Historicizing Piety: Changing Modes of Islamic Religiosity in West Africa

By Prof. Robert Launay, 26 June 2023, 2-4 pm

Abstract

Piety has been the subject of recent debates in the study of Islam throughout the world. The hijab is often (though not always) at the center of these debates: what it means or does not mean to those who wear it, what kind of religious project it entails, the extent to which such piety informs all aspects of everyday life. Perceptive analyses sometimes point out that these practices reflect relatively recent changes in modes of religiosity, dating to the 1990s. Even so, such analyses rarely if ever explain why, all of a sudden, prior practices ceased to make sense to a new generation of believers.  Such an explanation requires an account of the logic of such past practices and the values they embodied. Based on my field experiences in northern Côte d’Ivoire in the 1970s and 1980s, I will attempt to supply such an account, situating piety in terms of hierarchies ranking seniors over juniors, men over women, people of free over people of slave status, among other distinctions. Nor were these forms of piety an embodiment of some timeless “tradition”, but rather reflected prior changes in modes of religiosity dating to the aftermath of the Second World War. I will attempt to analyze the significance of these shifts and the ways they reflect broader changes in society, especially in terms of the nature of authority.

Ƙaramin Sani Kukumi Nèe / Little Knowledge is a Dangerous Thing

Film screening

On March 15th, 2023, Vincent Favier was invited by Dr. Lorenzo Ferrarini to screen a rough cut of his film at the Granada Centre for Visual Anthropology, University of Manchester, UK. Entitled “Ƙaramin Sani Kukumi Nèe / Little Knowledge is a Dangerous Thing”, the film portrays life on campus at the Université Abdou Moumouni of Niamey, Niger.

“Praise the Lord!”: Bible Study at the University of Ibadan

Nothing seems to disturb the quietness of the University of Ibadan’s campus in the late afternoon. It is the end of classes and students are slowly making their way to the main gate or hang around the halls of residence. While some are playing football and tennis, others are chatting in small groups, checking on their phones, cooking food in their rooms. Yet, in a few hours’ time, a sound activity will break the usual calm of the campus. In different places, one will hear students singing, others screaming, high-pitched voices from saturated loudspeakers, drums rolling.

The city of Ibadan. Nigeria. 08.02.2020. Photo: Vincent Favier

With its green, walkable park-like appearance and its many facilities, the Ibadan campus has little to envy the British and American models from which it always seems to draw inspiration. In fact, the University of Ibadan (UI) was established by British settlers in 1948 on a hill in the outskirts of the city. But it may soon become encircled by this sprawling, roaring city in the southwestern part of Nigeria, in the Yoruba region, as Nigeria’s population is growing steadily. Reflecting a booming trend all over Nigeria, Pentecostal student fellowships have increasingly pervaded universities in the past decades. These student organizations are local, university-based branches that belong to national, so-called “mother Churches”. Deeper Life, Redeemed Christian Church of God, Christian Apostolic Church, Mountain of Fire and Miracles Ministries, Winners’ Chapel are some of the most famous and popular Churches that dominate the Nigerian Pentecostal-Charismatic landscape today. All of them – and many more – have branches on the UI’s campus, so that every evening, when it gets dark, their activities start. Bible Study sessions, prayer services, or just freely organised worships pop up a bit everywhere in the student halls or in informal spaces like makeshift constructions next to the halls.

A makeshift church next to a student hall where the Redeemed Christian Fellowship organises events. UI, Ibadan, Nigeria. 26.02.2020. Photo: Vincent Favier

This evening, members of the Christ Apostolic Church Youth Fellowship (CACYOF) prepare one of their weekly worships in the Mellanby Hall, a centrally located student residence on campus. A few female and male students put the plastic chairs in rows, arrange the ventilators in one of the hall’s Common Room in which I take a seat. Non-academic staff rents these so-called “common rooms” to the student fellowships for their religious activities. Musicians install a keyboard and a drum set on each side of the lectern, from which the preachers, usually students too, but sometimes external guests, will give their “lecture”. During the soundcheck, undergraduate students fill up the room, which can contain approximately 40 persons. Latecomers have to stand before the door. Low-energy bulbs create a dim light while fans struggle to cool the room as the worshippers start warming up. The Bible Study always begins with music and singing, mixing up sometimes with melodies coming from another room in which a fellowship is gathering.

The Mellanby Hall in which CACYOF’s Bible Study takes place. UI, Ibadan, Nigeria. 27.02.2020. Photo: Vincent Favier

The sound level slowly increases until the preacher takes the lead and announces the topic of today’s study: “the potencies of the Word of God.” Referring to the Old Testament and the psalm 119, he asserts: “The spirit of wisdom goes with the spirit of knowledge.” Then he asks for 11 volunteers for reading other verses. During the sermon, the keyboard player softly presses and holds a few keys, enveloping the words of the preacher with a musical texture that reminds a bit of the dramatic and though the very kitsch atmosphere of old-fashioned Western soap-operas. “You being saved is different than your soul being saved,” says the pastor. “Soul has to be saved daily, it goes beyond the body. The Word of God saves the soul and it starts from the purity of the spirit.” When the pastor hushes, a long keyboard note catches the silent audience and fills up the room with solemnity. Walking back and forth in the central aisle, the Pastor would sometimes softly lay his hand on someone’s shoulder, in a reassuring gesture that doesn’t seem to distract the worshipper. “The things of the flesh, put them away! You don’t need them!” he goes on, as he raises his voice. He repeats: “The Word of God saves the soul.” And he starts a new stanza: “The Word of God heals. And it delivers.” The student pastor subtly sets the pace of the ceremony like a conductor. His rhetoric, his tone, the repetition of identical words and phrase structure support the dramatic dimension of the event that the musicians contribute to heighten too. The success of this kind of performance depends on the charisma of the leader and on his ability to conduct the different actors and movements of the Bible study.

A student sitting with the Bible on his laps at CACYOF’s Bible Study. UI, Ibadan, Nigeria. 13.02.2020. Photo: Vincent Favier

After roughly an hour of preaching, reading the Bible, and commenting on verses, the fourth preacher drives the audience towards the “tongue-speaking communion” with this sentence: “If the Word of God has not entered your spirit, it becomes meaningless.” The use of the words “God”, “spirit”, “entered” in a conditional form resonates as signals for the upcoming practice of tongue-speaking. The audience suddenly knows and feels that the time has come, as several members start shaking one leg slightly and close their eyes. The preacher looks gravely over the assembly. As he raises his voice, his intonations and gestures become more vigorous, and the sermon reaches another intensity. In a call & response style, some of the sentences he pronounces are rhythmed by a short silence, during which the audience would accordingly answer an intonated “a-MEEEEN!” The preacher shouts: “PRAISE THE LORD!” And the crowd: “HALLELU-JAAAH!” The preacher still holds the authorization of starting the collective tongue-speaking, creating a tension that seems unbearable to many, ready to explode. Some faces in the audience become even more contracted, the eyes closed, heads are bent down or held up high. Hands in the back or psalms facing up, most students start moving their lips or whispering some indistinguishable sounds and shaking their legs rhythmically, frenetically. Finally, the preacher gives the go-ahead when he starts speaking meaningless syllables in the microphone: “Sha-ka-ra-pe-te-raka-tapo! Re-ke-ta-pa-ka-tala-mata!…” Immediately, flows of vowels and consonants collide with each other in the four corners of the room. Bringing this din to an end is usually achieved when the preacher pronounces the magic sentence: “In Jesus’ name we have praid!” “a-MEEEEEENNN!” the crowd responds in unison. The calm is suddenly back and the sermon continues. The “Baptism through the Holy Spirit” is one of the main features of Pentecostal theology and something that worshippers actively seek after. In short, speaking in tongues is seen as a bodily manifestation of a spiritual gift that proves the presence of the Holy Spirit in individuals.

Advertisement for a worshipping event at the University of Ibadan. Ibadan, Nigeria. 17.01.2020. Photo: Vincent Favier

From an outsider perspective, this kind of transcendental spiritual practice is rather intriguing at first sight. At the same time, one can only notice how this collective effervescence, to take on a Durkheimian terminology, is socially organised, well-structured, guided, and controlled. During almost thirty minutes, the preacher alternates his sermon with this so-called “Tongue-speaking” or “Tongue-praying”, which students do to varying degrees. As another round of “tongue-speaking” starts again, some students just keep on moving the lips almost silently and barely shake their body, while others begin to release themselves to such an extent that they fall into a sort of epileptic trance, either standing or lying down on the floor. A few girls, wearing a headscarf, hit the wall repeatedly with the hand while they speak in tongue. Others, down on their knees, would hit the floor. Eyes shut, arms raised in the air, baffling sounds, imploring face expressions, heavily shaking and sweating bodies translate a feeling of both releasing and refilling the soul, a tension that the drummer helps recreate with frequent drum rolls. Power cuts may occur several times during the study, but don’t really affect it. Students fellowships are strategic: having a drummer always ensures the musical continuity of the Bible Study because it doesn’t need amplification. This time, the session ends up in the dark, with loud and joyful collective singing, while students keep on dancing and jumping.

The Christ Apostolic Church, generally used for Sunday services on the campus. UI, Ibadan, Nigeria. 08.03.2020. Photo: Vincent Favier

At the end of the Bible Study, most of the students would stay inside or outside before the room, tidying the place, chatting, and laughing. Others would go back to their respective halls and have dinner at their cafeteria, as most of them live on the campus. The relaxed atmosphere following this session of Bible Study somehow contrasted with the intensity of the worship. I had the feeling that these practices helped students release some tensions, particularly the ones who went apparently “far” in what looked pretty much like a trance or a possession. Yet, others were discreet, or even shy, and seemed sometimes out of place when they were barely shaking a foot while standing next to a frenetically moving, sweating, and shouting body. While some are rather seeking biblical knowledge and guidance for reading and understanding the Bible, others would engage with this worshipping opportunity on a different level. This practice is anything but unusual, or hidden, on the campus. Even though the students found themselves in the intimacy of this common room, other gatherings often take place outside on the campus, where students may worship and perform such practices openly, publicly, in groups or individually.

Le Maoulid au campus de l’UAM de Niamey (Niger) : entre festivités et expression de l’amour du Prophète

Par Bello Adamou Mahamadou

C’est dans la nuit du 21 au 22 novembre 2020 (de 21h à l’aube) que la Zawiya des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey (une association informelle regroupant les étudiants soufis) a célébré le Maoulid du Prophète Mohamed (PSL). Cette festivité a eu lieu près d’un mois après la date officielle de la naissance du Prophète de l’islam. Ce décalage est sciemment choisi pour permettre aux étudiants de la congrégation d’assister aux différentes célébrations organisées par les cheikhs de la ville de Niamey à des dates différentes et celles organisées par certains cheikhs des autres localités du pays. En plus des étudiants de l’université hôte et de leurs responsables syndicaux, étaient présents ceux de l’université islamique de Say, de l’école des mines, des industries et de la géologie (EMIG) de Niamey et les fidèles non scolaires venus de la ville.

L’affiche d’invitation à l’une des entrées de la cité Mala Bagalé du campus de l’UAM (Source: Auteur du texte, le 20-11-2020)

Le Maoulid, c’est la fête d’anniversaire du Prophète Mohamed (PSL). À cette occasion, les fidèles se réunissent pour lire le Coran et la biographie du Prophète. Ils lui dédient aussi des chants. Organisée chaque année, cette célébration est d’une grande importance pour les fidèles soufis de façon générale et pour les tidjanes en particulier. Elle constitue, par ailleurs, l’un des points de discorde entre les soufis et les réformistes musulmans.

La célébration du Maoulid au campus universitaire de Niamey a eu lieu dans un espace qu’on appelle « l’Arrêt des bus ». Ce jour-là, pour la circonstance, cet endroit fut décoré des photos des cheikhs Tidjanes et des versets du Coran calligraphiés sur des banderoles dès l’après-midi. Aussi, des chants en l’honneur du Prophète (waqe) résonnaient dans de grands baffles de la sonorisation. Ce qui tient lieu d’un côté d’information des pensionnaires de la cité universitaire de la tenue d’un évènement de taille et de l’autre côté cela suscite la curiosité des passants. Ce soir-là, les occupants habituels (tabliers, vendeurs d’accessoires de téléphone et les motos) de « l’Arrêt des bus » ont cédé la place aux chaises, canapés de luxe et hangars en bâches. Les chaises sont disposées en « U », ce qui a permis d’étaler de grandes nattes, dans le but d’offrir le maximum des places assises aux fidèles.

Des étudiants attendant le début des festivités (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

À la tombée de la nuit, « l’Arrêt des bus » était éclairé par mille ampoules. C’est à ce moment que sont apparus les agents du service de protocole et de sécurité, les « yan-agaji ». Ce sont des vigiles volontaires, uniquement des hommes et des garçons, habillés en blanc, qu’on peut voir à des prêches ou autres manifestations religieuses des Tidjanes. Pour toute aide, les fidèles s’adressent à eux. Ce soir, ils sont placés comme pour un jalonnement de l’armée, sur toutes les voies qui débouchent à « l’Arrêt des bus ». Pour guider les fidèles au lieu de la cérémonie, ils tiennent dans leurs mains des lampes bicolores LED. C’est à eux aussi que revient la tâche d’accueillir et d’orienter les étudiants et les invités vers les places qui leur sont réservées.

Vers 21 heures, les étudiants commencent à arriver sur les lieux, en attendant l’arrivée des personnalités religieuses de marque. Habillés en tenue de fête et chapelets dans les mains pour la plupart – un jalap avec un bonnet – ils s’accueillent sourire aux lèvres. Les filles sont assises dans un angle, un peu à l’écart des rangées des hommes. Elles se cachent derrière leurs hidjabs qui couvre tout leur corps, sauf le visage. Certaines d’entre elles ont épinglé sur leurs hidjabs des images du Cheikh Ibrahim Niasse du Sénégal (guide spirituel des Tidjanes).

Il était 21 h 32 min, quand retentit la haylala mélodieusement répétée par un groupe d’étudiants. Celle-ci est la répétition de la formule de l’unicité d’Allah, qui peut être traduite en français par « il n’y a point de divinité digne d’adoration hormis Allah ». Elle est le plus souvent répétée par les soufis lors de leur culte d’adoration quotidien (le wird). Elle est aussi récitée lors des célébrations de grande importance (dont le Maoulid). Le groupe avance perçant la foule. Toute l’assistance se lève pour accueillir l’invité de marque. C’est un homme habillé d’un grand boubou blanc et un burnous noir. Il a un turban blanc sur la tête et un long chapelet dans les mains. Ses chaussures, ôtées pour ne pas marcher avec sur les nattes, sont portées par un élément d’agaji. Et c’est lui qui guide avec politesse l’illustre hôte à sa place. Une fois installé, comme pour faire allégeance, les étudiants, un à un ou par groupes, partent le saluer. Je chuchote pour demander à un étudiant l’identité de cet invité. Il me répond avec un ton plein d’admiration, que « c’est le Cheikh Barhama, l’une des personnalités soufies les plus respectées de la ville de Niamey ». « Cheikh » est le plus grand titre auquel puisse aspirer un leader soufi. Cette scène d’accueil-installation est répétée à chaque fois qu’arrive un cheikh, qui sont environ une dizaine. Au nombre de ces invités de marque, on peut citer les cheikhs de la ville de Niamey (Cheikh Malam Habib, Cheikh Moussa Souleymane, Cheikh Maki), un Cheikh de Zinder et ceux venus des villes nigérianes de Kano, de Makurdi et de Kampa. Parmi les étrangers, il y avait un Charifi (descendant de la famille du Prophète) et le Khalifa (remplaçant ou successeur) de Fadar Bégué (un chanteur nigérian réputé dans les waqe) décédé il y a quelques années.

Le Président de la zawiya présentant ses mots de bienvenue les fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Après l’installation des invités, le président de la zawiya a pris la parole en premier pour souhaiter la bienvenue aux participants, avant d’adresser des remerciements spéciaux aux Cheikhs pour avoir honoré de leur présence la cérémonie. Puis, il a invité les étudiants à écouter avec attentions les différents prêches. Les interventions des cheikhs ont porté sur la vie du Prophète, l’importance du Maoulid en islam et les leçons à tirer de la vie du Prophète Mohamed (PSL). Chacun en fonction de son expérience a abordé un thème qu’il juge important pour la circonstance.

Les étudiants, eux, ont agrémenté la nuit avec des chants religieux (diwani). Ils se mettent en cercle pour chanter les louanges du Prophète et faire la haylala. L’assistance répète souvent avec eux dans un ton harmonieux. Touchés par les sens des chants qu’ils entonnent, certains étudiants se tapent la poitrine pour se galvaniser. Certains participants les encouragent en les gratifiant des billets de banque. Un temps fut aussi accordé aux étudiantes pour prester. Une d’entre elles, assise depuis sa chaise, chante les louanges du Prophète Mohamed en langue hausa dans une voix qui a conquis l’assistance. Elle fut accompagnée par deux de ses consœurs. L’une, émue par le sens des mots, pleura dans son chant. Il a fallu que le micro lui soit retiré. Il fut, par la suite, passé à une autre étudiante qui a chanté sur l’importance de la lecture du Coran. Elle aussi fut emportée par la même émotion que la première.

Les leaders religieux tidjanes ayant pris suivant l’intervention de l’un de leurs (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Durant la veillée, les étudiants partent un à un ou par groupes restreints auprès des différents cheikhs ou du Charifi pour avoir leur bénédiction. Ôtant les chaussures et leurs bonnets en signe de respect, ils s’accroupissent devant eux en les saluant. En guise de reconnaissance, les cheikhs leur demandent de se relever. Ensemble, ils font une fatiha (prière) les paumes ouvertes au ciel. Ils retournent ensuite vers leurs camarades tous souriants. J’étais surpris de voir le respect que ces étudiants fidèles manifestaient à leurs leaders religieux et surtout au Charifi. Je ne cesse de me demander comment est-ce qu’un Nigérian de peau noire et n’ayant aucun trait morphologique d’Arabe, peut être descendant de la famille du Prophète Mohamed. J’ai posé cette question aux étudiants qui se trouvaient à côté de moi pour lever le doute. Selon eux, la généalogie remonte à la famille d’Ali, le cousin du Prophète et son quatrième calife. En effet, cette famille, à un moment de l’histoire, a migré de l’Arabie vers l’Égypte fuyant les persécutions. À travers les mariages avec les communautés locales, ses membres se seraient éparpillés à travers l’Afrique du Nord et de l’Ouest. C’est ainsi que certains membres se sont retrouvés au Nigéria.

Avant de quitter, à la demande des étudiants, le Cheikh Maki renouvèle symboliquement le vœu d’adhésion des étudiants à la tariqa-tidjaniya. Il a également « donné » symboliquement cette tariqa à ceux qui aspirent y adhérer. Ils étaient des dizaines à s’accroupir devant lui pour recevoir l’adhésion ou son renouvellement. Il a quitté en laissant derrière lui des étudiants dont la foi est raffermie par cette bénédiction. Ils étaient nombreux à manifester leur joie et satisfaction après cet acte symbolique. Je n’ai pas pu contenir mon étonnement face à cela. J’étais surpris de voir des étudiants qui, après les propos du cheikh, se félicitent mutuellement « barka, barka ! », comme s’ils sont admis à un examen académique. Ceci m’a donné l’occasion de mesurer combien cette adhésion est importante pour ces étudiants.

Le président de la zawiya, premier à gauche, à côté du Cheick Barhama de Niamey et de deux autres fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Vers 3 h du matin, il est servi à manger aux participants ce qui a permis de faire le plein d’énergie pour la suite de la veillée. Elle se poursuit par la lecture et traduction du livre « Faydoul ahmadi » écrit par Ibrahim Niasse, le Sénégalais. Il est lu en arabe par le président de l’association et traduit en hausa par le Cheikh de Zinder. À l’annonce de l’heure de la prière de l’aube, les étudiants ont renouvelé leurs ablutions rituelles pour la prière. Cette dernière fut dirigée par le Cheikh de Zinder.

C’est ainsi qu’a pris fin la célébration du Maoulid de 2020, organisée par la Zawiya des étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Ils se sont dispersés dans la satisfaction, la joie au cœur avec l’espoir de revivre une telle expérience l’année prochaine. La présente célébration est ma première expérience après plusieurs années de vie à l’université et de rupture avec mon background familial. J’ai en effet grandi dans une famille Tidjane. Je participais à ce genre de célébrations avec mes frères, mes amis et mes parents. Mais avec le temps, j’ai arrêté de participer, après avoir pris une autre voie : le salafisme qui condamne une telle festivité. C’est pourquoi cette rencontre m’a rappelé mes souvenirs d’enfance lorsque nous assistions au Maoulid avec ses amis.

Configuration de l’islam sur le campus universitaire du Point-G à Bamako

Par Sekou Sala Timbely

Point-G (Point Géodésique) est un terme géographique désignant le site à partir duquel la distance par rapport à d’autres sites est calculée. Le Point-Géodésique du quartier Koulouba a donné son nom au secteur qui abrite l’hôpital et le campus universitaire. Surplombant la ville de Bamako, capitale du Mali, le campus du Point-G est perché sur les hauteurs de la colline de Koulouba, communément appelée « colline du pouvoir » puisqu’elle abrite le palais présidentiel. Ce campus regroupe la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie (FMOS) et la Faculté de Pharmacie (FAPH), qui relèvent de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB).

Créé en 1969, l’établissement a servi de locaux à l’École de Médecine et de Pharmacie du Mali. Le site universitaire comporte des blocs pédagogique, administratif et résidentiel, ce qui lui vaut l’appellation de campus.

L’environnement immédiat du campus du Point-G est occupé par le Centre Hospitalier Universitaire du Point-G qui assure la formation pratique des étudiants en médecine et en pharmacie. L’hôpital du Point-G est l’un des centres les plus fréquentés du pays pour son statut d’hôpital de troisième référence.

CHU Point-G (source auteur du texte)

À quelques encablures du campus se tient une mosquée communautaire, qui a été délocalisée de l’intérieur du quartier où elle occupait un espace restreint.

Le premier bâtiment sur l’illustration de gauche a été construit par l’Agence des Musulmans d’Afrique (AMA) en 1994. Moins de 10 ans après, le comité de gestion de la mosquée lance des quêtes pour acquérir un bâtiment plus grand qui, sur l’image à droite, a été offert par une bonne volonté en 2021. La donatrice, qui se rendait à l’hôpital du Point-G, a été sensible à l’appel à dépenser dans la voie d’Allah (fissabililah), tel que l’image de gauche sur la pancarte l’illustre, appelant au financement de magasins dont les frais de location alimenteront la caisse de la mosquée.

Selon le secrétaire général du comité de gestion, la parcelle abritant la mosquée aurait été mise à la disposition du quartier par le gouverneur du district de Bamako. Cependant, selon les dires d’un agent rectoral[1], la mosquée en question serait érigée sur le domaine universitaire. Il justifie ses propos par la proximité de ce lieu de culte avec le campus. Il regrette que l’espace n’ait pas été réservé à la construction d’amphithéâtres supplémentaires, vu le flux d’étudiants qui croit de façon exponentielle. Pourtant, ladite mosquée est fréquentée aussi bien par le personnel universitaire que par les étudiants qui sont représentés dans le comité de gestion de ce lieu de culte. La mosquée ne relèverait d’aucune tendance islamique spécifique selon le secrétaire général du comité.

Si la mosquée communautaire occupe un espace dont l’agent rectoral regrette l’usage à des fins religieuses, la présence d’une mosquée à l’intérieur du campus et, de surcroit, réhabilitée par le Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU), soulève des questions. Pour sa part, le CENOU affirme être dans sa mission d’amélioration des conditions de vie des étudiants en réhabilitant cette mosquée universitaire, dans la mesure où le campus sert en même temps de résidence pour les étudiants. En tout état de cause, la matérialisation de l’islam à l’intérieur du campus et dans ses environs témoigne de l’ancrage de l’islam dans ce monde universitaire. Quels sont les acteurs islamiques qui interviennent sur le campus universitaire de Point-G et comment y ont-ils émergé ? Comment occupent-ils l’espace du campus ?

Une diversité d’acteurs islamiques sur le campus

La Ligue Islamique des Élèves et Étudiants du Mali, (LIEEMA), auparavant dénommée Ligue Foi et Action (LIFA), est née en 1992 sur le campus du Point-G. L’organisation se donne comme objectif de rassembler en son sein les élèves et étudiants musulmans de toutes tendances islamiques confondues. Elle reste la seule association islamique ayant existé en milieu scolaire et universitaire durant toute la décennie 1990. Mais depuis 2011, la LIEEMA partage le champ religieux islamique avec le Collectif des Ançars en Milieu Universitaire et Scolaire (CAMUS). Le CAMUS est la branche universitaire et scolaire de la Fédération Ançar Dine International, dont le guide spirituel est Cherif Ousmane Madani Haïdara. Actuel président du Haut Conseil Islamique du Mali, le guide reste l’un des leaders religieux les plus influents du pays. Il mobilise chaque année un nombre important de fidèles venant du Mali et d’ailleurs vers le stade omnisport Modibo Keita de Bamako à l’occasion des festivités du Maouloud (anniversaires de la naissance et du baptême du prophète Muhammad). Le CAMUS mobilise des étudiants pour ces célébrations et toutes autres activités organisées par le guide et la structure mère.

Contrairement au CAMUS, la LIEEMA ne suit pas spécifiquement un guide spirituel. L’association a plutôt une orientation « wahhabite-sunnite » du fait des pratiques cultuelles auxquelles s’adonnent la plupart de ses membres, telles que se croiser les bras en priant et ne pas faire d’invocations collectives après la prière. La tendance « wahhabite-sunnite » de la LIEEMA entre en contradiction avec la mission unificatrice que la devise de l’association rappelle si bien : « unissez-vous par le lien d’Allah et ne vous divisez point ». Comment unir des étudiants d’orientations différentes au sein d’une association qui, elle-même, affiche une coloration particulière ? Les étudiants qui suivent des orientations différentes de celles priorisées par l’association se voient naturellement pousser vers la sortie, car le cadre de l’association ne favorise pas leur épanouissement religieux. L’émergence du CAMUS, tourné vers un islam plus soufi autorisant notamment les festivités du Maouloud, peut s’expliquer par le positionnement doctrinal de la LIEEMA qui ne rassemble pas, dans les faits, les étudiants musulmans de toutes tendances confondues. Certes, la distinction entre la LIEEMA et le CAMUS n’est pas nette dans la mesure où la LIEEMA n’est fermée à aucune association. Selon les propos d’un de ses responsables, seul le poste de président de la LIEEMA ne peut être cumulé avec le statut de membre d’une autre association musulmane estudiantine.

En plus de la LIEEMA et du CAMUS, une catégorie d’étudiants, non organisés en groupe formel revendiquant l’identité salafi, anime le champ islamique du campus. Si ces étudiants peuvent être classés dans la catégorie « wahhabite-sunnite » par opposition à celle regroupant les soufis, il faut néanmoins souligner que ces derniers se démarquent de la LIEEMA. Ils critiquent la Ligue pour sa prétention à rassembler des étudiants de différents horizons doctrinaires. Par exemple, tout en rappelant leur identité salafi, un membre du groupe argumente leur opposition vis-à-vis de la LIEEMA. Les salafis, selon lui, sont les pratiquants de l’islam authentique tel qu’ordonné par le prophète Mohammad et pratiqué par la première génération des compagnons du Prophète. La revendication du statut de salafi répond ainsi à un besoin de rester dans le droit chemin. La LIEEMA ne doit donc pas appeler toutes les tendances à se rassembler. Une telle aspiration, selon lui, entre en contradiction avec les prédications du prophète Muhammad, qui affirma que des soixante-treize tendances islamiques, seule une sera sauvée et que les soixante-douze autres iront en enfer.

L’étudiant salafi regrette que la Ligue n’appelle pas ouvertement les étudiants à poursuivre une orientation spécifique pour les sauver de l’enfer. Considérant, la voie salafiste comme étant le seul et unique chemin vers le paradis, il rejette en bloc les autres groupes islamiques évoluant sur le campus. Malgré les critiques de cet étudiant à l’endroit de la LIEEMA, il serait hasardeux d’opposer le salafisme à la LIEEMA, car l’association compte des étudiants revendiquant l’identité salafi selon son président.

Positionnement des acteurs islamiques dans l’espace du campus

Se présentant sous une forme inachevée depuis les années 1990, la mosquée du campus a été réhabilitée par le CENOU en 2015, grâce à l’activisme de la LIEEMA auprès du syndicat estudiantin, l’Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM). L’AEEM a, en effet, été porteur de la doléance de réhabilitation de cette mosquée auprès du CENOU. La gestion de ce lieu de culte revient à la LIEEMA, en sa qualité de structure fédératrice de toutes les tendances islamiques du campus. Cependant, le contrôle de ce lieu de culte par la LIEEMA implique que le discours et les pratiques religieux en son sein soient ceux admis par la majorité des militants de cette association qui sont, nous le rappelons, d’orientation « wahhabite-sunnite ». La mosquée du campus se présente donc comme le quartier général de la LIEEMA. Elle lui sert de cadre pour dispenser des Cours de Formation Islamique (CFI) à l’intention des étudiants.

Bien qu’ayant accès à la mosquée du campus, les autres groupes islamiques se positionnent ailleurs pour donner plus de visibilité à leurs activités. Ainsi, le CAMUS mène ses activités de formation islamique (le walanda) sur un espace aménagé du campus.

Séance de formation islamique (walanda) organisée par le CAMUS (source auteur du texte)

Quant au groupe informel salafi, il fait de la mosquée communautaire du Point-G son quartier général. Ce groupe anime la mosquée communautaire par des séances de lecture du Coran et de formation islamique à l’intention des fidèles.

En définitive, si la LIEEMA, pionnière de l’activisme islamique en milieu scolaire et universitaire du Mali, a évolué seule dans ce champ durant toute la décennie 1990, elle a perdu le monopole sur le campus du Pont-G depuis 2011 avec la création du CAMUS. Cependant, les membres du CAMUS sont de fait membres de la LIEEMA en tant que regroupement non doctrinaire sachant que les deux associations divergent sur ce plan. La LIEEMA relève davantage d’une tendance « wahhabite-sunnite » alors que le CAMUS présente des caractéristiques soufies. Outre ces deux grandes structures, des groupuscules représentant autant de spécifiées religieuses ont émergé. Si les adeptes de la da’wa évoluent au sein de la LIEEMA, les salafis, ou du moins certains d’entre eux, forment une entité à part entière critiquant le dessein fédérateur poursuivi par la LIEEMA. Fort de ce constat, il faut retenir que la configuration islamique du campus du Point-G présente un pluralisme naissant, qui reflète d’ailleurs le schéma religieux d’une société malienne partagée entre tendance « wahhabite » et tendance soufie à l’intérieur desquelles d’autres clivages se forment.


[1] Agent au service patrimoine avant l’éclatement de l’université de Bamako.

Sekou Sala TIMBELY

Doctorant en sociologie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant à l’Université de Ségou (Mali), rattaché aux laboratoires  LASDEL et LERSSA à Niamey. Sekou Sala TIMBELY, s’intéresse aux questions de religion, de sécurité et de gouvernance des services publics en Afrique occidentale.

contact: timbelysekousala@gmail.com

“‘L’accueil des nouveaux bacheliers’: Students discover the academic environment”

On October 31st, 2022, Vincent Favier presented a thesis chapter entitled “‘L’accueil des nouveaux bacheliers’: Students discover the academic environment” during the workshop “Religions on Campus: Coexisting Traditions, Reformulating the Secular and Life Projects” that took place at LASDEL, Niamey, Niger.

Afrique : des étudiants toujours plus mobiles

Par Gado Alzouma

La compétition que se livrent les plus grandes puissances mondiales pour attirer les meilleurs étudiants internationaux s’est intensifiée ces dernières années et s’est traduite par une plus forte mobilité académique. En 2021, l’UNESCO estimait que plus de 5.600.000 étudiants se formaient hors de leurs frontières1. Les États-Unis viennent en tête des pays d’accueil avec plus d’un million d’étudiants suivis de pays comme le Royaume-Uni, la Chine, le Canada, l’Australie, la France, l’Allemagne, etc. En dehors de la Chine, d’autres nouveaux pays de destination tels que la Malaisie, la Turquie, le Maroc ou même, à une échelle sous-régionale africaine, le Ghana ou le Sénégal, sont en train de rafler une part de plus en plus importante de ce marché. Bien que la pandémie du Covid-19 ait sensiblement ralenti ce phénomène, tout indique qu’il est prévu pour repartir à la hausse dans les prochaines années.

Classements internationaux, langue anglaise et mobilité des étudiants

Deux faits majeurs permettent d’expliquer cette tendance à la mobilité croissante des étudiants et à l’internationalisation de l’enseignement supérieur: d’une part, le poids grandissant des classements universitaires à l’échelle mondiale et d’autre part la place de plus en plus importante que prend l’anglais (sans négliger pour autant le poids d’autres langues comme le Chinois, le français ou l’espagnol) dans les systèmes d’enseignement globaux, en tant que langue de partage et de formation au-delà des frontières. Ce sont les classements qui orientent les choix des meilleurs étudiants, mais aussi ceux des étudiants les plus riches sur tous les continents. Quant à l’anglais, il est devenu la langue incontournable de la science et de la recherche et un critère de sélection majeur pour l’accès aux emplois les plus prestigieux et souvent les plus lucratifs. C’est ainsi que chaque année les dirigeants de toutes les institutions académiques à travers le monde attendent avec fébrilité la parution du World University Rankings de Times Higher Education, de l’Academic Rankings of World Universities de la Shanghai Jiao Tong University, du QS (Quacquarelli Symonds) World University Rankings, et d’autres encore, telle que l’incontournable US News Best Global Universities Rankings, etc.

On peut se rendre compte de l’incroyable influence exercée par ces deux facteurs d’évaluation des performances universitaires en évoquant l’effet qu’ils ont sur la structuration des institutions universitaires à l’échelle mondiale, surtout quand on sait que certains pays ont été amenés à modifier l’organisation même de leurs établissements d’enseignement supérieur pour répondre aux critères élaborés par les auteurs de ces classements et y hisser leurs universités au plus haut niveau. En France, c’est le cas par exemple de l’Université Paris-Saclay (issue du regroupement de 13 universités françaises pour faire face aux mastodontes anglo-saxons), de Paris Sciences et Lettres (constituée en 2019 par la fédération de 11 établissements d’enseignement supérieur et de centres de recherche) ou de l’Institut Polytechnique de Paris (qui, depuis 2019, réunit cinq grandes écoles d’ingénieurs françaises) et qui figurent toutes aujourd’hui parmi les 200 meilleures universités du monde grâce aux réformes engagées par le gouvernement Macron. De nouvelles filières, de nouveaux programmes et de nouveaux diplômes (en particulier le bachelor), exclusivement enseignés en anglais sont ainsi apparus dans presque toutes les grandes écoles françaises (en particulier les écoles de commerce) pour répondre à une demande plus conforme aux standards mondiaux qui sont en réalité ceux des classements internationalement reconnus. C’est le cas, depuis 2017, du Bachelor of Science de Polytechnique Paris, spécialement conçu pour attirer les meilleurs étudiants internationaux et pallier aux problèmes présentés par la non-lisibilité du système français des classes préparatoires, inconnues ailleurs dans le monde. La première promotion du bachelor de l’X, sortie en 2020, a connu un grand succès et ses membres, issus de tous les continents, ont accédé, pour leurs masters, aux meilleures universités partout dans le monde, y compris au MIT, à Cambridge ou Oxford.

Internationalisation et marchandisation de l’enseignement supérieur

Toutefois, les deux facteurs évoqués ci-dessus ne suffisent pas à expliquer à eux seuls ces évolutions. On doit les replacer dans un contexte d’internationalisation et de marchandisation croissantes de l’enseignement supérieur qui est à la fois source de gains économiques et de main d’œuvre hautement qualifiée pour les pays développés de plus en plus confrontés au vieillissement de leur population et aux transformations qui affectent les sociétés contemporaines, en particulier la numérisation généralisée de tous les secteurs d’activité, la technicisation croissante des emplois et l’avènement de ce que certains appellent désormais la 4eme révolution industrielle, notamment le développement sans précédent de l’intelligence artificielle, de la robotique, des biotechnologies et des énergies renouvelables. Dans certains pays comme les États-Unis ou l’Australie, les étudiants internationaux constituent l’une des principales sources de financement de l’enseignement supérieur. Chaque année, plus d’un million d’étudiants étrangers s’inscrivent dans les institutions d’enseignement supérieur aux États-Unis et génèrent des revenus de plusieurs milliards de dollars pour l’économie américaine. Les entreprises high tech. les plus puissantes de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Oracle, Intel, etc.), les plus grandes banques d’investissement (Goldman Sachs, JMorgan, Morgan Stanley, UBS, Credit Suisse, etc.), les cabinets de conseil et stratégie les plus réputés (Deloitte, McKinsey, EY, BCG, etc.) aussi bien que le gouvernement américain dans tous ses démembrements puisent dans ce vivier des centaines de milliers d’ingénieurs et d’experts dans tous les domaines. Ces organisations sont devenues fortement dépendantes, pour le recrutement de nouveaux travailleurs, des étudiants étrangers qui sortent par milliers des “colleges” et universités locales. L’administration Trump s’en est rapidement rendu compte lorsqu’en 2020 elle s’est heurtée à l’opposition tranchée et même à de nombreuses plaintes judicaires de la part de ces firmes quand elle a voulu restreindre le droit d’accès des étudiants étrangers aux visas. La plupart des présidents d’universités ont également condamné les réformes proposées par Trump et souligné le rôle vital que jouent les revenus tirés des inscriptions d’étudiants étrangers dans leurs finances ainsi que pour le fonctionnement des milliers de laboratoires et centres de recherche.

En effet, en 2021, un rapport de la NFAP2 (National Foundation for American Policy) estimait que près de 60% des étudiants inscrits en master et en doctorat en mathématiques, informatique et en études d’ingénieurs aux États-Unis étaient des étudiants nés à l’étranger. Ils constituent même plus de 80% dans certains domaines spécifiques comme l’ingénierie du pétrole où 82% des étudiants inscrits à temps plein sont des étudiants internationaux. Ils sont aussi 74% en génie électrique, 72% en informatique et sciences de l’information, 71% en génie industriel et ingénierie de fabrication, 70% en statistique, etc. En génie électrique, la majorité des étudiants diplômés à temps plein (master et Ph.D.) sont des étudiants internationaux dans 88% des programmes d’études supérieures aux États-Unis qui comptent au moins 30 étudiants. En informatique et technologie de l’information, ils représentent 78% des diplômés américains dans 211 universités. Le rapport du NFPA concluait que dans de nombreuses universités américaines, les programmes scientifiques aux niveaux master et PhD ne pouvaient tout simplement pas être maintenus sans l’existence des étudiants étrangers. 

Enfin, il faut noter qu’ils contribuent fortement à changer la composition de la main d’œuvre hautement qualifiée dans les pays d’accueil. Les immigrants subsahariens par exemple figurent parmi les groupes de population les plus éduqués aux USA: en 2015, 69 % de ceux d’entre eux âgés de 25 ans ou plus déclaraient avoir au moins un certain niveau de formation universitaire et 40% avaient un diplôme équivalent au bachelor 3. Ils étaient respectivement de 49% en Grande-Bretagne et de 30% en France 

Déterminants de la mobilité internationale des étudiants africains

La Chine, l’Inde, la Corée du Sud et dans une moindre mesure le Vietnam ou le Brésil constituent les pays d’origine de la plus grande partie des étudiants internationaux, mais de nouvelles tendances sont apparues ces dernières années avec l’émergence de l’Afrique et surtout du Nigeria qui occupe désormais le 8eme rang mondial en termes de mobilité des étudiants internationaux et qui est devenu l’un des principaux marchés de recrutement pour les universités américaines, anglaises, malaisiennes, australiennes, etc. On estime qu’il y a aujourd’hui plus de 100.000 étudiants nigérians qui sont inscrits dans ces pays4 et leur nombre ne fait que grandir.

Il faut d’ailleurs souligner que le taux de mobilité des étudiants africains en général est l’un des plus élevés au monde. Dans un rapport daté de 20215 Campus France notait que plus de 410.000 étudiants originaires d’Afrique subsaharienne poursuivaient leurs études à l’étranger. En 2010 déjà, alors qu’à l’échelle globale les étudiants africains ne représentaient que 10% du total des étudiants en mobilité, le nombre d’étudiants en mobilité par rapport au nombre total d’étudiants africains se situait en moyenne à 6%, soit le taux le plus élevé au monde6. En 2020 le taux de mobilité des étudiants africains était le double de celui de la moyenne mondiale avec des chiffres encore plus élevés pour certains pays. L’UNESCO souligne par exemple qu’en 2016, 10% des étudiants camerounais effectuaient leurs études en dehors de leur pays, soit cinq (5) fois la moyenne mondiale7. Même dans un pays aussi pauvre que le Niger, le taux de mobilité des étudiants aujourd’hui est de 7,5%, soit près de quatre (4) fois la moyenne mondiale. 

L’augmentation du nombre d’étudiants africains expatriés relève de plusieurs facteurs : le premier d’entre eux est sans doute le fait que l’Afrique est aujourd’hui le continent qui connaît la croissance démographique la plus rapide au monde alors même que les pays européens et les pays d’Asie de l’Est sont tous passés en dessous du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants par femme en âge de procréer) et connaissent parfois un vieillissement accéléré et un recul dramatique de leur population comme dans le cas de presque tous les pays de l’Est européen, du Japon, de la Corée du Sud et très bientôt de la Chine. L’Afrique en revanche a la population la plus jeune du monde : l’âge médian y est de 19,7 ans alors qu’il est de 32 ans pour l’Asie et de 42,5 ans pour l’Europe (soit le double de l’Afrique). Comme le relève Campus France8, rien que d’ici 2027 l’Afrique ajoutera 63 millions d’habitants à la tranche des personnes âgées de 18 à 30 ans. Quant au dernier rapport des Nations Unies sur la population9, il estime qu’en 2050 plus de 40% des jeunes âgés de moins de 18 ans et plus du tiers de ceux âgés de 29 ans et moins seront des Africains.

A cette croissance démographique rapide, il faut ajouter une relative prospérité économique au cours de ces 20 dernières années ; prospérité qui a permis l’émergence d’une classe moyenne pour qui l’éducation, et surtout l’éducation au loin, représente aujourd’hui l’un des éléments les plus importants dans les stratégies d’investissement des familles. Pour ces familles de la classe moyenne, l’accès à l’éducation universitaire hors du pays devient de plus en plus un outil de distinction et de discrimination entre classes sociales qui affecte aussi les chances des individus en termes d’accès à l’emploi, à un statut social élevé et à son maintien.

C’est ainsi que l’analyse des destinations d’études montre qu’il existe une relative correspondance entre pays de destination pour les études supérieures et origine sociale. Elle montre que chez les classes supérieures et moyennes africaines, les étudiants suivent souvent les traces de générations précédentes, c’est-à-dire celles de leurs parents qui étaient parfois eux-mêmes des étudiants à l’étranger, principalement en France, et qui souvent appartiennent aux classes supérieures de la société. C’est ainsi que dans le cas du Niger, au fur et à mesure qu’une « classe bourgeoise » se constituait, les boursiers qui constituaient les premières cohortes d’étudiants du supérieur ont été progressivement supplantés par les héritiers (qui sont souvent les enfants des premiers) dans l’accès à l’éducation universitaire hors des frontières du pays. En effet, avant et après les indépendances (et jusque dans les années 1980), des étudiants de toutes origines étaient envoyés en France, dans quelques autres pays européens et dans des pays comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire qui ont de vielles institutions universitaires, alors qu’aujourd’hui les étudiants qui prennent les destinations considérées comme les meilleures pour effectuer des études supérieures, celles qui offrent les meilleures chances d’accès aux postes les plus élevés et les plus « lucratifs », (par exemple les Etats-Unis et la France), sont aussi (et de plus en plus) composés d’héritiers qui s’inscrivent dans des institutions privées. Si l’on exclut les boursiers fils de paysans, il semble ainsi exister une hiérarchie des destinations d’études qui semble épouser la configuration des classes sociales au Niger.

C’est ainsi que les étudiants issus des classes supérieures se dirigent de préférence vers les Etats-Unis, la France et quelques autres pays européens. Ils constituent une petite minorité privilégiée au sein de laquelle on retrouve souvent des boursiers (qui peuvent d’ailleurs être les mêmes, c’est-à-dire fils de cadres supérieurs et boursiers). Ces étudiants ont aussi souvent reçu leur éducation primaire et secondaire dans des institutions privées coûteuses et considérées localement comme des institutions d’élites. Au Niger, c’est le cas du collège privé turc Bédir, du collège Mariama, de l’Eau Vive, du lycée privé français Lafontaine et de nombreux autres qui accueillent principalement des enfants de familles aisées (tels que les enfants des fonctionnaires internationaux et autres expatriés pour ce qui est du lycée Lafontaine) et pour lesquels il faut payer entre 300.000 et un million de francs CFA par an (soit près de trois fois le PIB par habitant) pour y accéder. En revanche, bien que le lycée d’excellence de Niamey recrute les meilleurs élèves à l’issue d’un concours organisé à l’échelle nationale après le BEPC, on note que plus de 80% de ceux qui y réussissent sont issus des villes et principalement de la capitale, Niamey, et appartiennent donc très certainement dans leur majorité aux familles les plus aisées, c’est-à-dire les familles de cadres supérieurs, de professions libérales ou de grands commerçants. Certains des enfants des classes moyennes prennent la destination du Maroc et de la Tunisie où de nombreuses institutions d’enseignement supérieur privé existent, qui ciblent généralement les étudiants d’Afrique subsaharienne qui constituent, après les étudiants locaux, l’écrasante majorité des effectifs. Le gouvernement marocain, le gouvernement tunisien, le gouvernement algérien, le gouvernement turc et de nombreux autres pays offrent d’ailleurs chaque année des centaines de bourses aux meilleurs étudiants nigériens pour les aider à s’expatrier.

Enfin, il faut noter que l’éducation en Afrique a connu des progrès spectaculaires au cours de ces dernières décennies avec l’explosion des effectifs scolaires soutenue par la croissance démographique et l’amélioration des finances publiques au sortir de la période dite d’ajustement structurel (années 1980) qui avait fortement contribué à restreindre les dépenses sociales. Par exemple, dans un document daté de 2018, l’AFD (Agence Française de Développement) note que l’Afrique Subsaharienne est la région du monde où l’accès à l’éducation primaire a progressé le plus rapidement au monde. Le même document estime qu’entre 1999 et 2015, « les pays d’Afrique subsaharienne ont…multiplié par 2,5 l’accès au 1er cycle du secondaire (de 13,7 à 35 millions d’enfants scolarisés) et quasiment triplé leurs capacités dans le 2eme cycle du secondaire (de 7,9 à 20,3 millions d’enfants scolarisés)10 ». Au niveau de l’enseignement supérieur, l’UNESCO11 note que près de 15 millions d’étudiants étaient inscrits dans les universités africaines en 2017, auxquels il faut ajouter plus de 400.000 à l’étranger. Bien que l’Afrique n’ait pas encore rattrapé son retard sur les autres continents au niveau du tertiaire, ce chiffre connaît une croissance plus rapide que dans les autres régions du monde.   

Toutefois, la déliquescence des institutions d’enseignement supérieur africaines, la faible reconnaissance de leurs diplômes, les années « blanches » récurrentes, l’obsolescence et la médiocrité des programmes d’enseignement proposés n’incitent guère les parents qui le peuvent (mais aussi les gouvernements) à garder leurs enfants sur le sol africain surtout dans un contexte de compétition où le classement des universités joue parfois un rôle déterminant dans le choix des destinations d’études. Par exemple, dans le classement de l’US. News Best Global Universities in Africa 2022, l’Université de Yaoundé I (Cameroun) est la seule université du CAMES (Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur qui regroupe les universités des pays de l’Afrique dite francophone) qui figure parmi les 1.000 premières universités mondiales (à la 940eme place). En fait, les pouvoirs publics eux-mêmes semblent reconnaître leur carence dans ce domaine puisqu’ils mettent un point d’honneur à octroyer des bourses aux meilleurs étudiants pour les aider à s’expatrier. C’est le cas par exemple du Niger où chaque année les 100 à 200 meilleurs élèves au baccalauréat se voient offrir des bourses d’études par le Maroc, la Tunisie, la France, etc., mais aussi par le gouvernement nigérien lui-même (qui reconnaît ainsi tacitement sa propre faillite) pour aller étudier hors du pays.

Enfin, l’Afrique est devenue ces dernières années un lieu de rivalité exacerbée entre grandes puissances, aussi bien du point de vue économique et militaire que du point de vue de la diplomatie d’influence (culturelle et éducative). Il en résulte des politiques volontaristes menées par les États les plus puissants pour attirer le plus grand nombre d’étudiants africains et augmenter leur présence culturelle et symbolique sur le continent. Si la France, les Etats-Unis et l’Europe Communautaire dans son ensemble attirent plus de 50% des étudiants africains en mobilité, de nouveaux-venus sur la scène (tels que l’Arabie Saoudite ou la Turquie) font aujourd’hui une percée spectaculaire, notamment au Sahel. Par exemple, sous l’impulsion de généreuses bourses offertes par ce pays, rien qu’entre 2014 et 2018 le nombre d’étudiants ouest-africains en Turquie a doublé, passant de 1855 à 3854. On note une évolution similaire dans tous les autres pays d’accueil qui créent d’ailleurs toutes de nombreuses écoles sur le sol africain.         

La France en particulier mène depuis quelques années une politique dynamique pour attirer et retenir les meilleurs des étudiants nord-africains et subsahariens : la plupart de ses écoles les plus réputées ont maintenant des branches locales au Maghreb, en particulier au Maroc et en Tunisie. Parmi elles, Centrale Casablanca qui, selon le magazine Jeune Afrique, s’est donné pour objectif de devenir « la première école de référence d’ingénieurs à l’horizon 2025 » sur le continent africain, est sans doute la plus prestigieuse et la plus renommée, mais il faut aussi citer l’INSA, L’ESSEC, L’EM Lyon, Toulouse Business School et une multitude d’autres établissements un peu moins connus. Certains de ces établissements existent aussi dans des pays comme le Sénégal (EM Lyon) ou la Côte d’Ivoire (IEA-Abidjan). Ces écoles recrutent en priorité à l’issue du même concours auquel les étudiants français sont soumis, parmi les élèves des classes préparatoires aux Grandes Ecoles et les lycées d’excellence dont le modèle s’est maintenant répandu surtout au Maroc, en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Cette année par exemple, le Lydex, lycée d’excellence de Benguérir au Maroc, qui accueille aussi bien des élèves marocains que des élèves boursiers originaires d’Afrique subsaharienne a placé des dizaines d’élèves au concours de la prestigieuse Ecole Polytechnique ainsi qu’à CentraleSupélec, HEC, etc. En Côte d’Ivoire, l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny, établi sur le même modèle des classes préparatoires françaises a également placé un bon nombre de ses élèves dans ces mêmes écoles. En outre, de nombreuses grandes écoles françaises ont des classes préparatoires intégrées en collaboration avec des établissements supérieurs africains. Il faut également mentionner les centres d’examen aux concours ouverts aux meilleurs étudiants de licence issus des universités africaines, comme celui que Polytechnique Paris a établi à Dakar, au Sénégal et qui permettent chaque année à un certain nombre d’étudiants de ce pays et de bien d’autres encore d’intégrer cette école.

Enfin, du côté anglophone, on peut citer plusieurs institutions qui recrutent dans tous les pays africains les meilleurs élèves à l’issue d’une sélection sévère dont le but est expressément de placer ces élèves dans les meilleures universités mondiales, telles que Harvard, MIT, Princeton, Oxford, Cambridge, etc. C’est le cas de l’African Leadership Academy, établi en Afrique du Sud et qui reçoit chaque année des étudiants de tous les pays africains. C’est aussi le cas des United World Colleges qui disposent de comités nationaux chargés d’organiser la sélection des élèves les plus doués dans chaque pays, élèves auxquels sont octroyées des bourses d’études sur tous les continents en vue de leur préparation à l’intégration des plus prestigieuses institutions internationales.

Ce qu’il faut cependant déplorer, c’est que les meilleurs étudiants africains (et qui sont de plus en plus ceux des familles les plus riches) n’étudient pas toujours en Afrique et la plupart de ceux qui obtiennent leurs diplômes ne rentrent que rarement au pays. Campus France12 estime en effet que seuls 20% des étudiants africains qui obtiennent leurs diplômes dans les pays européens retournent chez eux à l’issue de leurs études. La proportion de ceux qui rentrent chez eux est encore beaucoup plus faible parmi ceux qui étudient dans les institutions les plus prestigieuses car ils ont plus de facilités à obtenir du travail chez des employeurs qui leur font des offres généreuses. Ces étudiants ont souvent un profile scientifique et sont comme partout ailleurs dans le monde adoubé après une sélection par les mathématiques. Bien qu’ils soient faibles en nombre, en France et aux Etats-Unis, ils occupent en majorité des postes d’analystes dans les banques d’investissement, des postes consultants dans les cabinets en conseil et stratégie, des postes d’ingénieurs dans diverses entreprises, etc. Ceux d’entre eux qui retournent avec leurs diplômes au pays sont souvent assurés de trouver des emplois dans les organisations internationales, les agences des Nations Unies ou avec d’autres employeurs tout aussi prestigieux chez qui les diplômes américains et européens ont la priorité dans le recrutement. Une fois leurs études achevées, ces étudiants ont donc plus de chances que toutes les autres catégories d’étudiants de décrocher les postes les plus convoités parce que les plus lucratifs. Comme ils sont souvent des fils de cadres supérieurs ou de professions libérales, ils bénéficient de tous les privilèges attachés aux réseaux familiaux, notamment des facilités d’insertion professionnelle dans l’administration nationale comme dans le privé.

Conclusion

Alors que l’Afrique a été une source de main-d’œuvre servile puis salariée pendant des siècles, ses travailleurs intellectuels, libérés des chaînes de l’esclavage, semblent suivre le même chemin que leurs aïeux asservis. S’il faut se féliciter du fait qu’aujourd’hui ils font souvent partie de l’élite mondiale, il ne faut cependant pas oublier que seule une infime minorité prend le chemin du retour contribuant ainsi à accentuer le fossé entre nous et les pays développés. Qui faut-il blâmer pour cela ? Seuls les gouvernements africains, incapables d’offrir à leur jeunesse des institutions d’enseignement supérieurs compétitifs, sont à blâmer. Car on ne saurait reprocher, sans une bonne dose d’hypocrisie, aux étudiants et à leurs parents d’offrir, quand ils le peuvent, les meilleures chances de succès dans la vie à leur progéniture. On ne saurait non plus reprocher aux pays occidentaux de saisir des opportunités quand elles s’offrent dans un monde où il faut jouer des coudes pour avancer. C’est tout simplement de bonne guerre. Si nous voulons bien leur offrir presque gratuitement les meilleurs de nos enfants formés à nos frais et au prix de mille sacrifices, eh bien, ils sont preneurs.

Références

  1. UNESCO, Institut de Statistique, La mobilité des étudiants internationaux, janvier 2021. http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow
  2. National Foundation for American Policy, International Students in Science and Engineering, NFPA Policy Brief, August 2021.
  3. Pew Research Center, Sub-Saharan African Immigrants in the U.S. Are Often More Educated Than Those in Top European Destinations, Report, April 24, 2018.
  4. Carnegie Endowment for International Peace, West African Elites’ Spending on UK Schools and Universities: A Closer Look, January 28, 2021 paper.
  5. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, Mars 2021.
  6. Campus France, « La mobilité des étudiants d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb », Les Notes de Campus France, Hors-série n0 7, juin 2013.
  7. UNESCO, « La mobilité des étudiants internationaux », <http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow>
  8. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, op. cit, Mars 2021.
  9. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, World Population Prospects, 2022.
  10. Agence Française de développement, L’éducation en Afrique subsaharienne : idées reçues, janvier 2018, P. 2.
  11. UNESCO, African countries agree on a roadmap to strengthen higher education on the continent, 14 December 2021.
  12. Campus France, La mobilité internationale des étudiants africains, Les Notes, HS N0 16, 2017.

Gado Alzouma

Gado Alzouma est professeur titulaire en socio-anthropologie des sciences, techniques et société. Il a fait ses études supérieures à l’Université de Bordeaux II et à la Southern Illinois University (carbondale, USA) où il  obtenu son Ph.D. Il a enseigné pendant de nombreuses années à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, puis à l’Université américaine du Nigeria, à Yola. Il a également travaillé au Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) à Dakar au Sénégal et au Global Media Research Center, à Carbondale aux Etats-Unis. Ses recherches et publications portent sur les technologies de l’information et de la communication et la société, l’éducation supérieure et les questions liées à la recherche et au développement. Son dernier livre, coédité avec Jean-Aimé Dibakana, est intitulé TIC et société : le nouvel âge technologique Africain ? (Éditions Harmattan, Paris, France, 2020).

Sunday Dancing Club at MFM

By Vincent Favier

People who come there on Sunday morning spend most of the time singing and dancing, but it is neither a nightclub nor a radio station. It is a church. Starting at 8 AM, the service could be an exciting afterhour for the Christians who spent their night in one of the few Niamey’s nightclubs. Usually held by Christians, they are frequented by expats and Nigeriens from diverse religious affiliations, if they have any. This suggestion may sound out of place, yet one shouldn’t downplay the energy that preachers and worshippers put into creating an atmosphere of joy and celebration every Sunday morning in this church. MFM stands for “Mountain of Fire and Miracles Ministries”, a name that says it all about the Church’s style of worship. Originally founded in Nigeria, it has gained an international reputation through its usually loud, heated, and highly demonstrative services. One of the most notorious Churches on the African Pentecostal landscape, it opened branches in several African countries, including Niger, as well as in Europe and in the United States.

The Mountain of Fire and Miracles’ church. Niamey, Niger, 20.12.2020. Photo: Vincent Favier

Located in Niamey’s poor and popular district of Boukoki in which a majority of Nigerien Muslims live, the Church was run by a Nigerian couple until the Charlie Hebdo’s riots broke out in Niger in January 2015. After stealing or destroying what they could, mobs of youngsters set several churches in fire, but in a few areas, Muslim neighbours spontaneously constituted vigilantes’ groups and managed to protect Christians and churches. Nevertheless, the Nigerian couple, traumatised, moved back to Nigeria and a woman from Benin was appointed pastor of Niamey’s MFM church. In a spirit of forgiveness, the new pastor tried to make a fresh start with the neighbourhood by offering food and goods to the families and sweets to the children when she comes back from the market. The relationship is rather cordial now, yet she deplores the fact that kids in the hood still throw stones into the church’s yard sometimes, pointing at their lack of education. She decided to level-up the walls surrounding the church. The memory of the riots remains painful for many Christians. In this context, it is thus not surprising that worshipers’ behaviours are noticeably less exuberant and the noise generated by the services is overall lower compared to Pentecostal practices in Nigeria. In all cases, the sixty or so members of the congregation meet regularly again, sing and dance freely, especially on Sundays.

Worshippers waiting to drop their tithes before the altar. MFM, Niamey, Niger, 20.12.2020.
Photo: Vincent Favier

On this Sunday morning, the church is almost full for the special ceremony dedicated to offerings. Once a month, members bring goods of their choice, according to their financial capacity. A Bluetooth headset in his ear, a young security guard wearing a T-shirt with the MFM logo stands at the entrance and keeps an eye on the streets. Inside the church, all the goods were dropped in a corner, waiting for the pastor to start the ritualised offering ceremony. Worshipers must be patient. They know this kind of service usually lasts up to six hours. Instead of young partygoers, the participants are rather families dressed in their best Sunday cloth. Many men and boys wear either the traditional riga or casual jeans and shirts. Women picked their most elegant dress in African wax fabric often matching their huge headscarf, but some wear cocktail dresses and sophisticated hats that would provoke sideways glances in any posh American wedding. Some little girls are dressed like princesses with multicoloured plastic hair clips. A small group of school teenagers – hand-clapping experts –, a few students of the Université Abdou Moumouni, men and women coming alone or with their children, form the rest of this mixed congregation. They are mostly from Nigeria, but also from Togo, Niger, Benin, and Burkina. They are a Christian community like many others on Sunday in Niger’s capital city, praying in the name of Jesus, seeking to feel the Holy Spirit’s breath inside them, imploring God to bless and to reward them on this earth, here below. And if it’s not in this life, then it will be in the hereafter, a student told me.

Young boys and girls dancing before the altar. MFM, Niamey, Niger. 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

In fact, the pastor likes to remind that the MFM community stands apart from other Christian churches: “We are at MFM, we have our own way of praying!” Indeed, I witnessed practices that I never saw elsewhere in Niamey’s churches, not even in Nigeria. The pastor continues: “Standing like a tree is not praying! Satanic tree! Break it!” And the assembly would start mimicking the pastor’s gesture, moving their forearms up and down frenetically, like machetes cutting the air, and repeating in chorus: “Break it! Break it! Break it!” Performance plays a central role in the sermon as it helps mediating a spiritual sensation.

Worshippers mimicking the pastor’s gestures. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

During another service, the participants were asked to bring cooking oil in a small bottle and to spread it on their head during the sermon to chase the evil spirit. “My hair” said the pastor, “reject the bewitchment! Bewitchment attacks me through the hair. My hair, take fire!!!” – “Fiiiiiiiire!!!” people shouted in response as they were vigorously spreading the oil on their head.

But before doing such practices, church members need to warm up. The Sunday service always starts with gentle singing and dancing during almost an hour, as members keep on coming. A student plays a synthesizer next to the bassist, a few women sing. A father seats down on a chair, gives his Bible to his 4 or 5-years old kid, and, while the kid holds the Bible seemingly absent-minded, the father closes his eyes, lays his hands on his son’s shoulders and starts praying. Joyfully, the singing goes on and on, increasingly louder, until the pastor makes her apparition on the stage.

The pastors giving the sermon. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

The sermon is bilingual. The pastor preaches in French and a second pastor, a man, translates it consecutively into English. His proficiency in translation is crucial to the whole performance. It is not only about finding the right words quickly but rather being able to reproduce the pastor’s tone, fluidity, eloquence that gives the sermon its theatrical dimension and strength. Based on the metaphor of the tree, the Pastor drew a parallel with the umbilical cord that connects to the ancestors, and that one must cut, or burn. African Pentecostals emphasize the need to radically break with the traditional past because satanic forces inhabit spiritual traditions and keep preventing Christians to access health and prosperity here and now. During another sermon I attended, the pastor declared annihilating the power of all fetishes, voodoo, and satanic powders through the fire of God. In fact, Muslim reformist discourses may equally reject ancestral social and spiritual practices during public preaches, yet they don’t perform it as symbolically as the Pentecostals do. Often, it becomes a cacophony when church members repeat words after the pastors: “Pouvoir !!” “Power!!” “Feu de Dieu !!” “Fire of God!!” The service shortly reaches a hypnotic, if not epileptic, climax.  Like in many churches, the pastor brings everyone down and takes back control of the ceremony by saying the magic words: “In Jesus’ name we have prayed”. Like a class of disciplined children, everyone is suddenly quiet again and ready to listen. The sermon goes on:

– “People subscribe life insurances, but our life insurance is Jesus! With Jesus, a radiant light will shine on your life!”

– “Amen!” the assembly answers.

– “God will surprise you! We see others with a big house, a pretty car. Jesus will make you an important person!”

– “Ameeeeeen!”

Worshippers dancing in circle during the final procession. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

After hours of singing, praying, dancing, mimicking, listening and shouting, time has come to perform the final offering ritual. The pastor even apologizes for exhausting her congregation so much today as she begs for one last dance. Before bringing the several goods to the front, members are called to contribute to the financial effort of the church with giving tithes and offerings. Like the Islamic Zakat, tithes are supposed to be around 10% of a member’s income. Offerings may then come on the top. How much one should give remains at the discretion of each individual. For that purpose, the pastor distributes envelops to participants who require one, while he encourages them to give more: “What’s your offering plans for this year? Are you going to keep on giving 500-500 [FCFA] or are you gonna raise to 1000-1000?” Once the members have put their offering or tithe in the envelop, they fold it and hold it in their hand raised over the head, and close their eyes for the benediction. The pastor begs God to bless the offerings and to make individuals’ wishes come true. She then calls them to stand up and, as the music starts again, people come to the altar and drop their envelop in a box. The closing procession can start now.

Worshippers’ offerings being blessed by the pastor. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

Bringing the goods to the altar is performed as a ritual. The papas, the mamas, and the youths are called to gather the one after the other, to pick some goods and to bring them to the altar. Ananas, bags of rice, oil bottles, yams are shaken up and down over the heads, left and right, carried by the members of each group walk and dance towards the stage. Joy, hilarity and communion soon spread all over the place. Once they dropped the goods, every group dances some 15 minutes before the altar, and goes again.

Two university students dancing at the end of the ceremony. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

It is almost 2 PM and worshippers eventually receive meals prepared by the church. The whole ceremony ends up in a frenetic atmosphere of singing and dancing, although visible sweat on faces and shirts betrays the participants’ exhaustion. But everyone seems to enjoy the celebration and spending a long part of their day within their community. And the pastor doesn’t miss the opportunity to make them feel good and unique when she says: “Lose yourself when you give thanks! If you’re normal, you’re a fool! Do something exceptional during the procession! You are distinct.”

REMOBOKO at Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg

In this workshop, explicitly designed for doctoral candidates and postdocs, the Remoboko research team will present its work, and discuss the methodological difficulties associated with researching a sensitive topic from an ethnographic perspective. Finally, members of the team discuss the challenges of completing their PhDs within a research project.

Presentations

“The innocent spy who came in from the cold: Fieldwork in the Sahel and self-reflexivity”, Vincent Favier

Vincent Favier did a presentation entitled: “The Innocent Spy Who Came in from the Cold: Fieldwork in the Sahel and Self-reflexivity”. Beside the nod to the climatic dimension due to frequent travel between Germany and Niger, this title refers to the conditions and experience of doing Fieldwork in the Sahel from 2019 to 2021. Inspired by Nigel Barley’s “The Innocent Anthropologist”, his presentation outlined the challenges faced by the researcher as a French and non-Muslim in a former French colony dominated by Islam. Balancing between linguistic and academic affinities and forms of political distrust, or even faith-based contempt, Vincent explained how doing fieldwork in such a social environment requires to be strategic, patient, and diplomatic. This particular setting also enables the researcher to reflect on himself, on the individuals and groups he looks at, but, more importantly, on the way these individuals perceive him and the significance of his research project. In an unstable regional context due to terror attacks, French military intervention, coups, accusations of state corruption, and disinformation, being perceived as a spy is anything but surprising, especially when one comes from abroad to ask questions. Self-reflexivity is thus a crucial dimension of research, in any context, not only to assess the epistemological biases but also to gradually break down clichés and engage in mutual understanding.

“Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition”, Bello Adamou

Bello Adamou presented the topic : Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition. He began his presentation by discussing his religious identity and his associative background within one of the Muslim Students Association of Niger, section of the Abdou Moumouni University of Niamey. Being Muslim, he participated several times in the activities of this association without however occupying a position of responsibility or integrating one of the commissions, during his cycles of Licence and Master. Thus, he mentioned the influence of his research on his religious identity because it requires him to analyze the different groups with the neutrality that scientific research requires. Then, he mentioned the different reactions of religious groups on his research. While Christians and Sufis accepted him without resistance, the Salafis perceived him as a spy on the payroll of the outside world. However, over time the latter group came to accept him as a researcher. Finally, Bello reported attempts by student religious groups to influence his research as they perceived him as a mouthpiece for their activities on campus through his scientific publications.

“A “Yovo” Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”, Dr. Frederick Madore

Frédérick Madore did a presentation entitled “A ‘Yovo’ Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”. In the first part of his talk, he offered some thoughts on conducting ethnographic fieldwork as a historian by training. Although a lot of textbooks exist on ethnographic fieldwork, the “field” often presents unexpected challenges, and the research must deal with many gray areas. He also addressed the issue of positionality and reflected on how being a foreigner or a “pseudo-insider” as well as making friends in the field impact the research findings. In the second section, Frédérick Madore gave an overview of the difficulties of doing research in insecure regions – “red zones” –, and how the security context in West Africa can influence the research on Salafism. For instance, many journalists and commentators, in assessing the threat that jihadists pose to countries bordering the Gulf of Guinea, such as Benin and Togo, have pointed out the spread of Salafism and Saudi Arabian-funded NGOs in the region. As a result, a growing number of Salafis are reluctant to talk to researchers and building trust can be a challenge. Finally, he highlighted the difficulties of conducting research in post-colonial archival centers in West Africa, which are often underfunded and disorganized. Historians of contemporary Africa must make do with less written material and usually must rely on oral sources.

“‘Who is your father? What family do you belong to?’ and ‘Patience, I’ll call you back!’: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel”, Dr. Abdoulaye Sounaye

In a region such as the Sahel where Salafi-jihadism has become highly politicized, from below and above, from within and without, what are the challenges of conducting research on Islam and Muslim societies? How to deal with ethnographic discomfort and security concerns? What to draw from those constraints, but also opportunities to engage other dimensions of the work of academic knowledge production? What to learn from the actual contexts and the dynamics that shape it? How to make research and academic collaboration work? These questions were at the core of the public lecture (“Who is your father? What family do you belong to?” and “Patience, I’ll call you back!”: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel) Abdoulaye Sounaye gave on June 13, 2022 at the Department of Anthropology of the University of Halle. Building on his two decade-long experience conducting fieldwork in the region, the lecture was an opportunity to open a conversation on the constraints and forms of social control that field researchers have to deal with, especially when “working at home.” The conditions of ethnographic research on Islam and Muslim societies in the Sahel were discussed, highlighting some of the challenges and the problematic nature of such methodological orientation today. The lecture also drew attention to both ethical and episte­mological concerns, especially with regard to the sensitivity of “Islamic” topics, how researchers (are and) become subject to social control, navigate the “non-sense” of research, and become constitutive of the field.

La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis

Pendant le colloque internationale pluridisciplinaire avec le thème “La crise de l’université en Afrique: Diagnostic et éléments de stratégies transversales” Mahamadou Bello Adamou présent son travail sur “La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis” entre 11 h et 12.30

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search