes ont introduit une nouveauté à la marche du 9 février. Ils marquent une première pause au début du pont. À leur signal, le cortège s’arrête et se fait silencieux. Les dirigeants des syndicats s’agenouillent en cercle et entament une prière collective, aussitôt imités par l’ensemble du cortège. Les paumes des mains tournées vers leur visage, ils murmurent une prière individuelle, avant de passer plusieurs fois les mains sur leur visage. À l’image de la société nigérienne, l’écrasante majorité des étudiants est musulmane. Pour un syndicat qui revendique haut et fort une appartenance et un héritage marxistes-léninistes, cette mise en scène peut sembler paradoxale à première vue. En réalité, elle témoigne d’un impact grandissant de la religiosité, en l’occurrence islamique et, à moindre mesure, chrétienne, sur le campus. Tout en gardant une apparence « rouge », les leaders étudiants ne peuvent plus faire abstraction de la religiosité des « camarades ».  Si leur discours anticolonial et anti-impérialiste puise abondamment dans l’idéologie marxiste, toujours en vogue, les idéaux de bonne gouvernance et de justice sociale s’inspirent désormais davantage du Coran. Pour bien marquer le coup, le syndicat a répété cette prière symbolique une deuxième fois en arrivant au bout du pont.

Les leaders du syndicat étudiant prient en mémoire des martyrs sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

D’après le Secrétaire Général du comité directeur de l’USN, cette nouveauté doit permettre de maintenir une forte mobilisation des étudiants pour la marche, alors que le souvenir du 9 février 1990 et de ses victimes s’éloigne un peu plus tous les ans. Une fois le pont traversé, et alors que le discours du Secrétaire Général devant les médias se fait attendre, l’excitation diminue et la vague humaine qui a déferlé reflue presque aussi vite qu’une onde percute un mur. Déjà la foule commence à se dissiper et des groupes d’étudiants traversent le pont dans l’autre sens en direction du campus. Mais le devoir de mémoire ne se limite pas à la « mère des marches ». Plus tard, une soirée culturelle est organisée sur le campus à la Place Amadou Boubacar, du nom d’un autre « martyr » également tué par l’armée lors d’une manifestation estudiantine. Depuis quelques années, les étudiants y jouent une pièce de théâtre montée par un dramaturge nigérien, qui reconstitue les évènements avec autant de gravité que de dérision.

Un membre du service d’ordre du syndicat étudiant dans une chambre du campus avant le départ au cimetière. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Une semaine plus tard, c’est une autre représentation, sociale et politique cette fois-ci, qui se joue dans les rues de Niamey. Toujours sous la houlette de leur syndicat, les étudiants se rendent au cimetière musulman du quartier populaire de Yantala pour se recueillir sur les tombes de leurs trois camarades tués en 1990. Plus impressionnante encore que la marche réalisée une semaine plus tôt, les étudiants traversent une grande partie de la ville sous un soleil de plomb jusqu’au cimetière. En tête de cortège, les leaders des syndicats et leur service d’ordre prennent littéralement le contrôle des rues qu’ils traversent. Pas une voiture, une moto ou une bicyclette n’est autorisée à se frayer un chemin lors de leur passage. Ceux qui osent le faire sont sévèrement appréhendés par les gros bras du service d’ordre, qui leur confisquent souvent les clés du véhicule. Les forces de police ne sont visibles nulle part. La rue appartient aux étudiants, et c’est bien là le message que le syndicat envoie aux dirigeants : il faut toujours compter sur les syndicalistes et sur leur capacité de mobilisation. Dans un contexte de commémoration de martyrs, l’utilisation de l’islam comme force fédératrice démontre aussi l’étendue de leur créativité politique.

Les membres du service d’ordre dégagent la chaussée en direction du cimetière musulman de Yantala. Avenue de l’Indépendance, Niamey, Niger. 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

La fête de tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines

Le mardi 20 juillet 2021, correspondant au 10ème jour du 12ème mois du calendrier hégirien, est le jour d’Eid Adha ou la fête de tabaski chez les musulmans du monde entier. Cette fête se distingue par l’immolation des animaux, généralement le mouton, par tout musulman qui a les moyens de s’en offrir. Au Niger, toute la communauté islamique se prépare pour ce grand événement à la fois religieux et festif. Au campus de l’Université Abdou Moumouni (UAM), tôt le matin, les étudiants musulmans habillés en leurs parures de fête, un à un, se sont rendus au nouvel arrêt de bus universitaire, un vaste espace pouvant contenir plusieurs centaines de personnes, pour la prière collective marquant ce jour d’une grande importance pour les musulmans. Ils y prient à l’air libre, sous les rayons de soleil du matin. À 8h05, Cheikh Boureima Daouda, l’imam de la principale mosquée du campus (la Mosquée Al-Moustapha), entre pour diriger la prière d’Eid. Dans son sermon, après avoir rappelé l’historique et l’importance tant sociale que religieuse de cette fête, il a invité les fidèles musulmans à s’excuser mutuellement et à jouir de cette journée. Contrairement à l’année passée où les mesures barrières contre la Covid-19 étaient plus en vigueur limitant ainsi les accolades, cette année, joignant la parole à l’acte, les fidèles venus par centaines se sont serrés les mains se félicitant et demandant pardon dans la joie et la fraternité. Partout, ce sont des « barka da salla » « wakay yessi » qui se répètent entre les fidèles.

Des fidèles musulmans écoutant le sermon après la prière d’Eid. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Après la prière et tout en poursuivant les demandes de pardon, les étudiants ayant ôté leurs habits de fête se sont orientés vers le lieu d’immolation des animaux. Sous la supervision des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), une association d’inspiration marxiste-léniniste, 80 moutons et six bœufs furent sacrifiés pour tous les étudiants du campus universitaire. Les moutons sont offerts par le Centre National des Œuvres Universitaire (CNOU), le service étatique chargé d’assurer l’hébergement, la restauration et le transport quotidien des étudiants. Quant aux bœufs, ils sont offerts par une ONG islamique arabe qui manifeste, à travers ce geste, sa solidarité envers les étudiants de cette université.

Cependant, il faut noter qu’à l’approche de la fête, une part importante des effectifs des étudiants a rejoint sa famille (parents, tuteurs, amis, etc.) en ville pour fêter avec elle. Par conséquent, la fête organisée par les structures estudiantines avec l’appui des autorités universitaires et des ONG caritatives est destinée aux étudiants qui restent sur le campus et qui s’avèrent la plupart de cas sans tuteur en ville.

Les taurillons offerts par une ONG islamique arabe. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 19-07-2021
Deux membres du CE de l’UENUN à gauche procédant à la réception de leurs taurillons auprès des agents de l’ONG caritative. Photo: Photo prise sur le statut WhatsApp d’un responsable de l’UENUN

Un à un, les animaux furent égorgés et dépecés à côté du restaurant universitaire Issaka Kaïné, sous la surveillance d’une part des étudiants membres de la Commission des Affaires Sociales et d’Ordre (CASO), « le bras armé » de l’UENUN, et, d’autre part, le regard attentif des étudiants et étudiantes venus en nombres. Les moutons furent les premiers à être égorgés. Les viscères sont donnés aux étudiantes qui les prépareront à leur goût dans leurs chambres. Les garçons, eux, reçoivent les foies, les testicules et les reins qu’ils iront griller à 20 mètres du lieu de l’abattage. Cette proximité leur permet de se ravitailler en morceaux de viande au fur et à mesure qu’ils dégustent leurs grillades.

Des groupes de camaraderie se sont reconstitués aux alentours du lieu d’abattage. Les étudiants, en fonction de leur affinité, se sont organisés autour de leurs fours traditionnels pour griller leurs morceaux dans la joie et la gaîté. Deux ou trois d’entre eux se chargeaient de la grillade pendant qu’un autre préparait le précieux thé vert de Chine. Les autres s’adonnaient aux jeux de cartes et/ou à des causeries. Les étudiantes ou les camarades filles comme on les appelle, ayant rejoint leurs chambres se vaquaient à frire les tripes qu’elles ont reçues. Contrairement aux garçons qui se rassemblent leurs parts, chacune a rejoint sa chambre pour y préparer seule ou avec sa voisine la viande reçue. Ainsi, les étudiants, filles comme garçons, dans une ambiance festive, recréent le même cadre et la même ambiance que ceux des autres jeunes qui fêtent auprès des membres de leur famille.

Des étudiants supervisant le découpage des carcasses des taurillons. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Les carcasses de moutons sont grillées par une équipe spéciale louée pour la circonstance par le CNOU. La coutume, à Niamey et dans certaines villes du pays, lors de la fête de tabaski, consiste à griller les animaux sacrifiés, généralement les ovins et les caprins, à l’aide d’un grand feu. C’était aussi ce sort qui fut réservé aux 80 moutons de l’UENUN par les spécialistes en la matière. 

La grillade des carcasses de moutons au campus universitaire. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

De son côté, l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section du l’UAM a sacrifié trois taurillons, contrairement aux années antérieures où une dizaine sont immolés. En effet, chaque année, à l’approche de la fête, elle soumet ses requêtes auprès de ses partenaires pour lui fournir les bêtes à sacrifier pour les étudiants. Cependant, cette année, elle a reçu peu de réponses de leur part. Ce qui a limité ses sacrifices. À la différence de l’UENUN, l’AEMN-UAM frit l’intégralité de la viande de ses animaux. Pour ce faire, elle engage des femmes spécialistes qui sont payées à la fin de leurs services. La distribution, elle, interviendra le lendemain du jour de la fête. 

Pendant que les deux associations sacrifiaient leurs animaux, des mendiants sont venus par dizaines des quartiers environnants afin qu’ils aient « leur part » de la viande. Ainsi, femmes et enfants reçoivent des morceaux des étudiants. Avec leurs butins, ils rentrent chez eux pour fêter comme les autres familles. Par ces gestes, les étudiants procurent de la joie au sein de ces familles démunies.

Le lendemain matin, dès la première heure, les étudiants se sont orientés par centaines vers le restaurant universitaire Issaka Kaïné. Ils se sont mis en files indiennes pour recevoir leur part de la viande. En effet, la viande des moutons grillés la veille et celle des taurillons est distribuée aux locataires du campus universitaire et aux étudiants qui vivent dans les quartiers environnants. En effet, par l’insuffisance de capacités d’accueil du dortoir universitaire, des centaines d’étudiants logent dans des maisons en location tout autour de l’université. Par conséquent, par cette proximité, ils se servent au restaurant universitaire au même titre que les locateurs du campus. Ainsi, le jour de la fête, ils convergent vers le campus pour avoir leur part de viande. 

La distribution de la viande est faite par des agents du CNOU assistés par les éléments de la CASO sous la supervision du Secrétaire Chargé des Affaires Académiques et Sociales Adjoint (SCAAS-A) de l’UENUN, qui multiplie les va-et-vient afin de s’assurer que tout étudiant présent ait sa part. Cependant, malgré le nombre de moutons sacrifiés, la viande n’a pas suffi pour servir tous les étudiants présents au restaurant. Ce qui a engendré la frustration des non-servis. 

La distribution de la viande au restaurant universitaire par un agent du CNOU et un élément de la CASO habillé en noir et un autre en rouge en train de surveiller. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Une fois la quantité reçue, les étudiants repartent vers leur chambre pour la préparer, chacun en fonction de son goût. Le plus souvent, elle est frite facilitant ainsi sa conservation. En effet, ils feront des jours en train de la grignoter par morceau. 

Une étudiante préparant sa part de viande devant sa chambre. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

De son côté, l’AEMN-UAM a commencé à distribuer sa part à son bureau, à partir de 17h. Consciente de l’insuffisance de la quantité de sa viande, l’association n’a pas convié un nombre important d’étudiants à la distribution. Ainsi, un à un, les étudiants dans une file indienne reçoivent leurs parts préalablement mises dans des plastiques noirs. Débutée avec moins d’une vingtaine de personnes, la distribution enregistrait plus d’étudiants au fur et à mesure que les étudiants sont servis. Alertés par leurs camarades ou par les plastiques noirs que détenaient les servis, ils affluent individuellement ou par petits groupes vers le bureau de l’association. Comme pressenti, les rations étaient finies en pleine distribution. Face à une telle situation, les distributeurs dans un langage hésitant et consolant avaient tenté de réconforter ceux qui étaient dans la queue.

Des étudiants recevant leur part de viande au bureau de l’AEMN-UAM. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Dans l’ensemble, malgré les deux distributions, certains étudiants n’ont pas été servis par les deux structures. Cependant, avec la solidarité estudiantine où les biens comestibles sont mangés en groupe, aucun étudiant ne s’est vu privé de la viande durant ces jours. En outre, dès le lendemain de la fête, les étudiants qui avaient fêté en ville sont rentrés au campus avec leur quantité de viande. D’autres reçoivent aussi un colis de viande que leurs familles leur envoient. Toutes ces parts sont réunies et consommées entre camarades.

Les distributions faites à l’occasion d’une fête musulmane par les structures estudiantines et entre les étudiants n’ont pas tenu compte de la confession des étudiants. En effet, tous étaient servis au même pied d’égalité. Ainsi, les musulmans, chrétiens, bahaïs et animistes ont dégusté ensemble la viande de la fête dans une ambiance festive. Chacun a festoyé sans tenir compte de la frontière religieuse qui le sépare avec son camarade.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman, une soirée à l’image des recommandations islamiques

Dans la soirée du 5 juillet 2021, à la place AB de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM), s’est tenue la nuit culturelle de l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section UAM (AEMN-UAM). Elle est organisée à l’occasion de la Journée de l’Étudiant Musulman (JEM) qui a eu lieu deux jours plus tôt. Outre des étudiants (musulmans ou non), des responsables associatifs de l’AEMN-UAM et du Bureau Exécutif National (BEN-AEMN), cette nuit a aussi enregistré la présence des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), qui est une association d’inspiration marxiste-léniniste et la seule intermédiaire entre les étudiants et les autorités universitaires et ministérielles. Cependant, cette diversité de participants n’a pas eu d’incident sur la soirée par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions. Au temps fort de l’activité, la place AB était pleine d’étudiants ; les participants pouvaient être estimés à plus de 500 personnes. Des jeux concours ont été organisés et des prix des concours réalisés antérieurement ont été décernés aux gagnants. Les étudiantes portant leurs hidjab et niqab (voile intégral) étaient assises dans l’un des trois compartiments de la tribune et les garçons occupaient les deux autres.

Photo N°1 : La place AB de l’UAM

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Située à la cité Malla Bagalé de l’UAM, la place Amadou Boubacar, plus connue sous le nom de « la place AB », est un espace dédié aux rencontres estudiantines telles que les conférences-débats, les soirées culturelles et les Assemblées Générales de l’UENUN. Elle est réputée être le temple de la formation idéologique et syndicale des mouvements estudiantins d’inspiration marxiste-léniniste. Ces dernières années, les associations religieuses estudiantines musulmanes et chrétiennes ont toutefois commencé à utiliser la place pour y organiser leurs activités (prédication, conférences-débats religieux, nuits ou soirées culturelles, etc.) auxquelles participent également des animateurs externes à l’université, voire des expatriés.  Si au début des années 1990, des tensions ont été enregistrées entre les étudiants religieux et marxistes sur l’occupation de cette place, avec le temps, cela est devenu plus ou moins normal en suscitant moins de tensions. En effet, à l’époque, diffuser des messages religieux (opium du peuple) dans un espace considéré comme le temple du marxisme était perçu comme un sacrilège.  Par la place de plus en plus importante que se taille la religion auprès des étudiants, le marxisme a perdu des défenseurs chevronnés. Ainsi, il se retrouve sur son espace en perte de vitesse de plus en plus.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman a débuté par une lecture coranique préenregistrée. Après les louanges à Allah et les mots de bienvenue, l’animateur a invité le comité du jeu concours sur la culture générale à faire son entrée.

Réunissant les équipes de l’École Normale Supérieure (ENS) et des six facultés de l’Université chacune composée de trois étudiants, cette compétition a porté sur des questions sur l’islam et sur la culture générale telles que le nombre de sourates et de versets dans le Coran ; les noms des mosquées sacrées de l’islam ; le contraire du mot nocturne ; le genre du mot oasis ; etc. Autant de questions élémentaires qui suscitent la curiosité des participants et des spectateurs.

Photo N°2 : Les équipes de différentes facultés lors du concours sur la culture générale

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

 Après cette activité s’est suivie la remise de prix aux gagnants du concours de l’appel à la prière. Il a regroupé les muezzins des mosquées de différentes facultés, de l’ENS et celles du campus universitaire. Le concours vise à identifier le besoin en formation et dénicher les talents parmi les étudiants. Ainsi, afin de déterminer le meilleur, les examinateurs ont porté leurs regards sur la prononciation et la prolongation des mots et de lettres ; la terminaison de l’appel ; la mélodie du muezzin ; l’audibilité de l’appel et la posture et durée de l’appel. 

Photo N°3 : Le lauréat du concours de l’appel à la prière faisant une démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Les gagnantes du concours culinaire, qui a réuni des étudiantes en fonction de leurs facultés, furent également récompensées. L’objectif du concours est d’amener les participantes à préparer des plats à moindre coût, afin, à long terme, de diminuer les éventuelles tensions au sein des couples. En effet, une somme modeste de 2.000 FCFA (soit 3,05 €) fut donnée à chaque participante pour acheter l’ensemble de ce dont elle avait besoin pour sa cuisine. À travers ce concours, les organisateurs visent à former et à perfectionner les participantes dans la cuisine. Pour déterminer la meilleure, le jury a porté ses regards sur la décoration du plat ; le respect de la somme donnée ; le respect de la durée de la préparation du plat ; la créativité ; la présentation orale ; le goût du plat ; la préparation individuelle et la réaction après évaluation.

Après ces délibérations, une démonstration de Kung fu (combats, katas et self défense) fut faite. Avec la participation de deux équipes différentes, cette activité a émerveillé le public qui n’a cessé d’applaudir durant les démonstrations. À la fin, le modérateur a invité les spectateurs à s’inscrire dans l’un des différents clubs de l’Université en disant que le sport est bon pour la santé.

Photo N°4 : L’une des équipes de Kung fu faisant la démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Attanaffous est un concours sur la connaissance islamique qui consiste à tester le niveau de connaissances des candidats sur des aspects portant entre autres sur la foi, la aqida et la vie du Prophète Mohamad (PSL). Les lauréats du concours furent aussi récompensés tout comme ceux du concours sur la production écrite. Les prix furent donnés par les différents membres du BEN et de la section de l’UAM. Ils contiennent entre autres les copies du Noble Coran, celle de la traduction des dernières sourates, des livres islamiques, des tasses et des carafes d’eau et des sommes symboliques d’argent.

Évitant au maximum le contact entre les sexes opposés, lors des remises des prix, les hommes ont donné les prix à leurs frères et les femmes à leurs sœurs gagnantes. Lorsque c’est une fille qui remporte le prix, l’un des organisateurs pose le prix sur une chaise pour que celle qui est censée le donner à la gagnante le prenne.

Photo N°5 : L’équipe de la Faculté des Sciences de la Santé avec les différents prix qu’elle a remportées

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

La présence des musulmans de diverses tendances et des non-musulmans n’a pas eu d’incident sur la soirée. Cela est facilité par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman est l’opportunité annuelle pour l’AEMN-UAM de “divertir” ses membres. À la différence des soirées culturelles organisées par d’autres organisations estudiantines, dans lesquelles les étudiants se divertissent à travers les sketchs, les théâtres, les danses modernes ou traditionnelles, les poèmes, et bien d’autres activités distractives, cette nuit fut marquée par des compétitions entre les étudiants et l’attribution des prix aux lauréats des concours organisés à cette occasion.

L’AEMN-UAM s’est inspirée des recommandations islamiques sur l’importance de la pratique du sport et de la self défense d’une part, et de la recherche du savoir religieux et/ou mondain, d’autre part, pour mettre les étudiants en compétitions et les divertir. Tout ceci dans le respect de la règle islamique portant sur l’interdiction de la mixité homme-femme. À travers cette nuit culturelle, cette association a fait d’une pierre deux coups. Au-delà des simples divertissements, elle a saisi l’occasion pour renforcer les capacités des participants aux différentes compétitions, mais aussi inciter les autres étudiants à s’intéresser davantage à la religion, à la vie sociale et à la culture générale. Au lieu que les prix soient des coupes ou des médailles, ce sont des livres islamiques, des copies du Coran, des cahiers, des stylos, etc. qui sont offerts aux gagnants. Ces prix sont non seulement symboliques, mais appellent aussi le bénéficiaire à se cultiver encore plus.

The Martin Luther King English Club of Abdou Moumouni University : un cadre d’échanges socio-académiques entre étudiants

L’Université Abdou Moumouni de Niamey enregistre une diversité associative estudiantine. En dehors de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN) d’obédience marxiste, la seule instance habilitée à représenter les étudiants auprès des autorités ministérielles et universitaires afin de “défendre les intérêts matériels et moraux” de leurs membres, on note une diversité d’associations religieuses musulmanes et chrétiennes qui organisent et coordonnent les activités cultuelles sur cet espace. À celles-ci s’ajoute une organisation de type académique au sein des différents départements et facultés ; les clubs des étudiants. Les étudiants s’organisent, en fonction de leurs départements, pour créer un cadre d’études, d’exercices académiques et, au besoin, d’épanouissement.

Chaque club, en fonction de son dynamisme, dispose de sa propre bibliothèque spécialisée qui sert aussi de salle de lecture aux étudiants. En dehors des livres et revues spécialisées, cette bibliothèque contient aussi des mémoires de Maîtrise ou de Master et de thèses soutenus par les étudiants du département. 

Photo N°1 : Deux étudiants consultant des documents au sein du club MLK-JR

Source : Photo prise par l’auteur du texte en Juillet 2021

Parmi les clubs les plus actifs de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) on note celui du département de sociologie et d’anthropologie (CESA) situé sous l’Amphithéâtre A et celui du département d’anglais (MLK-JR-AMU) ;

Le club d’anglais & ses activités

Logé dans la salle N°108 de la FLSH, le club des étudiants au département d’anglais de l’UAM, dénommé Martin Luther King-Junior English Club of Abdou Moumouni University (MLK-JR/ECAMU) est créé le 12-06-1993 par les étudiants et les enseignants dudit département. À sa création, les deux groupes participaient aux activités que le club organise. Par la suite, les enseignants ont laissé aux étudiants la gestion du club. Pour ce faire, un bureau renouvelable chaque année est mis en place pour coordonner les activités.

Tout étudiant inscrit au département d’anglais est d’office membre. Cependant, l’adhésion est conditionnée à une inscription moyennant d’une somme symbolique de 500 FCFA, soit moins d’un Euro.

La principale mission du club est de servir un cadre de perfectionnement du niveau d’expression orale et écrite en anglais des étudiants. Pour ce faire, il organise diverses activités au sein et hors de l’Université. Parmi celles-ci, on retient :

  1. Les sorties d’études vers des destinations où les étudiants peuvent interagir avec des anglophones. 
  • Au niveau national : le club cible des centres comme le Centre Culturel Américain, les différents clubs d’anglais de la ville de Niamey ou ceux d’autres villes. Les étudiants organisent des sorties dans des jardins, entre eux, afin de changer l’environnement. 

Photo N°2 : des étudiants membre du club d’anglais lors d’une excursion à la sortie de Niamey

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club

Photo N°3 : des étudiants membre du club d’anglais lors d’une excursion à la sortie de Niamey

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club
  • Au niveau international : les membres du club voyagent vers des pays anglophones notamment le Ghana, pendant les grandes vacances pour une durée d’environ deux semaines. Durant ce séjour, ils échangent avec les étudiants des localités visitées et participent à des échanges scientifiques. 
  1. Les activités hebdomadaires : discussion session et Reading session 
  • La première activité se tient tous les mercredis et vendredis au niveau d’un hangar au sein de la faculté. Le nombre de participants, dépendant de la disponibilité des étudiants, varie entre une vingtaine et plus d’une centaine. Cette activité ne rien d’autre qu’un débat sur un ordre du jour bien précis lors duquel, chaque étudiant, à tour de rôle, donne son avis dans un langage plus ou moins soutenu, en fonction de son niveau d’expression. L’idée première n’est pas de juger les arguments des intervenants, mais plutôt les initier à parler devant un public sur un sujet d’ordre social. Les thématiques sont proposées par le bureau en tenant compte de leur actualité et de leur pertinence sociale. Ainsi, l’ordre du jour est souvent tiré de l’actualité ou de l’expérience personnelle d’un membre du club, etc. Cependant, tout étudiant peut proposer un sujet du jour. Mais la proposition doit préalablement être validée par le bureau avant qu’elle ne fasse l’objet d’un début en public.

À la fin de la session, ils clôturent l’activité avec des jeux concours : spelling, counting (7up), etc. sont organisés.

Photo N°4 : Des étudiants suivants l’intervention d’un de leurs camarades lors de la discussion session

Source : Prise par l’auteur du texte en juillet 2021

Photo N° 5 : Des lauréats du jeu concours, après la discussion session

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club
  • La deuxième se tient tous les jeudis au sein dudit club. Elle consiste à lire, chacun un texte, et à présenter la substance de la lecture aux autres participants. Elle permet aux étudiants d’améliorer leurs vocabulaires mais aussi leurs expressions orales. Elle se fait sous la supervision d’un étudiant de niveau supérieur, de préférence.

Photo N°6 : Reading session organisée au sein du club MLK-JR

Source : Photo prise par l’auteur du texte en juillet 2021 
  1. Movie show : Une fois par mois, le club projette un film en anglais aux étudiants suivi d’une discussion en présence d’un guest speaker (l’invité d’honneur). Suscitant la capacité d’écoute, l’activité vise à familiariser les étudiants aux conversions entre les anglophones. 
  2. Journée annuelle de l’étudiant : elle rassemble une série d’activités en une seule journée dont les conférences, les jeux concours, les sketch, speak imitation, etc. Elle enregistre plus de participants et que toutes les autres activités qu’organise le club. Elle constitue une journée d’échanges, de divertissements et de détentes entre les participants. En dehors des étudiants et des enseignants dudit départements et ceux des autres départements, plusieurs personnes externes à l’université y sont invitées dont les white people évangélistes et/ou membres des ambassades des pays anglophones. 
  3. Activités occasionnelles d’intérêt public : en dehors des activités d’ordre académique, le club en organise d’autres destinées à la communauté universitaire, voire au-delà. C’est le cas de la salubrité, de la plantation d’arbre, etc. 

Photo N°7 : Des étudiants en compagnie de Ben lors d’une salubrité organisée par le club MLK-JP à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club

Des débats prosélytiques qui s’invitent dans les discussions

La plupart des white people partenaires du club, dont nous avons vu la participation, sont des évangélistes américains. Membres de plusieurs organisations, ils y participent en fonction des activités auxquelles ils sont invités et/ou ils ont des intérêts. Parmi eux Mister Ben, comme les étudiants l’appellent, de l’église Baptiste de Goudel avec son ami John et trois jeunes dames du Foyer Évangélique Universitaire (FEU). Mister Ben est le plus connu et le plus familiarisé avec les étudiants. « He is our friend », nous confie un adhérent du club.

Les évangélistes animent des diverses formations, à la demande du club, sur plusieurs thématiques. Personnellement, j’ai participé à une qui a porté sur le leadership qui fut animée par un évangéliste assisté par quatre autres white people dont Mister Ben. Utilisant l’approche participative, la formation était interactive entre les formateurs et les participants car les étudiants intervenaient au fur et à mesure du déroulement de l’exposé.

Mister Ben était un participant régulier aux discussion session. Durant ces deux dernières années académiques, rares sont les jours auxquels il n’a pas participé aux discussions. Par sa régularité, il a fini par avoir la confiance des membres du club. Cela lui a valu une place de choix dans l’ordre d’interventions de participants. En effet, il intervenait toujours à la dernière position après avoir écouté tous les intervenants. Cette position lui offrait l’avantage de synthétiser les interventions et de dégager sa position. Dans son intervention, il utilisait un discours captivant alliant un anglais facile compréhensible par tous (malgré son accent américain) et un Zarma appris. En parlant cette langue locale, les étudiants se sentaient plus interpelés et y accordent plus d’intérêt à ce qu’il disait. Il est très souvent observé un silence de mort parmi les participants chaque fois qu’il intervenait témoignant ainsi une écoute attentive de la part de ces derniers.

Les sujets de discussion, portant sur des questions sociales et académiques, Ben profitait pour dégager sa position de chrétien dans un discours évangéliste. Ayant écouté les interventions de ses prédécesseurs et avoir pris notes, il lui arrivait de déconstruire ou de prendre le contrepied de certaines interventions, comme faisaient d’ailleurs certains étudiants. Au besoin, il mobilisait aussi des passages et des histoires bibliques par étayer ses idées. Ce qui ne risque pas de heurter la sensibilité des étudiants musulmans qui voyaient en ses interventions une tentative de les convertir. Ayant compris ses orientations, ces derniers s’inspiraient aussi des passages coraniques et/ou des référents islamiques pour appuyer leurs argumentaires. Lorsque l’ordre du jour est d’ordre social, par exemple, « What is the punishment that should be reserved to a thief ? », les intervenants musulmans et chrétiens enchainent des raisonnements mobilisant leurs référents religieux (bibliques et coraniques). 

Avant le départ de Ben pour son pays d’origine, en juin 2021, une fête symbolique fut organisée à son honneur lors de laquelle des témoignages lui étaient décernés. Un tableau nigérien, l’un des meilleurs cadeaux qu’offrent les Nigériens à leurs hôtes, et une attestation de témoignage lui furent donnés. Pour immortaliser l’évènement, des photos de familles furent prises. 

Photo N°8 : Un plat spécial préparé à l’honneur de Mister Ben

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club

Photo N°9 : Deux étudiants membres du club avec Mister Ben

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club

Photo N°10 : Une photo de famille prise pour immortaliser la fête

Source : Prise dans un groupe WhatsApp du club

En somme, les clubs des étudiants de l’UAM apportent une contribution importante dans la formation de leurs membres à travers les diverses activités qu’ils organisent. The Martin Luther King-Junior English Club of Abdou Moumouni University (MLK-JR/ECAMU) en est un parfait exemple. Visant le perfectionnement de l’expression orale et écrite en anglais de ses membres, il organise toutes ses activités dans cette langue. « No one activity in french », nous confie un membre du club. Pour les familiariser avec les accents anglais des white people, le club invite des occidentaux et des asiatiques pour converser avec les étudiants. « They are as a guidance for us », nous dit un adhérent du club. Cependant, les évangélistes parmi eux, profitent du cadre que leur offre le club pour véhiculer leurs messages ce qui n’est pas sans susciter la réaction des étudiants musulmans.

La chorale universitaire de Niamey

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

La chorale universitaire de Niamey a été fondée en octobre 2018. À l’origine du projet, Ezekiel a eu pour ambition de créer une chorale interreligieuse autour de valeurs telles que la paix et l’unité, sans pour autant véhiculer un message au contenu religieux. Trois défis se sont posés à lui : trouver les choristes, les encadreurs et un lieu de répétition. Dans le contexte nigérien, il n’est pas facile de convaincre, d’une part, les Chrétien.ne.s, dont certain.e.s ne peuvent concevoir une chorale sans contenu religieux, et, d’autre part, les Musulman.e.s, qui associent souvent la chorale a une tradition chrétienne. Ezekiel a commencé par chercher des soutiens auprès de pasteurs. L’un d’entre eux a accepté de recevoir la chorale dans son église pour les répétitions, jusqu’à ce qu’il réalise que cette dernière ne véhiculait pas de message religieux, mettant ainsi fin à leur partenariat de manière prématurée. Ezekiel s’est ensuite tourné vers le syndicat étudiant, l’UENUN (Union des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey) qui a œuvré à la mise à disposition d’un lieu de répétition sur le campus. Au début, la chorale était constituée d’une vingtaine d’étudiant.e.s, essentiellement chrétien.ne.s. Pour constituer son équipe, Ezekiel a d’abord fait appel à ses ami.e.s. Rapidement, lui et ses maitres de chant ont redoublé d’efforts pour y attirer d’autres choristes et notamment des Musulman.e.s.

Les membres de la chorale après une répétition

Une compétition sous-régionale de chorales universitaires organisée à Lomé, au Togo, fut l’occasion pour la Chorale Universitaire de Niamey de participer à une première activité d’envergure. Pour ce premier voyage, une quarantaine d’étudiant.e.s, dont six Musulmans, ont fait le déplacement. Certains d’entre eux sortaient du Niger pour la première fois. Malgré les difficultés et les obstacles rencontrés, notamment financiers, cette expérience a permis à la chorale d’entrer en contact avec d’autres chorales expérimentées, de lui donner une visibilité et de l’inscrire dans la durée. De retour à Niamey, Ezekiel a fixé comme nouvel objectif de participer au sommet de l’Union Africaine organisée à Niamey du 6 au 8 juillet 2019. Il a fallu relancer le recrutement des choristes et retrouver un nouveau maitre de chant, le précédant ayant quitté la chorale de retour du Togo. Après quelques auditions passées devant le comité d’organisation, la chorale a obtenu son accréditation ministérielle pour participer au sommet de l’Union Africaine. Ce fut une véritable consécration à la fois médiatique et internationale pour la Chorale Universitaire, qui avait alors rassemblé 65 choristes, dont environ 25 Musulmans et une vingtaine de filles, dont 5 Musulmanes. Cette participation lui a ouvert de nouvelles perspectives. Elle a notamment été repérée par l’ambassadeur de Turquie, qui l’a ensuite invitée à se produire lors de la célébration du 96ème anniversaire de la République de Turquie.

Les membres de la chorale universitaire lors d’une répétition dans la salle du palais de congrès de Niamey

Forte de ses succès, la chorale compte désormais rencontrer les acteurs d’institutions religieuses, comme par exemple l’Association Islamique du Niger et diverses églises, afin de participer à des débats d’ordre religieux et de faire des campagnes de sensibilisation. Dans cette optique, Ezekiel aimerait aussi faire chanter la chorale dans une prison pour faire passer un message de paix et d’unité. En effet, la chorale, qui se veut interreligieuse, choisit son répertoire scrupuleusement. Les maitres de chant rédigent et créent des chants en fonction des évènements auxquels la chorale participe et lors desquels l’hymne national est régulièrement chanté. Il arrive également que la chorale interprète des chants du répertoire traditionnel nigérien. Elle se base sur un modèle de tradition occidentale, composé de basses, de ténors, d’altos et de sopranes. Elle chante aussi bien en français qu’en haoussa et mélange les traditions et les cultures.

Photo de souvenir prise devant le palais de congrès de Niamey 

La chorale s’inscrit dans cette tradition tout en affichant l’objectif de « sortir » de l’Eglise, en chantant la paix et l’unité mais en reformulant ces thèmes en dehors du cadre religieux, au risque de déplaire. C’est notamment pour cette raison que l’église dans laquelle la chorale répétait au début lui avait finalement fermé ses portes et que des Chrétien.ne.s avaient préféré ne pas participer à l’aventure. Malgré cette séparation avec l’Eglise, certain.e.s Musulman.e.s de la chorale préfèrent ne pas informer leurs parents de leur nouvelle activité. Les répétitions ont lieu sur le campus à côté des résidences, deux fois par semaine. Elles sont donc publiques, audibles et accessibles à quiconque veut y assister. À cause du regard des autres étudiant.e.s et des moqueries, certain.e.s choristes musulman.e.s ont cessé d’y participer. La chorale a dû modeler son caractère interreligieux afin de faire face à la question des prières. Au début, les membres, essentiellement chrétiens, avaient l’habitude de prier avant de commencer la répétition. Puis une alternance entre prière chrétienne et invocation musulmane a été mise en place à mesure que le nombre de choristes musulman.e.s devenait plus conséquent. Cette alternance n’a pas empêché l’apparition de quelques tensions et cette pratique a été complètement abandonnée. La prière n’est plus collective et chacun respecte celle de l’autre. Lorsqu’une prière musulmane intervient pendant les heures de répétition, la chorale fait une pause pour permettre aux Musulman.e.s d’aller prier. 

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation devant les chefs d’Etats africains à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

Sans le mentionner explicitement, Ezekiel a une conception « laïque » de la Chorale Universitaire de Niamey. Elle tolère et rassemble toutes les religions tout en exerçant une forme d’autorité sur les questions religieuses, notamment lorsque ses dirigeants considèrent que celle-ci prend une ampleur qui peut menacer la cohésion et l’harmonie du groupe. La chorale est un succès qui a notamment contribué à faire changer les perceptions de certains individus sur le chant. Désormais, la chorale est même victime de son succès puisqu’elle doit sélectionner ses membres, leur faire passer des auditions et parfois refuser des candidat.e.s.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier