Analyse des dynamiques religieuses à l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) à travers les interactions entre les étudiants salafis et pentecôtistes

Bello Adamou, Mahamadou. ‘Analyse des dynamiques religieuses à l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) à travers les interactions entre les étudiants salafis et pentecôtistes’. PhD dissertation, Niamey: Université Abdou Moumouni, 2023.

Religiosity on University Campuses in Africa: Trends and Experiences

Sounaye, Abdoulaye and Frédérick Madore, eds. Religiosity on University Campuses in Africa: Trends and Experiences. Berlin: LIT Verlag, 2023. https://www.lit-verlag.de/isbn/978-3-643-91429-3.

Abstract

This volume examines religiosity on university campuses in Sub-Saharan Africa. Focusing on both individuals and organized groups, the contributions open a window onto how religion becomes a factor, affects social interactions, is experienced and mobilized by various actors. It brings together case studies from various disciplinary backgrounds (anthropology, sociology, history, religious studies, literature) and theoretical orientations to illustrate the significance of religiosity in recent developments on university campuses. It pays a particular attention to religion-informed activism and contributes a fresh analysis of processes that are shaping both the experience of being student and the university campus as a moral space. Last but not least, it sheds light onto the ways in which the campus becomes a site of a reformulation of both religiosity and sociality.

Table of Contents

  • Acknowledgements
  • Introduction: Religiosity on University Campuses in Africa (Abdoulaye SOUNAYE and Frédérick MADORE)
  • Straddling the “Epistemic Divide”? Medical and Faith-based Healing among Christian Students in Mbarara, South-Western Uganda (Dorothea SCHULZ and Britta BAYER)
  • Exister en contexte autoritaire : les associations étudiantes chrétiennes et islamiques à l’Université de Lomé sous Gnassingbé Eyadéma, 1970–2005 (Frédérick MADORE)
  • Pentecostalism in the University Public Sphere of Molyko (Buea, Cameroon): Challenges, Media Strategies and Students’ Involvement, 1993–2020 (Francis Arsène Fogue KUATE)
  • « Tuba », une construction de l’identité religieuse par les étudiants salafis et pentecôtistes de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, Niger (Mahamadou BELLO ADAMOU)
  • Vivre sa foi Tabligh au sein des campus de Côte d’Ivoire : ethnographie du cheminement de la religiosité des étudiants (Youssoufou BAKAYOKO)
  • Secular Dynamics and Religious Awakening on University Campuses in Ghana (Mohammed Ameen KASIM)
  • Mobiliser l’Histoire dans le contexte académique nigérien : le prisme des récits religieux (Vincent FAVIER)
  • Performing Religiosity: Protest and Prayer Performance in a Nigerian University (Stephen T. OGUNDIPE)
  • Aspiration and Activism: Muslim Students’ Future-Making in Mbarara, South-Western Uganda (Dorothea SCHULZ)
  • Islam on University Campuses in Côte d’Ivoire since the 1970s: Muslim Intellectuals and Francophone Salafism (Frédérick MADORE and Issouf BINATÉ)

Les nouvelles formes du militantisme islamique en Afrique au Sud du Sahara : du réformisme contestataire au djihadisme radical

On January 12, 2023, our guest Ibrahim Moussa gave a presentation on “Les nouvelles formes du militantisme islamique en Afrique au Sud du Sahara : du réformisme contestataire au djihadisme radical.”

Résumé

Dans le monde arabe et musulman, l’islam a très souvent servi de catalyseur aux mouvements contestataires d’ordre politique ou social. Au Maghreb par exemple, c’est principalement l’Algérie qui avait occupé une place importante dans les stratégies de résistance contre la pénétration coloniale. (Oissilia SAAIDIA : 2022). Elle fut ainsi un laboratoire pour gérer l’islam dans les pays subsahariens. J. L. Triaud évoquait alors une « politique musulmane » de la France pour rendre compte des différentes approches coloniales du fait islamique dans ses colonies. À l’égard de l’islam, il y a d’abord, dans l’administration coloniale française, des attitudes et des réflexes défensifs, ensuite, une surveillance accrue et constante (J. L. Triaud : 2006).

Cette posture de méfiance vis-à-vis de l’islam avait poussé le colonisateur à voir en cette religion « l’unique matrice de résistance ». De facto, il la considère comme l’acteur central du refus de la colonisation et l’origine de l’islam politique contemporain en établissant une relation de causalité entre les appels au jihad ou au califat et l’islamisme en tant que projet politique. (Oissilia SAAIDIA : 2022). C’est pourquoi, suffisamment avisé de ce poids politique, le colonisateur s’en est accommodé pour asseoir davantage son contrôle et son hégémonie tant sur les acteurs islamiques que ses institutions et par-delà tenter de légitimer ses actions transformatrices qui, dans bien des cas furent violentes et répressives.

Les luttes pour les indépendances engagées par les élites intellectuelles formées à l’école occidentale, ont abouti à la formation de nouveaux Etats.  La gestion politique, culturelle et économique de ces Etats s’inspirait de près du modèle occidental. Même si la colonisation a porté un coup dur à l’islam, le réduisant à sa portion congrue, il n’en demeure pas moins qu’il renferme en lui des capacités de réadaptation et de résurgence.  L’émergence dans la première décennie d’après indépendance d’une force islamique contestataire née des conflits au sein des communautés musulmanes locales, en constitue la preuve. Il s’agit des mouvements réformistes qui se sont développés dans les sociétés africaines musulmanes et qui ont depuis gagné de plus en plus une influence sociale, religieuse et politique considérable. Opposés au savoir traditionnel, particulièrement celui qui émane des confréries soufi, ces mouvements qui avaient fait de l’éducation moderne leur cheval de batail, se sont opposés à la laïcité de l’Etat colonial et postcolonial (Roman LOIMEIER : 2005).

Les revendications pour l’instauration de la démocratie dans les années quatre-vingt-dix ont permis aux peuples d’Afrique Subsaharienne d’accéder aux libertés fondamentales et d’exercer leur souveraineté en choisissant librement leurs dirigeants.  Ces instants de luttes politiques étaient également une occasion d’affirmations identitaires qui favorisaient l’éveil des courants réformateurs galvanisés par le dynamisme d’une forte réislamisation de la société. Nonobstant le sentiment d’un nationalisme unitaire, on assiste à une résurgence des particularismes religieux.  La prise en compte des valeurs religieuses dans la gestion politique en constituait le leitmotiv. L’Etat et l’école sont les deux pôles sur lesquels se focalisent les discours de ces courants réformateurs puisqu’ils constituent « les lieux d’expression et de formation des élites et les lieux traditionnels d’innovation et de production des normes » (A. SOUNAYE : 2005)

L’islam au Niger offrait à des degrés variés les caractéristiques ci-dessus évoquées. L’islam s’est implanté sur cet espace dans un premier temps, par un contact pacifique des populations autochtones avec les caravaniers musulmans venus du Maghreb pour le commerce, et dans un second temps avec les conquêtes. Toujours est-il que l’islam dans cette partie du continent africain est resté dominé pendant longtemps par les confréries soufies, qui incarnent un enseignement islamique fondé sur les valeurs de tolérance et axé sur la culture d’une religiosité « spiritualiste ». Par la suite, un islam réformiste a émergé et qui revendique sa filiation au djihad d’Usman Dan Fodio, fondateur de l’empire théocratique de Sokoto. Dans une large mesure, l’objectif de ce mouvement est de débarrasser l’islam des pratiques traditionnelles jugées superstitieuses et donc étrangères à l’islam « authentique ».

Les logiques qui sous-tendent une telle régénérescence sont moins générationnelles qu’elles ne furent au fond, une réaffirmation du rôle affecté à l’islam. En effet, les acteurs de l’islam politique s’accordent pour s’opposer à la politique d’instrumentalisation du religieux par l’Etat et promouvoir l’image d’un islam comme force politique et comme projet culturel, voire civilisationnel (Muriel GOMEZ-PEREZ : 2005). La vague réformiste qui a balayé le continent en prenant plusieurs formes s’est toujours dressée contre le cadre institutionnel et politique issu du système occidental.

Dans cet article, il s’agit de rendre compte des différentes formes des mouvements réformistes de l’islam au Niger et appréhender ainsi leur restructuration et leur réadaptation dans un contexte de bouleversements politiques, de crise économique et surtout sécuritaire. Le but n’est pas de faire leur histoire, mais de voir bien comment ils ont su se réaffirmer à travers des nouvelles formes de mobilisations islamiques. Ainsi se sont-ils accaparés l’espace religieux et socio-politique en proposant une nouvelle interprétation de la foi islamique, redéfinissant les espaces sociaux, diffusant des discours moralisateurs…Ils constituent de ce fait, des vrais mouvements contestataires qui s’inscrivent dans le registre de ce qu’on appelle l’islam politique.

Sous une grande influence du mouvement jihadiste de Boko Haram du Nord-Nigeria, le Niger a vu l’éclosion des mouvements djihadistes qui, au-delà de leur discours radical, hostile à l’enseignement occidental et à sa culture, ont instrumentalisé l’islam en posant des actes de violence inédits (enlèvements, attentats kamikazes, assassinats ciblés, attaque armées). Ce groupe djihadiste est né au Nord-Est Nigérian dans un contexte marqué par des tensions multiples entre acteurs religieux d’une part, confréries soufies et groupes salafistes s’invectivant par prêches interposés, puis entre gouvernants et gouvernés d’autre part, l’Etat ayant échoué dans la quasi-totalité de ses missions de service public et s’étant révélé incapable d’assurer ni le bien-être ni la sécurité aux citoyens (Elodie Apard : 2022). A ce niveau, il s’agit de voir comment l’idéologie djihadiste a été transférée au Niger et étudier les canaux essentiels qu’il a empruntés et surtout essayer de comprendre de quelle façon ses discours ont eu un écho favorable au sein de la jeunesse qui a trouvé ainsi une opportunité, non seulement de se réaffirmer mais de légitimer ses aspirations politiques dans bien des cas critiques à l’endroit de l’Etat.

Un tel travail, au-delà de l’abondante littérature sur la question de djihadisme dans le Sahel, fera appel à des informations de terrain qui sont d’une importance capitale pour saisir toute la portée du « monstre » djihadiste qui semble surgir des terreaux d’un militantisme islamiste qui s’est subitement radicalisé, posant aux Etats des grands défis que eux seuls peinent à relever.

“Apprendre à lire le Coran en 12 séances” : les étudiants de l’Université Abdou Moumouni à la quête du savoir religieux

Bello Adamou, Mahamadou and Amadou Oumarou. ‘“Apprendre à lire le Coran en 12 séances” : les étudiants de l’Université Abdou Moumouni à la quête du savoir religieux’. Revue Nigérienne des Sciences Sociales (RENISS), no. 5 (2022): 21–33.

Abstract

L’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM), marquée au début de sa création dans les années 1970 par les idéologies marxistes-léninistes, connait depuis la fin des années 1980 une montée des pratiques religieuses estudiantines organisées par des associations religieuses estudiantines chrétiennes et musulmanes. Basée sur une approche qualitative combinant des entretiens semi-directifs et des observations directes et indirectes, cet article s’intéresse, d’une part, à la mise en place des associations religieuses d’étudiants salafis, évangélique et pentecôtistes dans cette université. Et d’autre part, il analyse l’affirmation de l’identité religieuse par ces étudiants à travers : la diffusion de l’enseignement religieux, les écoles coraniques et les études bibliques. Ceci donne à la religiosité une grande importance auprès des étudiants qui y prennent part.

The Association Des Étudiants Musulmans Du Niger (AEMN): Shaping Good Muslims, Producing a Muslim Elite. Islamic Activism in the Educational Landscape in Niger

Favier, Vincent. ‘The Association Des Étudiants Musulmans Du Niger (AEMN): Shaping Good Muslims, Producing a Muslim Elite. Islamic Activism in the Educational Landscape in Niger’. Journal of Education in Muslim Societies 4, no. 1 (2022): 108–27. https://scholarworks.iu.edu/iupjournals/index.php/jems/article/view/5162.

Abstract

Over the past three decades, African students have created several religious associations that reconfigured the social and political landscapes of sub-Saharan universities. Scholars often focused on this type of religious activism and yet didn’t study the associations’ educational agenda comprehensively. This article intends to fill this gap by examining the socioreligious activities of the Association des Étudiants Musulmans du Niger (AEMN) and the impact of its educational discourse at the Université Abdou Moumouni (UAM) in Niamey, Niger. Mainly relying on empirical data gained through participant observation and interviews, it explores the ways the association pervades and shapes the educational landscape, notably by establishing partnerships beyond the university. The association’s leaders, so it appears, promote an educational ethos that redefines the role of academia and its benefits for the Nigerien society. Correlating students’ religiosity with academic performance, they try to reconcile Islamic values with scientific knowledge in the process of producing the future elites of the nation.

Lutte contre le terrorisme et sécuritisation du salafisme au Bénin et au Togo : instrumentalisations diverses d’une “menace étrangère”

Madore, Frédérick. ‘Lutte contre le terrorisme et sécuritisation du salafisme au Bénin et au Togo : instrumentalisations diverses d’une “menace étrangère”’. Bulletin FrancoPaix 7, no. 8 (October 2022): 2–7. https://dandurand.uqam.ca/wp-content/uploads/2022/10/2022-10-Bulletin.pdf.

Abstract

La détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso, qui a suivi la chute du président Blaise Compaoré en octobre 2014, laissait craindre une diffusion du djihadisme à la Côte d’Ivoire, au Ghana, au Bénin et au Togo. Ces pays côtiers du golfe de Guinée, qui furent longtemps épargnés par cette menace – à l’exception de l’attentat de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire en mars 2016 – ont été la cible d’attaques dans les zones frontalières avec le Burkina Faso et le Niger au cours des dernières années. Ce texte souhaite aller au-delà d’une perspective strictement sécuritaire sur le Bénin et le Togo en se penchant plutôt, d’une part, sur les répercussions de la lutte contre le terrorisme sur la démocratie et, d’autre part, sur les conséquences de la sécuritisation de l’islam et plus particulièrement du salafisme – surtout présent au Togo – sur les minorités musulmanes des deux pays. Des leaders politiques et même musulmans ont en effet présenté l’islam radical et en l’occurrence le salafisme comme un enjeu de sécurité et une menace pour la cohabitation religieuse.

Religiosity on Campus: A study of Charismatic Christian and Muslim Groups in Selected Universities in Northern Nigeria

On September 8, 2022, our guest Chikas Ishaku Tsilpi gave a presentation on “Religiosity on Campus: A study of Charismatic Christian and Muslim Groups in Selected Universities in Northern Nigeria.”

Abstract

Universities in northern Nigeria are witnessing a proliferation of Charismatic Christian and Muslim groups. These groups, which usually serve as platforms for spiritual strengthening and reawakening, also provide spaces for social interactions and political mobilization. Consequently, the increased presence of these groups is changing the dynamics of the religious and secular spaces on University campuses across northern Nigeria. This situation raises questions on religiosity and how it provides meaning for everyday life and interaction among Christian and Muslim students. The paper therefore, interrogates the phases of change characterizing the emergence of Pentecostal and Salafi Groups on the University of Jos campus. Based on in-depth empirical research, the paper particularly examines the role of religiosity on the academic, social and political lives of Christian and Muslim students. It further interrogates some of the factors accounting for the surge in the presence of Charismatic Christian and Muslim groups as well as the policies regulating their activities on Campus. The paper argues that the emergence of charismatic groups existing side by side with more traditional groups like the Fellowship of Christian Students and Muslim Students Society indicates a religious denominational competition for space, which sometimes leads to clashes, as each group seeks to express its presence and compete for membership. Furthermore, because of their charismatic and innovative disposition, these groups are very attractive to students, leading some to renounce western education in search of more spiritual knowledge.

Education and the Yoruba Muslims of Southwest Nigeria since 1889

On July 11, 2022, our guest Mutiat Titilope Oladejo gave a presentation on “Education and the Yoruba Muslims of Southwest Nigeria since 1889.” Mutiat Titilope Oladejo is lecturer of the Department of History, University of Ibadan, Nigeria. She was a Visiting Research Fellow at the Leibniz Moderner Orient, Berlin, Germany. She is a fellow of the American Council of Learned Societies (ACLS)  and Council for Development of Social Research in Africa (CODESRIA).

Abstract

Among the Yoruba, Islam was part of everyday life as it reflected in worship, practice, learning system, socio-political and economic activities from the 17th to 19th centuries. However, the civilizing mission of the Christian missionaries and the colonial state changed the demographics and identity of “being educated”. The Islamic nonformal learning system that had existed for centuries were replaced with formal education. The changing dynamics of education featured how Yoruba Muslims responded to deprivation, apathy, accommodation and re-integration. This work emphasizes that Yoruba Muslims engaged formal education as a holistic approach to the adini-duniya nexus. Thus, the practice of religion (adini) and living life (duniya) are considered a whole in the pursuit of education. Significantly, education was accepted as a path to prosperity, but it was constructed to fit to the needs of being a good Muslim. The historical approach is adopted. Biographies of the literati that shaped the intellectual directions of the Muslim communities in southwest Nigeria are analysed to understand what it meant to be “an educated Muslim”. Furthermore, the collective of memory of Muslim groups across Yoruba towns and cities is considered to understand how life is constructed as “being educated” and being good Muslims”. This work is bothered about the way Muslims responded to deprivation of enrolment in formal schools of the colonial and post colonial era. Thus, the privatization of education to create safe spaces was an option. However, gradual growth of Islamic reformist from the 1970s created a new dimension to education as they prefer a push backwhere the adini-duniya nexus is pushed into the secular schooling space.

Salafisme et sécuritisation de l’islam au Bénin et au Togo : instrumentalisations diverses d’une “menace étrangère”

On June 2, 2022, Frédérick Madore presented a paper at the Islamist Protest, Terrorism and (In)Security in Africa Conference at the Institut des Relations Internationales du Cameroun (Yaoundé).

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search