Ƙaramin Sani Kukumi Nèe / Little Knowledge is a Dangerous Thing

Film screening

On March 15th, 2023, Vincent Favier was invited by Dr. Lorenzo Ferrarini to screen a rough cut of his film at the Granada Centre for Visual Anthropology, University of Manchester, UK. Entitled “Ƙaramin Sani Kukumi Nèe / Little Knowledge is a Dangerous Thing”, the film portrays life on campus at the Université Abdou Moumouni of Niamey, Niger.

“Praise the Lord!”: Bible Study at the University of Ibadan

Nothing seems to disturb the quietness of the University of Ibadan’s campus in the late afternoon. It is the end of classes and students are slowly making their way to the main gate or hang around the halls of residence. While some are playing football and tennis, others are chatting in small groups, checking on their phones, cooking food in their rooms. Yet, in a few hours’ time, a sound activity will break the usual calm of the campus. In different places, one will hear students singing, others screaming, high-pitched voices from saturated loudspeakers, drums rolling.

The city of Ibadan. Nigeria. 08.02.2020. Photo: Vincent Favier

With its green, walkable park-like appearance and its many facilities, the Ibadan campus has little to envy the British and American models from which it always seems to draw inspiration. In fact, the University of Ibadan (UI) was established by British settlers in 1948 on a hill in the outskirts of the city. But it may soon become encircled by this sprawling, roaring city in the southwestern part of Nigeria, in the Yoruba region, as Nigeria’s population is growing steadily. Reflecting a booming trend all over Nigeria, Pentecostal student fellowships have increasingly pervaded universities in the past decades. These student organizations are local, university-based branches that belong to national, so-called “mother Churches”. Deeper Life, Redeemed Christian Church of God, Christian Apostolic Church, Mountain of Fire and Miracles Ministries, Winners’ Chapel are some of the most famous and popular Churches that dominate the Nigerian Pentecostal-Charismatic landscape today. All of them – and many more – have branches on the UI’s campus, so that every evening, when it gets dark, their activities start. Bible Study sessions, prayer services, or just freely organised worships pop up a bit everywhere in the student halls or in informal spaces like makeshift constructions next to the halls.

A makeshift church next to a student hall where the Redeemed Christian Fellowship organises events. UI, Ibadan, Nigeria. 26.02.2020. Photo: Vincent Favier

This evening, members of the Christ Apostolic Church Youth Fellowship (CACYOF) prepare one of their weekly worships in the Mellanby Hall, a centrally located student residence on campus. A few female and male students put the plastic chairs in rows, arrange the ventilators in one of the hall’s Common Room in which I take a seat. Non-academic staff rents these so-called “common rooms” to the student fellowships for their religious activities. Musicians install a keyboard and a drum set on each side of the lectern, from which the preachers, usually students too, but sometimes external guests, will give their “lecture”. During the soundcheck, undergraduate students fill up the room, which can contain approximately 40 persons. Latecomers have to stand before the door. Low-energy bulbs create a dim light while fans struggle to cool the room as the worshippers start warming up. The Bible Study always begins with music and singing, mixing up sometimes with melodies coming from another room in which a fellowship is gathering.

The Mellanby Hall in which CACYOF’s Bible Study takes place. UI, Ibadan, Nigeria. 27.02.2020. Photo: Vincent Favier

The sound level slowly increases until the preacher takes the lead and announces the topic of today’s study: “the potencies of the Word of God.” Referring to the Old Testament and the psalm 119, he asserts: “The spirit of wisdom goes with the spirit of knowledge.” Then he asks for 11 volunteers for reading other verses. During the sermon, the keyboard player softly presses and holds a few keys, enveloping the words of the preacher with a musical texture that reminds a bit of the dramatic and though the very kitsch atmosphere of old-fashioned Western soap-operas. “You being saved is different than your soul being saved,” says the pastor. “Soul has to be saved daily, it goes beyond the body. The Word of God saves the soul and it starts from the purity of the spirit.” When the pastor hushes, a long keyboard note catches the silent audience and fills up the room with solemnity. Walking back and forth in the central aisle, the Pastor would sometimes softly lay his hand on someone’s shoulder, in a reassuring gesture that doesn’t seem to distract the worshipper. “The things of the flesh, put them away! You don’t need them!” he goes on, as he raises his voice. He repeats: “The Word of God saves the soul.” And he starts a new stanza: “The Word of God heals. And it delivers.” The student pastor subtly sets the pace of the ceremony like a conductor. His rhetoric, his tone, the repetition of identical words and phrase structure support the dramatic dimension of the event that the musicians contribute to heighten too. The success of this kind of performance depends on the charisma of the leader and on his ability to conduct the different actors and movements of the Bible study.

A student sitting with the Bible on his laps at CACYOF’s Bible Study. UI, Ibadan, Nigeria. 13.02.2020. Photo: Vincent Favier

After roughly an hour of preaching, reading the Bible, and commenting on verses, the fourth preacher drives the audience towards the “tongue-speaking communion” with this sentence: “If the Word of God has not entered your spirit, it becomes meaningless.” The use of the words “God”, “spirit”, “entered” in a conditional form resonates as signals for the upcoming practice of tongue-speaking. The audience suddenly knows and feels that the time has come, as several members start shaking one leg slightly and close their eyes. The preacher looks gravely over the assembly. As he raises his voice, his intonations and gestures become more vigorous, and the sermon reaches another intensity. In a call & response style, some of the sentences he pronounces are rhythmed by a short silence, during which the audience would accordingly answer an intonated “a-MEEEEN!” The preacher shouts: “PRAISE THE LORD!” And the crowd: “HALLELU-JAAAH!” The preacher still holds the authorization of starting the collective tongue-speaking, creating a tension that seems unbearable to many, ready to explode. Some faces in the audience become even more contracted, the eyes closed, heads are bent down or held up high. Hands in the back or psalms facing up, most students start moving their lips or whispering some indistinguishable sounds and shaking their legs rhythmically, frenetically. Finally, the preacher gives the go-ahead when he starts speaking meaningless syllables in the microphone: “Sha-ka-ra-pe-te-raka-tapo! Re-ke-ta-pa-ka-tala-mata!…” Immediately, flows of vowels and consonants collide with each other in the four corners of the room. Bringing this din to an end is usually achieved when the preacher pronounces the magic sentence: “In Jesus’ name we have praid!” “a-MEEEEEENNN!” the crowd responds in unison. The calm is suddenly back and the sermon continues. The “Baptism through the Holy Spirit” is one of the main features of Pentecostal theology and something that worshippers actively seek after. In short, speaking in tongues is seen as a bodily manifestation of a spiritual gift that proves the presence of the Holy Spirit in individuals.

Advertisement for a worshipping event at the University of Ibadan. Ibadan, Nigeria. 17.01.2020. Photo: Vincent Favier

From an outsider perspective, this kind of transcendental spiritual practice is rather intriguing at first sight. At the same time, one can only notice how this collective effervescence, to take on a Durkheimian terminology, is socially organised, well-structured, guided, and controlled. During almost thirty minutes, the preacher alternates his sermon with this so-called “Tongue-speaking” or “Tongue-praying”, which students do to varying degrees. As another round of “tongue-speaking” starts again, some students just keep on moving the lips almost silently and barely shake their body, while others begin to release themselves to such an extent that they fall into a sort of epileptic trance, either standing or lying down on the floor. A few girls, wearing a headscarf, hit the wall repeatedly with the hand while they speak in tongue. Others, down on their knees, would hit the floor. Eyes shut, arms raised in the air, baffling sounds, imploring face expressions, heavily shaking and sweating bodies translate a feeling of both releasing and refilling the soul, a tension that the drummer helps recreate with frequent drum rolls. Power cuts may occur several times during the study, but don’t really affect it. Students fellowships are strategic: having a drummer always ensures the musical continuity of the Bible Study because it doesn’t need amplification. This time, the session ends up in the dark, with loud and joyful collective singing, while students keep on dancing and jumping.

The Christ Apostolic Church, generally used for Sunday services on the campus. UI, Ibadan, Nigeria. 08.03.2020. Photo: Vincent Favier

At the end of the Bible Study, most of the students would stay inside or outside before the room, tidying the place, chatting, and laughing. Others would go back to their respective halls and have dinner at their cafeteria, as most of them live on the campus. The relaxed atmosphere following this session of Bible Study somehow contrasted with the intensity of the worship. I had the feeling that these practices helped students release some tensions, particularly the ones who went apparently “far” in what looked pretty much like a trance or a possession. Yet, others were discreet, or even shy, and seemed sometimes out of place when they were barely shaking a foot while standing next to a frenetically moving, sweating, and shouting body. While some are rather seeking biblical knowledge and guidance for reading and understanding the Bible, others would engage with this worshipping opportunity on a different level. This practice is anything but unusual, or hidden, on the campus. Even though the students found themselves in the intimacy of this common room, other gatherings often take place outside on the campus, where students may worship and perform such practices openly, publicly, in groups or individually.

Le Maoulid au campus de l’UAM de Niamey (Niger) : entre festivités et expression de l’amour du Prophète

Par Bello Adamou Mahamadou

C’est dans la nuit du 21 au 22 novembre 2020 (de 21h à l’aube) que la Zawiya des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey (une association informelle regroupant les étudiants soufis) a célébré le Maoulid du Prophète Mohamed (PSL). Cette festivité a eu lieu près d’un mois après la date officielle de la naissance du Prophète de l’islam. Ce décalage est sciemment choisi pour permettre aux étudiants de la congrégation d’assister aux différentes célébrations organisées par les cheikhs de la ville de Niamey à des dates différentes et celles organisées par certains cheikhs des autres localités du pays. En plus des étudiants de l’université hôte et de leurs responsables syndicaux, étaient présents ceux de l’université islamique de Say, de l’école des mines, des industries et de la géologie (EMIG) de Niamey et les fidèles non scolaires venus de la ville.

L’affiche d’invitation à l’une des entrées de la cité Mala Bagalé du campus de l’UAM (Source: Auteur du texte, le 20-11-2020)

Le Maoulid, c’est la fête d’anniversaire du Prophète Mohamed (PSL). À cette occasion, les fidèles se réunissent pour lire le Coran et la biographie du Prophète. Ils lui dédient aussi des chants. Organisée chaque année, cette célébration est d’une grande importance pour les fidèles soufis de façon générale et pour les tidjanes en particulier. Elle constitue, par ailleurs, l’un des points de discorde entre les soufis et les réformistes musulmans.

La célébration du Maoulid au campus universitaire de Niamey a eu lieu dans un espace qu’on appelle « l’Arrêt des bus ». Ce jour-là, pour la circonstance, cet endroit fut décoré des photos des cheikhs Tidjanes et des versets du Coran calligraphiés sur des banderoles dès l’après-midi. Aussi, des chants en l’honneur du Prophète (waqe) résonnaient dans de grands baffles de la sonorisation. Ce qui tient lieu d’un côté d’information des pensionnaires de la cité universitaire de la tenue d’un évènement de taille et de l’autre côté cela suscite la curiosité des passants. Ce soir-là, les occupants habituels (tabliers, vendeurs d’accessoires de téléphone et les motos) de « l’Arrêt des bus » ont cédé la place aux chaises, canapés de luxe et hangars en bâches. Les chaises sont disposées en « U », ce qui a permis d’étaler de grandes nattes, dans le but d’offrir le maximum des places assises aux fidèles.

Des étudiants attendant le début des festivités (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

À la tombée de la nuit, « l’Arrêt des bus » était éclairé par mille ampoules. C’est à ce moment que sont apparus les agents du service de protocole et de sécurité, les « yan-agaji ». Ce sont des vigiles volontaires, uniquement des hommes et des garçons, habillés en blanc, qu’on peut voir à des prêches ou autres manifestations religieuses des Tidjanes. Pour toute aide, les fidèles s’adressent à eux. Ce soir, ils sont placés comme pour un jalonnement de l’armée, sur toutes les voies qui débouchent à « l’Arrêt des bus ». Pour guider les fidèles au lieu de la cérémonie, ils tiennent dans leurs mains des lampes bicolores LED. C’est à eux aussi que revient la tâche d’accueillir et d’orienter les étudiants et les invités vers les places qui leur sont réservées.

Vers 21 heures, les étudiants commencent à arriver sur les lieux, en attendant l’arrivée des personnalités religieuses de marque. Habillés en tenue de fête et chapelets dans les mains pour la plupart – un jalap avec un bonnet – ils s’accueillent sourire aux lèvres. Les filles sont assises dans un angle, un peu à l’écart des rangées des hommes. Elles se cachent derrière leurs hidjabs qui couvre tout leur corps, sauf le visage. Certaines d’entre elles ont épinglé sur leurs hidjabs des images du Cheikh Ibrahim Niasse du Sénégal (guide spirituel des Tidjanes).

Il était 21 h 32 min, quand retentit la haylala mélodieusement répétée par un groupe d’étudiants. Celle-ci est la répétition de la formule de l’unicité d’Allah, qui peut être traduite en français par « il n’y a point de divinité digne d’adoration hormis Allah ». Elle est le plus souvent répétée par les soufis lors de leur culte d’adoration quotidien (le wird). Elle est aussi récitée lors des célébrations de grande importance (dont le Maoulid). Le groupe avance perçant la foule. Toute l’assistance se lève pour accueillir l’invité de marque. C’est un homme habillé d’un grand boubou blanc et un burnous noir. Il a un turban blanc sur la tête et un long chapelet dans les mains. Ses chaussures, ôtées pour ne pas marcher avec sur les nattes, sont portées par un élément d’agaji. Et c’est lui qui guide avec politesse l’illustre hôte à sa place. Une fois installé, comme pour faire allégeance, les étudiants, un à un ou par groupes, partent le saluer. Je chuchote pour demander à un étudiant l’identité de cet invité. Il me répond avec un ton plein d’admiration, que « c’est le Cheikh Barhama, l’une des personnalités soufies les plus respectées de la ville de Niamey ». « Cheikh » est le plus grand titre auquel puisse aspirer un leader soufi. Cette scène d’accueil-installation est répétée à chaque fois qu’arrive un cheikh, qui sont environ une dizaine. Au nombre de ces invités de marque, on peut citer les cheikhs de la ville de Niamey (Cheikh Malam Habib, Cheikh Moussa Souleymane, Cheikh Maki), un Cheikh de Zinder et ceux venus des villes nigérianes de Kano, de Makurdi et de Kampa. Parmi les étrangers, il y avait un Charifi (descendant de la famille du Prophète) et le Khalifa (remplaçant ou successeur) de Fadar Bégué (un chanteur nigérian réputé dans les waqe) décédé il y a quelques années.

Le Président de la zawiya présentant ses mots de bienvenue les fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Après l’installation des invités, le président de la zawiya a pris la parole en premier pour souhaiter la bienvenue aux participants, avant d’adresser des remerciements spéciaux aux Cheikhs pour avoir honoré de leur présence la cérémonie. Puis, il a invité les étudiants à écouter avec attentions les différents prêches. Les interventions des cheikhs ont porté sur la vie du Prophète, l’importance du Maoulid en islam et les leçons à tirer de la vie du Prophète Mohamed (PSL). Chacun en fonction de son expérience a abordé un thème qu’il juge important pour la circonstance.

Les étudiants, eux, ont agrémenté la nuit avec des chants religieux (diwani). Ils se mettent en cercle pour chanter les louanges du Prophète et faire la haylala. L’assistance répète souvent avec eux dans un ton harmonieux. Touchés par les sens des chants qu’ils entonnent, certains étudiants se tapent la poitrine pour se galvaniser. Certains participants les encouragent en les gratifiant des billets de banque. Un temps fut aussi accordé aux étudiantes pour prester. Une d’entre elles, assise depuis sa chaise, chante les louanges du Prophète Mohamed en langue hausa dans une voix qui a conquis l’assistance. Elle fut accompagnée par deux de ses consœurs. L’une, émue par le sens des mots, pleura dans son chant. Il a fallu que le micro lui soit retiré. Il fut, par la suite, passé à une autre étudiante qui a chanté sur l’importance de la lecture du Coran. Elle aussi fut emportée par la même émotion que la première.

Les leaders religieux tidjanes ayant pris suivant l’intervention de l’un de leurs (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Durant la veillée, les étudiants partent un à un ou par groupes restreints auprès des différents cheikhs ou du Charifi pour avoir leur bénédiction. Ôtant les chaussures et leurs bonnets en signe de respect, ils s’accroupissent devant eux en les saluant. En guise de reconnaissance, les cheikhs leur demandent de se relever. Ensemble, ils font une fatiha (prière) les paumes ouvertes au ciel. Ils retournent ensuite vers leurs camarades tous souriants. J’étais surpris de voir le respect que ces étudiants fidèles manifestaient à leurs leaders religieux et surtout au Charifi. Je ne cesse de me demander comment est-ce qu’un Nigérian de peau noire et n’ayant aucun trait morphologique d’Arabe, peut être descendant de la famille du Prophète Mohamed. J’ai posé cette question aux étudiants qui se trouvaient à côté de moi pour lever le doute. Selon eux, la généalogie remonte à la famille d’Ali, le cousin du Prophète et son quatrième calife. En effet, cette famille, à un moment de l’histoire, a migré de l’Arabie vers l’Égypte fuyant les persécutions. À travers les mariages avec les communautés locales, ses membres se seraient éparpillés à travers l’Afrique du Nord et de l’Ouest. C’est ainsi que certains membres se sont retrouvés au Nigéria.

Avant de quitter, à la demande des étudiants, le Cheikh Maki renouvèle symboliquement le vœu d’adhésion des étudiants à la tariqa-tidjaniya. Il a également « donné » symboliquement cette tariqa à ceux qui aspirent y adhérer. Ils étaient des dizaines à s’accroupir devant lui pour recevoir l’adhésion ou son renouvellement. Il a quitté en laissant derrière lui des étudiants dont la foi est raffermie par cette bénédiction. Ils étaient nombreux à manifester leur joie et satisfaction après cet acte symbolique. Je n’ai pas pu contenir mon étonnement face à cela. J’étais surpris de voir des étudiants qui, après les propos du cheikh, se félicitent mutuellement « barka, barka ! », comme s’ils sont admis à un examen académique. Ceci m’a donné l’occasion de mesurer combien cette adhésion est importante pour ces étudiants.

Le président de la zawiya, premier à gauche, à côté du Cheick Barhama de Niamey et de deux autres fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Vers 3 h du matin, il est servi à manger aux participants ce qui a permis de faire le plein d’énergie pour la suite de la veillée. Elle se poursuit par la lecture et traduction du livre « Faydoul ahmadi » écrit par Ibrahim Niasse, le Sénégalais. Il est lu en arabe par le président de l’association et traduit en hausa par le Cheikh de Zinder. À l’annonce de l’heure de la prière de l’aube, les étudiants ont renouvelé leurs ablutions rituelles pour la prière. Cette dernière fut dirigée par le Cheikh de Zinder.

C’est ainsi qu’a pris fin la célébration du Maoulid de 2020, organisée par la Zawiya des étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Ils se sont dispersés dans la satisfaction, la joie au cœur avec l’espoir de revivre une telle expérience l’année prochaine. La présente célébration est ma première expérience après plusieurs années de vie à l’université et de rupture avec mon background familial. J’ai en effet grandi dans une famille Tidjane. Je participais à ce genre de célébrations avec mes frères, mes amis et mes parents. Mais avec le temps, j’ai arrêté de participer, après avoir pris une autre voie : le salafisme qui condamne une telle festivité. C’est pourquoi cette rencontre m’a rappelé mes souvenirs d’enfance lorsque nous assistions au Maoulid avec ses amis.

“‘L’accueil des nouveaux bacheliers’: Students discover the academic environment”

On October 31st, 2022, Vincent Favier presented a thesis chapter entitled “‘L’accueil des nouveaux bacheliers’: Students discover the academic environment” during the workshop “Religions on Campus: Coexisting Traditions, Reformulating the Secular and Life Projects” that took place at LASDEL, Niamey, Niger.

Sunday Dancing Club at MFM

By Vincent Favier

People who come there on Sunday morning spend most of the time singing and dancing, but it is neither a nightclub nor a radio station. It is a church. Starting at 8 AM, the service could be an exciting afterhour for the Christians who spent their night in one of the few Niamey’s nightclubs. Usually held by Christians, they are frequented by expats and Nigeriens from diverse religious affiliations, if they have any. This suggestion may sound out of place, yet one shouldn’t downplay the energy that preachers and worshippers put into creating an atmosphere of joy and celebration every Sunday morning in this church. MFM stands for “Mountain of Fire and Miracles Ministries”, a name that says it all about the Church’s style of worship. Originally founded in Nigeria, it has gained an international reputation through its usually loud, heated, and highly demonstrative services. One of the most notorious Churches on the African Pentecostal landscape, it opened branches in several African countries, including Niger, as well as in Europe and in the United States.

The Mountain of Fire and Miracles’ church. Niamey, Niger, 20.12.2020. Photo: Vincent Favier

Located in Niamey’s poor and popular district of Boukoki in which a majority of Nigerien Muslims live, the Church was run by a Nigerian couple until the Charlie Hebdo’s riots broke out in Niger in January 2015. After stealing or destroying what they could, mobs of youngsters set several churches in fire, but in a few areas, Muslim neighbours spontaneously constituted vigilantes’ groups and managed to protect Christians and churches. Nevertheless, the Nigerian couple, traumatised, moved back to Nigeria and a woman from Benin was appointed pastor of Niamey’s MFM church. In a spirit of forgiveness, the new pastor tried to make a fresh start with the neighbourhood by offering food and goods to the families and sweets to the children when she comes back from the market. The relationship is rather cordial now, yet she deplores the fact that kids in the hood still throw stones into the church’s yard sometimes, pointing at their lack of education. She decided to level-up the walls surrounding the church. The memory of the riots remains painful for many Christians. In this context, it is thus not surprising that worshipers’ behaviours are noticeably less exuberant and the noise generated by the services is overall lower compared to Pentecostal practices in Nigeria. In all cases, the sixty or so members of the congregation meet regularly again, sing and dance freely, especially on Sundays.

Worshippers waiting to drop their tithes before the altar. MFM, Niamey, Niger, 20.12.2020.
Photo: Vincent Favier

On this Sunday morning, the church is almost full for the special ceremony dedicated to offerings. Once a month, members bring goods of their choice, according to their financial capacity. A Bluetooth headset in his ear, a young security guard wearing a T-shirt with the MFM logo stands at the entrance and keeps an eye on the streets. Inside the church, all the goods were dropped in a corner, waiting for the pastor to start the ritualised offering ceremony. Worshipers must be patient. They know this kind of service usually lasts up to six hours. Instead of young partygoers, the participants are rather families dressed in their best Sunday cloth. Many men and boys wear either the traditional riga or casual jeans and shirts. Women picked their most elegant dress in African wax fabric often matching their huge headscarf, but some wear cocktail dresses and sophisticated hats that would provoke sideways glances in any posh American wedding. Some little girls are dressed like princesses with multicoloured plastic hair clips. A small group of school teenagers – hand-clapping experts –, a few students of the Université Abdou Moumouni, men and women coming alone or with their children, form the rest of this mixed congregation. They are mostly from Nigeria, but also from Togo, Niger, Benin, and Burkina. They are a Christian community like many others on Sunday in Niger’s capital city, praying in the name of Jesus, seeking to feel the Holy Spirit’s breath inside them, imploring God to bless and to reward them on this earth, here below. And if it’s not in this life, then it will be in the hereafter, a student told me.

Young boys and girls dancing before the altar. MFM, Niamey, Niger. 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

In fact, the pastor likes to remind that the MFM community stands apart from other Christian churches: “We are at MFM, we have our own way of praying!” Indeed, I witnessed practices that I never saw elsewhere in Niamey’s churches, not even in Nigeria. The pastor continues: “Standing like a tree is not praying! Satanic tree! Break it!” And the assembly would start mimicking the pastor’s gesture, moving their forearms up and down frenetically, like machetes cutting the air, and repeating in chorus: “Break it! Break it! Break it!” Performance plays a central role in the sermon as it helps mediating a spiritual sensation.

Worshippers mimicking the pastor’s gestures. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

During another service, the participants were asked to bring cooking oil in a small bottle and to spread it on their head during the sermon to chase the evil spirit. “My hair” said the pastor, “reject the bewitchment! Bewitchment attacks me through the hair. My hair, take fire!!!” – “Fiiiiiiiire!!!” people shouted in response as they were vigorously spreading the oil on their head.

But before doing such practices, church members need to warm up. The Sunday service always starts with gentle singing and dancing during almost an hour, as members keep on coming. A student plays a synthesizer next to the bassist, a few women sing. A father seats down on a chair, gives his Bible to his 4 or 5-years old kid, and, while the kid holds the Bible seemingly absent-minded, the father closes his eyes, lays his hands on his son’s shoulders and starts praying. Joyfully, the singing goes on and on, increasingly louder, until the pastor makes her apparition on the stage.

The pastors giving the sermon. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

The sermon is bilingual. The pastor preaches in French and a second pastor, a man, translates it consecutively into English. His proficiency in translation is crucial to the whole performance. It is not only about finding the right words quickly but rather being able to reproduce the pastor’s tone, fluidity, eloquence that gives the sermon its theatrical dimension and strength. Based on the metaphor of the tree, the Pastor drew a parallel with the umbilical cord that connects to the ancestors, and that one must cut, or burn. African Pentecostals emphasize the need to radically break with the traditional past because satanic forces inhabit spiritual traditions and keep preventing Christians to access health and prosperity here and now. During another sermon I attended, the pastor declared annihilating the power of all fetishes, voodoo, and satanic powders through the fire of God. In fact, Muslim reformist discourses may equally reject ancestral social and spiritual practices during public preaches, yet they don’t perform it as symbolically as the Pentecostals do. Often, it becomes a cacophony when church members repeat words after the pastors: “Pouvoir !!” “Power!!” “Feu de Dieu !!” “Fire of God!!” The service shortly reaches a hypnotic, if not epileptic, climax.  Like in many churches, the pastor brings everyone down and takes back control of the ceremony by saying the magic words: “In Jesus’ name we have prayed”. Like a class of disciplined children, everyone is suddenly quiet again and ready to listen. The sermon goes on:

– “People subscribe life insurances, but our life insurance is Jesus! With Jesus, a radiant light will shine on your life!”

– “Amen!” the assembly answers.

– “God will surprise you! We see others with a big house, a pretty car. Jesus will make you an important person!”

– “Ameeeeeen!”

Worshippers dancing in circle during the final procession. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

After hours of singing, praying, dancing, mimicking, listening and shouting, time has come to perform the final offering ritual. The pastor even apologizes for exhausting her congregation so much today as she begs for one last dance. Before bringing the several goods to the front, members are called to contribute to the financial effort of the church with giving tithes and offerings. Like the Islamic Zakat, tithes are supposed to be around 10% of a member’s income. Offerings may then come on the top. How much one should give remains at the discretion of each individual. For that purpose, the pastor distributes envelops to participants who require one, while he encourages them to give more: “What’s your offering plans for this year? Are you going to keep on giving 500-500 [FCFA] or are you gonna raise to 1000-1000?” Once the members have put their offering or tithe in the envelop, they fold it and hold it in their hand raised over the head, and close their eyes for the benediction. The pastor begs God to bless the offerings and to make individuals’ wishes come true. She then calls them to stand up and, as the music starts again, people come to the altar and drop their envelop in a box. The closing procession can start now.

Worshippers’ offerings being blessed by the pastor. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

Bringing the goods to the altar is performed as a ritual. The papas, the mamas, and the youths are called to gather the one after the other, to pick some goods and to bring them to the altar. Ananas, bags of rice, oil bottles, yams are shaken up and down over the heads, left and right, carried by the members of each group walk and dance towards the stage. Joy, hilarity and communion soon spread all over the place. Once they dropped the goods, every group dances some 15 minutes before the altar, and goes again.

Two university students dancing at the end of the ceremony. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

It is almost 2 PM and worshippers eventually receive meals prepared by the church. The whole ceremony ends up in a frenetic atmosphere of singing and dancing, although visible sweat on faces and shirts betrays the participants’ exhaustion. But everyone seems to enjoy the celebration and spending a long part of their day within their community. And the pastor doesn’t miss the opportunity to make them feel good and unique when she says: “Lose yourself when you give thanks! If you’re normal, you’re a fool! Do something exceptional during the procession! You are distinct.”

REMOBOKO at Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg

In this workshop, explicitly designed for doctoral candidates and postdocs, the Remoboko research team will present its work, and discuss the methodological difficulties associated with researching a sensitive topic from an ethnographic perspective. Finally, members of the team discuss the challenges of completing their PhDs within a research project.

Presentations

“The innocent spy who came in from the cold: Fieldwork in the Sahel and self-reflexivity”, Vincent Favier

Vincent Favier did a presentation entitled: “The Innocent Spy Who Came in from the Cold: Fieldwork in the Sahel and Self-reflexivity”. Beside the nod to the climatic dimension due to frequent travel between Germany and Niger, this title refers to the conditions and experience of doing Fieldwork in the Sahel from 2019 to 2021. Inspired by Nigel Barley’s “The Innocent Anthropologist”, his presentation outlined the challenges faced by the researcher as a French and non-Muslim in a former French colony dominated by Islam. Balancing between linguistic and academic affinities and forms of political distrust, or even faith-based contempt, Vincent explained how doing fieldwork in such a social environment requires to be strategic, patient, and diplomatic. This particular setting also enables the researcher to reflect on himself, on the individuals and groups he looks at, but, more importantly, on the way these individuals perceive him and the significance of his research project. In an unstable regional context due to terror attacks, French military intervention, coups, accusations of state corruption, and disinformation, being perceived as a spy is anything but surprising, especially when one comes from abroad to ask questions. Self-reflexivity is thus a crucial dimension of research, in any context, not only to assess the epistemological biases but also to gradually break down clichés and engage in mutual understanding.

“Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition”, Bello Adamou

Bello Adamou presented the topic : Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition. He began his presentation by discussing his religious identity and his associative background within one of the Muslim Students Association of Niger, section of the Abdou Moumouni University of Niamey. Being Muslim, he participated several times in the activities of this association without however occupying a position of responsibility or integrating one of the commissions, during his cycles of Licence and Master. Thus, he mentioned the influence of his research on his religious identity because it requires him to analyze the different groups with the neutrality that scientific research requires. Then, he mentioned the different reactions of religious groups on his research. While Christians and Sufis accepted him without resistance, the Salafis perceived him as a spy on the payroll of the outside world. However, over time the latter group came to accept him as a researcher. Finally, Bello reported attempts by student religious groups to influence his research as they perceived him as a mouthpiece for their activities on campus through his scientific publications.

“A “Yovo” Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”, Dr. Frederick Madore

Frédérick Madore did a presentation entitled “A ‘Yovo’ Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”. In the first part of his talk, he offered some thoughts on conducting ethnographic fieldwork as a historian by training. Although a lot of textbooks exist on ethnographic fieldwork, the “field” often presents unexpected challenges, and the research must deal with many gray areas. He also addressed the issue of positionality and reflected on how being a foreigner or a “pseudo-insider” as well as making friends in the field impact the research findings. In the second section, Frédérick Madore gave an overview of the difficulties of doing research in insecure regions – “red zones” –, and how the security context in West Africa can influence the research on Salafism. For instance, many journalists and commentators, in assessing the threat that jihadists pose to countries bordering the Gulf of Guinea, such as Benin and Togo, have pointed out the spread of Salafism and Saudi Arabian-funded NGOs in the region. As a result, a growing number of Salafis are reluctant to talk to researchers and building trust can be a challenge. Finally, he highlighted the difficulties of conducting research in post-colonial archival centers in West Africa, which are often underfunded and disorganized. Historians of contemporary Africa must make do with less written material and usually must rely on oral sources.

“‘Who is your father? What family do you belong to?’ and ‘Patience, I’ll call you back!’: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel”, Dr. Abdoulaye Sounaye

In a region such as the Sahel where Salafi-jihadism has become highly politicized, from below and above, from within and without, what are the challenges of conducting research on Islam and Muslim societies? How to deal with ethnographic discomfort and security concerns? What to draw from those constraints, but also opportunities to engage other dimensions of the work of academic knowledge production? What to learn from the actual contexts and the dynamics that shape it? How to make research and academic collaboration work? These questions were at the core of the public lecture (“Who is your father? What family do you belong to?” and “Patience, I’ll call you back!”: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel) Abdoulaye Sounaye gave on June 13, 2022 at the Department of Anthropology of the University of Halle. Building on his two decade-long experience conducting fieldwork in the region, the lecture was an opportunity to open a conversation on the constraints and forms of social control that field researchers have to deal with, especially when “working at home.” The conditions of ethnographic research on Islam and Muslim societies in the Sahel were discussed, highlighting some of the challenges and the problematic nature of such methodological orientation today. The lecture also drew attention to both ethical and episte­mological concerns, especially with regard to the sensitivity of “Islamic” topics, how researchers (are and) become subject to social control, navigate the “non-sense” of research, and become constitutive of the field.

La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis

Pendant le colloque internationale pluridisciplinaire avec le thème “La crise de l’université en Afrique: Diagnostic et éléments de stratégies transversales” Mahamadou Bello Adamou présent son travail sur “La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis” entre 11 h et 12.30

Journées de commémoration du mouvement historique du 9 février 1990

Par Vincent Favier

Une certaine agitation règne sur la cité universitaire en ce matin du 09 février 2021. Nombreux sont les étudiants qui portent un T-shirt blanc floqué du logo de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), et une inscription au dos : « 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 ». Trente et un ans plus tôt, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) sortaient dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement du Général Ali Saibou et la tenue d’élections démocratiques libres et indépendantes. Marquée par des débordements et des confrontations avec les forces de l’ordre, cette manifestation avait connu un épilogue tragique, se soldant par la mort de trois étudiants, tombés sous les balles de l’armée. Ce combat, que Mamane Saguirou, Issaka Kainé, et Alio Nahantchi avaient payé du sacrifice de leur vie, ne fut pas vain : il créa un électrochoc social et politique qui initia la tenue de la conférence nationale souveraine du Niger du 3 juillet au 29 novembre 1991. Doté d’une nouvelle constitution, le pays entrait de manière douloureuse dans un long processus de démocratisation.

Le syndicat des étudiants réunit ses sympathisants avant de débuter la marche du 9 février. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Depuis, la donne politique nigérienne a changé. Le 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 est arrivé dans un contexte particulier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Pour la première fois de sa jeune histoire, la République du Niger allait faire l’expérience d’une transition démocratique du pouvoir. Le président sortant, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, arrivait au terme de ses deux mandats et n’avait pas cédé à la tentation de modifier la constitution pour en effectuer d’autres. Un fait assez rare pour être souligné, tant ce phénomène continue de se produire dans de nombreux États d’Afrique subsaharienne. Conscients du chemin parcouru, les étudiants, guidés par leur syndicat, l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), ne baissent néanmoins pas la garde pour autant. On spécule beaucoup quant à la réelle transparence et indépendance d’une élection dont le candidat favori, Mohamed Bazoum, est issu du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), qui est aussi celui du président sortant. Ce que les étudiants commémorent avant tout, c’est la mort de leurs camarades, pour lesquels la justice n’a toujours pas été rendue. Un comble alors même que le président au pouvoir, S.E.M. Mahamadou Issoufou, faisait partie de cette génération d’étudiants des années 1990.

Les membres du service d’ordre du syndicat étudiant canalisent la foule d’étudiants sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Au fil des décennies, cette marche commémorative est devenue la « mère des marches » estudiantines, comme un membre du Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens aime à le rappeler. Cette marche, qui part du campus universitaire et s’arrête de l’autre côté du fleuve Niger, à un carrefour stratégique de la capitale non loin de la présidence, rassemble quelques milliers d’élèves, d’étudiantes et d’étudiants de Niamey. Certains font même le voyage depuis d’autres villes du Niger pour y participer. Elle est à la fois un rituel et une démonstration de force. Aux alentours de 10 heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle sur le pont Kennedy et traverse le Niger, coupant un des axes majeurs de la circulation. La police et les forces de sécurité se font discrètes. Aisément repérables grâce à leurs T-shirts rouges, les membres du service de sécurité du syndicat étudiant donnent de la voix et des ordres. Ils prennent le contrôle de l’espace public le temps de la marche. Comme dans toute manifestation, les premières lignes du cortège sont les plus galvanisées et virulentes. Elles doivent être canalisées pour que les membres des deux syndicats étudiants, l’USN et l’UENUN, puissent marcher librement en amont du cortège. Seules les équipes de presse sont autorisées à les suivre et les filmer. Le succès de cette démonstration de force repose autant sur sa mise en scène que sur sa médiatisation.

En amont du cortège, le Secrétaire Général de l’Union des Étudiants Nigériens de l’Université de Niamey donne une interview à la presse sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Pour la première fois cette année, les syndicalistes ont introduit une nouveauté à la marche du 9 février. Ils marquent une première pause au début du pont. À leur signal, le cortège s’arrête et se fait silencieux. Les dirigeants des syndicats s’agenouillent en cercle et entament une prière collective, aussitôt imités par l’ensemble du cortège. Les paumes des mains tournées vers leur visage, ils murmurent une prière individuelle, avant de passer plusieurs fois les mains sur leur visage. À l’image de la société nigérienne, l’écrasante majorité des étudiants est musulmane. Pour un syndicat qui revendique haut et fort une appartenance et un héritage marxistes-léninistes, cette mise en scène peut sembler paradoxale à première vue. En réalité, elle témoigne d’un impact grandissant de la religiosité, en l’occurrence islamique et, à moindre mesure, chrétienne, sur le campus. Tout en gardant une apparence « rouge », les leaders étudiants ne peuvent plus faire abstraction de la religiosité des « camarades ».  Si leur discours anticolonial et anti-impérialiste puise abondamment dans l’idéologie marxiste, toujours en vogue, les idéaux de bonne gouvernance et de justice sociale s’inspirent désormais davantage du Coran. Pour bien marquer le coup, le syndicat a répété cette prière symbolique une deuxième fois en arrivant au bout du pont.

Les leaders du syndicat étudiant prient en mémoire des martyrs sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

D’après le Secrétaire Général du comité directeur de l’USN, cette nouveauté doit permettre de maintenir une forte mobilisation des étudiants pour la marche, alors que le souvenir du 9 février 1990 et de ses victimes s’éloigne un peu plus tous les ans. Une fois le pont traversé, et alors que le discours du Secrétaire Général devant les médias se fait attendre, l’excitation diminue et la vague humaine qui a déferlé reflue presque aussi vite qu’une onde percute un mur. Déjà la foule commence à se dissiper et des groupes d’étudiants traversent le pont dans l’autre sens en direction du campus. Mais le devoir de mémoire ne se limite pas à la « mère des marches ». Plus tard, une soirée culturelle est organisée sur le campus à la Place Amadou Boubacar, du nom d’un autre « martyr » également tué par l’armée lors d’une manifestation estudiantine. Depuis quelques années, les étudiants y jouent une pièce de théâtre montée par un dramaturge nigérien, qui reconstitue les évènements avec autant de gravité que de dérision.

Un membre du service d’ordre du syndicat étudiant dans une chambre du campus avant le départ au cimetière. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Une semaine plus tard, c’est une autre représentation, sociale et politique cette fois-ci, qui se joue dans les rues de Niamey. Toujours sous la houlette de leur syndicat, les étudiants se rendent au cimetière musulman du quartier populaire de Yantala pour se recueillir sur les tombes de leurs trois camarades tués en 1990. Plus impressionnante encore que la marche réalisée une semaine plus tôt, les étudiants traversent une grande partie de la ville sous un soleil de plomb jusqu’au cimetière. En tête de cortège, les leaders des syndicats et leur service d’ordre prennent littéralement le contrôle des rues qu’ils traversent. Pas une voiture, une moto ou une bicyclette n’est autorisée à se frayer un chemin lors de leur passage. Ceux qui osent le faire sont sévèrement appréhendés par les gros bras du service d’ordre, qui leur confisquent souvent les clés du véhicule. Les forces de police ne sont visibles nulle part. La rue appartient aux étudiants, et c’est bien là le message que le syndicat envoie aux dirigeants : il faut toujours compter sur les syndicalistes et sur leur capacité de mobilisation. Dans un contexte de commémoration de martyrs, l’utilisation de l’islam comme force fédératrice démontre aussi l’étendue de leur créativité politique.

Les membres du service d’ordre dégagent la chaussée en direction du cimetière musulman de Yantala. Avenue de l’Indépendance, Niamey, Niger. 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

“Comparison as a mode of knowledge production in academic contexts: interpreting history through the lens of religious narratives”

On November 17th, 2021, Vincent Favier presented a paper entitled “Comparison as a mode of knowledge production in academic contexts: interpreting history through the lens of religious narratives” during the workshop “Religion in higher educational institutions in Africa and beyond: (Re)Conversion, Power, and Authority from a comparative perspective” that took place at ZMO, Berlin, Germany.

La fête de Tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines

Par Bello Adamou Mahamadou

Le mardi 20 juillet 2021, correspondant au 10ème jour du 12ème mois du calendrier hégirien, est le jour d’Eid Adha ou la fête de tabaski chez les musulmans du monde entier. Cette fête se distingue par l’immolation des animaux, généralement le mouton, par tout musulman qui a les moyens de s’en offrir. Au Niger, toute la communauté islamique se prépare pour ce grand événement à la fois religieux et festif. Au campus de l’Université Abdou Moumouni (UAM), tôt le matin, les étudiants musulmans habillés en leurs parures de fête, un à un, se sont rendus au nouvel arrêt de bus universitaire, un vaste espace pouvant contenir plusieurs centaines de personnes, pour la prière collective marquant ce jour d’une grande importance pour les musulmans. Ils y prient à l’air libre, sous les rayons de soleil du matin. À 8h05, Cheikh Boureima Daouda, l’imam de la principale mosquée du campus (la Mosquée Al-Moustapha), entre pour diriger la prière d’Eid. Dans son sermon, après avoir rappelé l’historique et l’importance tant sociale que religieuse de cette fête, il a invité les fidèles musulmans à s’excuser mutuellement et à jouir de cette journée. Contrairement à l’année passée où les mesures barrières contre la Covid-19 étaient plus en vigueur limitant ainsi les accolades, cette année, joignant la parole à l’acte, les fidèles venus par centaines se sont serrés les mains se félicitant et demandant pardon dans la joie et la fraternité. Partout, ce sont des « barka da salla » « wakay yessi » qui se répètent entre les fidèles.

Des fidèles musulmans écoutant le sermon après la prière d’Eid. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Après la prière et tout en poursuivant les demandes de pardon, les étudiants ayant ôté leurs habits de fête se sont orientés vers le lieu d’immolation des animaux. Sous la supervision des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), une association d’inspiration marxiste-léniniste, 80 moutons et six bœufs furent sacrifiés pour tous les étudiants du campus universitaire. Les moutons sont offerts par le Centre National des Œuvres Universitaire (CNOU), le service étatique chargé d’assurer l’hébergement, la restauration et le transport quotidien des étudiants. Quant aux bœufs, ils sont offerts par une ONG islamique arabe qui manifeste, à travers ce geste, sa solidarité envers les étudiants de cette université.

Cependant, il faut noter qu’à l’approche de la fête, une part importante des effectifs des étudiants a rejoint sa famille (parents, tuteurs, amis, etc.) en ville pour fêter avec elle. Par conséquent, la fête organisée par les structures estudiantines avec l’appui des autorités universitaires et des ONG caritatives est destinée aux étudiants qui restent sur le campus et qui s’avèrent la plupart de cas sans tuteur en ville.

Les taurillons offerts par une ONG islamique arabe. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 19-07-2021
Deux membres du CE de l’UENUN à gauche procédant à la réception de leurs taurillons auprès des agents de l’ONG caritative. Photo: Photo prise sur le statut WhatsApp d’un responsable de l’UENUN

Un à un, les animaux furent égorgés et dépecés à côté du restaurant universitaire Issaka Kaïné, sous la surveillance d’une part des étudiants membres de la Commission des Affaires Sociales et d’Ordre (CASO), « le bras armé » de l’UENUN, et, d’autre part, le regard attentif des étudiants et étudiantes venus en nombres. Les moutons furent les premiers à être égorgés. Les viscères sont donnés aux étudiantes qui les prépareront à leur goût dans leurs chambres. Les garçons, eux, reçoivent les foies, les testicules et les reins qu’ils iront griller à 20 mètres du lieu de l’abattage. Cette proximité leur permet de se ravitailler en morceaux de viande au fur et à mesure qu’ils dégustent leurs grillades.

Des groupes de camaraderie se sont reconstitués aux alentours du lieu d’abattage. Les étudiants, en fonction de leur affinité, se sont organisés autour de leurs fours traditionnels pour griller leurs morceaux dans la joie et la gaîté. Deux ou trois d’entre eux se chargeaient de la grillade pendant qu’un autre préparait le précieux thé vert de Chine. Les autres s’adonnaient aux jeux de cartes et/ou à des causeries. Les étudiantes ou les camarades filles comme on les appelle, ayant rejoint leurs chambres se vaquaient à frire les tripes qu’elles ont reçues. Contrairement aux garçons qui se rassemblent leurs parts, chacune a rejoint sa chambre pour y préparer seule ou avec sa voisine la viande reçue. Ainsi, les étudiants, filles comme garçons, dans une ambiance festive, recréent le même cadre et la même ambiance que ceux des autres jeunes qui fêtent auprès des membres de leur famille.

Des étudiants supervisant le découpage des carcasses des taurillons. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Les carcasses de moutons sont grillées par une équipe spéciale louée pour la circonstance par le CNOU. La coutume, à Niamey et dans certaines villes du pays, lors de la fête de tabaski, consiste à griller les animaux sacrifiés, généralement les ovins et les caprins, à l’aide d’un grand feu. C’était aussi ce sort qui fut réservé aux 80 moutons de l’UENUN par les spécialistes en la matière. 

La grillade des carcasses de moutons au campus universitaire. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

De son côté, l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section du l’UAM a sacrifié trois taurillons, contrairement aux années antérieures où une dizaine sont immolés. En effet, chaque année, à l’approche de la fête, elle soumet ses requêtes auprès de ses partenaires pour lui fournir les bêtes à sacrifier pour les étudiants. Cependant, cette année, elle a reçu peu de réponses de leur part. Ce qui a limité ses sacrifices. À la différence de l’UENUN, l’AEMN-UAM frit l’intégralité de la viande de ses animaux. Pour ce faire, elle engage des femmes spécialistes qui sont payées à la fin de leurs services. La distribution, elle, interviendra le lendemain du jour de la fête. 

Pendant que les deux associations sacrifiaient leurs animaux, des mendiants sont venus par dizaines des quartiers environnants afin qu’ils aient « leur part » de la viande. Ainsi, femmes et enfants reçoivent des morceaux des étudiants. Avec leurs butins, ils rentrent chez eux pour fêter comme les autres familles. Par ces gestes, les étudiants procurent de la joie au sein de ces familles démunies.

Le lendemain matin, dès la première heure, les étudiants se sont orientés par centaines vers le restaurant universitaire Issaka Kaïné. Ils se sont mis en files indiennes pour recevoir leur part de la viande. En effet, la viande des moutons grillés la veille et celle des taurillons est distribuée aux locataires du campus universitaire et aux étudiants qui vivent dans les quartiers environnants. En effet, par l’insuffisance de capacités d’accueil du dortoir universitaire, des centaines d’étudiants logent dans des maisons en location tout autour de l’université. Par conséquent, par cette proximité, ils se servent au restaurant universitaire au même titre que les locateurs du campus. Ainsi, le jour de la fête, ils convergent vers le campus pour avoir leur part de viande. 

La distribution de la viande est faite par des agents du CNOU assistés par les éléments de la CASO sous la supervision du Secrétaire Chargé des Affaires Académiques et Sociales Adjoint (SCAAS-A) de l’UENUN, qui multiplie les va-et-vient afin de s’assurer que tout étudiant présent ait sa part. Cependant, malgré le nombre de moutons sacrifiés, la viande n’a pas suffi pour servir tous les étudiants présents au restaurant. Ce qui a engendré la frustration des non-servis. 

La distribution de la viande au restaurant universitaire par un agent du CNOU et un élément de la CASO habillé en noir et un autre en rouge en train de surveiller. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Une fois la quantité reçue, les étudiants repartent vers leur chambre pour la préparer, chacun en fonction de son goût. Le plus souvent, elle est frite facilitant ainsi sa conservation. En effet, ils feront des jours en train de la grignoter par morceau. 

Une étudiante préparant sa part de viande devant sa chambre. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

De son côté, l’AEMN-UAM a commencé à distribuer sa part à son bureau, à partir de 17h. Consciente de l’insuffisance de la quantité de sa viande, l’association n’a pas convié un nombre important d’étudiants à la distribution. Ainsi, un à un, les étudiants dans une file indienne reçoivent leurs parts préalablement mises dans des plastiques noirs. Débutée avec moins d’une vingtaine de personnes, la distribution enregistrait plus d’étudiants au fur et à mesure que les étudiants sont servis. Alertés par leurs camarades ou par les plastiques noirs que détenaient les servis, ils affluent individuellement ou par petits groupes vers le bureau de l’association. Comme pressenti, les rations étaient finies en pleine distribution. Face à une telle situation, les distributeurs dans un langage hésitant et consolant avaient tenté de réconforter ceux qui étaient dans la queue.

Des étudiants recevant leur part de viande au bureau de l’AEMN-UAM. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Dans l’ensemble, malgré les deux distributions, certains étudiants n’ont pas été servis par les deux structures. Cependant, avec la solidarité estudiantine où les biens comestibles sont mangés en groupe, aucun étudiant ne s’est vu privé de la viande durant ces jours. En outre, dès le lendemain de la fête, les étudiants qui avaient fêté en ville sont rentrés au campus avec leur quantité de viande. D’autres reçoivent aussi un colis de viande que leurs familles leur envoient. Toutes ces parts sont réunies et consommées entre camarades.

Les distributions faites à l’occasion d’une fête musulmane par les structures estudiantines et entre les étudiants n’ont pas tenu compte de la confession des étudiants. En effet, tous étaient servis au même pied d’égalité. Ainsi, les musulmans, chrétiens, bahaïs et animistes ont dégusté ensemble la viande de la fête dans une ambiance festive. Chacun a festoyé sans tenir compte de la frontière religieuse qui le sépare avec son camarade.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search