Interfaith coexistence on the campuses of the University of Lomé (Togo) and the University of Abomey-Calavi (Benin) since the 1970s

On 6 June 2023, Frédérick Madore presented his paper “Interfaith coexistence on the campuses of the University of Lomé (Togo) and the University of Abomey-Calavi (Benin) since the 1970s” at the workshop “Religion for Peace? Identifying Conditions and Mechanisms of Interfaith Peace” organised by the German Institute for Global and Area Studies (GIGA) in Berlin.

Book launch “Religiosity on University Campuses in Africa: Trends and Experiences”

At the 2023 European Conferences on African Studies (ECAS) in Cologne, Abdoulaye Sounaye and Frédérick Madore launched their edited volume Religiosity on University Campuses in Africa: Trends and Experiences.

Configuration de l’islam sur le campus universitaire du Point-G à Bamako

Par Sekou Sala Timbely

Point-G (Point Géodésique) est un terme géographique désignant le site à partir duquel la distance par rapport à d’autres sites est calculée. Le Point-Géodésique du quartier Koulouba a donné son nom au secteur qui abrite l’hôpital et le campus universitaire. Surplombant la ville de Bamako, capitale du Mali, le campus du Point-G est perché sur les hauteurs de la colline de Koulouba, communément appelée « colline du pouvoir » puisqu’elle abrite le palais présidentiel. Ce campus regroupe la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie (FMOS) et la Faculté de Pharmacie (FAPH), qui relèvent de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB).

Créé en 1969, l’établissement a servi de locaux à l’École de Médecine et de Pharmacie du Mali. Le site universitaire comporte des blocs pédagogique, administratif et résidentiel, ce qui lui vaut l’appellation de campus.

L’environnement immédiat du campus du Point-G est occupé par le Centre Hospitalier Universitaire du Point-G qui assure la formation pratique des étudiants en médecine et en pharmacie. L’hôpital du Point-G est l’un des centres les plus fréquentés du pays pour son statut d’hôpital de troisième référence.

CHU Point-G (source auteur du texte)

À quelques encablures du campus se tient une mosquée communautaire, qui a été délocalisée de l’intérieur du quartier où elle occupait un espace restreint.

Le premier bâtiment sur l’illustration de gauche a été construit par l’Agence des Musulmans d’Afrique (AMA) en 1994. Moins de 10 ans après, le comité de gestion de la mosquée lance des quêtes pour acquérir un bâtiment plus grand qui, sur l’image à droite, a été offert par une bonne volonté en 2021. La donatrice, qui se rendait à l’hôpital du Point-G, a été sensible à l’appel à dépenser dans la voie d’Allah (fissabililah), tel que l’image de gauche sur la pancarte l’illustre, appelant au financement de magasins dont les frais de location alimenteront la caisse de la mosquée.

Selon le secrétaire général du comité de gestion, la parcelle abritant la mosquée aurait été mise à la disposition du quartier par le gouverneur du district de Bamako. Cependant, selon les dires d’un agent rectoral[1], la mosquée en question serait érigée sur le domaine universitaire. Il justifie ses propos par la proximité de ce lieu de culte avec le campus. Il regrette que l’espace n’ait pas été réservé à la construction d’amphithéâtres supplémentaires, vu le flux d’étudiants qui croit de façon exponentielle. Pourtant, ladite mosquée est fréquentée aussi bien par le personnel universitaire que par les étudiants qui sont représentés dans le comité de gestion de ce lieu de culte. La mosquée ne relèverait d’aucune tendance islamique spécifique selon le secrétaire général du comité.

Si la mosquée communautaire occupe un espace dont l’agent rectoral regrette l’usage à des fins religieuses, la présence d’une mosquée à l’intérieur du campus et, de surcroit, réhabilitée par le Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU), soulève des questions. Pour sa part, le CENOU affirme être dans sa mission d’amélioration des conditions de vie des étudiants en réhabilitant cette mosquée universitaire, dans la mesure où le campus sert en même temps de résidence pour les étudiants. En tout état de cause, la matérialisation de l’islam à l’intérieur du campus et dans ses environs témoigne de l’ancrage de l’islam dans ce monde universitaire. Quels sont les acteurs islamiques qui interviennent sur le campus universitaire de Point-G et comment y ont-ils émergé ? Comment occupent-ils l’espace du campus ?

Une diversité d’acteurs islamiques sur le campus

La Ligue Islamique des Élèves et Étudiants du Mali, (LIEEMA), auparavant dénommée Ligue Foi et Action (LIFA), est née en 1992 sur le campus du Point-G. L’organisation se donne comme objectif de rassembler en son sein les élèves et étudiants musulmans de toutes tendances islamiques confondues. Elle reste la seule association islamique ayant existé en milieu scolaire et universitaire durant toute la décennie 1990. Mais depuis 2011, la LIEEMA partage le champ religieux islamique avec le Collectif des Ançars en Milieu Universitaire et Scolaire (CAMUS). Le CAMUS est la branche universitaire et scolaire de la Fédération Ançar Dine International, dont le guide spirituel est Cherif Ousmane Madani Haïdara. Actuel président du Haut Conseil Islamique du Mali, le guide reste l’un des leaders religieux les plus influents du pays. Il mobilise chaque année un nombre important de fidèles venant du Mali et d’ailleurs vers le stade omnisport Modibo Keita de Bamako à l’occasion des festivités du Maouloud (anniversaires de la naissance et du baptême du prophète Muhammad). Le CAMUS mobilise des étudiants pour ces célébrations et toutes autres activités organisées par le guide et la structure mère.

Contrairement au CAMUS, la LIEEMA ne suit pas spécifiquement un guide spirituel. L’association a plutôt une orientation « wahhabite-sunnite » du fait des pratiques cultuelles auxquelles s’adonnent la plupart de ses membres, telles que se croiser les bras en priant et ne pas faire d’invocations collectives après la prière. La tendance « wahhabite-sunnite » de la LIEEMA entre en contradiction avec la mission unificatrice que la devise de l’association rappelle si bien : « unissez-vous par le lien d’Allah et ne vous divisez point ». Comment unir des étudiants d’orientations différentes au sein d’une association qui, elle-même, affiche une coloration particulière ? Les étudiants qui suivent des orientations différentes de celles priorisées par l’association se voient naturellement pousser vers la sortie, car le cadre de l’association ne favorise pas leur épanouissement religieux. L’émergence du CAMUS, tourné vers un islam plus soufi autorisant notamment les festivités du Maouloud, peut s’expliquer par le positionnement doctrinal de la LIEEMA qui ne rassemble pas, dans les faits, les étudiants musulmans de toutes tendances confondues. Certes, la distinction entre la LIEEMA et le CAMUS n’est pas nette dans la mesure où la LIEEMA n’est fermée à aucune association. Selon les propos d’un de ses responsables, seul le poste de président de la LIEEMA ne peut être cumulé avec le statut de membre d’une autre association musulmane estudiantine.

En plus de la LIEEMA et du CAMUS, une catégorie d’étudiants, non organisés en groupe formel revendiquant l’identité salafi, anime le champ islamique du campus. Si ces étudiants peuvent être classés dans la catégorie « wahhabite-sunnite » par opposition à celle regroupant les soufis, il faut néanmoins souligner que ces derniers se démarquent de la LIEEMA. Ils critiquent la Ligue pour sa prétention à rassembler des étudiants de différents horizons doctrinaires. Par exemple, tout en rappelant leur identité salafi, un membre du groupe argumente leur opposition vis-à-vis de la LIEEMA. Les salafis, selon lui, sont les pratiquants de l’islam authentique tel qu’ordonné par le prophète Mohammad et pratiqué par la première génération des compagnons du Prophète. La revendication du statut de salafi répond ainsi à un besoin de rester dans le droit chemin. La LIEEMA ne doit donc pas appeler toutes les tendances à se rassembler. Une telle aspiration, selon lui, entre en contradiction avec les prédications du prophète Muhammad, qui affirma que des soixante-treize tendances islamiques, seule une sera sauvée et que les soixante-douze autres iront en enfer.

L’étudiant salafi regrette que la Ligue n’appelle pas ouvertement les étudiants à poursuivre une orientation spécifique pour les sauver de l’enfer. Considérant, la voie salafiste comme étant le seul et unique chemin vers le paradis, il rejette en bloc les autres groupes islamiques évoluant sur le campus. Malgré les critiques de cet étudiant à l’endroit de la LIEEMA, il serait hasardeux d’opposer le salafisme à la LIEEMA, car l’association compte des étudiants revendiquant l’identité salafi selon son président.

Positionnement des acteurs islamiques dans l’espace du campus

Se présentant sous une forme inachevée depuis les années 1990, la mosquée du campus a été réhabilitée par le CENOU en 2015, grâce à l’activisme de la LIEEMA auprès du syndicat estudiantin, l’Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM). L’AEEM a, en effet, été porteur de la doléance de réhabilitation de cette mosquée auprès du CENOU. La gestion de ce lieu de culte revient à la LIEEMA, en sa qualité de structure fédératrice de toutes les tendances islamiques du campus. Cependant, le contrôle de ce lieu de culte par la LIEEMA implique que le discours et les pratiques religieux en son sein soient ceux admis par la majorité des militants de cette association qui sont, nous le rappelons, d’orientation « wahhabite-sunnite ». La mosquée du campus se présente donc comme le quartier général de la LIEEMA. Elle lui sert de cadre pour dispenser des Cours de Formation Islamique (CFI) à l’intention des étudiants.

Bien qu’ayant accès à la mosquée du campus, les autres groupes islamiques se positionnent ailleurs pour donner plus de visibilité à leurs activités. Ainsi, le CAMUS mène ses activités de formation islamique (le walanda) sur un espace aménagé du campus.

Séance de formation islamique (walanda) organisée par le CAMUS (source auteur du texte)

Quant au groupe informel salafi, il fait de la mosquée communautaire du Point-G son quartier général. Ce groupe anime la mosquée communautaire par des séances de lecture du Coran et de formation islamique à l’intention des fidèles.

En définitive, si la LIEEMA, pionnière de l’activisme islamique en milieu scolaire et universitaire du Mali, a évolué seule dans ce champ durant toute la décennie 1990, elle a perdu le monopole sur le campus du Pont-G depuis 2011 avec la création du CAMUS. Cependant, les membres du CAMUS sont de fait membres de la LIEEMA en tant que regroupement non doctrinaire sachant que les deux associations divergent sur ce plan. La LIEEMA relève davantage d’une tendance « wahhabite-sunnite » alors que le CAMUS présente des caractéristiques soufies. Outre ces deux grandes structures, des groupuscules représentant autant de spécifiées religieuses ont émergé. Si les adeptes de la da’wa évoluent au sein de la LIEEMA, les salafis, ou du moins certains d’entre eux, forment une entité à part entière critiquant le dessein fédérateur poursuivi par la LIEEMA. Fort de ce constat, il faut retenir que la configuration islamique du campus du Point-G présente un pluralisme naissant, qui reflète d’ailleurs le schéma religieux d’une société malienne partagée entre tendance « wahhabite » et tendance soufie à l’intérieur desquelles d’autres clivages se forment.


[1] Agent au service patrimoine avant l’éclatement de l’université de Bamako.

Sekou Sala TIMBELY

Doctorant en sociologie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant à l’Université de Ségou (Mali), rattaché aux laboratoires  LASDEL et LERSSA à Niamey. Sekou Sala TIMBELY, s’intéresse aux questions de religion, de sécurité et de gouvernance des services publics en Afrique occidentale.

contact: timbelysekousala@gmail.com

Afrique : des étudiants toujours plus mobiles

Par Gado Alzouma

La compétition que se livrent les plus grandes puissances mondiales pour attirer les meilleurs étudiants internationaux s’est intensifiée ces dernières années et s’est traduite par une plus forte mobilité académique. En 2021, l’UNESCO estimait que plus de 5.600.000 étudiants se formaient hors de leurs frontières1. Les États-Unis viennent en tête des pays d’accueil avec plus d’un million d’étudiants suivis de pays comme le Royaume-Uni, la Chine, le Canada, l’Australie, la France, l’Allemagne, etc. En dehors de la Chine, d’autres nouveaux pays de destination tels que la Malaisie, la Turquie, le Maroc ou même, à une échelle sous-régionale africaine, le Ghana ou le Sénégal, sont en train de rafler une part de plus en plus importante de ce marché. Bien que la pandémie du Covid-19 ait sensiblement ralenti ce phénomène, tout indique qu’il est prévu pour repartir à la hausse dans les prochaines années.

Classements internationaux, langue anglaise et mobilité des étudiants

Deux faits majeurs permettent d’expliquer cette tendance à la mobilité croissante des étudiants et à l’internationalisation de l’enseignement supérieur: d’une part, le poids grandissant des classements universitaires à l’échelle mondiale et d’autre part la place de plus en plus importante que prend l’anglais (sans négliger pour autant le poids d’autres langues comme le Chinois, le français ou l’espagnol) dans les systèmes d’enseignement globaux, en tant que langue de partage et de formation au-delà des frontières. Ce sont les classements qui orientent les choix des meilleurs étudiants, mais aussi ceux des étudiants les plus riches sur tous les continents. Quant à l’anglais, il est devenu la langue incontournable de la science et de la recherche et un critère de sélection majeur pour l’accès aux emplois les plus prestigieux et souvent les plus lucratifs. C’est ainsi que chaque année les dirigeants de toutes les institutions académiques à travers le monde attendent avec fébrilité la parution du World University Rankings de Times Higher Education, de l’Academic Rankings of World Universities de la Shanghai Jiao Tong University, du QS (Quacquarelli Symonds) World University Rankings, et d’autres encore, telle que l’incontournable US News Best Global Universities Rankings, etc.

On peut se rendre compte de l’incroyable influence exercée par ces deux facteurs d’évaluation des performances universitaires en évoquant l’effet qu’ils ont sur la structuration des institutions universitaires à l’échelle mondiale, surtout quand on sait que certains pays ont été amenés à modifier l’organisation même de leurs établissements d’enseignement supérieur pour répondre aux critères élaborés par les auteurs de ces classements et y hisser leurs universités au plus haut niveau. En France, c’est le cas par exemple de l’Université Paris-Saclay (issue du regroupement de 13 universités françaises pour faire face aux mastodontes anglo-saxons), de Paris Sciences et Lettres (constituée en 2019 par la fédération de 11 établissements d’enseignement supérieur et de centres de recherche) ou de l’Institut Polytechnique de Paris (qui, depuis 2019, réunit cinq grandes écoles d’ingénieurs françaises) et qui figurent toutes aujourd’hui parmi les 200 meilleures universités du monde grâce aux réformes engagées par le gouvernement Macron. De nouvelles filières, de nouveaux programmes et de nouveaux diplômes (en particulier le bachelor), exclusivement enseignés en anglais sont ainsi apparus dans presque toutes les grandes écoles françaises (en particulier les écoles de commerce) pour répondre à une demande plus conforme aux standards mondiaux qui sont en réalité ceux des classements internationalement reconnus. C’est le cas, depuis 2017, du Bachelor of Science de Polytechnique Paris, spécialement conçu pour attirer les meilleurs étudiants internationaux et pallier aux problèmes présentés par la non-lisibilité du système français des classes préparatoires, inconnues ailleurs dans le monde. La première promotion du bachelor de l’X, sortie en 2020, a connu un grand succès et ses membres, issus de tous les continents, ont accédé, pour leurs masters, aux meilleures universités partout dans le monde, y compris au MIT, à Cambridge ou Oxford.

Internationalisation et marchandisation de l’enseignement supérieur

Toutefois, les deux facteurs évoqués ci-dessus ne suffisent pas à expliquer à eux seuls ces évolutions. On doit les replacer dans un contexte d’internationalisation et de marchandisation croissantes de l’enseignement supérieur qui est à la fois source de gains économiques et de main d’œuvre hautement qualifiée pour les pays développés de plus en plus confrontés au vieillissement de leur population et aux transformations qui affectent les sociétés contemporaines, en particulier la numérisation généralisée de tous les secteurs d’activité, la technicisation croissante des emplois et l’avènement de ce que certains appellent désormais la 4eme révolution industrielle, notamment le développement sans précédent de l’intelligence artificielle, de la robotique, des biotechnologies et des énergies renouvelables. Dans certains pays comme les États-Unis ou l’Australie, les étudiants internationaux constituent l’une des principales sources de financement de l’enseignement supérieur. Chaque année, plus d’un million d’étudiants étrangers s’inscrivent dans les institutions d’enseignement supérieur aux États-Unis et génèrent des revenus de plusieurs milliards de dollars pour l’économie américaine. Les entreprises high tech. les plus puissantes de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Oracle, Intel, etc.), les plus grandes banques d’investissement (Goldman Sachs, JMorgan, Morgan Stanley, UBS, Credit Suisse, etc.), les cabinets de conseil et stratégie les plus réputés (Deloitte, McKinsey, EY, BCG, etc.) aussi bien que le gouvernement américain dans tous ses démembrements puisent dans ce vivier des centaines de milliers d’ingénieurs et d’experts dans tous les domaines. Ces organisations sont devenues fortement dépendantes, pour le recrutement de nouveaux travailleurs, des étudiants étrangers qui sortent par milliers des “colleges” et universités locales. L’administration Trump s’en est rapidement rendu compte lorsqu’en 2020 elle s’est heurtée à l’opposition tranchée et même à de nombreuses plaintes judicaires de la part de ces firmes quand elle a voulu restreindre le droit d’accès des étudiants étrangers aux visas. La plupart des présidents d’universités ont également condamné les réformes proposées par Trump et souligné le rôle vital que jouent les revenus tirés des inscriptions d’étudiants étrangers dans leurs finances ainsi que pour le fonctionnement des milliers de laboratoires et centres de recherche.

En effet, en 2021, un rapport de la NFAP2 (National Foundation for American Policy) estimait que près de 60% des étudiants inscrits en master et en doctorat en mathématiques, informatique et en études d’ingénieurs aux États-Unis étaient des étudiants nés à l’étranger. Ils constituent même plus de 80% dans certains domaines spécifiques comme l’ingénierie du pétrole où 82% des étudiants inscrits à temps plein sont des étudiants internationaux. Ils sont aussi 74% en génie électrique, 72% en informatique et sciences de l’information, 71% en génie industriel et ingénierie de fabrication, 70% en statistique, etc. En génie électrique, la majorité des étudiants diplômés à temps plein (master et Ph.D.) sont des étudiants internationaux dans 88% des programmes d’études supérieures aux États-Unis qui comptent au moins 30 étudiants. En informatique et technologie de l’information, ils représentent 78% des diplômés américains dans 211 universités. Le rapport du NFPA concluait que dans de nombreuses universités américaines, les programmes scientifiques aux niveaux master et PhD ne pouvaient tout simplement pas être maintenus sans l’existence des étudiants étrangers. 

Enfin, il faut noter qu’ils contribuent fortement à changer la composition de la main d’œuvre hautement qualifiée dans les pays d’accueil. Les immigrants subsahariens par exemple figurent parmi les groupes de population les plus éduqués aux USA: en 2015, 69 % de ceux d’entre eux âgés de 25 ans ou plus déclaraient avoir au moins un certain niveau de formation universitaire et 40% avaient un diplôme équivalent au bachelor 3. Ils étaient respectivement de 49% en Grande-Bretagne et de 30% en France 

Déterminants de la mobilité internationale des étudiants africains

La Chine, l’Inde, la Corée du Sud et dans une moindre mesure le Vietnam ou le Brésil constituent les pays d’origine de la plus grande partie des étudiants internationaux, mais de nouvelles tendances sont apparues ces dernières années avec l’émergence de l’Afrique et surtout du Nigeria qui occupe désormais le 8eme rang mondial en termes de mobilité des étudiants internationaux et qui est devenu l’un des principaux marchés de recrutement pour les universités américaines, anglaises, malaisiennes, australiennes, etc. On estime qu’il y a aujourd’hui plus de 100.000 étudiants nigérians qui sont inscrits dans ces pays4 et leur nombre ne fait que grandir.

Il faut d’ailleurs souligner que le taux de mobilité des étudiants africains en général est l’un des plus élevés au monde. Dans un rapport daté de 20215 Campus France notait que plus de 410.000 étudiants originaires d’Afrique subsaharienne poursuivaient leurs études à l’étranger. En 2010 déjà, alors qu’à l’échelle globale les étudiants africains ne représentaient que 10% du total des étudiants en mobilité, le nombre d’étudiants en mobilité par rapport au nombre total d’étudiants africains se situait en moyenne à 6%, soit le taux le plus élevé au monde6. En 2020 le taux de mobilité des étudiants africains était le double de celui de la moyenne mondiale avec des chiffres encore plus élevés pour certains pays. L’UNESCO souligne par exemple qu’en 2016, 10% des étudiants camerounais effectuaient leurs études en dehors de leur pays, soit cinq (5) fois la moyenne mondiale7. Même dans un pays aussi pauvre que le Niger, le taux de mobilité des étudiants aujourd’hui est de 7,5%, soit près de quatre (4) fois la moyenne mondiale. 

L’augmentation du nombre d’étudiants africains expatriés relève de plusieurs facteurs : le premier d’entre eux est sans doute le fait que l’Afrique est aujourd’hui le continent qui connaît la croissance démographique la plus rapide au monde alors même que les pays européens et les pays d’Asie de l’Est sont tous passés en dessous du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants par femme en âge de procréer) et connaissent parfois un vieillissement accéléré et un recul dramatique de leur population comme dans le cas de presque tous les pays de l’Est européen, du Japon, de la Corée du Sud et très bientôt de la Chine. L’Afrique en revanche a la population la plus jeune du monde : l’âge médian y est de 19,7 ans alors qu’il est de 32 ans pour l’Asie et de 42,5 ans pour l’Europe (soit le double de l’Afrique). Comme le relève Campus France8, rien que d’ici 2027 l’Afrique ajoutera 63 millions d’habitants à la tranche des personnes âgées de 18 à 30 ans. Quant au dernier rapport des Nations Unies sur la population9, il estime qu’en 2050 plus de 40% des jeunes âgés de moins de 18 ans et plus du tiers de ceux âgés de 29 ans et moins seront des Africains.

A cette croissance démographique rapide, il faut ajouter une relative prospérité économique au cours de ces 20 dernières années ; prospérité qui a permis l’émergence d’une classe moyenne pour qui l’éducation, et surtout l’éducation au loin, représente aujourd’hui l’un des éléments les plus importants dans les stratégies d’investissement des familles. Pour ces familles de la classe moyenne, l’accès à l’éducation universitaire hors du pays devient de plus en plus un outil de distinction et de discrimination entre classes sociales qui affecte aussi les chances des individus en termes d’accès à l’emploi, à un statut social élevé et à son maintien.

C’est ainsi que l’analyse des destinations d’études montre qu’il existe une relative correspondance entre pays de destination pour les études supérieures et origine sociale. Elle montre que chez les classes supérieures et moyennes africaines, les étudiants suivent souvent les traces de générations précédentes, c’est-à-dire celles de leurs parents qui étaient parfois eux-mêmes des étudiants à l’étranger, principalement en France, et qui souvent appartiennent aux classes supérieures de la société. C’est ainsi que dans le cas du Niger, au fur et à mesure qu’une « classe bourgeoise » se constituait, les boursiers qui constituaient les premières cohortes d’étudiants du supérieur ont été progressivement supplantés par les héritiers (qui sont souvent les enfants des premiers) dans l’accès à l’éducation universitaire hors des frontières du pays. En effet, avant et après les indépendances (et jusque dans les années 1980), des étudiants de toutes origines étaient envoyés en France, dans quelques autres pays européens et dans des pays comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire qui ont de vielles institutions universitaires, alors qu’aujourd’hui les étudiants qui prennent les destinations considérées comme les meilleures pour effectuer des études supérieures, celles qui offrent les meilleures chances d’accès aux postes les plus élevés et les plus « lucratifs », (par exemple les Etats-Unis et la France), sont aussi (et de plus en plus) composés d’héritiers qui s’inscrivent dans des institutions privées. Si l’on exclut les boursiers fils de paysans, il semble ainsi exister une hiérarchie des destinations d’études qui semble épouser la configuration des classes sociales au Niger.

C’est ainsi que les étudiants issus des classes supérieures se dirigent de préférence vers les Etats-Unis, la France et quelques autres pays européens. Ils constituent une petite minorité privilégiée au sein de laquelle on retrouve souvent des boursiers (qui peuvent d’ailleurs être les mêmes, c’est-à-dire fils de cadres supérieurs et boursiers). Ces étudiants ont aussi souvent reçu leur éducation primaire et secondaire dans des institutions privées coûteuses et considérées localement comme des institutions d’élites. Au Niger, c’est le cas du collège privé turc Bédir, du collège Mariama, de l’Eau Vive, du lycée privé français Lafontaine et de nombreux autres qui accueillent principalement des enfants de familles aisées (tels que les enfants des fonctionnaires internationaux et autres expatriés pour ce qui est du lycée Lafontaine) et pour lesquels il faut payer entre 300.000 et un million de francs CFA par an (soit près de trois fois le PIB par habitant) pour y accéder. En revanche, bien que le lycée d’excellence de Niamey recrute les meilleurs élèves à l’issue d’un concours organisé à l’échelle nationale après le BEPC, on note que plus de 80% de ceux qui y réussissent sont issus des villes et principalement de la capitale, Niamey, et appartiennent donc très certainement dans leur majorité aux familles les plus aisées, c’est-à-dire les familles de cadres supérieurs, de professions libérales ou de grands commerçants. Certains des enfants des classes moyennes prennent la destination du Maroc et de la Tunisie où de nombreuses institutions d’enseignement supérieur privé existent, qui ciblent généralement les étudiants d’Afrique subsaharienne qui constituent, après les étudiants locaux, l’écrasante majorité des effectifs. Le gouvernement marocain, le gouvernement tunisien, le gouvernement algérien, le gouvernement turc et de nombreux autres pays offrent d’ailleurs chaque année des centaines de bourses aux meilleurs étudiants nigériens pour les aider à s’expatrier.

Enfin, il faut noter que l’éducation en Afrique a connu des progrès spectaculaires au cours de ces dernières décennies avec l’explosion des effectifs scolaires soutenue par la croissance démographique et l’amélioration des finances publiques au sortir de la période dite d’ajustement structurel (années 1980) qui avait fortement contribué à restreindre les dépenses sociales. Par exemple, dans un document daté de 2018, l’AFD (Agence Française de Développement) note que l’Afrique Subsaharienne est la région du monde où l’accès à l’éducation primaire a progressé le plus rapidement au monde. Le même document estime qu’entre 1999 et 2015, « les pays d’Afrique subsaharienne ont…multiplié par 2,5 l’accès au 1er cycle du secondaire (de 13,7 à 35 millions d’enfants scolarisés) et quasiment triplé leurs capacités dans le 2eme cycle du secondaire (de 7,9 à 20,3 millions d’enfants scolarisés)10 ». Au niveau de l’enseignement supérieur, l’UNESCO11 note que près de 15 millions d’étudiants étaient inscrits dans les universités africaines en 2017, auxquels il faut ajouter plus de 400.000 à l’étranger. Bien que l’Afrique n’ait pas encore rattrapé son retard sur les autres continents au niveau du tertiaire, ce chiffre connaît une croissance plus rapide que dans les autres régions du monde.   

Toutefois, la déliquescence des institutions d’enseignement supérieur africaines, la faible reconnaissance de leurs diplômes, les années « blanches » récurrentes, l’obsolescence et la médiocrité des programmes d’enseignement proposés n’incitent guère les parents qui le peuvent (mais aussi les gouvernements) à garder leurs enfants sur le sol africain surtout dans un contexte de compétition où le classement des universités joue parfois un rôle déterminant dans le choix des destinations d’études. Par exemple, dans le classement de l’US. News Best Global Universities in Africa 2022, l’Université de Yaoundé I (Cameroun) est la seule université du CAMES (Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur qui regroupe les universités des pays de l’Afrique dite francophone) qui figure parmi les 1.000 premières universités mondiales (à la 940eme place). En fait, les pouvoirs publics eux-mêmes semblent reconnaître leur carence dans ce domaine puisqu’ils mettent un point d’honneur à octroyer des bourses aux meilleurs étudiants pour les aider à s’expatrier. C’est le cas par exemple du Niger où chaque année les 100 à 200 meilleurs élèves au baccalauréat se voient offrir des bourses d’études par le Maroc, la Tunisie, la France, etc., mais aussi par le gouvernement nigérien lui-même (qui reconnaît ainsi tacitement sa propre faillite) pour aller étudier hors du pays.

Enfin, l’Afrique est devenue ces dernières années un lieu de rivalité exacerbée entre grandes puissances, aussi bien du point de vue économique et militaire que du point de vue de la diplomatie d’influence (culturelle et éducative). Il en résulte des politiques volontaristes menées par les États les plus puissants pour attirer le plus grand nombre d’étudiants africains et augmenter leur présence culturelle et symbolique sur le continent. Si la France, les Etats-Unis et l’Europe Communautaire dans son ensemble attirent plus de 50% des étudiants africains en mobilité, de nouveaux-venus sur la scène (tels que l’Arabie Saoudite ou la Turquie) font aujourd’hui une percée spectaculaire, notamment au Sahel. Par exemple, sous l’impulsion de généreuses bourses offertes par ce pays, rien qu’entre 2014 et 2018 le nombre d’étudiants ouest-africains en Turquie a doublé, passant de 1855 à 3854. On note une évolution similaire dans tous les autres pays d’accueil qui créent d’ailleurs toutes de nombreuses écoles sur le sol africain.         

La France en particulier mène depuis quelques années une politique dynamique pour attirer et retenir les meilleurs des étudiants nord-africains et subsahariens : la plupart de ses écoles les plus réputées ont maintenant des branches locales au Maghreb, en particulier au Maroc et en Tunisie. Parmi elles, Centrale Casablanca qui, selon le magazine Jeune Afrique, s’est donné pour objectif de devenir « la première école de référence d’ingénieurs à l’horizon 2025 » sur le continent africain, est sans doute la plus prestigieuse et la plus renommée, mais il faut aussi citer l’INSA, L’ESSEC, L’EM Lyon, Toulouse Business School et une multitude d’autres établissements un peu moins connus. Certains de ces établissements existent aussi dans des pays comme le Sénégal (EM Lyon) ou la Côte d’Ivoire (IEA-Abidjan). Ces écoles recrutent en priorité à l’issue du même concours auquel les étudiants français sont soumis, parmi les élèves des classes préparatoires aux Grandes Ecoles et les lycées d’excellence dont le modèle s’est maintenant répandu surtout au Maroc, en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Cette année par exemple, le Lydex, lycée d’excellence de Benguérir au Maroc, qui accueille aussi bien des élèves marocains que des élèves boursiers originaires d’Afrique subsaharienne a placé des dizaines d’élèves au concours de la prestigieuse Ecole Polytechnique ainsi qu’à CentraleSupélec, HEC, etc. En Côte d’Ivoire, l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny, établi sur le même modèle des classes préparatoires françaises a également placé un bon nombre de ses élèves dans ces mêmes écoles. En outre, de nombreuses grandes écoles françaises ont des classes préparatoires intégrées en collaboration avec des établissements supérieurs africains. Il faut également mentionner les centres d’examen aux concours ouverts aux meilleurs étudiants de licence issus des universités africaines, comme celui que Polytechnique Paris a établi à Dakar, au Sénégal et qui permettent chaque année à un certain nombre d’étudiants de ce pays et de bien d’autres encore d’intégrer cette école.

Enfin, du côté anglophone, on peut citer plusieurs institutions qui recrutent dans tous les pays africains les meilleurs élèves à l’issue d’une sélection sévère dont le but est expressément de placer ces élèves dans les meilleures universités mondiales, telles que Harvard, MIT, Princeton, Oxford, Cambridge, etc. C’est le cas de l’African Leadership Academy, établi en Afrique du Sud et qui reçoit chaque année des étudiants de tous les pays africains. C’est aussi le cas des United World Colleges qui disposent de comités nationaux chargés d’organiser la sélection des élèves les plus doués dans chaque pays, élèves auxquels sont octroyées des bourses d’études sur tous les continents en vue de leur préparation à l’intégration des plus prestigieuses institutions internationales.

Ce qu’il faut cependant déplorer, c’est que les meilleurs étudiants africains (et qui sont de plus en plus ceux des familles les plus riches) n’étudient pas toujours en Afrique et la plupart de ceux qui obtiennent leurs diplômes ne rentrent que rarement au pays. Campus France12 estime en effet que seuls 20% des étudiants africains qui obtiennent leurs diplômes dans les pays européens retournent chez eux à l’issue de leurs études. La proportion de ceux qui rentrent chez eux est encore beaucoup plus faible parmi ceux qui étudient dans les institutions les plus prestigieuses car ils ont plus de facilités à obtenir du travail chez des employeurs qui leur font des offres généreuses. Ces étudiants ont souvent un profile scientifique et sont comme partout ailleurs dans le monde adoubé après une sélection par les mathématiques. Bien qu’ils soient faibles en nombre, en France et aux Etats-Unis, ils occupent en majorité des postes d’analystes dans les banques d’investissement, des postes consultants dans les cabinets en conseil et stratégie, des postes d’ingénieurs dans diverses entreprises, etc. Ceux d’entre eux qui retournent avec leurs diplômes au pays sont souvent assurés de trouver des emplois dans les organisations internationales, les agences des Nations Unies ou avec d’autres employeurs tout aussi prestigieux chez qui les diplômes américains et européens ont la priorité dans le recrutement. Une fois leurs études achevées, ces étudiants ont donc plus de chances que toutes les autres catégories d’étudiants de décrocher les postes les plus convoités parce que les plus lucratifs. Comme ils sont souvent des fils de cadres supérieurs ou de professions libérales, ils bénéficient de tous les privilèges attachés aux réseaux familiaux, notamment des facilités d’insertion professionnelle dans l’administration nationale comme dans le privé.

Conclusion

Alors que l’Afrique a été une source de main-d’œuvre servile puis salariée pendant des siècles, ses travailleurs intellectuels, libérés des chaînes de l’esclavage, semblent suivre le même chemin que leurs aïeux asservis. S’il faut se féliciter du fait qu’aujourd’hui ils font souvent partie de l’élite mondiale, il ne faut cependant pas oublier que seule une infime minorité prend le chemin du retour contribuant ainsi à accentuer le fossé entre nous et les pays développés. Qui faut-il blâmer pour cela ? Seuls les gouvernements africains, incapables d’offrir à leur jeunesse des institutions d’enseignement supérieurs compétitifs, sont à blâmer. Car on ne saurait reprocher, sans une bonne dose d’hypocrisie, aux étudiants et à leurs parents d’offrir, quand ils le peuvent, les meilleures chances de succès dans la vie à leur progéniture. On ne saurait non plus reprocher aux pays occidentaux de saisir des opportunités quand elles s’offrent dans un monde où il faut jouer des coudes pour avancer. C’est tout simplement de bonne guerre. Si nous voulons bien leur offrir presque gratuitement les meilleurs de nos enfants formés à nos frais et au prix de mille sacrifices, eh bien, ils sont preneurs.

Références

  1. UNESCO, Institut de Statistique, La mobilité des étudiants internationaux, janvier 2021. http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow
  2. National Foundation for American Policy, International Students in Science and Engineering, NFPA Policy Brief, August 2021.
  3. Pew Research Center, Sub-Saharan African Immigrants in the U.S. Are Often More Educated Than Those in Top European Destinations, Report, April 24, 2018.
  4. Carnegie Endowment for International Peace, West African Elites’ Spending on UK Schools and Universities: A Closer Look, January 28, 2021 paper.
  5. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, Mars 2021.
  6. Campus France, « La mobilité des étudiants d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb », Les Notes de Campus France, Hors-série n0 7, juin 2013.
  7. UNESCO, « La mobilité des étudiants internationaux », <http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow>
  8. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, op. cit, Mars 2021.
  9. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, World Population Prospects, 2022.
  10. Agence Française de développement, L’éducation en Afrique subsaharienne : idées reçues, janvier 2018, P. 2.
  11. UNESCO, African countries agree on a roadmap to strengthen higher education on the continent, 14 December 2021.
  12. Campus France, La mobilité internationale des étudiants africains, Les Notes, HS N0 16, 2017.

Gado Alzouma

Gado Alzouma est professeur titulaire en socio-anthropologie des sciences, techniques et société. Il a fait ses études supérieures à l’Université de Bordeaux II et à la Southern Illinois University (carbondale, USA) où il  obtenu son Ph.D. Il a enseigné pendant de nombreuses années à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, puis à l’Université américaine du Nigeria, à Yola. Il a également travaillé au Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) à Dakar au Sénégal et au Global Media Research Center, à Carbondale aux Etats-Unis. Ses recherches et publications portent sur les technologies de l’information et de la communication et la société, l’éducation supérieure et les questions liées à la recherche et au développement. Son dernier livre, coédité avec Jean-Aimé Dibakana, est intitulé TIC et société : le nouvel âge technologique Africain ? (Éditions Harmattan, Paris, France, 2020).

Formes d’expression de la foi à l’Université de Dakar (Sénégal)

Par Mamadou Yéro Baldé

En 1950, Dakar, capitale de l’Afrique-Occidentale française (AOF), fut dotée d’un Institut des Hautes Études, embryon d’université. Sept ans plus tard, cet institut devint l’Université de Dakar, dix-huitième université française en terre africaine. Elle accueille, depuis lors, une multitude d’étudiants aux sensibilités culturelles et religieuses diverses. Dans les années 1970, correspondant à un retour du religieux dans la sphère publique, l’Université de Dakar devient la « chasse gardée » des associations confessionnelles. Parmi elles, citons : le Dahira des étudiants mourides (DEM) créé en 1975, devenu Hizbou Tarkyya en 1992, le Dahira des étudiants tidianes (DET) en 1980, l’Amicale des élèves et étudiants layènes (AEEL) en 1981, le Dahira des étudiants talibé de Baye Niass en 1982, l’Association des élèves et étudiants musulmans du Sénégal (AEEMS) en 1993, la Coordination des étudiants catholiques de Dakar (CECD) en 1987, coiffant l’Association des étudiants catholiques du campus (AECC), le Groupement des étudiants catholiques de la cité Aline Sitoé (GECCAS), la jeunesse estudiantine catholique universitaire (JECU), l’Amicale des normaliens catholiques du campus (ANOC)… Chacune de ces associations « œuvrent », inconsciemment, à travers les actes posés, pour sa visibilité et son existence. D’où l’adoption d’une véritable politique religieuse à des fins de « pouvoirs » et « d’influence », se traduisant par la conquête de l’espace universitaire, l’adoption d’un code vestimentaire et langagier particulier et l’utilisation de supports iconographiques comme outils ou formes d’expression de sa religiosité.

Inscription sur un mur du campus social. Traduction littérale : Ahmadou Bamba, l’espoir des humains.
Photo : Mamadou Yéro BALDÉ, UCAD, le 25 avril 2022.
Affiche murale du Week-end islamique du dahira des étudiants talibés de Baye Niass.
Photo : Mamadou Yéro Baldé, UCAD, le 13 septembre 2021.

« Dompter » l’espace

Dans leur politique d’existence et de promotion de leur identité, les associations religieuses ont eu recours à plusieurs subterfuges. L’ambition de « dompter » l’espace universitaire en est un. Territorialiser ce milieu, revient, pour elles, à constituer un périmètre pour soi et pour sa communauté. Ce faisant, la volonté de s’auto-identifier à des aires stratégiques du campus devient une sorte de marquage et une stratégie de promotion de la/sa croyance.

Ainsi, au campus social, les rez-de-chaussée ou les devantures des pavillons A, B, D et Q constituent le « domaine » des mourides et des tidianes qui s’y adonnent, souvent, à des récitals de khassaide (poèmes)et à des wazifa (récitals de coran). L’AECC organise ses réunions de prière tous les mardis au pavillon Q. À la cité des filles Aline Sitoé Diatta, la « salle coran », contrôlée par l’AEEMS, est une sorte de maison d’initiation à l’apprentissage de la religion musulmane pour étudiante. La grande mosquée de l’UCAD, construite en 1986, est sous la bannière des « Ibadou Rahman », réunis au campus, pour la plupart, au sein de l’AEMUD. En plus des prières quotidiennes, elle est un lieu de promotions des savoirs islamiques. On y organise aussi les prières de fêtes de fin de Ramadan et du mouton.

Ces actes de religiosité sont manifestes aussi au campus pédagogique où des espaces de prières informels sont aménagés : devanture de la Bibliothèque universitaire, de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG), entrée Est de la Faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP), hall de la Faculté des sciences et techniques (FST), jardin jouxtant la scolarité de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH), écoles et instituts comme l’École supérieure polytechnique (ESP) ou l’ancienne École normale supérieure, aujourd’hui, Faculté des sciences et des technologies de l’éducation et de la formation (FASTEF), etc.

Se singulariser par l’habillement et par le verbe

Les « politiques de Dieu » au campus de Dakar sont également vestimentaires. Les habits et les styles identifient globalement certaines communautés religieuses. L’habit y est un indicateur d’appartenance. Il traduit une sorte de discipline du corps et de la religion, transmettant un message d’adhésion et de fidélité à une/des cause(s). De ce fait, les ibadou rahmane sont reconnaissables à travers l’ancrage, la formalisation et le port systématique du voile islamique (notamment chez les femmes), le choix porté sur les « pantacourts », le foulard et le couvre-chef masculin ou calotte. Les membres du Hizbou Tarkyya ont pour identité vestimentaire la baylat, un grand boubou large couvrant entièrement le corps, jusqu’aux pieds, une écharpe (kalah), un pendentif (makhtu) – sac en cuir destiné à contenir les khassaide, le coran, le chapelet et d’autres accessoires – portés au cou. Les baye fall (disciples de la sébile) sont adeptes des tenues multicolores (ndiakhasse)– combinaison de plusieurs tissus de couleurs différentes, donnant un caractère artistique au modèle vestimentaire ; le tout accompagné d’un chapelet avec de grosses perles au coup. Les manches larges et les bonnets à pompon rappellent également l’habillement mouride. Les étudiants catholiques sont jugés discrets, même si la croix est souvent un signe distinctif de leur appartenance religieuse.

Cette communication par le style vestimentaire, symbolisant la nécessité de faire exister sa foi, s’accompagne d’un langage verbal particulier, centré sur la religion et convoquant des versets coraniques, des hadiths, des récits illustratifs des parcours de guides religieux et des références à leurs vies. Tout ceci repose sur une politique de sa foi.

Fresques et gravures religieuses

Les fresques sont, au sein du campus, des modes d’expression d’une religiosité et d’une foi. Elles remémorent des épisodes et rappellent le rôle des religieux dans la construction nationale. Elles produisent, à l’université, de nouveaux codes de lecture et témoignent, pour paraphraser Ndiouga Adrien Benga, d’une inscription innovante et propre à un groupe qui cherche à y affiner des éléments de distinction sociale et culturelle. Elles sont visibles dans les chambres des pavillons et dans l’espace universitaire : photos et dessins de guides religieux sur les murs, arbres, etc.

Fresque murale représentant des marabouts.
Photo : Mamadou Yéro BALDÉ, UCAD/FASEG, le 28 avril 2022.

Ainsi, la gravure de Cheikh Ibrahima Fall (1858-1930) – leader du bayefallisme et célèbre disciple du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba sur le baobab en face de la direction du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), un des hauts lieux de décision de l’université, traduit en mode d’expression artistique l’histoire d’un homme et d’une confrérie et rappelle, symboliquement, à l’autorité postcoloniale, représentée au campus social par le COUD, la présence, comme à l’époque coloniale, de la religion dans la sphère publique. L’image manifeste, ainsi, indirectement, une tentative d’une communauté de « s’introduire » dans les arcanes d’une institution qui doit s’arrimer aux nouvelles reconfigurations sociales et politiques. Elle exprime la nécessité d’accorder une place essentielle à la religion et d’accéder à une parole audible dans le dispositif universitaire. Il y a donc une bataille du sens et du pouvoir qui ne dit pas son nom. C’est dire que le fait religieux à l’UCAD ne se réduit pas à sa seule dimension liturgique. Il est également artistique et iconographique.

Gravure de Cheikh Ibra FAL, en face du COUD.
Photo : Mamadou Yéro Baldé, UCAD, le 12 octobre 2021.

En somme, l’affirmation du religieux et des associations religieuses au sein du campus de Dakar, depuis les années 1970, permet de jeter un regard sur la société, le pouvoir et comprendre « l’activisme religieux universitaire ». Leur présence à l’université s’est inscrite dans une volonté de se faire entendre et faire accepter ses croyances dans un pays où l’État importé est en déphasage avec les réalités culturelles locales. Faire adhérer les étudiants à un projet religieux, c’est, pour elles, influencer, dominer et répandre leurs idéaux et valeurs dans le campus et partant dans le pays. Ce dessein passe par le marquage et la territorialisation de l’espace grâce à l’usage de pratiques artistiques, vestimentaires et communicationnelles. Dès lors, un véritable jeu de pouvoir et d’influence y prospère. Lieu de compétition entre groupes et communautés pour la visibilité – même si l’on refuse de l’admettre – l’université domestique le discours religieux et nourrit les formes de « socialisation alternatives » prônées par les associations religieuses. Lesquelles démontrent que la religion y est prégnante. En effet, le poids de la religion et des religieux dans la société apparait même dans le jeu politique et économique. Il est fréquent que des personnalités publiques se rendent dans les grands foyers religieux pour solliciter soutien, protection et visibilité. Si pour certains la nécessité de distinguer le temporel du spirituel s’impose dans une République laïque ; pour d’autres, les nouveaux paradigmes nationaux et internationaux, faits de remise en cause de la modernité occidentale dans une société en constance reconfiguration, exigent une cohabitation entre les deux entités.

Dr. Mamadou Yéro Baldé est, depuis 2019, docteur en histoire moderne et contemporaine. Enseignant-chercheur au département d’histoire et de géographie de la Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation (FASTEF) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), depuis juin 2021, ses recherches portent sur l’enseignement supérieur, problématique à laquelle il a consacré une thèse de doctorat et de nombreux articles publiés dans des revues et ouvrages collectifs. Il s’intéresse également à la question de l’identité dans l’éducation en la corrélant à la problématique de la décolonisation des systèmes éducatifs africains, débat en vogue au lendemain des indépendances et qui continue de faire couler encore beaucoup d’encre.

“Let the children come to me”: Pentecostalism and proselytization of children through gospel outreaches in Ibadan, Nigeria

By Adebayo Adedeji

“Children are friends of God.” This statement, which finds expression through the teachings of Jesus Christ is premised on some of the attributes of a child. A child is humble, easily forgiving and does not bear malice. More so, the little ones are less likely to have cultivated strong perceptions. Even when they do, these perceptions are usually not fully formed like that of an adult. As such, they are more likely to be open to new ideas, principles and doctrines which they can easily accommodate and nurture. In the biblical book of Mark 10 vs 15, Jesus said “Truly I tell you, anyone who will not receive the kingdom of God like a little child will never enter it” (New International Version). Field missionaries and Pentecostal preachers alike therefore derive inspiration from this verse to launch an all-embracing proselytizing drive which do not leave out the young ones even during school periods since they believe that spreading the gospel is a core Christianity duty.

Today, Nigeria is home to many megachurches and a large congregation of Christians. This may be conveniently assumed to be the fruits of the seeds sown by international missionary organisations and gospel outreaches. One of such is the activities of Christ for all Nations (CfaN) which is the focus of this post. CfaN is an evangelistic organization which was established by a German missionary Reinhard Bonnke in 1974. Even after the demise of its founder and first general evangelist and the passing of the baton to the new one, Daniel Kolenda, the enterprising activities of this outreach do not seem to have fallen. Year in, year out, it organises crusades in different cities across Africa and beyond, preaching the good news of the gospel of Christ. Preceding these crusades is usually an all-out mobilization of people with the help and collaboration of local church organizations. Through the use of the traditional and digital media as well as visits to public buildings, marketplaces and schools, people are invited and encouraged to be part of these crusades experience with the promises of healings, breakthroughs and deliverances from the power of the devil.

A large banner displayed at the gate of the University of Ibadan Chapel
A smaller banner placed on a tree at a residence

Interestingly, children in post-primary/secondary schools are also deliberately targeted in this proselytization effort. For example, at the Ibadan Great Gospel Crusade which was held between 11 and 14 of November 2021, well over 20 secondary schools (many of which included the public schools) were visited in the city. One of such is Valencia Schools, Ibadan, presumably due to its status as a leading private primary and post-primary educational institution and the large size of its population. Before meeting the students, a prior visit was made by the crusade support team to intimate the school management of their intention to reach out. On the day of the visit to one of its campuses, with an impressive student population, the team addressed the students during the morning assembly, talking to them about the love of Christ and the need to surrender their lives to Him. Thereafter, they were encouraged to persuade their parents to bring them to the crusade ground or come alone if this option was possible. The team’s address which culminated in a singing presentation marked a peculiar start of a school day, as the students were encouraged to sing along. With this spectacle, some of these students became eager to be part of the crusade experience which would be led by the Evangelist Daniel Kolenda.

Two books were available for distribution at the event, one titled Now that you are saved, and the other, a follow-up booklet titled What’s next?, which has been specifically designed to help children understand their new life in Christ and grow their faith in God.

Why the children?

Targeting the children for proselytization is a deliberate strategy by CfaN. Apart from the nature of these young ones which is more receptive to new beliefs and trainings, the organization acknowledges Africa’s demographic distribution which reveals the continent to comprise a league of nations of young people majority of whom still fall within the range of primary and post-primary school age. To CfaN, the intentionality of the drive for the salvation of Africa is largely dependent on the conversion of its young population who are the future of the continent. Therefore, for Africa to be fully Christianized, there must be a calculated effort to reach its children and win their heart for Christ.

The effectiveness of this strategy can be gleaned from the reception of the CfaN support team, especially in a school such as Valencia College where tracts were also distributed to its staff members. Although not a Christian missionary school, the school is strongly affiliated to Christian values in its modes of operation. For example, while there are students of the Islamic faith registered in the school, Islamic Studies is not part of the subjects included in its curriculum, and morning assemblies are conducted with Christian prayers and songs. Also, a Christian service is organised for students and members of the teaching staff every Thursday and Friday of school week respectively. However, this is usually not the case with most of the government (public) owned educational institutions where religious expressions are handled with greater caution in order to ensure balance and distance where necessary.

Allegation of indoctrination

While the management of some of these schools and their students may have received the message of the CfaN team with enthusiasm, there are those who believe that going to school to preach a Christian gospel amounts to indoctrination of students, some or many (as the case may be) of whom may be of the Islamic faith. More distressing for them is the fact that virtually all these children are minors who are not legally accountable for their actions, and as such would need parental approval for such intervention. To these group of people, the dynamics of this proselytization strategy implicate child rights abuse and contravene the provision of the country’s constitution, and some internationally agreed child rights acts such as the United Nations’ Convention on the Rights of the Child (CRC) of 1989. Therefore, they insisted that the government addressed the issue by giving it the critical attention that it deserves in order not to fuel religious intolerance in the state.

Some of the religious interest groups and non-governmental organisations which expressed their displeasure through press conferences and letters include Muslim Community of Oyo State (MUCOYOS) and Rights and Freedom Advocates (RIFA), describing this proselytization strategy as an invasion of the state’s public schools. In a statement signed by the Chairman and Secretary-general of MUCOYOS, they alleged that in one of the schools visited, “Muslim students were deliberately disallowed from observing Jum’at prayers” so that they could attend a special Christian evangelization assembly.

Eventually, while not denouncing this approach, a letter dated 10th November 2021 was written by the organisers of the crusades, apologising for visiting a public school which they claimed was in error. Apart from this letter, nothing else was heard either from the organisers or the government.

Nigeria and the illusion of secularism

While Nigeria claims to be a secular state, its religious sentiment has continued to flourish and has created a bipolar Muslim-Christian identity that transcends the country’s socio-political climate. Nigerians continue to amplify their religiousness through everyday lived experiences and there are also government institutions dedicated to promoting religious activities such as the Pilgrims Welfare Board. Additionally, it would be difficult to find a Nigerian who does not identify with either of the two organized religions (Christianity or Islam).

Although these expressions are in no way presumed to be problematic, because people find support, solace and welfare in the religious groups they belong to, especially in the face of government’s continued failure in meeting their very basic needs, they tend to overstretch these affiliations which sometimes lead to having a sense of ‘us’ and ‘they’ even in a situation where religious pluralism is assured, at least constitutionally. Moreover, religion has fully established itself as an extremely important factor to consider in furthering people’s political agenda and benefits. As a readily available tool of instrumentalization, it often expresses itself in a centrifugal manner as in the case of Kolenda’s Ibadan CfaN’s crusade children’s proselytization and the reactions it generated from some people.

Jesus gave very specific important value to the children by asking them to come to Him “unhindered.” Also, in many contexts, parents are required to provide religious guidance to their children at least until they attain the age of majority. In the middle of these positions is the school and the role it must play in the religious life of school children. However, if children are to fully benefit from education, the school must be run in an orderly manner. While not necessarily attacking specific school policies, the CRC places a high value on education that respects the right of a child to freedom of thought, conscience and religion.

Apart from being seen as a ground for the recruitment of followers, religious organisations see in educational institutions an opportunity to imbibe in the children the right type of attitude which could help them avoid the negative consequences of sin, counter balance worldly influences and also possibly bring their parents in contact with the gospel of Christ.

Adebayo Adedeji is a PhD candidate in the Department of Peace, Security and Humanitarian Studies, Faculty of Multidisciplinary Studies, University of Ibadan. He is a Postgraduate Teaching and Research Assistant at the University of Ibadan Research Foundation (UI-RF). Adedeji is also a Research Fellow with the French Institute for Research in Africa (IFRA-Nigeria).

Report – Workshop 16-17 November, 2021

Organised by the Remoboko research group (Religion, Morality and Boko in West Africa: Students Training for a Good Life), a workshop on Religion in higher educational institutions in Africa and beyond: (Re)Conversion, Power and Authority from a comparative perspective took place at ZMO on 16 and 17 November 2021. In total, the workshop comprised four panels with different presentations. Participants had the opportunity to participate on site or via Zoom. About 40 people from Africa, North America and Europe participated in the workshop.

The objective of the workshop was to focus on conversion and power/authority in religious interactions. It aimed to offer insights into (re)conversion (as a social and spiritual process) and power/authority (emanating from individuals, religious leaders, or institutions) on university campuses. Prioritizing a comparative approach, its aim was to bring together various analytical and methodological approaches and disciplinary perspectives to examine the dynamics of conversion and construction of authority in higher educational institutions.

Two of the four panels took place on the first day, Tuesday, November 16th. While the first panel was chaired by Ahmadou Hamage Issa (Université Abdou Moumouni), the second panel was chaired by Ibrahim Bachir Abdoulaye (University of Bayreuth). Dr. Abdoulaye Sounaye (ZMO), Adéjoké Rafiat  Adétòrò, (University of Ibadan/ZMO), Bello Adamou Mahamadou (Université Abdou Moumouni/ZMO), and Vincent Favier (Freie  Universität Berlin/ZMO), welcomed the participants with a few introductory comments. The topic of the first panel was Religiosity, identity and the dynamics of conversion in educational institutions/ Religiosité, identité et les dynamiques de la conversion dans les établissements d’enseignement. Bello Amadou Mahamadou opened the first panel with a presentation entitled Étude comparative de la transformation identitaire des étudiants à travers la conversion religieuse. During his presentation, Bello Adamou Mahamadou spoke about the factors for adopting a religious identity and asked whether a conversion from outside can be evaluated as a sign of alienation in a big city. Bello Adamou Mahamadou’s lecture was rounded off with a commentary by Dr. Gerd Spittler (University of Bayreuth) who gave an overview of the great diversity on lived Islam at the Université Abdou Moumouni de Niamey, Niger, from 1984 to 2018. The second presentation was given by June Temitope Gbadamosi (University of Ibadan) on the topic of Pray for us: Passive culture of Muslim conversion to Christiantiy amongst residents of Obafemi Awolowo Hall, University of Ibadan. She explained that the Obafemi Awolo Hall is known to be the largest in Sub-Saharan Africa and that religion is considered as a knowledge system in this hall. In her ethnographic accounts, she addressed a wide variety of factors that influence this knowledge system (beliefs from home, beliefs from the holy books, prayers as powers). In the discussion that followed, the concept of African Islam was questioned. The third presentation was then given by Sekou Sala Timbely (Universite Abdou Moumouni) on the topic of Conversion religieuse des étudiants sur les campus universitaires de Point G et de Badalabougou à Bamako (Mali): entre affirmation identitaire et persuasion. The presentation dealt with the religious associations on campus, and with religious conversion and the motivation of the respective converts. In the discussion that followed, participants addressed the variety of different movements on campus and interrogated the reasons for such phenomenon. The last presentation before the lunch break was given by Dr. Guy Bucumi (Université de Shebrooke) on the topic on « L’émergence des universités confessionnelles en Afrique : De la gestion du fait religieux aux rivalités confessionnelles ». He spoke about the education of youth in religious doctrines with regard to judicial background and gave deep insights into why Islam is the religion of revelation. Furthermore, Dr. Guy Bucumi talked about confessionalization of the University and confessional rivalries and the religious role of confessional universities.

After lunch, the second panel dealt with the topic of Missionaries and educational institutions: the issue of authority / Missionnaires et établissements d’enseignement:  la question de l’autorité. The panel was introduced by Dr. Dorothea E. Schulz (University of Münster) and was opened with a presentation by Dr. Mara Leichtman (Michigan State University) on the topic of Transnational Authority, Kuwaiti Islamic Charitable Institutions, and Higher Education in East Africa. During her presentation, Dr. Mara Leichtman explained that the aim of these programs is to develop Islamic universities so as to increase the quality and quantity of well-educated Africans. Participants asked for example if there “Are any parallels with West Africa” or “What exactly contains the reaction of political authorities to these kind of universities” after Dr. Mara Leichtman’s presentation. The discussion that followed addressed questions of the impact to the Islamic University in daily life. The following presentation was given by Ameen Kasim (Islamic University College, Ghana) on the topic of Abdicating Islam for Quality Education? Experiences of Muslim Students at Wesley Girls’ Senior High School. In his presentation, he examined the issues of being Muslim student in a reputed Christian high school in Ghana, between compliance and resistance to school rules that affect Muslim students’ religiosity.  The third lecture was given by Dr. Frédérick Madore (ZMO) on the topic of Islam on University Campuses – Salafism in Cote d’Ivoire. Dr. Frédérick Madore talked about the first Muslim association in the country, the AMSCI, and the way it became a leading model for similar associations. In the discussion, he did not only address the national discourse on Salafism in Côte d’Ivoire, but also explained to what extent one can speak of a categorisation of social classes depending on religious identity. Concluding the first day, Mbaye Lo (Duke University) gave a keynote lecture on the topic of Reforming higher educational institutions in Africa: beyond religion and beyond secularism. The lecture engaged with historical developments and reforms in African education, and interrogated to what extent these reforms were shaped by Islamic institutions of higher education. Once again, the influence of colonial settlement during the colonial period on the current African higher education and development of these institutions with the background of different knowledge systems (europhone vs. arabophone) was emphasized.

On Wednesday, November 17th, the second day of the workshop started with the third panel on the topic of Religious diversity and cohabitation on university campuses / Diversité religieuse et cohabitation sur les campus universitaires chaired by Seyni Mamoudou Ibrahim (University of Bayreuth). The third panel was discussed by Dr. Elodie Apard (LAM). The second day started with a Keynote lecture from Dr. Karen Lauterbach (University of Copenhagen) on the topic of Becoming small ‘big men’ of God: Pastorship, spirituality and joining power in Ghana. Karen Lauterbach focused on pastorship as a pathway to become small “big men” (“Pastors have the ability to bring about change”) and how power is conceptualized in the context of Ghana. This was followed by a presentation from Vincent Favier on the topic of Comparison as a mode of knowledge production in academic contexts: interpreting history through the lens of religious narratives. Vincent Favier explained during this lecture, among other things, that Africa, longer than anyone else, has created his own civilization and that the colonial heritage could still be felt. He gave insights about how students at the UniversitéAbdou Moumouni in Niamey, Niger, relate to the past and how different groups combine historical narratives with religious ones, thus producing a new historical reading that serve their interests. After that, Nadir Abdulhadi Nasidi (Ahmadu Bello University) gave a presentation on the topic of One University, Two Faiths: The Nature and Dynamics of Muslim-Christian Relations in Bayero University, Kano, Nigeria, 1977-2019. Nadir Abdulhadi Nasidi talked about the history of conflicts between Christians and Muslims in Northern Nigeria, and gave some insights into the internal and external factors that shape the relationship between Muslims and Christians in all higher institutions in Nigeria. His lecture focused on questions like why Muslims of Northern Nigeria refused to put their children into westernized educational institutions and to what extend the fear of conversion influenced the history of rivalry. The following presentation was then given by Youssoufou Bakayoko (Universite Alassane Ouat tara) on the topic of Vivre sa foi Tabligh au sein des campus universitaires de Côte d’Ivoire: Ethnographie du cheminement de la religiosité des étudiants. Youssoufou Bakayoko talked about the reasons why students join the Tabligh movement in an ideologically plural context and what are the actions that mark their presence on campus. Furthermore, he gave deep insights on how students define themselves in relation to other Islamic entities. The final comments of the third panel were given by Dr. Elodie Apard. She highlighted to what extent contributions to the third panel provided the participants with a wide range of political insights. In addition, she concluded that diversity means not only competition but is also a manipulation of the past.

After lunch, everyone started the last part of the two-day workshop invigorated. of the fourth panel entitled Controlling the campus: rise and power of socio-religious groups/ Contrôler le campus: montée et pouvoir des roups socio-religieux, waschaired by Hamissou Rhissa Achaffert (University of Bayreuth) and discussed by Dr. Frédérick Madore (ZMO) and Dr. Benedikt Pontzen (ZMO). Adéjoké Rafiat Adétòrò gave a presentation on Power Politics and Othering in religious communities at the University of Ibadan, Nigeria. Adéjoké Rafiat Adétòrò focused on questions of authority and power on campus as well as on tensions between Sunna and Shia at the University of Ibadan, Nigeria. Furthermore, she gave deep insights into the question to what extent one can assume that the university is a reflection of society and not a place with its own dynamics. The following presentation was given by Abdoulbaki Djibo (Universite Abdou Moumouni) on the topic Occupation de l’espace du campus universitaire: dynamiques, enjeux et construction de l’autorité de l’AEMN/UAM. He gave an account on the social – religious, political and economic context of Niger and the launch of Abdou Moumouni University. Abdoulbaki Djibo spoke not only about the major social and political change processes in Niger and at the UAM, but also about the main factors affecting daily life on campus such as the occupation of space and the confrontation between different types of structures (e.g. coexistence of different actors in the same space). The third presentation on the topic of Pentecostalism on campus in Zimbabwe was given by Dr. Simbarashe Gukurume (Sol Plaatje University). During his presentation, Dr. Simbarashe Gukurume gave insights into the growing influence of Pentecostalism on the campus, how the university and Pentecostal groups are a form of governmentality and explained how power is contested within this particular space. Amongst other things, he focused on the the way university students try to navigate the epistemological differences and how these become contested between these different groups. The last presentation of the fourth panel and of the day was given by Dr. Mamadou Yéro Baldé (Universite Cheikh Anta Diop) on the topic of Religion, jeux de pouvoir et d’influence au sein du campus universitaire de Dakar. Dr. Mamadou Yéro Baldé gave insights into the difficult concept of religion and its different meanings or definitions. He also spoke about the context and emergence of religious student associations in Dakar. Furthermore, he spoke about identity, influence and power in this context. The concluding remarks were then given by Dr. Abdoulaye Sounaye and Dr. Frédérick Madore. They focused especially on the mission ofuniversities as institutions of state constructions and what people are trained for on campus.

After two days with a total of four different panels in which valuable research and new knowledge were shared, exchanged, and discussed, the workshop came to an end. It ended with an informal dinner in Berlin before everyone headed home.

Written by Anna Schenkenberger

Anna Schenkenberger is a Master’s Student at Christian – Albrechts – University of Kiel and an intern at ZMO in the “Contested Religion” research unit. She is writing her Master’s thesis about the challenges for EU cooperation with non – EU countries in the field of Migration. She studied International Politics and International Law in Kiel and Istanbul, as well as Social Sciences and Law in Erfurt. Her research interests focus on Migration, Islam and Religion and the Middle East.

If the foundations be destroyed, what can the righteous do? Religiosity and the concept of Holistic Education in Higher Educational Institutions in Nigeria

By Adéjoké Rafiat Adétòrò

Introduction 

From 1 – 3 of July 2019, I attended the 9th Toyin Falola Annual International Conference on Africa and the Africa Diaspora (TOFAC) held at the Babcock University, Ilishan-Remo, Ogun State, Nigeria. The theme of the conference was ‘Religion, the State and Global Politics’. Coincidentally, there was a particular panel session at this conference that I found fascinating. The panel was titled Faith-based institutions and Holistic Education: Babcock experience. I found this interesting because of my ongoing PhD research on religiosity on university campuses. I was looking forward to hearing – the why and how – faith-based universities incorporate religious principles with secular education. I also was keen on knowing the goal and strategy adopted by Babcock University. 

From the beginning, religion featured as part of the conference’s programme. Every morning before the panel sessions started, conference participants converged in the auditorium for what they called – devotional. This devotional comprised a session of songs and praise and a sermon. I certainly did not expect this. It is an unfamiliar experience because it was not my first time attending an academic conference at a faith-based university.

Religiosity and Higher Educational Institutions in Nigeria

Owolabi suggests that education, by its nature, is an instrument of promoting public morality and has a powerful affinity and is linked to ethics (Owolabi, 2000: 289-301). There are about 174 universities in Nigeria at present, categorised as federal, state and private institutions. Seventy-nine (79) of these institutions are private institutions, and an impressive number of them are faith-based establishments. The introduction of western education in 1842 is one of the highlights of Nigeria’s Christian Missionary activities. By 1948, following the report and recommendations of the Elliot Commission set up by the British colonial government, they agreed to found two universities in Gold Coast (now Ghana) and Nigeria. Hence, the founding of University College Ibadan (UCI), now the University of Ibadan, since 1962.

At the commencement of university education in Nigeria, its advocates considered it a national development tool. However, by the 1970s, a charismatic explosion happened at the University of Ibadan, leading to increased campus-based evangelical outreaches by university students across the country. Consequently, the universities increasingly became enabling environments for the development of students’ spiritual attitudes and affiliations.

According to Christiano, religiosity is a general term used in the scientific study of religion to refer to individuals’ beliefs and behaviours that address ultimate or transcendent concerns (Christiano, 2001). Several universities established by faith-based institutions in Nigeria adopt holistic education as the prop of their service. Holistic education concerns developing a person’s intellectual, emotional, social, physical and spiritual potentials.

Faith-based institution and Holistic Education: The Babcock experience

On April 20, 1999, the Federal Government of Nigeria announced three institutions as the first set of private universities. One of them is Babcock University, established by the Seventh Day Adventist Church. It grew from a college established in 1959 for training church workers from the West African sub-region.

The Seventh-day Adventist Church (SDA), established by Elder D. C. Babcock, a Sierra Leonean missionary to Nigeria in 1914, is a Christian denomination known for keeping Saturday work and event-free but as a worship day. They have also incorporated this act into the university’s calendar by regulating that by 1.00 p.m. on Fridays, all offices and work activities at Babcock University end. The goal is to enable all employees to prepare for the Sabbath hour, which ends on Saturday evening. Seventh-day Adventist’s education philosophy is Christ-centred, adopting a holistic education that involves spiritual, physical, and intellectual dimensions. They believe that a necessity for qualitative education is to incorporate religious principles into secular education.

The university’s Department of Religious Studies organised this special panel I attended that comprised faculty members from humanities, law, social sciences and agricultural sciences. Some of these panellists are, in fact, clerics of the SDA. My first observation of this panel was that it appeared to be more of an advertisement for the institution than an academic presentation. Other than the five panellists, there were only four people in the audience. Of the four attendees were two people, including myself, whose research interests resonated with the panel’s title. Also in attendance was a lecturer who wanted to know the peculiarity of Babcock’s experience compared to the faith-based institution where they taught. The fourth person was an alumnus of Babcock, who gave testimony of the efficacy of the institution’s method of knowledge production and dissemination.

The strategy adopted by Babcock University towards holistic education is said to be enshrined in the institution’s philosophy of establishment. Religion being the fundamental principle for founding the institution, is regarded as a tool for redemption and reformation. This informed their adoption of holistic education, which integrates the denomination’s spiritual, social and physical values with the university’s academic curriculum. As far as the curriculum is concerned, the Nigerian University Commission (NUC) oversees curriculum building for higher educational institutions in Nigeria. However, the Seventh Day Adventist’s International Board of Education and Adventist Accreditation Association’s philosophy guides Babcock University’s curriculum. The panellists claimed that at all levels, their academic curriculum contains compulsory biblical courses like biblical principles of personal and professional life and character formation and spiritual growth. They have equally developed biblical references for other secular academic studies to teach courses like the biblical foundation of Biochemistry and Agricultural science.

One then wonders how the university manages to integrate religious curricula into the academic fabric. There is the Office of Institutional Effectiveness (OIE) which is the coordinating node for this integration. The office trains students on integrating learning and faith through conferences, workshops and opportunities for individual meetings. At the same time, they teach staff how to incorporate teaching and faith. The panellists argued that the institution emphasises ‘education for eternity’ and ‘education and redemption’, which informs why attendance at chapel seminars, a prayer forum for students and faculty members is compulsory. According to Adebola Olayinka, one of the university’s researchers, students are encouraged to take religion as a ‘developmental focus’, because of their believe that the university is ‘God’s chosen’ to re-engineer Nigeria they are expected not just to attend church programmes but to manifest the teachings in their everyday activities.

Their take on spirituality is that for Babcock University, religion is more than a struggle against immorality, unlike other faith-based institutions. The university is also committed to the global mission of human salvation, emphasising redemption and education. Recently, when the university expelled a student for engaging in an ‘immoral act’, the institution stated that they could take her back if she were repentant.

One takeaway from the panellists’ claims and description is that the education provided by faith-based universities in Nigeria seeks to integrate religious principles with social and academic curricula. The university campus is assumed to be an appropriate site to achieve this goal. Punitive measures are also in place to ensure that students adhere and reflect the knowledge they are receiving. By carefully curating academics and students’ activities, their social life and professional engagement should mirror the biblical teachings derived from the Seventh Day Adventist philosophy.

Notes

Holistics Education http://www.schoolaroundus.org/holisticeducation  

Babcock University https://www.babcock.edu.ng/about  

Seventh-Day Adventist Church In Nigeria- Facts and History  http://www.adventistnaija.com/2016/04/seventh-day-adventist-church-in-nigeria.htm

L’association chrétienne “Campus Pour Christ” accueille les nouveaux bacheliers

Par Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier

Réunir les étudiants au-delà des dénominations de leurs églises, les accompagner à vivre leur foi et diffuser « le vrai message » du christianisme auprès de ses cibles tels sont, entre autres, les objectifs que s’est fixé le Campus Pour Christ (CPC) sur le campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, un espace à dominante musulmane. Ainsi, il vise à fédérer les chrétiens au-delà de leurs appartenances individuelles dans un milieu où ils se trouvent en minorité.  Pour atteindre ses objectifs, le mouvement mène diverses activités auprès des étudiants chrétiens, sur le campus, au siège, situé à quelques minutes de marche de l’université, et/ou dans une église donnée. Lors de celles-ci, les étudiants musulmans sont aussi invités à y participer. Cette invitation a un double objectif qui est à la fois d’ordre social et d’ordre prosélytique. Au niveau social, les activités contribuent à la cohésion sociale entre les deux communautés religieuses ce qui facilite éventuellement le prosélytisme dans l’espace universitaire.

Le siège de « Campus Pour Christ » à Niamey. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Parmi les activités qu’organise le CPC sur le campus ou dans son local, on note la séance de lecture biblique hebdomadaire à la faculté des lettres et de sciences humaines appelée « Apportez Votre Bible » (AVB) ; les conférences débats sur des questions religieuses, académiques ou sociales ; des formations diverses (sur la vie du couple, l’entrepreneuriat, etc.), des animations culturelles, l’évangélisation, ou encore l’accueil des nouveaux bacheliers. Cette dernière activité est organisée chaque année à la reprise des activités académiques des étudiants. Elle vise à faciliter les contacts entre les nouveaux étudiants et leurs aînés ; présenter l’organisation aux nouveaux venus ; leur prodiguer des conseils ; etc.

Les étudiants arrivent au centre et s’enregistrent. 21.01.2021, Niamey, Niger
Photos : Bello Adamou Mahamadou

Une soixantaine d’étudiants patientent, assis sur des chaises en plastique installées dans la cour du centre. Le haut-parleur crache une musique de type pop américaine. Les deux principaux représentants de l’association Campus Pour Christ, Maliki, un Nigérien, et Kirk, un Américain, ouvrent la cérémonie. La soirée commence par des jeux. Kirk, s’exprimant en Français, demande par exemple aux étudiants présents de se lever à l’annonce de la faculté dans laquelle ils étudient, ce qui permet non seulement aux étudiants de voir en un clin d’œil tous ceux qui font partie de leur faculté, mais aussi aux membres de l’association de prendre connaissance de la répartition des étudiants par faculté. Or, ceci est crucial pour l’organisation de leurs activités sur le campus et pour repérer dans quelles facultés ils sont susceptibles de réunir le plus de monde. La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) est de loin celle qui compte le plus d’étudiants présents ce soir-là. Habituellement, le CPC donne rendez-vous aux étudiants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les lundis à midi dans une salle de cours pour une session de prière et de lecture de la Bible. Malgré l’importance du contingent de Chrétiens dans ladite faculté, il n’est pas rare que cette réunion hebdomadaire soit annulée parce qu’aucun d’entre eux ne s’y est rendu. Le jeu se poursuit. On demande à ceux qui ont déjà voyagé en avion, qui ont déjà vu l’océan, de se manifester en se levant, ce que font très peu d’étudiants. On demande aux étudiants de se lever lorsque ceux-ci entendent leur couleur préférée. Toutes ces questions posées ont l’ambition de faire socialiser les étudiants et de créer une dynamique de groupe d’une manière ludique.

La soirée se poursuit avec le témoignage de Bachir, un des anciens cadres du CPC. Celui-ci rappelle la mission de l’organisation : fournir un soutien aux étudiants chrétiens dans leur formation religieuse, dans leur relation avec Dieu. Il ne s’agit pas que d’un simple soutien. “Être au CPC, c’est avoir la certitude du salut !” affirme-t-il. Un des objectifs principaux de l’organisation est aussi d’évangéliser, ce que l’intervenant rappelle en ces termes : « nous voulons évangéliser à notre manière en milieu musulman ». Il n’en précise pas pour autant les modalités mais met l’accent sur les enseignements de la relation avec Dieu : « Qui suis-je en tant que Chrétien ? », demande-t-il. Il ajoute : « la vie avec Dieu conditionne tout. » Et cette vie se veut équilibrée, à la fois spirituellement et socialement.

Le témoignage d’un des anciens cadres du CPC. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photos : Vincent Favier

Bachir dit qu’il a eu la chance de voyager beaucoup grâce au CPC, notamment dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Un léger murmure parcourt l’assistance, il se reprend : « non, pas la chance, la grâce ! ». Il s’est notamment rendu au Kenya pour un forum international chrétien. Il fait l’éloge de l’organisation ainsi : « avec le CPC, vous gagnez beaucoup ! » Maliki s’empresse de nuancer : « Attention, on n’est pas en train de vous dire que vous allez voyager ! » Les étudiants rient. C’est un rêve que beaucoup partagent ouvertement : sortir une fois du Niger, voyager ne serait-ce que dans les pays limitrophes, voir l’océan, un jour. Il en profite pour rappeler que le CPC ne fait aucune exception, il rassemble toutes les Églises. Cette aspiration à transcender les dénominations, fortement ancrées dans le paysage chrétien Ouest-Africain, se retrouve chez la plupart des groupes de jeunes chrétiens. Ceux-ci sont répartis en différents foyers autour du campus et tentent de rassembler largement leur communauté à chacune de leurs activités. Cette volonté ne se concrétise pas vraiment puisqu’aucun des groupes existants n’a jamais fusionné avec un autre.

La soirée se poursuit avec un interlude musical. Les membres les plus âgés sont invités à chanter l’hymne du CPC devant les nouveaux bacheliers. Puis c’est au tour d’un autre ancien cadre, un des pionniers de l’association au Niger, de témoigner.

Papa Até, tel que l’on nomme, raconte l’histoire du CPC, depuis sa création par le Dr. Bill Bright en 1951 à l’université de Californie, à Los Angeles. Dr. Bill Bright a un diplôme d’enseignant-chercheur. Son ambition est d’abord matérielle jusqu’à sa rencontre avec une femme qui éveille sa spiritualité. Il s’inscrit alors à une école de théologie. Une nuit, dieu se serait révélé à lui. C’est cette vision qui a donné naissance au Campus Pour Christ. L’objectif est de « gagner les étudiants pour Jésus », car il constate que les étudiants sont livrés à eux-mêmes. En 1958, le CPC gagne la Corée du Sud, puis l’Afrique de l’Ouest, d’abord Lomé et ensuite le Niger en 1992.

Le logo de l’association chrétienne « Campus Pour Christ » sur la porte du siège. 21.01.2021, Niamey, Niger. Photo : Vincent Favier

Papa Até demande à l’assemblée : « quel rôle peut jouer l’étudiant dans son environnement ? » Le « rôle » est un mot qui revient fréquemment dans des conférences organisées par et pour les étudiants sur le campus. Les étudiants, conscients de leur impact potentiel sur la société, s’interrogent souvent sur leur rôle et leur apport dans les questions de sociétés, notamment celles liées à l’extrémisme religieux et au terrorisme. L’intervenant ne manque pas de rappeler que « le CPC veut le bien-être de l’étudiant et sa réussite ». Il cite l’évangile de Matthieu, chapitre 28, versets 19 et 20 : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Papa Até conclut son discours ainsi : « C’est grâce aux enseignements du CPC qu’on a le salut. Cela donne aussi l’assurance, la confiance pour témoigner auprès de vos camarades. »

Maliki reprend la parole et clame : « soyons des imitateurs de Jésus Christ ! » Se contenter de s’en inspirer ne suffit pas pour évangéliser. On approche de la fin de la soirée. Maliki présente ce qu’il appelle « l’applaudissement campusien » : tout en frottant longuement ses mains l’une avec l’autre, il dit : « On va chauffer à 100 degrés… à 120… à 150 degrés ! » et il commence à frapper dans ses mains un rythme particulier, court, saccadé, accompagné par les anciens membres. Avant d’inviter les participants au repas tant attendu, il rappelle que le CPC dispose d’interlocuteurs au centre pour tous ceux et toutes celles qui auraient des questions d’ordre sentimental. Il donne aussi rendez-vous à la session de prière tous les lundis à la Faculté des Lettres. Répondant à une ultime question, il conseille aux étudiants de venir avec la Bible en version papier plutôt que d’utiliser son smartphone, avec lequel on peut être facilement distrait.

La soirée d’accueil des nouveaux étudiants a servi de cadre de rencontres et de retrouvailles entre les nouveaux et les anciens étudiants d’une part, et les étudiants et les anciens cadres d’autre part. Elle a mis en contact ces étudiants chrétiens dans un milieu où ils restent en minorité. Alliant jeux de divertissements et témoignages des anciens cadres, la soirée a permis de briser la glace entre les participants et ainsi faciliter la sociabilité. En outre, le CPC a profité de cette rencontre pour présenter ses missions et objectifs auprès des étudiants, que les organisateurs, de leur propre aveu, ne pensaient pas avoir si nombreux.

Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier

On the Tarmac, Waiting for Take-off

By Adéjọkẹ́ Rafiat Adétòrò & Vincent Favier

It is unclear why and when people started naming this unspectacular place at the University of Ibadan, Nigeria, like this. The tarmac is a flat, large, tree-lined and well asphalted parking space, that officially belongs to the adjoining Chapel of the Resurrection, traditionally dominated by Anglican and Methodist denominations. One would find the campus’ main mosque next to it, and, on the other side of the road, the “Our Lady Seat of Wisdom Catholic Chapel”. Almost everyone on the campus knows about the tarmac, where it is, and what happens there. During the day, the parking space fulfils its formal task: hosting cars. But in the evening, cars have left and people, mostly students, invade the tarmac.

On the campus, the sun goes down behind a palms’ skyline, an exception in a city of an estimated – not officially – 6 million souls seeking shelter from the burning sun and heavy rains under an ocean of rusty roofs. Ibadan’s famous hills are like green islands emerging from an infinity of buildings, houses and roads that fade away in the horizon’s smog. 

And although deans of faculties and non-academic staff sometimes cut trees on the campus for aesthetic matters or for any other obscure reasons, the university campus is probably the only public accessible greenest space in town where one can admire a sunset listening birds singing in a rich natural environment. But this is not what students aim to do when they gather every evening of the week on the tarmac.

Take a seat at the edge of the place, on these white concrete benches on the Chapel’s side, and you’ll find students who, individually or in tiny groups, walk back and forth, whispering inaudible words. Other would sit right next to you, often listening to sermons through their earphones. In the middle of the tarmac, two girls walk in circle side by side, making convulsive gestures. They speak, but not to each other. Sometimes, one of them would go down on her knees and talk to the asphalt, or through the asphalt, even, as if to address her prayers and wishes to the underworld. Heads bowed towards the ground, or held up high, eyes shut, frowning, supplicating, psalms of the hands facing up, or arms raised towards the sky; Pentecostal students seem to perform their prayers to establish a connection between the earth and the universe. This performance is fostered by the many Pentecostal fellowships for undergraduate students present on campus. They gather regularly on the tarmac.

To sum up briefly, Pentecostals aimed to break with certain theological interpretations and religious practices of mainstream Churches, flatten old clerical hierarchies, and, eventually, free the Word of God. Its adherents emphasise the baptism through the Holy Spirit; its presence during worship manifests when practitioners start “speaking in tongues”, a divine gift. Speaking in tongues doesn’t happen just out of the blue, or systematically. One must “train” if one wants to achieve a certain level of proficiency. Individuals develop their ‘own’ style of tongue-speaking like their own language of sounds. This collective worship setting enables them to practice, get inspired by others, let it flow, and let it go.

The tarmac is a favourite playground, a field of predilection for this kind of practices. It is for free, open and outside, large enough, there is public light at night. It is conveniently, centrally located on campus, in the middle of the earliest three religious buildings: The Mosque, the Catholic Chapel, and the Protestant Chapel. The latter was the first space of worship built in 1954 on campus, shortly after founding the University of Ibadan in 1948. It sometimes hosts ceremonies like the recent celebration of the university’s 70th Foundation Day. The Chapel regularly organises worship and educational activities for pupils, students, and holds frequent services for people who mainly live on the campus. Therefore, it tolerates the presence and practices of Pentecostal youth on the parking space. The second wave of Pentecostal revival started in Nigeria in the 1970s, often on university campuses. Youth literally went out of the traditional religious buildings and started worshipping more freely, and this is how places like the Chapel’s car park have been appropriated. Now, it is socially widely accepted and has become part of the campus’ landscape.

Student Pentecostal fellowships usually gather in the evening, sometimes filling the space with hundreds of people, dispatched in smaller groups like passengers waiting at a crowded terminal’s boarding gates. Groups would naturally use the whole width and length of the area to avoid that others’ cacophony mutes their own sermons. Well organised fellowships usually succeed to perform a prayer service or a bible study on the tarmac through a carefully rhythmed, although acoustical, succession of actions. As members slowly arrive and wait for the session to begin, they would start “warming-up” by pronouncing dimly, individually, some prayers, words, or sounds. Then, joint prayers, singings, sermons, healing performances would follow, punctuated by short but louder and louder tongue-speaking interludes, until the group would reach the final take-off, a seemingly “out of control”, heated, collective frenzy. However, since March 2020, the tarmac atmosphere has been very different for some reasons. The first is the academic and non-academic staff strikes. The second is the outbreak of the Covid-19 pandemic that led to schools’ closure.

Image of an Èṣù effigy staged in a sacrificial style. Cross-posted picture retrieved from twitter Feb. 2020

The disruption caused by the strike and school closure also meant that religious programmes’ participation witnessed some changes. Likewise, spaces often appropriated for religious programmes became deserted. The tarmac remained and resonated empty during several months. Like some of their parent and affiliate churches, some students’ fellowships tried to close the gaps by moving some of their activities online. They conducted virtual programming via social media platforms like WhatsApp and online radio platform such as Mixlr. For instance, the Ibadan Varsity Christian Union fellowship members convened weekly on these platforms for prayer meetings, bible study, and prayer and fasting sessions.

A lot have now changed, in November most worship places on the university campus resumed physical services with churches and mosque opening to congregants again. People began to trickle into the tarmac; a space that has not been in much use because of COVID-19 restriction measures and students’ absence on campus. Although the university is still closed to students, some students staying off-campus who either returned from home and some who live in Ibadan have started to reconvene for physical fellowships. Some other individuals in groups of two or there that appear not to be students have also begun to troop on the tarmac for prayer sessions. Since mid-November, a few Redeemed Christian Postgraduate Fellowship’s (RCPGF) students began to meet on the tarmac on Wednesday evenings. Even though the RCPGF holds its programme in another part of the campus, they have been using the tarmac because of its open and accessible character since the university is still officially closed.

(Chapel of the Resurrection Carpark_Tarmac with front view of the Chapel Hall. Picture by Adéjọkẹ́ April 2020)
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search