Configuration de l’islam sur le campus universitaire du Point-G à Bamako

Par Sekou Sala Timbely

Point-G (Point Géodésique) est un terme géographique désignant le site à partir duquel la distance par rapport à d’autres sites est calculée. Le Point-Géodésique du quartier Koulouba a donné son nom au secteur qui abrite l’hôpital et le campus universitaire. Surplombant la ville de Bamako, capitale du Mali, le campus du Point-G est perché sur les hauteurs de la colline de Koulouba, communément appelée « colline du pouvoir » puisqu’elle abrite le palais présidentiel. Ce campus regroupe la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie (FMOS) et la Faculté de Pharmacie (FAPH), qui relèvent de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB).

Créé en 1969, l’établissement a servi de locaux à l’École de Médecine et de Pharmacie du Mali. Le site universitaire comporte des blocs pédagogique, administratif et résidentiel, ce qui lui vaut l’appellation de campus.

L’environnement immédiat du campus du Point-G est occupé par le Centre Hospitalier Universitaire du Point-G qui assure la formation pratique des étudiants en médecine et en pharmacie. L’hôpital du Point-G est l’un des centres les plus fréquentés du pays pour son statut d’hôpital de troisième référence.

CHU Point-G (source auteur du texte)

À quelques encablures du campus se tient une mosquée communautaire, qui a été délocalisée de l’intérieur du quartier où elle occupait un espace restreint.

Le premier bâtiment sur l’illustration de gauche a été construit par l’Agence des Musulmans d’Afrique (AMA) en 1994. Moins de 10 ans après, le comité de gestion de la mosquée lance des quêtes pour acquérir un bâtiment plus grand qui, sur l’image à droite, a été offert par une bonne volonté en 2021. La donatrice, qui se rendait à l’hôpital du Point-G, a été sensible à l’appel à dépenser dans la voie d’Allah (fissabililah), tel que l’image de gauche sur la pancarte l’illustre, appelant au financement de magasins dont les frais de location alimenteront la caisse de la mosquée.

Selon le secrétaire général du comité de gestion, la parcelle abritant la mosquée aurait été mise à la disposition du quartier par le gouverneur du district de Bamako. Cependant, selon les dires d’un agent rectoral[1], la mosquée en question serait érigée sur le domaine universitaire. Il justifie ses propos par la proximité de ce lieu de culte avec le campus. Il regrette que l’espace n’ait pas été réservé à la construction d’amphithéâtres supplémentaires, vu le flux d’étudiants qui croit de façon exponentielle. Pourtant, ladite mosquée est fréquentée aussi bien par le personnel universitaire que par les étudiants qui sont représentés dans le comité de gestion de ce lieu de culte. La mosquée ne relèverait d’aucune tendance islamique spécifique selon le secrétaire général du comité.

Si la mosquée communautaire occupe un espace dont l’agent rectoral regrette l’usage à des fins religieuses, la présence d’une mosquée à l’intérieur du campus et, de surcroit, réhabilitée par le Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU), soulève des questions. Pour sa part, le CENOU affirme être dans sa mission d’amélioration des conditions de vie des étudiants en réhabilitant cette mosquée universitaire, dans la mesure où le campus sert en même temps de résidence pour les étudiants. En tout état de cause, la matérialisation de l’islam à l’intérieur du campus et dans ses environs témoigne de l’ancrage de l’islam dans ce monde universitaire. Quels sont les acteurs islamiques qui interviennent sur le campus universitaire de Point-G et comment y ont-ils émergé ? Comment occupent-ils l’espace du campus ?

Une diversité d’acteurs islamiques sur le campus

La Ligue Islamique des Élèves et Étudiants du Mali, (LIEEMA), auparavant dénommée Ligue Foi et Action (LIFA), est née en 1992 sur le campus du Point-G. L’organisation se donne comme objectif de rassembler en son sein les élèves et étudiants musulmans de toutes tendances islamiques confondues. Elle reste la seule association islamique ayant existé en milieu scolaire et universitaire durant toute la décennie 1990. Mais depuis 2011, la LIEEMA partage le champ religieux islamique avec le Collectif des Ançars en Milieu Universitaire et Scolaire (CAMUS). Le CAMUS est la branche universitaire et scolaire de la Fédération Ançar Dine International, dont le guide spirituel est Cherif Ousmane Madani Haïdara. Actuel président du Haut Conseil Islamique du Mali, le guide reste l’un des leaders religieux les plus influents du pays. Il mobilise chaque année un nombre important de fidèles venant du Mali et d’ailleurs vers le stade omnisport Modibo Keita de Bamako à l’occasion des festivités du Maouloud (anniversaires de la naissance et du baptême du prophète Muhammad). Le CAMUS mobilise des étudiants pour ces célébrations et toutes autres activités organisées par le guide et la structure mère.

Contrairement au CAMUS, la LIEEMA ne suit pas spécifiquement un guide spirituel. L’association a plutôt une orientation « wahhabite-sunnite » du fait des pratiques cultuelles auxquelles s’adonnent la plupart de ses membres, telles que se croiser les bras en priant et ne pas faire d’invocations collectives après la prière. La tendance « wahhabite-sunnite » de la LIEEMA entre en contradiction avec la mission unificatrice que la devise de l’association rappelle si bien : « unissez-vous par le lien d’Allah et ne vous divisez point ». Comment unir des étudiants d’orientations différentes au sein d’une association qui, elle-même, affiche une coloration particulière ? Les étudiants qui suivent des orientations différentes de celles priorisées par l’association se voient naturellement pousser vers la sortie, car le cadre de l’association ne favorise pas leur épanouissement religieux. L’émergence du CAMUS, tourné vers un islam plus soufi autorisant notamment les festivités du Maouloud, peut s’expliquer par le positionnement doctrinal de la LIEEMA qui ne rassemble pas, dans les faits, les étudiants musulmans de toutes tendances confondues. Certes, la distinction entre la LIEEMA et le CAMUS n’est pas nette dans la mesure où la LIEEMA n’est fermée à aucune association. Selon les propos d’un de ses responsables, seul le poste de président de la LIEEMA ne peut être cumulé avec le statut de membre d’une autre association musulmane estudiantine.

En plus de la LIEEMA et du CAMUS, une catégorie d’étudiants, non organisés en groupe formel revendiquant l’identité salafi, anime le champ islamique du campus. Si ces étudiants peuvent être classés dans la catégorie « wahhabite-sunnite » par opposition à celle regroupant les soufis, il faut néanmoins souligner que ces derniers se démarquent de la LIEEMA. Ils critiquent la Ligue pour sa prétention à rassembler des étudiants de différents horizons doctrinaires. Par exemple, tout en rappelant leur identité salafi, un membre du groupe argumente leur opposition vis-à-vis de la LIEEMA. Les salafis, selon lui, sont les pratiquants de l’islam authentique tel qu’ordonné par le prophète Mohammad et pratiqué par la première génération des compagnons du Prophète. La revendication du statut de salafi répond ainsi à un besoin de rester dans le droit chemin. La LIEEMA ne doit donc pas appeler toutes les tendances à se rassembler. Une telle aspiration, selon lui, entre en contradiction avec les prédications du prophète Muhammad, qui affirma que des soixante-treize tendances islamiques, seule une sera sauvée et que les soixante-douze autres iront en enfer.

L’étudiant salafi regrette que la Ligue n’appelle pas ouvertement les étudiants à poursuivre une orientation spécifique pour les sauver de l’enfer. Considérant, la voie salafiste comme étant le seul et unique chemin vers le paradis, il rejette en bloc les autres groupes islamiques évoluant sur le campus. Malgré les critiques de cet étudiant à l’endroit de la LIEEMA, il serait hasardeux d’opposer le salafisme à la LIEEMA, car l’association compte des étudiants revendiquant l’identité salafi selon son président.

Positionnement des acteurs islamiques dans l’espace du campus

Se présentant sous une forme inachevée depuis les années 1990, la mosquée du campus a été réhabilitée par le CENOU en 2015, grâce à l’activisme de la LIEEMA auprès du syndicat estudiantin, l’Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM). L’AEEM a, en effet, été porteur de la doléance de réhabilitation de cette mosquée auprès du CENOU. La gestion de ce lieu de culte revient à la LIEEMA, en sa qualité de structure fédératrice de toutes les tendances islamiques du campus. Cependant, le contrôle de ce lieu de culte par la LIEEMA implique que le discours et les pratiques religieux en son sein soient ceux admis par la majorité des militants de cette association qui sont, nous le rappelons, d’orientation « wahhabite-sunnite ». La mosquée du campus se présente donc comme le quartier général de la LIEEMA. Elle lui sert de cadre pour dispenser des Cours de Formation Islamique (CFI) à l’intention des étudiants.

Bien qu’ayant accès à la mosquée du campus, les autres groupes islamiques se positionnent ailleurs pour donner plus de visibilité à leurs activités. Ainsi, le CAMUS mène ses activités de formation islamique (le walanda) sur un espace aménagé du campus.

Séance de formation islamique (walanda) organisée par le CAMUS (source auteur du texte)

Quant au groupe informel salafi, il fait de la mosquée communautaire du Point-G son quartier général. Ce groupe anime la mosquée communautaire par des séances de lecture du Coran et de formation islamique à l’intention des fidèles.

En définitive, si la LIEEMA, pionnière de l’activisme islamique en milieu scolaire et universitaire du Mali, a évolué seule dans ce champ durant toute la décennie 1990, elle a perdu le monopole sur le campus du Pont-G depuis 2011 avec la création du CAMUS. Cependant, les membres du CAMUS sont de fait membres de la LIEEMA en tant que regroupement non doctrinaire sachant que les deux associations divergent sur ce plan. La LIEEMA relève davantage d’une tendance « wahhabite-sunnite » alors que le CAMUS présente des caractéristiques soufies. Outre ces deux grandes structures, des groupuscules représentant autant de spécifiées religieuses ont émergé. Si les adeptes de la da’wa évoluent au sein de la LIEEMA, les salafis, ou du moins certains d’entre eux, forment une entité à part entière critiquant le dessein fédérateur poursuivi par la LIEEMA. Fort de ce constat, il faut retenir que la configuration islamique du campus du Point-G présente un pluralisme naissant, qui reflète d’ailleurs le schéma religieux d’une société malienne partagée entre tendance « wahhabite » et tendance soufie à l’intérieur desquelles d’autres clivages se forment.


[1] Agent au service patrimoine avant l’éclatement de l’université de Bamako.

Sekou Sala TIMBELY

Doctorant en sociologie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant à l’Université de Ségou (Mali), rattaché aux laboratoires  LASDEL et LERSSA à Niamey. Sekou Sala TIMBELY, s’intéresse aux questions de religion, de sécurité et de gouvernance des services publics en Afrique occidentale.

contact: timbelysekousala@gmail.com


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search