La fête de tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines

Le mardi 20 juillet 2021, correspondant au 10ème jour du 12ème mois du calendrier hégirien, est le jour d’Eid Adha ou la fête de tabaski chez les musulmans du monde entier. Cette fête se distingue par l’immolation des animaux, généralement le mouton, par tout musulman qui a les moyens de s’en offrir. Au Niger, toute la communauté islamique se prépare pour ce grand événement à la fois religieux et festif. Au campus de l’Université Abdou Moumouni (UAM), tôt le matin, les étudiants musulmans habillés en leurs parures de fête, un à un, se sont rendus au nouvel arrêt de bus universitaire, un vaste espace pouvant contenir plusieurs centaines de personnes, pour la prière collective marquant ce jour d’une grande importance pour les musulmans. Ils y prient à l’air libre, sous les rayons de soleil du matin. À 8h05, Cheikh Boureima Daouda, l’imam de la principale mosquée du campus (la Mosquée Al-Moustapha), entre pour diriger la prière d’Eid. Dans son sermon, après avoir rappelé l’historique et l’importance tant sociale que religieuse de cette fête, il a invité les fidèles musulmans à s’excuser mutuellement et à jouir de cette journée. Contrairement à l’année passée où les mesures barrières contre la Covid-19 étaient plus en vigueur limitant ainsi les accolades, cette année, joignant la parole à l’acte, les fidèles venus par centaines se sont serrés les mains se félicitant et demandant pardon dans la joie et la fraternité. Partout, ce sont des « barka da salla » « wakay yessi » qui se répètent entre les fidèles.

Des fidèles musulmans écoutant le sermon après la prière d’Eid. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Après la prière et tout en poursuivant les demandes de pardon, les étudiants ayant ôté leurs habits de fête se sont orientés vers le lieu d’immolation des animaux. Sous la supervision des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), une association d’inspiration marxiste-léniniste, 80 moutons et six bœufs furent sacrifiés pour tous les étudiants du campus universitaire. Les moutons sont offerts par le Centre National des Œuvres Universitaire (CNOU), le service étatique chargé d’assurer l’hébergement, la restauration et le transport quotidien des étudiants. Quant aux bœufs, ils sont offerts par une ONG islamique arabe qui manifeste, à travers ce geste, sa solidarité envers les étudiants de cette université.

Cependant, il faut noter qu’à l’approche de la fête, une part importante des effectifs des étudiants a rejoint sa famille (parents, tuteurs, amis, etc.) en ville pour fêter avec elle. Par conséquent, la fête organisée par les structures estudiantines avec l’appui des autorités universitaires et des ONG caritatives est destinée aux étudiants qui restent sur le campus et qui s’avèrent la plupart de cas sans tuteur en ville.

Les taurillons offerts par une ONG islamique arabe. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 19-07-2021
Deux membres du CE de l’UENUN à gauche procédant à la réception de leurs taurillons auprès des agents de l’ONG caritative. Photo: Photo prise sur le statut WhatsApp d’un responsable de l’UENUN

Un à un, les animaux furent égorgés et dépecés à côté du restaurant universitaire Issaka Kaïné, sous la surveillance d’une part des étudiants membres de la Commission des Affaires Sociales et d’Ordre (CASO), « le bras armé » de l’UENUN, et, d’autre part, le regard attentif des étudiants et étudiantes venus en nombres. Les moutons furent les premiers à être égorgés. Les viscères sont donnés aux étudiantes qui les prépareront à leur goût dans leurs chambres. Les garçons, eux, reçoivent les foies, les testicules et les reins qu’ils iront griller à 20 mètres du lieu de l’abattage. Cette proximité leur permet de se ravitailler en morceaux de viande au fur et à mesure qu’ils dégustent leurs grillades.

Des groupes de camaraderie se sont reconstitués aux alentours du lieu d’abattage. Les étudiants, en fonction de leur affinité, se sont organisés autour de leurs fours traditionnels pour griller leurs morceaux dans la joie et la gaîté. Deux ou trois d’entre eux se chargeaient de la grillade pendant qu’un autre préparait le précieux thé vert de Chine. Les autres s’adonnaient aux jeux de cartes et/ou à des causeries. Les étudiantes ou les camarades filles comme on les appelle, ayant rejoint leurs chambres se vaquaient à frire les tripes qu’elles ont reçues. Contrairement aux garçons qui se rassemblent leurs parts, chacune a rejoint sa chambre pour y préparer seule ou avec sa voisine la viande reçue. Ainsi, les étudiants, filles comme garçons, dans une ambiance festive, recréent le même cadre et la même ambiance que ceux des autres jeunes qui fêtent auprès des membres de leur famille.

Des étudiants supervisant le découpage des carcasses des taurillons. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Les carcasses de moutons sont grillées par une équipe spéciale louée pour la circonstance par le CNOU. La coutume, à Niamey et dans certaines villes du pays, lors de la fête de tabaski, consiste à griller les animaux sacrifiés, généralement les ovins et les caprins, à l’aide d’un grand feu. C’était aussi ce sort qui fut réservé aux 80 moutons de l’UENUN par les spécialistes en la matière. 

La grillade des carcasses de moutons au campus universitaire. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

De son côté, l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section du l’UAM a sacrifié trois taurillons, contrairement aux années antérieures où une dizaine sont immolés. En effet, chaque année, à l’approche de la fête, elle soumet ses requêtes auprès de ses partenaires pour lui fournir les bêtes à sacrifier pour les étudiants. Cependant, cette année, elle a reçu peu de réponses de leur part. Ce qui a limité ses sacrifices. À la différence de l’UENUN, l’AEMN-UAM frit l’intégralité de la viande de ses animaux. Pour ce faire, elle engage des femmes spécialistes qui sont payées à la fin de leurs services. La distribution, elle, interviendra le lendemain du jour de la fête. 

Pendant que les deux associations sacrifiaient leurs animaux, des mendiants sont venus par dizaines des quartiers environnants afin qu’ils aient « leur part » de la viande. Ainsi, femmes et enfants reçoivent des morceaux des étudiants. Avec leurs butins, ils rentrent chez eux pour fêter comme les autres familles. Par ces gestes, les étudiants procurent de la joie au sein de ces familles démunies.

Le lendemain matin, dès la première heure, les étudiants se sont orientés par centaines vers le restaurant universitaire Issaka Kaïné. Ils se sont mis en files indiennes pour recevoir leur part de la viande. En effet, la viande des moutons grillés la veille et celle des taurillons est distribuée aux locataires du campus universitaire et aux étudiants qui vivent dans les quartiers environnants. En effet, par l’insuffisance de capacités d’accueil du dortoir universitaire, des centaines d’étudiants logent dans des maisons en location tout autour de l’université. Par conséquent, par cette proximité, ils se servent au restaurant universitaire au même titre que les locateurs du campus. Ainsi, le jour de la fête, ils convergent vers le campus pour avoir leur part de viande. 

La distribution de la viande est faite par des agents du CNOU assistés par les éléments de la CASO sous la supervision du Secrétaire Chargé des Affaires Académiques et Sociales Adjoint (SCAAS-A) de l’UENUN, qui multiplie les va-et-vient afin de s’assurer que tout étudiant présent ait sa part. Cependant, malgré le nombre de moutons sacrifiés, la viande n’a pas suffi pour servir tous les étudiants présents au restaurant. Ce qui a engendré la frustration des non-servis. 

La distribution de la viande au restaurant universitaire par un agent du CNOU et un élément de la CASO habillé en noir et un autre en rouge en train de surveiller. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Une fois la quantité reçue, les étudiants repartent vers leur chambre pour la préparer, chacun en fonction de son goût. Le plus souvent, elle est frite facilitant ainsi sa conservation. En effet, ils feront des jours en train de la grignoter par morceau. 

Une étudiante préparant sa part de viande devant sa chambre. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

De son côté, l’AEMN-UAM a commencé à distribuer sa part à son bureau, à partir de 17h. Consciente de l’insuffisance de la quantité de sa viande, l’association n’a pas convié un nombre important d’étudiants à la distribution. Ainsi, un à un, les étudiants dans une file indienne reçoivent leurs parts préalablement mises dans des plastiques noirs. Débutée avec moins d’une vingtaine de personnes, la distribution enregistrait plus d’étudiants au fur et à mesure que les étudiants sont servis. Alertés par leurs camarades ou par les plastiques noirs que détenaient les servis, ils affluent individuellement ou par petits groupes vers le bureau de l’association. Comme pressenti, les rations étaient finies en pleine distribution. Face à une telle situation, les distributeurs dans un langage hésitant et consolant avaient tenté de réconforter ceux qui étaient dans la queue.

Des étudiants recevant leur part de viande au bureau de l’AEMN-UAM. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Dans l’ensemble, malgré les deux distributions, certains étudiants n’ont pas été servis par les deux structures. Cependant, avec la solidarité estudiantine où les biens comestibles sont mangés en groupe, aucun étudiant ne s’est vu privé de la viande durant ces jours. En outre, dès le lendemain de la fête, les étudiants qui avaient fêté en ville sont rentrés au campus avec leur quantité de viande. D’autres reçoivent aussi un colis de viande que leurs familles leur envoient. Toutes ces parts sont réunies et consommées entre camarades.

Les distributions faites à l’occasion d’une fête musulmane par les structures estudiantines et entre les étudiants n’ont pas tenu compte de la confession des étudiants. En effet, tous étaient servis au même pied d’égalité. Ainsi, les musulmans, chrétiens, bahaïs et animistes ont dégusté ensemble la viande de la fête dans une ambiance festive. Chacun a festoyé sans tenir compte de la frontière religieuse qui le sépare avec son camarade.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman, une soirée à l’image des recommandations islamiques

Dans la soirée du 5 juillet 2021, à la place AB de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM), s’est tenue la nuit culturelle de l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section UAM (AEMN-UAM). Elle est organisée à l’occasion de la Journée de l’Étudiant Musulman (JEM) qui a eu lieu deux jours plus tôt. Outre des étudiants (musulmans ou non), des responsables associatifs de l’AEMN-UAM et du Bureau Exécutif National (BEN-AEMN), cette nuit a aussi enregistré la présence des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), qui est une association d’inspiration marxiste-léniniste et la seule intermédiaire entre les étudiants et les autorités universitaires et ministérielles. Cependant, cette diversité de participants n’a pas eu d’incident sur la soirée par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions. Au temps fort de l’activité, la place AB était pleine d’étudiants ; les participants pouvaient être estimés à plus de 500 personnes. Des jeux concours ont été organisés et des prix des concours réalisés antérieurement ont été décernés aux gagnants. Les étudiantes portant leurs hidjab et niqab (voile intégral) étaient assises dans l’un des trois compartiments de la tribune et les garçons occupaient les deux autres.

Photo N°1 : La place AB de l’UAM

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Située à la cité Malla Bagalé de l’UAM, la place Amadou Boubacar, plus connue sous le nom de « la place AB », est un espace dédié aux rencontres estudiantines telles que les conférences-débats, les soirées culturelles et les Assemblées Générales de l’UENUN. Elle est réputée être le temple de la formation idéologique et syndicale des mouvements estudiantins d’inspiration marxiste-léniniste. Ces dernières années, les associations religieuses estudiantines musulmanes et chrétiennes ont toutefois commencé à utiliser la place pour y organiser leurs activités (prédication, conférences-débats religieux, nuits ou soirées culturelles, etc.) auxquelles participent également des animateurs externes à l’université, voire des expatriés.  Si au début des années 1990, des tensions ont été enregistrées entre les étudiants religieux et marxistes sur l’occupation de cette place, avec le temps, cela est devenu plus ou moins normal en suscitant moins de tensions. En effet, à l’époque, diffuser des messages religieux (opium du peuple) dans un espace considéré comme le temple du marxisme était perçu comme un sacrilège.  Par la place de plus en plus importante que se taille la religion auprès des étudiants, le marxisme a perdu des défenseurs chevronnés. Ainsi, il se retrouve sur son espace en perte de vitesse de plus en plus.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman a débuté par une lecture coranique préenregistrée. Après les louanges à Allah et les mots de bienvenue, l’animateur a invité le comité du jeu concours sur la culture générale à faire son entrée.

Réunissant les équipes de l’École Normale Supérieure (ENS) et des six facultés de l’Université chacune composée de trois étudiants, cette compétition a porté sur des questions sur l’islam et sur la culture générale telles que le nombre de sourates et de versets dans le Coran ; les noms des mosquées sacrées de l’islam ; le contraire du mot nocturne ; le genre du mot oasis ; etc. Autant de questions élémentaires qui suscitent la curiosité des participants et des spectateurs.

Photo N°2 : Les équipes de différentes facultés lors du concours sur la culture générale

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

 Après cette activité s’est suivie la remise de prix aux gagnants du concours de l’appel à la prière. Il a regroupé les muezzins des mosquées de différentes facultés, de l’ENS et celles du campus universitaire. Le concours vise à identifier le besoin en formation et dénicher les talents parmi les étudiants. Ainsi, afin de déterminer le meilleur, les examinateurs ont porté leurs regards sur la prononciation et la prolongation des mots et de lettres ; la terminaison de l’appel ; la mélodie du muezzin ; l’audibilité de l’appel et la posture et durée de l’appel. 

Photo N°3 : Le lauréat du concours de l’appel à la prière faisant une démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Les gagnantes du concours culinaire, qui a réuni des étudiantes en fonction de leurs facultés, furent également récompensées. L’objectif du concours est d’amener les participantes à préparer des plats à moindre coût, afin, à long terme, de diminuer les éventuelles tensions au sein des couples. En effet, une somme modeste de 2.000 FCFA (soit 3,05 €) fut donnée à chaque participante pour acheter l’ensemble de ce dont elle avait besoin pour sa cuisine. À travers ce concours, les organisateurs visent à former et à perfectionner les participantes dans la cuisine. Pour déterminer la meilleure, le jury a porté ses regards sur la décoration du plat ; le respect de la somme donnée ; le respect de la durée de la préparation du plat ; la créativité ; la présentation orale ; le goût du plat ; la préparation individuelle et la réaction après évaluation.

Après ces délibérations, une démonstration de Kung fu (combats, katas et self défense) fut faite. Avec la participation de deux équipes différentes, cette activité a émerveillé le public qui n’a cessé d’applaudir durant les démonstrations. À la fin, le modérateur a invité les spectateurs à s’inscrire dans l’un des différents clubs de l’Université en disant que le sport est bon pour la santé.

Photo N°4 : L’une des équipes de Kung fu faisant la démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Attanaffous est un concours sur la connaissance islamique qui consiste à tester le niveau de connaissances des candidats sur des aspects portant entre autres sur la foi, la aqida et la vie du Prophète Mohamad (PSL). Les lauréats du concours furent aussi récompensés tout comme ceux du concours sur la production écrite. Les prix furent donnés par les différents membres du BEN et de la section de l’UAM. Ils contiennent entre autres les copies du Noble Coran, celle de la traduction des dernières sourates, des livres islamiques, des tasses et des carafes d’eau et des sommes symboliques d’argent.

Évitant au maximum le contact entre les sexes opposés, lors des remises des prix, les hommes ont donné les prix à leurs frères et les femmes à leurs sœurs gagnantes. Lorsque c’est une fille qui remporte le prix, l’un des organisateurs pose le prix sur une chaise pour que celle qui est censée le donner à la gagnante le prenne.

Photo N°5 : L’équipe de la Faculté des Sciences de la Santé avec les différents prix qu’elle a remportées

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

La présence des musulmans de diverses tendances et des non-musulmans n’a pas eu d’incident sur la soirée. Cela est facilité par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman est l’opportunité annuelle pour l’AEMN-UAM de “divertir” ses membres. À la différence des soirées culturelles organisées par d’autres organisations estudiantines, dans lesquelles les étudiants se divertissent à travers les sketchs, les théâtres, les danses modernes ou traditionnelles, les poèmes, et bien d’autres activités distractives, cette nuit fut marquée par des compétitions entre les étudiants et l’attribution des prix aux lauréats des concours organisés à cette occasion.

L’AEMN-UAM s’est inspirée des recommandations islamiques sur l’importance de la pratique du sport et de la self défense d’une part, et de la recherche du savoir religieux et/ou mondain, d’autre part, pour mettre les étudiants en compétitions et les divertir. Tout ceci dans le respect de la règle islamique portant sur l’interdiction de la mixité homme-femme. À travers cette nuit culturelle, cette association a fait d’une pierre deux coups. Au-delà des simples divertissements, elle a saisi l’occasion pour renforcer les capacités des participants aux différentes compétitions, mais aussi inciter les autres étudiants à s’intéresser davantage à la religion, à la vie sociale et à la culture générale. Au lieu que les prix soient des coupes ou des médailles, ce sont des livres islamiques, des copies du Coran, des cahiers, des stylos, etc. qui sont offerts aux gagnants. Ces prix sont non seulement symboliques, mais appellent aussi le bénéficiaire à se cultiver encore plus.

“Allah liberates people from fire at each fast-breaking, each night”: Ramadan at the Université Abdou Moumouni de Niamey

A banner scrolls at the bottom of the TV screen during the news on Télé Sahel, Niger’s national channel: the thinnest moon crescent has been sighted in Zinder and Maradi, two major southern cities close to the Nigerian border and considered as cradles of Islam in Niger. The holy month of Ramadan is officially starting although one couldn’t see the moon yet in the western part of the country and Niamey, the capital city. Some people don’t rely on such reports and prefer to start fasting when they see the crescent by themselves, invoking that it is how the Prophet Muhammad did. Following precisely the steps of the Prophet is crucial during the holy month. Yet the majority simply follows official statements given by religious authorities, and Ramadan remains a collective, nationally organised event.

On April 13th in Niamey, the thermometer reads 43°C. Fasting, and not drinking in particular, from roughly 5 AM to 7 PM during the hot season is a real challenge for many. Some male students use this opportunity to show their determination and endurance capacities. Regardless of gendered attitudes, most people can’t wait to start fasting. A general excitation and craze characterize the days before and the first days of Ramadan. Finally! One will dedicate more time to prayers, to read the Qur’an, and thus increase one’s chances of going to heaven.

On the campus of the Université Abdou Moumouni de Niamey, the Association des Étudiants Musulmans du Niger organized a few conferences before and during the first days of Ramadan. The topic “How to do the Ramadan successfully?” attracted many students to the talk given by an Islamic scholar or Oustaz invited for the occasion. One of these conferences took place at the Faculty of Arts’ mosque, attended by roughly a hundred male students sitting outside on mats while female students gathered inside the mosque. The Oustaz presented the meaning and objectives of fasting during Ramadan and emphasized the necessity to perform it as the Prophet did so as to get closer to Allah and to multiply one’s chances of entering heaven. The questions asked by students after the lecture mostly focused on practices and on a variety of hypothetical situations. Students are afraid of anything that could invalidate their Ramadan.

Conference “How to do the Ramadan successfully?” 15.04.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Prayers on campus during Ramadan gather more people than usual, especially at the beginning of the holy month. The most important prayer is undoubtedly the last one of the day, Isha. In Sunni Islam – the major trend on campus –, one must perform four Rak’ah (a Rak’ah is a cycle of praying movements) during Isha’ prayer. Yet during the holy month, this number rises to 17 Rak’ah at Isha’ so that the prayer lasts almost forty minutes instead of ten. Although several mosques surround student halls, male students like to gather at the former bus stop, a sandy and empty square located right after the campus main gate. During the first nights of Ramadan, the attendance was so massive that the row of prayers slightly impinged on the campus main road. Unlike in some places in town during Friday prayers, it didn’t block the traffic. This massive student presence during prayers did not last more than a week. Fewer students would gather for prayer in that space after a couple of weeks, and many would start leaving before the end of the prayer. But other groups would unconditionally perform this prayer until the end and gather for a session of collective Qur’anic recitation, sitting on mats in a corner of the square.

“Descending” the Qur’an – reading it completely – at least once during Ramadan is highly encouraged, and almost compulsory for those who can read Arabic. Although translations are available, reading the Qur’an in Arabic is much more valued. In fact, some students who regularly attended Qur’anic schooling may know how to read Arabic but don’t necessarily understand it. Yet, a majority of university students today come from the public schooling system and couldn’t acquire such skills by lack of time or interest. For this reason, the Muslim student association offers courses on how to read the Qur’an in 12 lessons. As attractive as it may sound, very few students attend the course. Nevertheless, students often take time during their day to go to the faculty’s mosque and recite a few Qur’anic verses. During Ramadan, the melody of murmuring voices of readers reciting verses faded down day after day and was soon replaced by the constant snoring of tired bodies between seminars and daily prayers.

Students sleeping during the day at the Arts Faculty’s mosque. 10.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Students and lecturers are exhausted after a couple of weeks of fasting. The usually loud and joyful campus life during the day gave way to a silent and strange atmosphere. Crushed by the heat, students seek shelter in their dorms during the day or some hypothetical fresh air during the night, sleeping under the stars on the halls’ rooftops. Many lectures and exams were cancelled during the fourth and last week of fasting.

It is only when dusk breaks out that the campus finally wakes up as people gather for Maghrib prayer. In observance of an official and widely spread Ramadan schedule, Muslims can break the fast a few minutes before the evening prayer, drinking for the first time after roughly 14 hours of drought. Like the prophet did and recommended, they would start by eating an odd number of dates (usually three) to break the fast. The collective meal is often taken between the two evening prayers. Beyond the pleasure of drinking and eating again after a long day of abstinence, it is a crucial time for exchange and socialization. Many student clubs and associations try to offer once or even several times a collective diner to their classmates or members and thus enhance their reputation. For this purpose, associations often rely on the help of international Islamic NGOs. Subsidizing food supplies during the holy month seems to have turned into a moral economy. Indeed, alms-giving during this month is much more rewarded and supports donors’ quest for paradise. For instance, the leader of the Student Union obtained from a Nigerien businessman a cheque of 20 million FCFA to finance free meals at the campus restaurant for all students during the whole month of Ramadan, a news that rapidly spread on social media.

Students breaking the fast collectively in front of the “Club of philosophy students” 07.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier

Despite the hardship of performing Ramadan under exceptional climatic circumstances, Muslims find courage and motivation again toward the end of the holy month. Most of them would seek the benefits of Laylat al-Qadr, the night of fate, among the odd last nights, a moment that shall give more chance to Muslims to enter paradise. Massive collective prayers would take place during this time on two different sites on campus, the one outside led by the Tijaniyya, a Sufi order, the other in the Friday Mosque, led by the Sunni-Salafi, from approximately 1 AM to 4 AM.

Seeking Laylat al-Qadr: collective night prayers at the main campus mosque. 09.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Foto: Vincent Favier

Nights turned into days, days into nights, and time seemed to stop until the liberating final sermon of Eid al-Fitr. Gathering at one of the campus mosques, the Cheikh warned off Muslims that this Islamic celebration should not become a mere social event. Traditionally, at the end of Ramadan, everyone asks their friends and relatives to forgive them for all the wrongdoings they might have committed, voluntarily or not, in the past year. With a hint of both nostalgia and rejoicing, the Eid al-Fitr celebration could finally start as people went back home and met with their families, friends and neighbours, eating all day until night.

Cheikh giving his sermon for Eid al-Fitr at the former campus mosque. 12.05.2021, Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger. Photo: Vincent Favier