Le Maoulid au campus de l’UAM de Niamey (Niger) : entre festivités et expression de l’amour du Prophète

Par Bello Adamou Mahamadou

C’est dans la nuit du 21 au 22 novembre 2020 (de 21h à l’aube) que la Zawiya des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey (une association informelle regroupant les étudiants soufis) a célébré le Maoulid du Prophète Mohamed (PSL). Cette festivité a eu lieu près d’un mois après la date officielle de la naissance du Prophète de l’islam. Ce décalage est sciemment choisi pour permettre aux étudiants de la congrégation d’assister aux différentes célébrations organisées par les cheikhs de la ville de Niamey à des dates différentes et celles organisées par certains cheikhs des autres localités du pays. En plus des étudiants de l’université hôte et de leurs responsables syndicaux, étaient présents ceux de l’université islamique de Say, de l’école des mines, des industries et de la géologie (EMIG) de Niamey et les fidèles non scolaires venus de la ville.

L’affiche d’invitation à l’une des entrées de la cité Mala Bagalé du campus de l’UAM (Source: Auteur du texte, le 20-11-2020)

Le Maoulid, c’est la fête d’anniversaire du Prophète Mohamed (PSL). À cette occasion, les fidèles se réunissent pour lire le Coran et la biographie du Prophète. Ils lui dédient aussi des chants. Organisée chaque année, cette célébration est d’une grande importance pour les fidèles soufis de façon générale et pour les tidjanes en particulier. Elle constitue, par ailleurs, l’un des points de discorde entre les soufis et les réformistes musulmans.

La célébration du Maoulid au campus universitaire de Niamey a eu lieu dans un espace qu’on appelle « l’Arrêt des bus ». Ce jour-là, pour la circonstance, cet endroit fut décoré des photos des cheikhs Tidjanes et des versets du Coran calligraphiés sur des banderoles dès l’après-midi. Aussi, des chants en l’honneur du Prophète (waqe) résonnaient dans de grands baffles de la sonorisation. Ce qui tient lieu d’un côté d’information des pensionnaires de la cité universitaire de la tenue d’un évènement de taille et de l’autre côté cela suscite la curiosité des passants. Ce soir-là, les occupants habituels (tabliers, vendeurs d’accessoires de téléphone et les motos) de « l’Arrêt des bus » ont cédé la place aux chaises, canapés de luxe et hangars en bâches. Les chaises sont disposées en « U », ce qui a permis d’étaler de grandes nattes, dans le but d’offrir le maximum des places assises aux fidèles.

Des étudiants attendant le début des festivités (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

À la tombée de la nuit, « l’Arrêt des bus » était éclairé par mille ampoules. C’est à ce moment que sont apparus les agents du service de protocole et de sécurité, les « yan-agaji ». Ce sont des vigiles volontaires, uniquement des hommes et des garçons, habillés en blanc, qu’on peut voir à des prêches ou autres manifestations religieuses des Tidjanes. Pour toute aide, les fidèles s’adressent à eux. Ce soir, ils sont placés comme pour un jalonnement de l’armée, sur toutes les voies qui débouchent à « l’Arrêt des bus ». Pour guider les fidèles au lieu de la cérémonie, ils tiennent dans leurs mains des lampes bicolores LED. C’est à eux aussi que revient la tâche d’accueillir et d’orienter les étudiants et les invités vers les places qui leur sont réservées.

Vers 21 heures, les étudiants commencent à arriver sur les lieux, en attendant l’arrivée des personnalités religieuses de marque. Habillés en tenue de fête et chapelets dans les mains pour la plupart – un jalap avec un bonnet – ils s’accueillent sourire aux lèvres. Les filles sont assises dans un angle, un peu à l’écart des rangées des hommes. Elles se cachent derrière leurs hidjabs qui couvre tout leur corps, sauf le visage. Certaines d’entre elles ont épinglé sur leurs hidjabs des images du Cheikh Ibrahim Niasse du Sénégal (guide spirituel des Tidjanes).

Il était 21 h 32 min, quand retentit la haylala mélodieusement répétée par un groupe d’étudiants. Celle-ci est la répétition de la formule de l’unicité d’Allah, qui peut être traduite en français par « il n’y a point de divinité digne d’adoration hormis Allah ». Elle est le plus souvent répétée par les soufis lors de leur culte d’adoration quotidien (le wird). Elle est aussi récitée lors des célébrations de grande importance (dont le Maoulid). Le groupe avance perçant la foule. Toute l’assistance se lève pour accueillir l’invité de marque. C’est un homme habillé d’un grand boubou blanc et un burnous noir. Il a un turban blanc sur la tête et un long chapelet dans les mains. Ses chaussures, ôtées pour ne pas marcher avec sur les nattes, sont portées par un élément d’agaji. Et c’est lui qui guide avec politesse l’illustre hôte à sa place. Une fois installé, comme pour faire allégeance, les étudiants, un à un ou par groupes, partent le saluer. Je chuchote pour demander à un étudiant l’identité de cet invité. Il me répond avec un ton plein d’admiration, que « c’est le Cheikh Barhama, l’une des personnalités soufies les plus respectées de la ville de Niamey ». « Cheikh » est le plus grand titre auquel puisse aspirer un leader soufi. Cette scène d’accueil-installation est répétée à chaque fois qu’arrive un cheikh, qui sont environ une dizaine. Au nombre de ces invités de marque, on peut citer les cheikhs de la ville de Niamey (Cheikh Malam Habib, Cheikh Moussa Souleymane, Cheikh Maki), un Cheikh de Zinder et ceux venus des villes nigérianes de Kano, de Makurdi et de Kampa. Parmi les étrangers, il y avait un Charifi (descendant de la famille du Prophète) et le Khalifa (remplaçant ou successeur) de Fadar Bégué (un chanteur nigérian réputé dans les waqe) décédé il y a quelques années.

Le Président de la zawiya présentant ses mots de bienvenue les fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Après l’installation des invités, le président de la zawiya a pris la parole en premier pour souhaiter la bienvenue aux participants, avant d’adresser des remerciements spéciaux aux Cheikhs pour avoir honoré de leur présence la cérémonie. Puis, il a invité les étudiants à écouter avec attentions les différents prêches. Les interventions des cheikhs ont porté sur la vie du Prophète, l’importance du Maoulid en islam et les leçons à tirer de la vie du Prophète Mohamed (PSL). Chacun en fonction de son expérience a abordé un thème qu’il juge important pour la circonstance.

Les étudiants, eux, ont agrémenté la nuit avec des chants religieux (diwani). Ils se mettent en cercle pour chanter les louanges du Prophète et faire la haylala. L’assistance répète souvent avec eux dans un ton harmonieux. Touchés par les sens des chants qu’ils entonnent, certains étudiants se tapent la poitrine pour se galvaniser. Certains participants les encouragent en les gratifiant des billets de banque. Un temps fut aussi accordé aux étudiantes pour prester. Une d’entre elles, assise depuis sa chaise, chante les louanges du Prophète Mohamed en langue hausa dans une voix qui a conquis l’assistance. Elle fut accompagnée par deux de ses consœurs. L’une, émue par le sens des mots, pleura dans son chant. Il a fallu que le micro lui soit retiré. Il fut, par la suite, passé à une autre étudiante qui a chanté sur l’importance de la lecture du Coran. Elle aussi fut emportée par la même émotion que la première.

Les leaders religieux tidjanes ayant pris suivant l’intervention de l’un de leurs (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Durant la veillée, les étudiants partent un à un ou par groupes restreints auprès des différents cheikhs ou du Charifi pour avoir leur bénédiction. Ôtant les chaussures et leurs bonnets en signe de respect, ils s’accroupissent devant eux en les saluant. En guise de reconnaissance, les cheikhs leur demandent de se relever. Ensemble, ils font une fatiha (prière) les paumes ouvertes au ciel. Ils retournent ensuite vers leurs camarades tous souriants. J’étais surpris de voir le respect que ces étudiants fidèles manifestaient à leurs leaders religieux et surtout au Charifi. Je ne cesse de me demander comment est-ce qu’un Nigérian de peau noire et n’ayant aucun trait morphologique d’Arabe, peut être descendant de la famille du Prophète Mohamed. J’ai posé cette question aux étudiants qui se trouvaient à côté de moi pour lever le doute. Selon eux, la généalogie remonte à la famille d’Ali, le cousin du Prophète et son quatrième calife. En effet, cette famille, à un moment de l’histoire, a migré de l’Arabie vers l’Égypte fuyant les persécutions. À travers les mariages avec les communautés locales, ses membres se seraient éparpillés à travers l’Afrique du Nord et de l’Ouest. C’est ainsi que certains membres se sont retrouvés au Nigéria.

Avant de quitter, à la demande des étudiants, le Cheikh Maki renouvèle symboliquement le vœu d’adhésion des étudiants à la tariqa-tidjaniya. Il a également « donné » symboliquement cette tariqa à ceux qui aspirent y adhérer. Ils étaient des dizaines à s’accroupir devant lui pour recevoir l’adhésion ou son renouvellement. Il a quitté en laissant derrière lui des étudiants dont la foi est raffermie par cette bénédiction. Ils étaient nombreux à manifester leur joie et satisfaction après cet acte symbolique. Je n’ai pas pu contenir mon étonnement face à cela. J’étais surpris de voir des étudiants qui, après les propos du cheikh, se félicitent mutuellement « barka, barka ! », comme s’ils sont admis à un examen académique. Ceci m’a donné l’occasion de mesurer combien cette adhésion est importante pour ces étudiants.

Le président de la zawiya, premier à gauche, à côté du Cheick Barhama de Niamey et de deux autres fidèles (Source: Auteur du texte, le 21-11-2020)

Vers 3 h du matin, il est servi à manger aux participants ce qui a permis de faire le plein d’énergie pour la suite de la veillée. Elle se poursuit par la lecture et traduction du livre « Faydoul ahmadi » écrit par Ibrahim Niasse, le Sénégalais. Il est lu en arabe par le président de l’association et traduit en hausa par le Cheikh de Zinder. À l’annonce de l’heure de la prière de l’aube, les étudiants ont renouvelé leurs ablutions rituelles pour la prière. Cette dernière fut dirigée par le Cheikh de Zinder.

C’est ainsi qu’a pris fin la célébration du Maoulid de 2020, organisée par la Zawiya des étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Ils se sont dispersés dans la satisfaction, la joie au cœur avec l’espoir de revivre une telle expérience l’année prochaine. La présente célébration est ma première expérience après plusieurs années de vie à l’université et de rupture avec mon background familial. J’ai en effet grandi dans une famille Tidjane. Je participais à ce genre de célébrations avec mes frères, mes amis et mes parents. Mais avec le temps, j’ai arrêté de participer, après avoir pris une autre voie : le salafisme qui condamne une telle festivité. C’est pourquoi cette rencontre m’a rappelé mes souvenirs d’enfance lorsque nous assistions au Maoulid avec ses amis.



Cite this blog post
bellomahamadou (2023, January 17). Le Maoulid au campus de l’UAM de Niamey (Niger) : entre festivités et expression de l’amour du Prophète. Remoboko. Retrieved February 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/tle9

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search