L’association chrétienne “Campus Pour Christ” accueille les nouveaux bacheliers

Réunir les étudiants au-delà des dénominations de leurs églises, les accompagner à vivre leur foi et diffuser « le vrai message » du christianisme auprès de ses cibles tels sont, entre autres, les objectifs que s’est fixé le Campus Pour Christ (CPC) sur le campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, un espace à dominante musulmane. Ainsi, il vise à fédérer les chrétiens au-delà de leurs appartenances individuelles dans un milieu où ils se trouvent en minorité.  Pour atteindre ses objectifs, le mouvement mène diverses activités auprès des étudiants chrétiens, sur le campus, au siège, situé à quelques minutes de marche de l’université, et/ou dans une église donnée. Lors de celles-ci, les étudiants musulmans sont aussi invités à y participer. Cette invitation a un double objectif qui est à la fois d’ordre social et d’ordre prosélytique. Au niveau social, les activités contribuent à la cohésion sociale entre les deux communautés religieuses ce qui facilite éventuellement le prosélytisme dans l’espace universitaire.

Le siège de « Campus Pour Christ » à Niamey. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Parmi les activités qu’organise le CPC sur le campus ou dans son local, on note la séance de lecture biblique hebdomadaire à la faculté des lettres et de sciences humaines appelée « Apportez Votre Bible » (AVB) ; les conférences débats sur des questions religieuses, académiques ou sociales ; des formations diverses (sur la vie du couple, l’entrepreneuriat, etc.), des animations culturelles, l’évangélisation, ou encore l’accueil des nouveaux bacheliers. Cette dernière activité est organisée chaque année à la reprise des activités académiques des étudiants. Elle vise à faciliter les contacts entre les nouveaux étudiants et leurs aînés ; présenter l’organisation aux nouveaux venus ; leur prodiguer des conseils ; etc.

Les étudiants arrivent au centre et s’enregistrent. 21.01.2021, Niamey, Niger
Photos : Bello Adamou Mahamadou

Une soixantaine d’étudiants patientent, assis sur des chaises en plastique installées dans la cour du centre. Le haut-parleur crache une musique de type pop américaine. Les deux principaux représentants de l’association Campus Pour Christ, Maliki, un Nigérien, et Kirk, un Américain, ouvrent la cérémonie. La soirée commence par des jeux. Kirk, s’exprimant en Français, demande par exemple aux étudiants présents de se lever à l’annonce de la faculté dans laquelle ils étudient, ce qui permet non seulement aux étudiants de voir en un clin d’œil tous ceux qui font partie de leur faculté, mais aussi aux membres de l’association de prendre connaissance de la répartition des étudiants par faculté. Or, ceci est crucial pour l’organisation de leurs activités sur le campus et pour repérer dans quelles facultés ils sont susceptibles de réunir le plus de monde. La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) est de loin celle qui compte le plus d’étudiants présents ce soir-là. Habituellement, le CPC donne rendez-vous aux étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les lundis à midi dans une salle de cours pour une session de prière et de lecture de la Bible. Malgré l’importance du contingent de Chrétiens dans ladite faculté, il n’est pas rare que cette réunion hebdomadaire soit annulée parce qu’aucun d’entre eux ne s’y est rendu. Le jeu se poursuit. On demande à ceux qui ont déjà voyagé en avion, qui ont déjà vu l’océan, de se manifester en se levant, ce que font très peu d’étudiants. On demande aux étudiants de se lever lorsque ceux-ci entendent leur couleur préférée. Toutes ces questions posées ont l’ambition de faire socialiser les étudiants et de créer une dynamique de groupe d’une manière ludique.

La soirée se poursuit avec le témoignage de Bachir, un des anciens cadres du CPC. Celui-ci rappelle la mission de l’organisation : fournir un soutien aux étudiants chrétiens dans leur formation religieuse, dans leur relation avec Dieu. Il ne s’agit pas que d’un simple soutien. “Être au CPC, c’est avoir la certitude du salut !” affirme-t-il. Un des objectifs principaux de l’organisation est aussi d’évangéliser, ce que l’intervenant rappelle en ces termes : « nous voulons évangéliser à notre manière en milieu musulman ». Il n’en précise pas pour autant les modalités mais met l’accent sur les enseignements de la relation avec Dieu : « Qui suis-je en tant que Chrétien ? », demande-t-il. Il ajoute : « la vie avec Dieu conditionne tout. » Et cette vie se veut équilibrée, à la fois spirituellement et socialement.

Le témoignage d’un des anciens cadres du CPC. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photos : Vincent Favier

Bachir dit qu’il a eu la chance de voyager beaucoup grâce au CPC, notamment dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Un léger murmure parcourt l’assistance, il se reprend : « non, pas la chance, la grâce ! ». Il s’est notamment rendu au Kenya pour un forum international chrétien. Il fait l’éloge de l’organisation ainsi : « avec le CPC, vous gagnez beaucoup ! » Maliki s’empresse de nuancer : « Attention, on n’est pas en train de vous dire que vous allez voyager ! » Les étudiants rient. C’est un rêve que beaucoup partagent ouvertement : sortir une fois du Niger, voyager ne serait-ce que dans les pays limitrophes, voir l’océan, un jour. Il en profite pour rappeler que le CPC ne fait aucune exception, il rassemble toutes les Églises. Cette aspiration à transcender les dénominations, fortement ancrées dans le paysage chrétien Ouest-Africain, se retrouve chez la plupart des groupes de jeunes chrétiens. Ceux-ci sont répartis en différents foyers autour du campus et tentent de rassembler largement leur communauté à chacune de leurs activités. Cette volonté ne se concrétise pas vraiment puisqu’aucun des groupes existants n’a jamais fusionné avec un autre.

La soirée se poursuit avec un interlude musical. Les membres les plus âgés sont invités à chanter l’hymne du CPC devant les nouveaux bacheliers. Puis c’est au tour d’un autre ancien cadre, un des pionniers de l’association au Niger, de témoigner.

Papa Até, tel que l’on nomme, raconte l’histoire du CPC, depuis sa création par le Dr. Bill Bright en 1951 à l’université de Californie, à Los Angeles. Dr. Bill Bright a un diplôme d’enseignant-chercheur. Son ambition est d’abord matérielle jusqu’à sa rencontre avec une femme qui éveille sa spiritualité. Il s’inscrit alors à une école de théologie. Une nuit, dieu se serait révélé à lui. C’est cette vision qui a donné naissance au Campus Pour Christ. L’objectif est de « gagner les étudiants pour Jésus », car il constate que les étudiants sont livrés à eux-mêmes. En 1958, le CPC gagne la Corée du Sud, puis l’Afrique de l’Ouest, d’abord Lomé et ensuite le Niger en 1992.

Le logo de l’association chrétienne « Campus Pour Christ » sur la porte du siège. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Papa Até demande à l’assemblée : « quel rôle peut jouer l’étudiant dans son environnement ? » Le « rôle » est un mot qui revient fréquemment dans des conférences organisées par et pour les étudiants sur le campus. Les étudiants, conscients de leur impact potentiel sur la société, s’interrogent souvent sur leur rôle et leur apport dans les questions de sociétés, notamment celles liées à l’extrémisme religieux et au terrorisme. L’intervenant ne manque pas de rappeler que « le CPC veut le bien-être de l’étudiant et sa réussite ». Il cite l’évangile de Matthieu, chapitre 28, versets 19 et 20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Papa Até conclut son discours ainsi : « C’est grâce aux enseignements du CPC qu’on a le salut. Cela donne aussi l’assurance, la confiance pour témoigner auprès de vos camarades. »

Maliki reprend la parole et clame : « soyons des imitateurs de Jésus Christ ! » Se contenter de s’en inspirer ne suffit pas pour évangéliser. On approche de la fin de la soirée. Maliki présente ce qu’il appelle « l’applaudissement campusien » : tout en frottant longuement ses mains l’une avec l’autre, il dit : « On va chauffer à 100 degrés… à 120… à 150 degrés ! » et il commence à frapper dans ses mains un rythme particulier, court, saccadé, accompagné par les anciens membres. Avant d’inviter les participants au repas tant attendu, il rappelle que le CPC dispose d’interlocuteurs au centre pour tous ceux et toutes celles qui auraient des questions d’ordre sentimental. Il donne aussi rendez-vous à la session de prière tous les lundis à la Faculté des Lettres. Répondant à une ultime question, il conseille aux étudiants de venir avec la Bible en version papier plutôt que d’utiliser son smartphone, avec lequel on peut être facilement distrait.

La soirée d’accueil des nouveaux étudiants a servi de cadre de rencontres et de retrouvailles entre les nouveaux et les anciens étudiants d’une part, et les étudiants et les anciens cadres d’autre part. Elle a mis en contact ces étudiants chrétiens dans un milieu où ils restent en minorité. Alliant jeux de divertissements et témoignages des anciens cadres, la soirée a permis de briser la glace entre les participants et ainsi faciliter la sociabilité. En outre, le CPC a profité de cette rencontre pour présenter ses missions et objectifs auprès des étudiants, que les organisateurs, de leur propre aveu, ne pensaient pas avoir si nombreux.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier