Sunday Dancing Club at MFM

People who come there on Sunday morning spend most of the time singing and dancing, but it is neither a nightclub nor a radio station. It is a church. Starting at 8 AM, the service could be an exciting afterparty for the Christians who spent their night in one of the few Niamey’s nightclubs. Usually held by Christians, they are frequented by expats and Nigeriens from diverse religious affiliations, if they have any. This suggestion may sound out of place, yet one shouldn’t downplay the energy that preachers and worshippers put into creating an atmosphere of joy and celebration every Sunday morning in this church. MFM stands for “Mountain of Fire and Miracles Ministries”, a name that says it all about the Church’s style of worship. Originally founded in Nigeria, it has gained an international reputation through its usually loud, heated, and highly demonstrative services. One of the most notorious Churches on the African Pentecostal landscape, it opened branches in several African countries, including Niger, as well as in Europe and in the United States.

The Mountain of Fire and Miracles’ church. Niamey, Niger, 20.12.2020. Photo: Vincent Favier

Located in Niamey’s poor and popular district of Boukoki in which a majority of Nigerien Muslims live, the Church was run by a Nigerian couple until the Charlie Hebdo’s riots in Niger. After stealing or destroying what they could, mobs of youngsters set several churches in fire, but in a few areas, Muslim neighbours spontaneously constituted vigilantes’ groups and managed to protect Christians and churches. Nevertheless, the Nigerian couple, traumatised, moved back to Nigeria and a woman from Benin was appointed pastor of Niamey’s MFM church. In a spirit of forgiveness, the new pastor tried to make a fresh start with the neighbourhood by offering food and goods to the families and sweets to the children when she comes back from the market. The relationship is rather cordial now, yet she deplores the fact that kids in the hood still throw stones into the church’s yard sometimes, pointing at their lack of education. She decided to level-up the walls surrounding the church. The memory of the riots remains painful for many Christians. In this context, it is thus not surprising that worshipers’ behaviours are noticeably less exuberant and the noise generated by the services is overall lower compared to Pentecostal practices in Nigeria. In all cases, the sixty or so members of the congregation meet regularly again, sing and dance freely, especially on Sundays.

Worshippers waiting to drop their tithes before the altar. MFM, Niamey, Niger, 20.12.2020.
Photo: Vincent Favier

On this Sunday morning, the church is almost full for the special ceremony dedicated to offerings. Once a month, members bring goods of their choice, according to their financial capacity. A Bluetooth headset in his ear, a young security guard wearing a T-shirt with the MFM logo stands at the entrance and keeps an eye on the streets. Inside the church, all the goods were dropped in a corner, waiting for the pastor to start the ritualised offering ceremony. Worshipers must be patient. They know this kind of service usually lasts up to six hours. Instead of young partygoers, the participants are rather families dressed in their best Sunday cloth. Many men and boys rather wear either the traditional riga orcasual jeans and shirts. Women picked their most elegant dress in African wax fabric often matching their huge headscarf, but some wear cocktail dresses and sophisticated hats that would provoke sideways glances in any posh American wedding. Some little girls look like princesses with their multicoloured plastic hair clips. A small group of school teenagers – hand-clapping experts –, a few students of the Université Abdou Moumouni, men and women coming alone or with their children, form the rest of this mixed congregation. They are mostly from Nigeria, but also from Togo, Niger, Benin, and Burkina. They are a Christian community like many others on Sunday in Niger’s capital city, praying in the name of Jesus, seeking to feel the Holy Spirit’s breath inside them, imploring God to bless and to reward them on this earth, here below. And if it’s not in this life, then it will be in the hereafter, a student told me.

Young boys and girls dancing before the altar. MFM, Niamey, Niger. 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

In fact, the pastor likes to remind that the MFM community stands apart from other Christian churches: “We are at MFM, we have our own way of praying!” Indeed, I witnessed practices that I never saw elsewhere in Niamey’s churches, not even in Nigeria. The pastor continues: “Standing like a tree is not praying! Satanic tree! Break it!” And the assembly would start mimicking the pastor’s gesture, moving their forearms up and down frenetically, like machetes cutting the air, and repeating in chorus: “Break it! Break it! Break it!” Performance plays a central role in the sermon as it helps mediating a spiritual experience.

Worshippers mimicking the pastor’s gestures. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

During another service, the participants were asked to bring cooking oil in a small bottle and to spread it on their head during the sermon to chase the evil spirit. “My hair” said the pastor, “reject the bewitchment! Bewitchment attacks me through the hair. My hair, take fire!!!” – “Fiiiiiiiire!!!” people shouted in response as they were vigorously spreading the oil on their head.

But before doing such practices, church members need to warm up. The Sunday service always starts with gentle singing and dancing during almost an hour, as members keep on coming. A student plays a synthesizer next to the bassist, a few women sing. A father seats down on a chair, gives his Bible to his 4 or 5-years old kid, and, while the kid holds the Bible seemingly absent-minded, the father closes his eyes, lays his hands on his son’s shoulders and starts praying. Joyfully, the singing goes on and on, increasingly louder, until the pastor makes her apparition on the stage.

The pastors giving the sermon. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

The sermon is bilingual. The pastor preaches in French and a second pastor, a man, translates it consecutively into English. His proficiency in translation is crucial to the whole performance. It is not only about finding the right words quickly but rather being able to reproduce the pastor’s tone, fluidity, eloquence that gives the sermon its theatrical dimension and strength. Based on the metaphor of the tree, the Pastor drew a parallel with the umbilical cord that connects to the ancestors, and that one must cut, or burn. African Pentecostals emphasize the need to radically break with the traditional past because satanic forces inhabit spiritual traditions and keep preventing Christians to access health and prosperity here and now. During another sermon I attended, the pastor declared annihilating the power of all fetishes, voodoo, and satanic powders through the fire of God. In fact, Muslim reformist discourses may equally reject ancestral social and spiritual practices during public preaches, yet they don’t perform it as symbolically as the Pentecostals do. Often, it becomes a cacophony when church members repeat words after the pastors: “Pouvoir !!” “Power!!” “Feu de Dieu !!” “Fire of God!!” The service shortly reaches a hypnotic, if not epileptic, climax.  Like in many churches, the pastor brings everyone down and takes back control of the ceremony by saying the magic words: “In Jesus’ name we have prayed”. Like a class of disciplined children, everyone is suddenly quiet again and ready to listen. The sermon goes on:

– “People subscribe life insurances, but our life insurance is Jesus! With Jesus, a radiant light will shine on your life!”

– “Amen!” the assembly answers.

– “God will surprise you! We see others with a big house, a pretty car. Jesus will make you an important person!”

– “Ameeeeeen!”

Worshippers dancing in circle during the final procession. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

After hours of singing, praying, dancing, mimicking, listening and shouting, time has come to perform the final offering ritual. The pastor even apologizes for exhausting her congregation so much today as she begs for one last dance. Before bringing the several goods to the front, members are called to contribute to the financial effort of the church with giving tithes and offerings. Like the Islamic Zakat, tithes are supposed to be around 10% of a member’s income. Offerings may then come on the top. How much one should give remains at the discretion of each individual. For that purpose, the pastor distributes envelops to participants who require one, while he encourages them to give more: “What’s your offering plans for this year? Are you going to keep on giving 500-500 [FCFA] or are you gonna raise to 1000-1000?” Once the members have put their offering or tithe in the envelop, they fold it and hold it in their hand raised over the head, and close their eyes for the benediction. The pastor begs God to bless the offerings and to make individuals’ wishes come true. She then calls them to stand up and, as the music starts again, people come to the altar and drop their envelop in a box. The closing procession can start now.

Worshippers’ offerings being blessed by the pastor. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021.
Photo: Vincent Favier

Bringing the goods to the altar is performed as a ritual. The papas, the mamas, and the youths are called to gather the one after the other, to pick some goods and to bring them to the altar. Ananas, bags of rice, oil bottles, yams are shaken up and down over the heads, left and right, carried by the members of each group walk and dance towards the stage. Joy, hilarity and communion soon spread all over the place. Once they dropped the goods, every group dances some 15 minutes before the altar, and goes again.

Two university students dancing at the end of the ceremony. MFM, Niamey, Niger, 07.03.2021. Photo: Vincent Favier

It is almost 2 PM and worshippers eventually receive meals prepared by the church. The whole ceremony ends up in a frenetic atmosphere of singing and dancing, although visible sweat on faces and shirts betrays the participants’ exhaustion. But everyone seems to enjoy the celebration and spending a long part of their day within their community. And the pastor doesn’t miss the opportunity to make them feel good and unique when she says: “Lose yourself when you give thanks! If you’re normal, you’re a fool! Do something exceptional during the procession! You are distinct.”

REMOBOKO at Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg

In this workshop, explicitly designed for doctoral candidates and postdocs, the Remoboko research team will present its work, and discuss the methodological difficulties associated with researching a sensitive topic from an ethnographic perspective. Finally, members of the team discuss the challenges of completing their PhDs within a research project.

Presentations

“The innocent spy who came in from the cold: Fieldwork in the Sahel and self-reflexivity”, Vincent Favier

Vincent Favier did a presentation entitled: “The Innocent Spy Who Came in from the Cold: Fieldwork in the Sahel and Self-reflexivity”. Beside the nod to the climatic dimension due to frequent travel between Germany and Niger, this title refers to the conditions and experience of doing Fieldwork in the Sahel from 2019 to 2021. Inspired by Nigel Barley’s “The Innocent Anthropologist”, his presentation outlined the challenges faced by the researcher as a French and non-Muslim in a former French colony dominated by Islam. Balancing between linguistic and academic affinities and forms of political distrust, or even faith-based contempt, Vincent explained how doing fieldwork in such a social environment requires to be strategic, patient, and diplomatic. This particular setting also enables the researcher to reflect on himself, on the individuals and groups he looks at, but, more importantly, on the way these individuals perceive him and the significance of his research project. In an unstable regional context due to terror attacks, French military intervention, coups, accusations of state corruption, and disinformation, being perceived as a spy is anything but surprising, especially when one comes from abroad to ask questions. Self-reflexivity is thus a crucial dimension of research, in any context, not only to assess the epistemological biases but also to gradually break down clichés and engage in mutual understanding.

“Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition”, Bello Adamou

Bello Adamou presented the topic : Being a Muslim and a researcher: conducting research in a context of religious competition. He began his presentation by discussing his religious identity and his associative background within one of the Muslim Students Association of Niger, section of the Abdou Moumouni University of Niamey. Being Muslim, he participated several times in the activities of this association without however occupying a position of responsibility or integrating one of the commissions, during his cycles of Licence and Master. Thus, he mentioned the influence of his research on his religious identity because it requires him to analyze the different groups with the neutrality that scientific research requires. Then, he mentioned the different reactions of religious groups on his research. While Christians and Sufis accepted him without resistance, the Salafis perceived him as a spy on the payroll of the outside world. However, over time the latter group came to accept him as a researcher. Finally, Bello reported attempts by student religious groups to influence his research as they perceived him as a mouthpiece for their activities on campus through his scientific publications.

“A “Yovo” Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”, Dr. Frederick Madore

Frédérick Madore did a presentation entitled “A ‘Yovo’ Historian in Benin and Togo: Conducting Fieldwork in Times of Pandemic and Fears of Jihadism Spreading”. In the first part of his talk, he offered some thoughts on conducting ethnographic fieldwork as a historian by training. Although a lot of textbooks exist on ethnographic fieldwork, the “field” often presents unexpected challenges, and the research must deal with many gray areas. He also addressed the issue of positionality and reflected on how being a foreigner or a “pseudo-insider” as well as making friends in the field impact the research findings. In the second section, Frédérick Madore gave an overview of the difficulties of doing research in insecure regions – “red zones” –, and how the security context in West Africa can influence the research on Salafism. For instance, many journalists and commentators, in assessing the threat that jihadists pose to countries bordering the Gulf of Guinea, such as Benin and Togo, have pointed out the spread of Salafism and Saudi Arabian-funded NGOs in the region. As a result, a growing number of Salafis are reluctant to talk to researchers and building trust can be a challenge. Finally, he highlighted the difficulties of conducting research in post-colonial archival centers in West Africa, which are often underfunded and disorganized. Historians of contemporary Africa must make do with less written material and usually must rely on oral sources.

“‘Who is your father? What family do you belong to?’ and ‘Patience, I’ll call you back!’: Researching Islam and Muslim Life in Contemporary Sahel”, Dr. Abdoulaye Sounaye

La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis

Pendant le colloque internationale pluridisciplinaire avec le thème “La crise de l’université en Afrique: Diagnostic et éléments de stratégies transversales” Mahamadou Bello Adamou présent son travail sur “La gouvernance du religieux à l’Université Abdou Moumouni de Niamey/Niger (UAM) : objets, acteurs et défis” entre 11 h et 12.30

Formes d’expression de la foi à l’Université de Dakar (Sénégal)

En 1950, Dakar, capitale de l’Afrique-Occidentale française (AOF), fut dotée d’un Institut des Hautes Études, embryon d’université. Sept ans plus tard, cet institut devint l’Université de Dakar, dix-huitième université française en terre africaine. Elle accueille, depuis lors, une multitude d’étudiants aux sensibilités culturelles et religieuses diverses. Dans les années 1970, correspondant à un retour du religieux dans la sphère publique, l’Université de Dakar devient la « chasse gardée » des associations confessionnelles. Parmi elles, citons : le Dahira des étudiants mourides (DEM) créé en 1975, devenu Hizbou Tarkyya en 1992, le Dahira des étudiants tidianes (DET) en 1980, l’Amicale des élèves et étudiants layènes (AEEL) en 1981, le Dahira des étudiants talibé de Baye Niass en 1982, l’Association des élèves et étudiants musulmans du Sénégal (AEEMS) en 1993, la Coordination des étudiants catholiques de Dakar (CECD) en 1987, coiffant l’Association des étudiants catholiques du campus (AECC), le Groupement des étudiants catholiques de la cité Aline Sitoé (GECCAS), la jeunesse estudiantine catholique universitaire (JECU), l’Amicale des normaliens catholiques du campus (ANOC)… Chacune de ces associations « œuvrent », inconsciemment, à travers les actes posés, pour sa visibilité et son existence. D’où l’adoption d’une véritable politique religieuse à des fins de « pouvoirs » et « d’influence », se traduisant par la conquête de l’espace universitaire, l’adoption d’un code vestimentaire et langagier particulier et l’utilisation de supports iconographiques comme outils ou formes d’expression de sa religiosité.

Inscription sur un mur du campus social. Traduction littérale : Ahmadou Bamba, l’espoir des humains.
Photo : Mamadou Yéro BALDÉ, UCAD, le 25 avril 2022.
Affiche murale du Week-end islamique du dahira des étudiants talibés de Baye Niass.
Photo : Mamadou Yéro Baldé, UCAD, le 13 septembre 2021.

« Dompter » l’espace

Dans leur politique d’existence et de promotion de leur identité, les associations religieuses ont eu recours à plusieurs subterfuges. L’ambition de « dompter » l’espace universitaire en est un. Territorialiser ce milieu, revient, pour elles, à constituer un périmètre pour soi et pour sa communauté. Ce faisant, la volonté de s’auto-identifier à des aires stratégiques du campus devient une sorte de marquage et une stratégie de promotion de la/sa croyance.

Ainsi, au campus social, les rez-de-chaussée ou les devantures des pavillons A, B, D et Q constituent le « domaine » des mourides et des tidianes qui s’y adonnent, souvent, à des récitals de khassaide (poèmes)et à des wazifa (récitals de coran). L’AECC organise ses réunions de prière tous les mardis au pavillon Q. À la cité des filles Aline Sitoé Diatta, la « salle coran », contrôlée par l’AEEMS, est une sorte de maison d’initiation à l’apprentissage de la religion musulmane pour étudiante. La grande mosquée de l’UCAD, construite en 1986, est sous la bannière des « Ibadou Rahman », réunis au campus, pour la plupart, au sein de l’AEMUD. En plus des prières quotidiennes, elle est un lieu de promotions des savoirs islamiques. On y organise aussi les prières de fêtes de fin de Ramadan et du mouton.

Ces actes de religiosité sont manifestes aussi au campus pédagogique où des espaces de prières informels sont aménagés : devanture de la Bibliothèque universitaire, de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG), entrée Est de la Faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP), hall de la Faculté des sciences et techniques (FST), jardin jouxtant la scolarité de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH), écoles et instituts comme l’École supérieure polytechnique (ESP) ou l’ancienne École normale supérieure, aujourd’hui, Faculté des sciences et des technologies de l’éducation et de la formation (FASTEF), etc.

Se singulariser par l’habillement et par le verbe

Les « politiques de Dieu » au campus de Dakar sont également vestimentaires. Les habits et les styles identifient globalement certaines communautés religieuses. L’habit y est un indicateur d’appartenance. Il traduit une sorte de discipline du corps et de la religion, transmettant un message d’adhésion et de fidélité à une/des cause(s). De ce fait, les ibadou rahmane sont reconnaissables à travers l’ancrage, la formalisation et le port systématique du voile islamique (notamment chez les femmes), le choix porté sur les « pantacourts », le foulard et le couvre-chef masculin ou calotte. Les membres du Hizbou Tarkyya ont pour identité vestimentaire la baylat, un grand boubou large couvrant entièrement le corps, jusqu’aux pieds, une écharpe (kalah), un pendentif (makhtu) – sac en cuir destiné à contenir les khassaide, le coran, le chapelet et d’autres accessoires – portés au cou. Les baye fall (disciples de la sébile) sont adeptes des tenues multicolores (ndiakhasse)– combinaison de plusieurs tissus de couleurs différentes, donnant un caractère artistique au modèle vestimentaire ; le tout accompagné d’un chapelet avec de grosses perles au coup. Les manches larges et les bonnets à pompon rappellent également l’habillement mouride. Les étudiants catholiques sont jugés discrets, même si la croix est souvent un signe distinctif de leur appartenance religieuse.

Cette communication par le style vestimentaire, symbolisant la nécessité de faire exister sa foi, s’accompagne d’un langage verbal particulier, centré sur la religion et convoquant des versets coraniques, des hadiths, des récits illustratifs des parcours de guides religieux et des références à leurs vies. Tout ceci repose sur une politique de sa foi.

Fresques et gravures religieuses

Les fresques sont, au sein du campus, des modes d’expression d’une religiosité et d’une foi. Elles remémorent des épisodes et rappellent le rôle des religieux dans la construction nationale. Elles produisent, à l’université, de nouveaux codes de lecture et témoignent, pour paraphraser Ndiouga Adrien Benga, d’une inscription innovante et propre à un groupe qui cherche à y affiner des éléments de distinction sociale et culturelle. Elles sont visibles dans les chambres des pavillons et dans l’espace universitaire : photos et dessins de guides religieux sur les murs, arbres, etc.

Fresque murale représentant des marabouts.
Photo : Mamadou Yéro BALDÉ, UCAD/FASEG, le 28 avril 2022.

Ainsi, la gravure de Cheikh Ibrahima Fall (1858-1930) – leader du bayefallisme et célèbre disciple du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba sur le baobab en face de la direction du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), un des hauts lieux de décision de l’université, traduit en mode d’expression artistique l’histoire d’un homme et d’une confrérie et rappelle, symboliquement, à l’autorité postcoloniale, représentée au campus social par le COUD, la présence, comme à l’époque coloniale, de la religion dans la sphère publique. L’image manifeste, ainsi, indirectement, une tentative d’une communauté de « s’introduire » dans les arcanes d’une institution qui doit s’arrimer aux nouvelles reconfigurations sociales et politiques. Elle exprime la nécessité d’accorder une place essentielle à la religion et d’accéder à une parole audible dans le dispositif universitaire. Il y a donc une bataille du sens et du pouvoir qui ne dit pas son nom. C’est dire que le fait religieux à l’UCAD ne se réduit pas à sa seule dimension liturgique. Il est également artistique et iconographique.

Gravure de Cheikh Ibra FAL, en face du COUD.
Photo : Mamadou Yéro Baldé, UCAD, le 12 octobre 2021.

En somme, l’affirmation du religieux et des associations religieuses au sein du campus de Dakar, depuis les années 1970, permet de jeter un regard sur la société, le pouvoir et comprendre « l’activisme religieux universitaire ». Leur présence à l’université s’est inscrite dans une volonté de se faire entendre et faire accepter ses croyances dans un pays où l’État importé est en déphasage avec les réalités culturelles locales. Faire adhérer les étudiants à un projet religieux, c’est, pour elles, influencer, dominer et répandre leurs idéaux et valeurs dans le campus et partant dans le pays. Ce dessein passe par le marquage et la territorialisation de l’espace grâce à l’usage de pratiques artistiques, vestimentaires et communicationnelles. Dès lors, un véritable jeu de pouvoir et d’influence y prospère. Lieu de compétition entre groupes et communautés pour la visibilité – même si l’on refuse de l’admettre – l’université domestique le discours religieux et nourrit les formes de « socialisation alternatives » prônées par les associations religieuses. Lesquelles démontrent que la religion y est prégnante. En effet, le poids de la religion et des religieux dans la société apparait même dans le jeu politique et économique. Il est fréquent que des personnalités publiques se rendent dans les grands foyers religieux pour solliciter soutien, protection et visibilité. Si pour certains la nécessité de distinguer le temporel du spirituel s’impose dans une République laïque ; pour d’autres, les nouveaux paradigmes nationaux et internationaux, faits de remise en cause de la modernité occidentale dans une société en constance reconfiguration, exigent une cohabitation entre les deux entités.

Dr. Mamadou Yéro Baldé est, depuis 2019, docteur en histoire moderne et contemporaine. Enseignant-chercheur au département d’histoire et de géographie de la Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation (FASTEF) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), depuis juin 2021, ses recherches portent sur l’enseignement supérieur, problématique à laquelle il a consacré une thèse de doctorat et de nombreux articles publiés dans des revues et ouvrages collectifs. Il s’intéresse également à la question de l’identité dans l’éducation en la corrélant à la problématique de la décolonisation des systèmes éducatifs africains, débat en vogue au lendemain des indépendances et qui continue de faire couler encore beaucoup d’encre.

“Let the children come to me”: Pentecostalism and proselytization of children through gospel outreaches in Ibadan, Nigeria

“Children are friends of God.” This statement, which finds expression through the teachings of Jesus Christ is premised on some of the attributes of a child. A child is humble, easily forgiving and does not bear malice. More so, the little ones are less likely to have cultivated strong perceptions. Even when they do, these perceptions are usually not fully formed like that of an adult. As such, they are more likely to be open to new ideas, principles and doctrines which they can easily accommodate and nurture. In the biblical book of Mark 10 vs 15, Jesus said “Truly I tell you, anyone who will not receive the kingdom of God like a little child will never enter it” (New International Version). Field missionaries and Pentecostal preachers alike therefore derive inspiration from this verse to launch an all-embracing proselytizing drive which do not leave out the young ones even during school periods since they believe that spreading the gospel is a core Christianity duty.

Today, Nigeria is home to many megachurches and a large congregation of Christians. This may be conveniently assumed to be the fruits of the seeds sown by international missionary organisations and gospel outreaches. One of such is the activities of Christ for all Nations (CfaN) which is the focus of this post. CfaN is an evangelistic organization which was established by a German missionary Reinhard Bonnke in 1974. Even after the demise of its founder and first general evangelist and the passing of the baton to the new one, Daniel Kolenda, the enterprising activities of this outreach do not seem to have fallen. Year in, year out, it organises crusades in different cities across Africa and beyond, preaching the good news of the gospel of Christ. Preceding these crusades is usually an all-out mobilization of people with the help and collaboration of local church organizations. Through the use of the traditional and digital media as well as visits to public buildings, marketplaces and schools, people are invited and encouraged to be part of these crusades experience with the promises of healings, breakthroughs and deliverances from the power of the devil.

A large banner displayed at the gate of the University of Ibadan Chapel
A smaller banner placed on a tree at a residence

Interestingly, children in post-primary/secondary schools are also deliberately targeted in this proselytization effort. For example, at the Ibadan Great Gospel Crusade which was held between 11 and 14 of November 2021, well over 20 secondary schools (many of which included the public schools) were visited in the city. One of such is Valencia Schools, Ibadan, presumably due to its status as a leading private primary and post-primary educational institution and the large size of its population. Before meeting the students, a prior visit was made by the crusade support team to intimate the school management of their intention to reach out. On the day of the visit to one of its campuses, with an impressive student population, the team addressed the students during the morning assembly, talking to them about the love of Christ and the need to surrender their lives to Him. Thereafter, they were encouraged to persuade their parents to bring them to the crusade ground or come alone if this option was possible. The team’s address which culminated in a singing presentation marked a peculiar start of a school day, as the students were encouraged to sing along. With this spectacle, some of these students became eager to be part of the crusade experience which would be led by the Evangelist Daniel Kolenda.

Two books were available for distribution at the event, one titled Now that you are saved, and the other, a follow-up booklet titled What’s next?, which has been specifically designed to help children understand their new life in Christ and grow their faith in God.

Why the children?

Targeting the children for proselytization is a deliberate strategy by CfaN. Apart from the nature of these young ones which is more receptive to new beliefs and trainings, the organization acknowledges Africa’s demographic distribution which reveals the continent to comprise a league of nations of young people majority of whom still fall within the range of primary and post-primary school age. To CfaN, the intentionality of the drive for the salvation of Africa is largely dependent on the conversion of its young population who are the future of the continent. Therefore, for Africa to be fully Christianized, there must be a calculated effort to reach its children and win their heart for Christ.

The effectiveness of this strategy can be gleaned from the reception of the CfaN support team, especially in a school such as Valencia College where tracts were also distributed to its staff members. Although not a Christian missionary school, the school is strongly affiliated to Christian values in its modes of operation. For example, while there are students of the Islamic faith registered in the school, Islamic Studies is not part of the subjects included in its curriculum, and morning assemblies are conducted with Christian prayers and songs. Also, a Christian service is organised for students and members of the teaching staff every Thursday and Friday of school week respectively. However, this is usually not the case with most of the government (public) owned educational institutions where religious expressions are handled with greater caution in order to ensure balance and distance where necessary.

Allegation of indoctrination

While the management of some of these schools and their students may have received the message of the CfaN team with enthusiasm, there are those who believe that going to school to preach a Christian gospel amounts to indoctrination of students, some or many (as the case may be) of whom may be of the Islamic faith. More distressing for them is the fact that virtually all these children are minors who are not legally accountable for their actions, and as such would need parental approval for such intervention. To these group of people, the dynamics of this proselytization strategy implicate child rights abuse and contravene the provision of the country’s constitution, and some internationally agreed child rights acts such as the United Nations’ Convention on the Rights of the Child (CRC) of 1989. Therefore, they insisted that the government addressed the issue by giving it the critical attention that it deserves in order not to fuel religious intolerance in the state.

Some of the religious interest groups and non-governmental organisations which expressed their displeasure through press conferences and letters include Muslim Community of Oyo State (MUCOYOS) and Rights and Freedom Advocates (RIFA), describing this proselytization strategy as an invasion of the state’s public schools. In a statement signed by the Chairman and Secretary-general of MUCOYOS, they alleged that in one of the schools visited, “Muslim students were deliberately disallowed from observing Jum’at prayers” so that they could attend a special Christian evangelization assembly.

Eventually, while not denouncing this approach, a letter dated 10th November 2021 was written by the organisers of the crusades, apologising for visiting a public school which they claimed was in error. Apart from this letter, nothing else was heard either from the organisers or the government.

Nigeria and the illusion of secularism

While Nigeria claims to be a secular state, its religious sentiment has continued to flourish and has created a bipolar Muslim-Christian identity that transcends the country’s socio-political climate. Nigerians continue to amplify their religiousness through everyday lived experiences and there are also government institutions dedicated to promoting religious activities such as the Pilgrims Welfare Board. Additionally, it would be difficult to find a Nigerian who does not identify with either of the two organized religions (Christianity or Islam).

Although these expressions are in no way presumed to be problematic, because people find support, solace and welfare in the religious groups they belong to, especially in the face of government’s continued failure in meeting their very basic needs, they tend to overstretch these affiliations which sometimes lead to having a sense of ‘us’ and ‘they’ even in a situation where religious pluralism is assured, at least constitutionally. Moreover, religion has fully established itself as an extremely important factor to consider in furthering people’s political agenda and benefits. As a readily available tool of instrumentalization, it often expresses itself in a centrifugal manner as in the case of Kolenda’s Ibadan CfaN’s crusade children’s proselytization and the reactions it generated from some people.

Jesus gave very specific important value to the children by asking them to come to Him “unhindered.” Also, in many contexts, parents are required to provide religious guidance to their children at least until they attain the age of majority. In the middle of these positions is the school and the role it must play in the religious life of school children. However, if children are to fully benefit from education, the school must be run in an orderly manner. While not necessarily attacking specific school policies, the CRC places a high value on education that respects the right of a child to freedom of thought, conscience and religion.

Apart from being seen as a ground for the recruitment of followers, religious organisations see in educational institutions an opportunity to imbibe in the children the right type of attitude which could help them avoid the negative consequences of sin, counter balance worldly influences and also possibly bring their parents in contact with the gospel of Christ.

Adebayo Adedeji is a PhD candidate in the Department of Peace, Security and Humanitarian Studies, Faculty of Multidisciplinary Studies, University of Ibadan. He is a Postgraduate Teaching and Research Assistant at the University of Ibadan Research Foundation (UI-RF). Adedeji is also a Research Fellow with the French Institute for Research in Africa (IFRA-Nigeria).

Journées de commémoration du mouvement historique du 9 février 1990

Une certaine agitation règne sur la cité universitaire en ce matin du 09 février 2021. Nombreux sont les étudiants qui portent un T-shirt blanc floqué du logo de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), et une inscription au dos : « 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 ». Trente et un ans plus tôt, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) sortaient dans la rue pour réclamer la démission du gouvernement du Général Ali Saibou et la tenue d’élections démocratiques libres et indépendantes. Marquée par des débordements et des confrontations avec les forces de l’ordre, cette manifestation avait connu un épilogue tragique, se soldant par la mort de trois étudiants, tombés sous les balles de l’armée. Ce combat, que Mamane Saguirou, Issaka Kainé, et Alio Nahantchi avaient payé du sacrifice de leur vie, ne fut pas vain : il créa un électrochoc social et politique qui initia la tenue de la conférence nationale souveraine du Niger du 3 juillet au 29 novembre 1991. Doté d’une nouvelle constitution, le pays entrait de manière douloureuse dans un long processus de démocratisation.

Le syndicat des étudiants réunit ses sympathisants avant de débuter la marche du 9 février. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Depuis, la donne politique nigérienne a changé. Le 31ème anniversaire de la commémoration du mouvement historique du 09 février 1990 est arrivé dans un contexte particulier, entre les deux tours de l’élection présidentielle. Pour la première fois de sa jeune histoire, la République du Niger allait faire l’expérience d’une transition démocratique du pouvoir. Le président sortant, Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, arrivait au terme de ses deux mandats et n’avait pas cédé à la tentation de modifier la constitution pour en effectuer d’autres. Un fait assez rare pour être souligné, tant ce phénomène continue de se produire dans de nombreux États d’Afrique subsaharienne. Conscients du chemin parcouru, les étudiants, guidés par leur syndicat, l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), ne baissent néanmoins pas la garde pour autant. On spécule beaucoup quant à la réelle transparence et indépendance d’une élection dont le candidat favori, Mohamed Bazoum, est issu du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS), qui est aussi celui du président sortant. Ce que les étudiants commémorent avant tout, c’est la mort de leurs camarades, pour lesquels la justice n’a toujours pas été rendue. Un comble alors même que le président au pouvoir, S.E.M. Mahamadou Issoufou, faisait partie de cette génération d’étudiants des années 1990.

Les membres du service d’ordre du syndicat étudiant canalisent la foule d’étudiants sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Au fil des décennies, cette marche commémorative est devenue la « mère des marches » estudiantines, comme un membre du Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens aime à le rappeler. Cette marche, qui part du campus universitaire et s’arrête de l’autre côté du fleuve Niger, à un carrefour stratégique de la capitale non loin de la présidence, rassemble quelques milliers d’élèves, d’étudiantes et d’étudiants de Niamey. Certains font même le voyage depuis d’autres villes du Niger pour y participer. Elle est à la fois un rituel et une démonstration de force. Aux alentours de 10 heures, c’est une véritable marée humaine qui déferle sur le pont Kennedy et traverse le Niger, coupant un des axes majeurs de la circulation. La police et les forces de sécurité se font discrètes. Aisément repérables grâce à leurs T-shirts rouges, les membres du service de sécurité du syndicat étudiant donnent de la voix et des ordres. Ils prennent le contrôle de l’espace public le temps de la marche. Comme dans toute manifestation, les premières lignes du cortège sont les plus galvanisées et virulentes. Elles doivent être canalisées pour que les membres des deux syndicats étudiants, l’USN et l’UENUN, puissent marcher librement en amont du cortège. Seules les équipes de presse sont autorisées à les suivre et les filmer. Le succès de cette démonstration de force repose autant sur sa mise en scène que sur sa médiatisation.

En amont du cortège, le Secrétaire Général de l’Union des Étudiants Nigériens de l’Université de Niamey donne une interview à la presse sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

Pour la première fois cette année, les syndicalistes ont introduit une nouveauté à la marche du 9 février. Ils marquent une première pause au début du pont. À leur signal, le cortège s’arrête et se fait silencieux. Les dirigeants des syndicats s’agenouillent en cercle et entament une prière collective, aussitôt imités par l’ensemble du cortège. Les paumes des mains tournées vers leur visage, ils murmurent une prière individuelle, avant de passer plusieurs fois les mains sur leur visage. À l’image de la société nigérienne, l’écrasante majorité des étudiants est musulmane. Pour un syndicat qui revendique haut et fort une appartenance et un héritage marxistes-léninistes, cette mise en scène peut sembler paradoxale à première vue. En réalité, elle témoigne d’un impact grandissant de la religiosité, en l’occurrence islamique et, à moindre mesure, chrétienne, sur le campus. Tout en gardant une apparence « rouge », les leaders étudiants ne peuvent plus faire abstraction de la religiosité des « camarades ».  Si leur discours anticolonial et anti-impérialiste puise abondamment dans l’idéologie marxiste, toujours en vogue, les idéaux de bonne gouvernance et de justice sociale s’inspirent désormais davantage du Coran. Pour bien marquer le coup, le syndicat a répété cette prière symbolique une deuxième fois en arrivant au bout du pont.

Les leaders du syndicat étudiant prient en mémoire des martyrs sur le pont Kennedy. Niamey, Niger, 9 février 2021. Photo : Vincent Favier

D’après le Secrétaire Général du comité directeur de l’USN, cette nouveauté doit permettre de maintenir une forte mobilisation des étudiants pour la marche, alors que le souvenir du 9 février 1990 et de ses victimes s’éloigne un peu plus tous les ans. Une fois le pont traversé, et alors que le discours du Secrétaire Général devant les médias se fait attendre, l’excitation diminue et la vague humaine qui a déferlé reflue presque aussi vite qu’une onde percute un mur. Déjà la foule commence à se dissiper et des groupes d’étudiants traversent le pont dans l’autre sens en direction du campus. Mais le devoir de mémoire ne se limite pas à la « mère des marches ». Plus tard, une soirée culturelle est organisée sur le campus à la Place Amadou Boubacar, du nom d’un autre « martyr » également tué par l’armée lors d’une manifestation estudiantine. Depuis quelques années, les étudiants y jouent une pièce de théâtre montée par un dramaturge nigérien, qui reconstitue les évènements avec autant de gravité que de dérision.

Un membre du service d’ordre du syndicat étudiant dans une chambre du campus avant le départ au cimetière. Université Abdou Moumouni, Niamey, Niger, 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

Une semaine plus tard, c’est une autre représentation, sociale et politique cette fois-ci, qui se joue dans les rues de Niamey. Toujours sous la houlette de leur syndicat, les étudiants se rendent au cimetière musulman du quartier populaire de Yantala pour se recueillir sur les tombes de leurs trois camarades tués en 1990. Plus impressionnante encore que la marche réalisée une semaine plus tôt, les étudiants traversent une grande partie de la ville sous un soleil de plomb jusqu’au cimetière. En tête de cortège, les leaders des syndicats et leur service d’ordre prennent littéralement le contrôle des rues qu’ils traversent. Pas une voiture, une moto ou une bicyclette n’est autorisée à se frayer un chemin lors de leur passage. Ceux qui osent le faire sont sévèrement appréhendés par les gros bras du service d’ordre, qui leur confisquent souvent les clés du véhicule. Les forces de police ne sont visibles nulle part. La rue appartient aux étudiants, et c’est bien là le message que le syndicat envoie aux dirigeants : il faut toujours compter sur les syndicalistes et sur leur capacité de mobilisation. Dans un contexte de commémoration de martyrs, l’utilisation de l’islam comme force fédératrice démontre aussi l’étendue de leur créativité politique.

Les membres du service d’ordre dégagent la chaussée en direction du cimetière musulman de Yantala. Avenue de l’Indépendance, Niamey, Niger. 16 février 2021. Photo : Vincent Favier

La fête de tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines

Le mardi 20 juillet 2021, correspondant au 10ème jour du 12ème mois du calendrier hégirien, est le jour d’Eid Adha ou la fête de tabaski chez les musulmans du monde entier. Cette fête se distingue par l’immolation des animaux, généralement le mouton, par tout musulman qui a les moyens de s’en offrir. Au Niger, toute la communauté islamique se prépare pour ce grand événement à la fois religieux et festif. Au campus de l’Université Abdou Moumouni (UAM), tôt le matin, les étudiants musulmans habillés en leurs parures de fête, un à un, se sont rendus au nouvel arrêt de bus universitaire, un vaste espace pouvant contenir plusieurs centaines de personnes, pour la prière collective marquant ce jour d’une grande importance pour les musulmans. Ils y prient à l’air libre, sous les rayons de soleil du matin. À 8h05, Cheikh Boureima Daouda, l’imam de la principale mosquée du campus (la Mosquée Al-Moustapha), entre pour diriger la prière d’Eid. Dans son sermon, après avoir rappelé l’historique et l’importance tant sociale que religieuse de cette fête, il a invité les fidèles musulmans à s’excuser mutuellement et à jouir de cette journée. Contrairement à l’année passée où les mesures barrières contre la Covid-19 étaient plus en vigueur limitant ainsi les accolades, cette année, joignant la parole à l’acte, les fidèles venus par centaines se sont serrés les mains se félicitant et demandant pardon dans la joie et la fraternité. Partout, ce sont des « barka da salla » « wakay yessi » qui se répètent entre les fidèles.

Des fidèles musulmans écoutant le sermon après la prière d’Eid. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Après la prière et tout en poursuivant les demandes de pardon, les étudiants ayant ôté leurs habits de fête se sont orientés vers le lieu d’immolation des animaux. Sous la supervision des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), une association d’inspiration marxiste-léniniste, 80 moutons et six bœufs furent sacrifiés pour tous les étudiants du campus universitaire. Les moutons sont offerts par le Centre National des Œuvres Universitaire (CNOU), le service étatique chargé d’assurer l’hébergement, la restauration et le transport quotidien des étudiants. Quant aux bœufs, ils sont offerts par une ONG islamique arabe qui manifeste, à travers ce geste, sa solidarité envers les étudiants de cette université.

Cependant, il faut noter qu’à l’approche de la fête, une part importante des effectifs des étudiants a rejoint sa famille (parents, tuteurs, amis, etc.) en ville pour fêter avec elle. Par conséquent, la fête organisée par les structures estudiantines avec l’appui des autorités universitaires et des ONG caritatives est destinée aux étudiants qui restent sur le campus et qui s’avèrent la plupart de cas sans tuteur en ville.

Les taurillons offerts par une ONG islamique arabe. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 19-07-2021
Deux membres du CE de l’UENUN à gauche procédant à la réception de leurs taurillons auprès des agents de l’ONG caritative. Photo: Photo prise sur le statut WhatsApp d’un responsable de l’UENUN

Un à un, les animaux furent égorgés et dépecés à côté du restaurant universitaire Issaka Kaïné, sous la surveillance d’une part des étudiants membres de la Commission des Affaires Sociales et d’Ordre (CASO), « le bras armé » de l’UENUN, et, d’autre part, le regard attentif des étudiants et étudiantes venus en nombres. Les moutons furent les premiers à être égorgés. Les viscères sont donnés aux étudiantes qui les prépareront à leur goût dans leurs chambres. Les garçons, eux, reçoivent les foies, les testicules et les reins qu’ils iront griller à 20 mètres du lieu de l’abattage. Cette proximité leur permet de se ravitailler en morceaux de viande au fur et à mesure qu’ils dégustent leurs grillades.

Des groupes de camaraderie se sont reconstitués aux alentours du lieu d’abattage. Les étudiants, en fonction de leur affinité, se sont organisés autour de leurs fours traditionnels pour griller leurs morceaux dans la joie et la gaîté. Deux ou trois d’entre eux se chargeaient de la grillade pendant qu’un autre préparait le précieux thé vert de Chine. Les autres s’adonnaient aux jeux de cartes et/ou à des causeries. Les étudiantes ou les camarades filles comme on les appelle, ayant rejoint leurs chambres se vaquaient à frire les tripes qu’elles ont reçues. Contrairement aux garçons qui se rassemblent leurs parts, chacune a rejoint sa chambre pour y préparer seule ou avec sa voisine la viande reçue. Ainsi, les étudiants, filles comme garçons, dans une ambiance festive, recréent le même cadre et la même ambiance que ceux des autres jeunes qui fêtent auprès des membres de leur famille.

Des étudiants supervisant le découpage des carcasses des taurillons. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Les carcasses de moutons sont grillées par une équipe spéciale louée pour la circonstance par le CNOU. La coutume, à Niamey et dans certaines villes du pays, lors de la fête de tabaski, consiste à griller les animaux sacrifiés, généralement les ovins et les caprins, à l’aide d’un grand feu. C’était aussi ce sort qui fut réservé aux 80 moutons de l’UENUN par les spécialistes en la matière. 

La grillade des carcasses de moutons au campus universitaire. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

De son côté, l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section du l’UAM a sacrifié trois taurillons, contrairement aux années antérieures où une dizaine sont immolés. En effet, chaque année, à l’approche de la fête, elle soumet ses requêtes auprès de ses partenaires pour lui fournir les bêtes à sacrifier pour les étudiants. Cependant, cette année, elle a reçu peu de réponses de leur part. Ce qui a limité ses sacrifices. À la différence de l’UENUN, l’AEMN-UAM frit l’intégralité de la viande de ses animaux. Pour ce faire, elle engage des femmes spécialistes qui sont payées à la fin de leurs services. La distribution, elle, interviendra le lendemain du jour de la fête. 

Pendant que les deux associations sacrifiaient leurs animaux, des mendiants sont venus par dizaines des quartiers environnants afin qu’ils aient « leur part » de la viande. Ainsi, femmes et enfants reçoivent des morceaux des étudiants. Avec leurs butins, ils rentrent chez eux pour fêter comme les autres familles. Par ces gestes, les étudiants procurent de la joie au sein de ces familles démunies.

Le lendemain matin, dès la première heure, les étudiants se sont orientés par centaines vers le restaurant universitaire Issaka Kaïné. Ils se sont mis en files indiennes pour recevoir leur part de la viande. En effet, la viande des moutons grillés la veille et celle des taurillons est distribuée aux locataires du campus universitaire et aux étudiants qui vivent dans les quartiers environnants. En effet, par l’insuffisance de capacités d’accueil du dortoir universitaire, des centaines d’étudiants logent dans des maisons en location tout autour de l’université. Par conséquent, par cette proximité, ils se servent au restaurant universitaire au même titre que les locateurs du campus. Ainsi, le jour de la fête, ils convergent vers le campus pour avoir leur part de viande. 

La distribution de la viande est faite par des agents du CNOU assistés par les éléments de la CASO sous la supervision du Secrétaire Chargé des Affaires Académiques et Sociales Adjoint (SCAAS-A) de l’UENUN, qui multiplie les va-et-vient afin de s’assurer que tout étudiant présent ait sa part. Cependant, malgré le nombre de moutons sacrifiés, la viande n’a pas suffi pour servir tous les étudiants présents au restaurant. Ce qui a engendré la frustration des non-servis. 

La distribution de la viande au restaurant universitaire par un agent du CNOU et un élément de la CASO habillé en noir et un autre en rouge en train de surveiller. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Une fois la quantité reçue, les étudiants repartent vers leur chambre pour la préparer, chacun en fonction de son goût. Le plus souvent, elle est frite facilitant ainsi sa conservation. En effet, ils feront des jours en train de la grignoter par morceau. 

Une étudiante préparant sa part de viande devant sa chambre. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

De son côté, l’AEMN-UAM a commencé à distribuer sa part à son bureau, à partir de 17h. Consciente de l’insuffisance de la quantité de sa viande, l’association n’a pas convié un nombre important d’étudiants à la distribution. Ainsi, un à un, les étudiants dans une file indienne reçoivent leurs parts préalablement mises dans des plastiques noirs. Débutée avec moins d’une vingtaine de personnes, la distribution enregistrait plus d’étudiants au fur et à mesure que les étudiants sont servis. Alertés par leurs camarades ou par les plastiques noirs que détenaient les servis, ils affluent individuellement ou par petits groupes vers le bureau de l’association. Comme pressenti, les rations étaient finies en pleine distribution. Face à une telle situation, les distributeurs dans un langage hésitant et consolant avaient tenté de réconforter ceux qui étaient dans la queue.

Des étudiants recevant leur part de viande au bureau de l’AEMN-UAM. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Dans l’ensemble, malgré les deux distributions, certains étudiants n’ont pas été servis par les deux structures. Cependant, avec la solidarité estudiantine où les biens comestibles sont mangés en groupe, aucun étudiant ne s’est vu privé de la viande durant ces jours. En outre, dès le lendemain de la fête, les étudiants qui avaient fêté en ville sont rentrés au campus avec leur quantité de viande. D’autres reçoivent aussi un colis de viande que leurs familles leur envoient. Toutes ces parts sont réunies et consommées entre camarades.

Les distributions faites à l’occasion d’une fête musulmane par les structures estudiantines et entre les étudiants n’ont pas tenu compte de la confession des étudiants. En effet, tous étaient servis au même pied d’égalité. Ainsi, les musulmans, chrétiens, bahaïs et animistes ont dégusté ensemble la viande de la fête dans une ambiance festive. Chacun a festoyé sans tenir compte de la frontière religieuse qui le sépare avec son camarade.

If the foundations be destroyed, what can the righteous do? Religiosity and the concept of Holistic Education in Higher Educational Institutions in Nigeria

Introduction 

From 1 – 3 of July 2019, I attended the 9th Toyin Falola Annual International Conference on Africa and the Africa Diaspora (TOFAC) held at the Babcock University, Ilishan-Remo, Ogun State, Nigeria. The theme of the conference was ‘Religion, the State and Global Politics’. Coincidentally, there was a particular panel session at this conference that I found fascinating. The panel was titled Faith-based institutions and Holistic Education: Babcock experience. I found this interesting because of my ongoing PhD research on religiosity on university campuses. I was looking forward to hearing – the why and how – faith-based universities incorporate religious principles with secular education. I also was keen on knowing the goal and strategy adopted by Babcock University. 

From the beginning, religion featured as part of the conference’s programme. Every morning before the panel sessions started, conference participants converged in the auditorium for what they called – devotional. This devotional comprised a session of songs and praise and a sermon. I certainly did not expect this. It is an unfamiliar experience because it was not my first time attending an academic conference at a faith-based university.

Religiosity and Higher Educational Institutions in Nigeria

Owolabi suggests that education, by its nature, is an instrument of promoting public morality and has a powerful affinity and is linked to ethics (Owolabi, 2000: 289-301). There are about 174 universities in Nigeria at present, categorised as federal, state and private institutions. Seventy-nine (79) of these institutions are private institutions, and an impressive number of them are faith-based establishments. The introduction of western education in 1842 is one of the highlights of Nigeria’s Christian Missionary activities. By 1948, following the report and recommendations of the Elliot Commission set up by the British colonial government, they agreed to found two universities in Gold Coast (now Ghana) and Nigeria. Hence, the founding of University College Ibadan (UCI), now the University of Ibadan, since 1962.

At the commencement of university education in Nigeria, its advocates considered it a national development tool. However, by the 1970s, a charismatic explosion happened at the University of Ibadan, leading to increased campus-based evangelical outreaches by university students across the country. Consequently, the universities increasingly became enabling environments for the development of students’ spiritual attitudes and affiliations.

According to Christiano, religiosity is a general term used in the scientific study of religion to refer to individuals’ beliefs and behaviours that address ultimate or transcendent concerns (Christiano, 2001). Several universities established by faith-based institutions in Nigeria adopt holistic education as the prop of their service. Holistic education concerns developing a person’s intellectual, emotional, social, physical and spiritual potentials.

Faith-based institution and Holistic Education: The Babcock experience

On April 20, 1999, the Federal Government of Nigeria announced three institutions as the first set of private universities. One of them is Babcock University, established by the Seventh Day Adventist Church. It grew from a college established in 1959 for training church workers from the West African sub-region.

The Seventh-day Adventist Church (SDA), established by Elder D. C. Babcock, a Sierra Leonean missionary to Nigeria in 1914, is a Christian denomination known for keeping Saturday work and event-free but as a worship day. They have also incorporated this act into the university’s calendar by regulating that by 1.00 p.m. on Fridays, all offices and work activities at Babcock University end. The goal is to enable all employees to prepare for the Sabbath hour, which ends on Saturday evening. Seventh-day Adventist’s education philosophy is Christ-centred, adopting a holistic education that involves spiritual, physical, and intellectual dimensions. They believe that a necessity for qualitative education is to incorporate religious principles into secular education.

The university’s Department of Religious Studies organised this special panel I attended that comprised faculty members from humanities, law, social sciences and agricultural sciences. Some of these panellists are, in fact, clerics of the SDA. My first observation of this panel was that it appeared to be more of an advertisement for the institution than an academic presentation. Other than the five panellists, there were only four people in the audience. Of the four attendees were two people, including myself, whose research interests resonated with the panel’s title. Also in attendance was a lecturer who wanted to know the peculiarity of Babcock’s experience compared to the faith-based institution where they taught. The fourth person was an alumnus of Babcock, who gave testimony of the efficacy of the institution’s method of knowledge production and dissemination.

The strategy adopted by Babcock University towards holistic education is said to be enshrined in the institution’s philosophy of establishment. Religion being the fundamental principle for founding the institution, is regarded as a tool for redemption and reformation. This informed their adoption of holistic education, which integrates the denomination’s spiritual, social and physical values with the university’s academic curriculum. As far as the curriculum is concerned, the Nigerian University Commission (NUC) oversees curriculum building for higher educational institutions in Nigeria. However, the Seventh Day Adventist’s International Board of Education and Adventist Accreditation Association’s philosophy guides Babcock University’s curriculum. The panellists claimed that at all levels, their academic curriculum contains compulsory biblical courses like biblical principles of personal and professional life and character formation and spiritual growth. They have equally developed biblical references for other secular academic studies to teach courses like the biblical foundation of Biochemistry and Agricultural science.

One then wonders how the university manages to integrate religious curricula into the academic fabric. There is the Office of Institutional Effectiveness (OIE) which is the coordinating node for this integration. The office trains students on integrating learning and faith through conferences, workshops and opportunities for individual meetings. At the same time, they teach staff how to incorporate teaching and faith. The panellists argued that the institution emphasises ‘education for eternity’ and ‘education and redemption’, which informs why attendance at chapel seminars, a prayer forum for students and faculty members is compulsory. According to Adebola Olayinka, one of the university’s researchers, students are encouraged to take religion as a ‘developmental focus’, because of their believe that the university is ‘God’s chosen’ to re-engineer Nigeria they are expected not just to attend church programmes but to manifest the teachings in their everyday activities.

Their take on spirituality is that for Babcock University, religion is more than a struggle against immorality, unlike other faith-based institutions. The university is also committed to the global mission of human salvation, emphasising redemption and education. Recently, when the university expelled a student for engaging in an ‘immoral act’, the institution stated that they could take her back if she were repentant.

One takeaway from the panellists’ claims and description is that the education provided by faith-based universities in Nigeria seeks to integrate religious principles with social and academic curricula. The university campus is assumed to be an appropriate site to achieve this goal. Punitive measures are also in place to ensure that students adhere and reflect the knowledge they are receiving. By carefully curating academics and students’ activities, their social life and professional engagement should mirror the biblical teachings derived from the Seventh Day Adventist philosophy.

Adéjọkẹ́ Rafiat Adétòrò

Notes

Holistics Education http://www.schoolaroundus.org/holisticeducation  

Babcock University https://www.babcock.edu.ng/about  

Seventh-Day Adventist Church In Nigeria- Facts and History  http://www.adventistnaija.com/2016/04/seventh-day-adventist-church-in-nigeria.htm

L’association chrétienne “Campus Pour Christ” accueille les nouveaux bacheliers

Réunir les étudiants au-delà des dénominations de leurs églises, les accompagner à vivre leur foi et diffuser « le vrai message » du christianisme auprès de ses cibles tels sont, entre autres, les objectifs que s’est fixé le Campus Pour Christ (CPC) sur le campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, un espace à dominante musulmane. Ainsi, il vise à fédérer les chrétiens au-delà de leurs appartenances individuelles dans un milieu où ils se trouvent en minorité.  Pour atteindre ses objectifs, le mouvement mène diverses activités auprès des étudiants chrétiens, sur le campus, au siège, situé à quelques minutes de marche de l’université, et/ou dans une église donnée. Lors de celles-ci, les étudiants musulmans sont aussi invités à y participer. Cette invitation a un double objectif qui est à la fois d’ordre social et d’ordre prosélytique. Au niveau social, les activités contribuent à la cohésion sociale entre les deux communautés religieuses ce qui facilite éventuellement le prosélytisme dans l’espace universitaire.

Le siège de « Campus Pour Christ » à Niamey. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Parmi les activités qu’organise le CPC sur le campus ou dans son local, on note la séance de lecture biblique hebdomadaire à la faculté des lettres et de sciences humaines appelée « Apportez Votre Bible » (AVB) ; les conférences débats sur des questions religieuses, académiques ou sociales ; des formations diverses (sur la vie du couple, l’entrepreneuriat, etc.), des animations culturelles, l’évangélisation, ou encore l’accueil des nouveaux bacheliers. Cette dernière activité est organisée chaque année à la reprise des activités académiques des étudiants. Elle vise à faciliter les contacts entre les nouveaux étudiants et leurs aînés ; présenter l’organisation aux nouveaux venus ; leur prodiguer des conseils ; etc.

Les étudiants arrivent au centre et s’enregistrent. 21.01.2021, Niamey, Niger
Photos : Bello Adamou Mahamadou

Une soixantaine d’étudiants patientent, assis sur des chaises en plastique installées dans la cour du centre. Le haut-parleur crache une musique de type pop américaine. Les deux principaux représentants de l’association Campus Pour Christ, Maliki, un Nigérien, et Kirk, un Américain, ouvrent la cérémonie. La soirée commence par des jeux. Kirk, s’exprimant en Français, demande par exemple aux étudiants présents de se lever à l’annonce de la faculté dans laquelle ils étudient, ce qui permet non seulement aux étudiants de voir en un clin d’œil tous ceux qui font partie de leur faculté, mais aussi aux membres de l’association de prendre connaissance de la répartition des étudiants par faculté. Or, ceci est crucial pour l’organisation de leurs activités sur le campus et pour repérer dans quelles facultés ils sont susceptibles de réunir le plus de monde. La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) est de loin celle qui compte le plus d’étudiants présents ce soir-là. Habituellement, le CPC donne rendez-vous aux étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les lundis à midi dans une salle de cours pour une session de prière et de lecture de la Bible. Malgré l’importance du contingent de Chrétiens dans ladite faculté, il n’est pas rare que cette réunion hebdomadaire soit annulée parce qu’aucun d’entre eux ne s’y est rendu. Le jeu se poursuit. On demande à ceux qui ont déjà voyagé en avion, qui ont déjà vu l’océan, de se manifester en se levant, ce que font très peu d’étudiants. On demande aux étudiants de se lever lorsque ceux-ci entendent leur couleur préférée. Toutes ces questions posées ont l’ambition de faire socialiser les étudiants et de créer une dynamique de groupe d’une manière ludique.

La soirée se poursuit avec le témoignage de Bachir, un des anciens cadres du CPC. Celui-ci rappelle la mission de l’organisation : fournir un soutien aux étudiants chrétiens dans leur formation religieuse, dans leur relation avec Dieu. Il ne s’agit pas que d’un simple soutien. “Être au CPC, c’est avoir la certitude du salut !” affirme-t-il. Un des objectifs principaux de l’organisation est aussi d’évangéliser, ce que l’intervenant rappelle en ces termes : « nous voulons évangéliser à notre manière en milieu musulman ». Il n’en précise pas pour autant les modalités mais met l’accent sur les enseignements de la relation avec Dieu : « Qui suis-je en tant que Chrétien ? », demande-t-il. Il ajoute : « la vie avec Dieu conditionne tout. » Et cette vie se veut équilibrée, à la fois spirituellement et socialement.

Le témoignage d’un des anciens cadres du CPC. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photos : Vincent Favier

Bachir dit qu’il a eu la chance de voyager beaucoup grâce au CPC, notamment dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Un léger murmure parcourt l’assistance, il se reprend : « non, pas la chance, la grâce ! ». Il s’est notamment rendu au Kenya pour un forum international chrétien. Il fait l’éloge de l’organisation ainsi : « avec le CPC, vous gagnez beaucoup ! » Maliki s’empresse de nuancer : « Attention, on n’est pas en train de vous dire que vous allez voyager ! » Les étudiants rient. C’est un rêve que beaucoup partagent ouvertement : sortir une fois du Niger, voyager ne serait-ce que dans les pays limitrophes, voir l’océan, un jour. Il en profite pour rappeler que le CPC ne fait aucune exception, il rassemble toutes les Églises. Cette aspiration à transcender les dénominations, fortement ancrées dans le paysage chrétien Ouest-Africain, se retrouve chez la plupart des groupes de jeunes chrétiens. Ceux-ci sont répartis en différents foyers autour du campus et tentent de rassembler largement leur communauté à chacune de leurs activités. Cette volonté ne se concrétise pas vraiment puisqu’aucun des groupes existants n’a jamais fusionné avec un autre.

La soirée se poursuit avec un interlude musical. Les membres les plus âgés sont invités à chanter l’hymne du CPC devant les nouveaux bacheliers. Puis c’est au tour d’un autre ancien cadre, un des pionniers de l’association au Niger, de témoigner.

Papa Até, tel que l’on nomme, raconte l’histoire du CPC, depuis sa création par le Dr. Bill Bright en 1951 à l’université de Californie, à Los Angeles. Dr. Bill Bright a un diplôme d’enseignant-chercheur. Son ambition est d’abord matérielle jusqu’à sa rencontre avec une femme qui éveille sa spiritualité. Il s’inscrit alors à une école de théologie. Une nuit, dieu se serait révélé à lui. C’est cette vision qui a donné naissance au Campus Pour Christ. L’objectif est de « gagner les étudiants pour Jésus », car il constate que les étudiants sont livrés à eux-mêmes. En 1958, le CPC gagne la Corée du Sud, puis l’Afrique de l’Ouest, d’abord Lomé et ensuite le Niger en 1992.

Le logo de l’association chrétienne « Campus Pour Christ » sur la porte du siège. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Papa Até demande à l’assemblée : « quel rôle peut jouer l’étudiant dans son environnement ? » Le « rôle » est un mot qui revient fréquemment dans des conférences organisées par et pour les étudiants sur le campus. Les étudiants, conscients de leur impact potentiel sur la société, s’interrogent souvent sur leur rôle et leur apport dans les questions de sociétés, notamment celles liées à l’extrémisme religieux et au terrorisme. L’intervenant ne manque pas de rappeler que « le CPC veut le bien-être de l’étudiant et sa réussite ». Il cite l’évangile de Matthieu, chapitre 28, versets 19 et 20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Papa Até conclut son discours ainsi : « C’est grâce aux enseignements du CPC qu’on a le salut. Cela donne aussi l’assurance, la confiance pour témoigner auprès de vos camarades. »

Maliki reprend la parole et clame : « soyons des imitateurs de Jésus Christ ! » Se contenter de s’en inspirer ne suffit pas pour évangéliser. On approche de la fin de la soirée. Maliki présente ce qu’il appelle « l’applaudissement campusien » : tout en frottant longuement ses mains l’une avec l’autre, il dit : « On va chauffer à 100 degrés… à 120… à 150 degrés ! » et il commence à frapper dans ses mains un rythme particulier, court, saccadé, accompagné par les anciens membres. Avant d’inviter les participants au repas tant attendu, il rappelle que le CPC dispose d’interlocuteurs au centre pour tous ceux et toutes celles qui auraient des questions d’ordre sentimental. Il donne aussi rendez-vous à la session de prière tous les lundis à la Faculté des Lettres. Répondant à une ultime question, il conseille aux étudiants de venir avec la Bible en version papier plutôt que d’utiliser son smartphone, avec lequel on peut être facilement distrait.

La soirée d’accueil des nouveaux étudiants a servi de cadre de rencontres et de retrouvailles entre les nouveaux et les anciens étudiants d’une part, et les étudiants et les anciens cadres d’autre part. Elle a mis en contact ces étudiants chrétiens dans un milieu où ils restent en minorité. Alliant jeux de divertissements et témoignages des anciens cadres, la soirée a permis de briser la glace entre les participants et ainsi faciliter la sociabilité. En outre, le CPC a profité de cette rencontre pour présenter ses missions et objectifs auprès des étudiants, que les organisateurs, de leur propre aveu, ne pensaient pas avoir si nombreux.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search