Afrique : des étudiants toujours plus mobiles

Par Gado Alzouma

La compétition que se livrent les plus grandes puissances mondiales pour attirer les meilleurs étudiants internationaux s’est intensifiée ces dernières années et s’est traduite par une plus forte mobilité académique. En 2021, l’UNESCO estimait que plus de 5.600.000 étudiants se formaient hors de leurs frontières1. Les États-Unis viennent en tête des pays d’accueil avec plus d’un million d’étudiants suivis de pays comme le Royaume-Uni, la Chine, le Canada, l’Australie, la France, l’Allemagne, etc. En dehors de la Chine, d’autres nouveaux pays de destination tels que la Malaisie, la Turquie, le Maroc ou même, à une échelle sous-régionale africaine, le Ghana ou le Sénégal, sont en train de rafler une part de plus en plus importante de ce marché. Bien que la pandémie du Covid-19 ait sensiblement ralenti ce phénomène, tout indique qu’il est prévu pour repartir à la hausse dans les prochaines années.

Classements internationaux, langue anglaise et mobilité des étudiants

Deux faits majeurs permettent d’expliquer cette tendance à la mobilité croissante des étudiants et à l’internationalisation de l’enseignement supérieur: d’une part, le poids grandissant des classements universitaires à l’échelle mondiale et d’autre part la place de plus en plus importante que prend l’anglais (sans négliger pour autant le poids d’autres langues comme le Chinois, le français ou l’espagnol) dans les systèmes d’enseignement globaux, en tant que langue de partage et de formation au-delà des frontières. Ce sont les classements qui orientent les choix des meilleurs étudiants, mais aussi ceux des étudiants les plus riches sur tous les continents. Quant à l’anglais, il est devenu la langue incontournable de la science et de la recherche et un critère de sélection majeur pour l’accès aux emplois les plus prestigieux et souvent les plus lucratifs. C’est ainsi que chaque année les dirigeants de toutes les institutions académiques à travers le monde attendent avec fébrilité la parution du World University Rankings de Times Higher Education, de l’Academic Rankings of World Universities de la Shanghai Jiao Tong University, du QS (Quacquarelli Symonds) World University Rankings, et d’autres encore, telle que l’incontournable US News Best Global Universities Rankings, etc.

On peut se rendre compte de l’incroyable influence exercée par ces deux facteurs d’évaluation des performances universitaires en évoquant l’effet qu’ils ont sur la structuration des institutions universitaires à l’échelle mondiale, surtout quand on sait que certains pays ont été amenés à modifier l’organisation même de leurs établissements d’enseignement supérieur pour répondre aux critères élaborés par les auteurs de ces classements et y hisser leurs universités au plus haut niveau. En France, c’est le cas par exemple de l’Université Paris-Saclay (issue du regroupement de 13 universités françaises pour faire face aux mastodontes anglo-saxons), de Paris Sciences et Lettres (constituée en 2019 par la fédération de 11 établissements d’enseignement supérieur et de centres de recherche) ou de l’Institut Polytechnique de Paris (qui, depuis 2019, réunit cinq grandes écoles d’ingénieurs françaises) et qui figurent toutes aujourd’hui parmi les 200 meilleures universités du monde grâce aux réformes engagées par le gouvernement Macron. De nouvelles filières, de nouveaux programmes et de nouveaux diplômes (en particulier le bachelor), exclusivement enseignés en anglais sont ainsi apparus dans presque toutes les grandes écoles françaises (en particulier les écoles de commerce) pour répondre à une demande plus conforme aux standards mondiaux qui sont en réalité ceux des classements internationalement reconnus. C’est le cas, depuis 2017, du Bachelor of Science de Polytechnique Paris, spécialement conçu pour attirer les meilleurs étudiants internationaux et pallier aux problèmes présentés par la non-lisibilité du système français des classes préparatoires, inconnues ailleurs dans le monde. La première promotion du bachelor de l’X, sortie en 2020, a connu un grand succès et ses membres, issus de tous les continents, ont accédé, pour leurs masters, aux meilleures universités partout dans le monde, y compris au MIT, à Cambridge ou Oxford.

Internationalisation et marchandisation de l’enseignement supérieur

Toutefois, les deux facteurs évoqués ci-dessus ne suffisent pas à expliquer à eux seuls ces évolutions. On doit les replacer dans un contexte d’internationalisation et de marchandisation croissantes de l’enseignement supérieur qui est à la fois source de gains économiques et de main d’œuvre hautement qualifiée pour les pays développés de plus en plus confrontés au vieillissement de leur population et aux transformations qui affectent les sociétés contemporaines, en particulier la numérisation généralisée de tous les secteurs d’activité, la technicisation croissante des emplois et l’avènement de ce que certains appellent désormais la 4eme révolution industrielle, notamment le développement sans précédent de l’intelligence artificielle, de la robotique, des biotechnologies et des énergies renouvelables. Dans certains pays comme les États-Unis ou l’Australie, les étudiants internationaux constituent l’une des principales sources de financement de l’enseignement supérieur. Chaque année, plus d’un million d’étudiants étrangers s’inscrivent dans les institutions d’enseignement supérieur aux États-Unis et génèrent des revenus de plusieurs milliards de dollars pour l’économie américaine. Les entreprises high tech. les plus puissantes de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Oracle, Intel, etc.), les plus grandes banques d’investissement (Goldman Sachs, JMorgan, Morgan Stanley, UBS, Credit Suisse, etc.), les cabinets de conseil et stratégie les plus réputés (Deloitte, McKinsey, EY, BCG, etc.) aussi bien que le gouvernement américain dans tous ses démembrements puisent dans ce vivier des centaines de milliers d’ingénieurs et d’experts dans tous les domaines. Ces organisations sont devenues fortement dépendantes, pour le recrutement de nouveaux travailleurs, des étudiants étrangers qui sortent par milliers des “colleges” et universités locales. L’administration Trump s’en est rapidement rendu compte lorsqu’en 2020 elle s’est heurtée à l’opposition tranchée et même à de nombreuses plaintes judicaires de la part de ces firmes quand elle a voulu restreindre le droit d’accès des étudiants étrangers aux visas. La plupart des présidents d’universités ont également condamné les réformes proposées par Trump et souligné le rôle vital que jouent les revenus tirés des inscriptions d’étudiants étrangers dans leurs finances ainsi que pour le fonctionnement des milliers de laboratoires et centres de recherche.

En effet, en 2021, un rapport de la NFAP2 (National Foundation for American Policy) estimait que près de 60% des étudiants inscrits en master et en doctorat en mathématiques, informatique et en études d’ingénieurs aux États-Unis étaient des étudiants nés à l’étranger. Ils constituent même plus de 80% dans certains domaines spécifiques comme l’ingénierie du pétrole où 82% des étudiants inscrits à temps plein sont des étudiants internationaux. Ils sont aussi 74% en génie électrique, 72% en informatique et sciences de l’information, 71% en génie industriel et ingénierie de fabrication, 70% en statistique, etc. En génie électrique, la majorité des étudiants diplômés à temps plein (master et Ph.D.) sont des étudiants internationaux dans 88% des programmes d’études supérieures aux États-Unis qui comptent au moins 30 étudiants. En informatique et technologie de l’information, ils représentent 78% des diplômés américains dans 211 universités. Le rapport du NFPA concluait que dans de nombreuses universités américaines, les programmes scientifiques aux niveaux master et PhD ne pouvaient tout simplement pas être maintenus sans l’existence des étudiants étrangers. 

Enfin, il faut noter qu’ils contribuent fortement à changer la composition de la main d’œuvre hautement qualifiée dans les pays d’accueil. Les immigrants subsahariens par exemple figurent parmi les groupes de population les plus éduqués aux USA: en 2015, 69 % de ceux d’entre eux âgés de 25 ans ou plus déclaraient avoir au moins un certain niveau de formation universitaire et 40% avaient un diplôme équivalent au bachelor 3. Ils étaient respectivement de 49% en Grande-Bretagne et de 30% en France 

Déterminants de la mobilité internationale des étudiants africains

La Chine, l’Inde, la Corée du Sud et dans une moindre mesure le Vietnam ou le Brésil constituent les pays d’origine de la plus grande partie des étudiants internationaux, mais de nouvelles tendances sont apparues ces dernières années avec l’émergence de l’Afrique et surtout du Nigeria qui occupe désormais le 8eme rang mondial en termes de mobilité des étudiants internationaux et qui est devenu l’un des principaux marchés de recrutement pour les universités américaines, anglaises, malaisiennes, australiennes, etc. On estime qu’il y a aujourd’hui plus de 100.000 étudiants nigérians qui sont inscrits dans ces pays4 et leur nombre ne fait que grandir.

Il faut d’ailleurs souligner que le taux de mobilité des étudiants africains en général est l’un des plus élevés au monde. Dans un rapport daté de 20215 Campus France notait que plus de 410.000 étudiants originaires d’Afrique subsaharienne poursuivaient leurs études à l’étranger. En 2010 déjà, alors qu’à l’échelle globale les étudiants africains ne représentaient que 10% du total des étudiants en mobilité, le nombre d’étudiants en mobilité par rapport au nombre total d’étudiants africains se situait en moyenne à 6%, soit le taux le plus élevé au monde6. En 2020 le taux de mobilité des étudiants africains était le double de celui de la moyenne mondiale avec des chiffres encore plus élevés pour certains pays. L’UNESCO souligne par exemple qu’en 2016, 10% des étudiants camerounais effectuaient leurs études en dehors de leur pays, soit cinq (5) fois la moyenne mondiale7. Même dans un pays aussi pauvre que le Niger, le taux de mobilité des étudiants aujourd’hui est de 7,5%, soit près de quatre (4) fois la moyenne mondiale. 

L’augmentation du nombre d’étudiants africains expatriés relève de plusieurs facteurs : le premier d’entre eux est sans doute le fait que l’Afrique est aujourd’hui le continent qui connaît la croissance démographique la plus rapide au monde alors même que les pays européens et les pays d’Asie de l’Est sont tous passés en dessous du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants par femme en âge de procréer) et connaissent parfois un vieillissement accéléré et un recul dramatique de leur population comme dans le cas de presque tous les pays de l’Est européen, du Japon, de la Corée du Sud et très bientôt de la Chine. L’Afrique en revanche a la population la plus jeune du monde : l’âge médian y est de 19,7 ans alors qu’il est de 32 ans pour l’Asie et de 42,5 ans pour l’Europe (soit le double de l’Afrique). Comme le relève Campus France8, rien que d’ici 2027 l’Afrique ajoutera 63 millions d’habitants à la tranche des personnes âgées de 18 à 30 ans. Quant au dernier rapport des Nations Unies sur la population9, il estime qu’en 2050 plus de 40% des jeunes âgés de moins de 18 ans et plus du tiers de ceux âgés de 29 ans et moins seront des Africains.

A cette croissance démographique rapide, il faut ajouter une relative prospérité économique au cours de ces 20 dernières années ; prospérité qui a permis l’émergence d’une classe moyenne pour qui l’éducation, et surtout l’éducation au loin, représente aujourd’hui l’un des éléments les plus importants dans les stratégies d’investissement des familles. Pour ces familles de la classe moyenne, l’accès à l’éducation universitaire hors du pays devient de plus en plus un outil de distinction et de discrimination entre classes sociales qui affecte aussi les chances des individus en termes d’accès à l’emploi, à un statut social élevé et à son maintien.

C’est ainsi que l’analyse des destinations d’études montre qu’il existe une relative correspondance entre pays de destination pour les études supérieures et origine sociale. Elle montre que chez les classes supérieures et moyennes africaines, les étudiants suivent souvent les traces de générations précédentes, c’est-à-dire celles de leurs parents qui étaient parfois eux-mêmes des étudiants à l’étranger, principalement en France, et qui souvent appartiennent aux classes supérieures de la société. C’est ainsi que dans le cas du Niger, au fur et à mesure qu’une « classe bourgeoise » se constituait, les boursiers qui constituaient les premières cohortes d’étudiants du supérieur ont été progressivement supplantés par les héritiers (qui sont souvent les enfants des premiers) dans l’accès à l’éducation universitaire hors des frontières du pays. En effet, avant et après les indépendances (et jusque dans les années 1980), des étudiants de toutes origines étaient envoyés en France, dans quelques autres pays européens et dans des pays comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire qui ont de vielles institutions universitaires, alors qu’aujourd’hui les étudiants qui prennent les destinations considérées comme les meilleures pour effectuer des études supérieures, celles qui offrent les meilleures chances d’accès aux postes les plus élevés et les plus « lucratifs », (par exemple les Etats-Unis et la France), sont aussi (et de plus en plus) composés d’héritiers qui s’inscrivent dans des institutions privées. Si l’on exclut les boursiers fils de paysans, il semble ainsi exister une hiérarchie des destinations d’études qui semble épouser la configuration des classes sociales au Niger.

C’est ainsi que les étudiants issus des classes supérieures se dirigent de préférence vers les Etats-Unis, la France et quelques autres pays européens. Ils constituent une petite minorité privilégiée au sein de laquelle on retrouve souvent des boursiers (qui peuvent d’ailleurs être les mêmes, c’est-à-dire fils de cadres supérieurs et boursiers). Ces étudiants ont aussi souvent reçu leur éducation primaire et secondaire dans des institutions privées coûteuses et considérées localement comme des institutions d’élites. Au Niger, c’est le cas du collège privé turc Bédir, du collège Mariama, de l’Eau Vive, du lycée privé français Lafontaine et de nombreux autres qui accueillent principalement des enfants de familles aisées (tels que les enfants des fonctionnaires internationaux et autres expatriés pour ce qui est du lycée Lafontaine) et pour lesquels il faut payer entre 300.000 et un million de francs CFA par an (soit près de trois fois le PIB par habitant) pour y accéder. En revanche, bien que le lycée d’excellence de Niamey recrute les meilleurs élèves à l’issue d’un concours organisé à l’échelle nationale après le BEPC, on note que plus de 80% de ceux qui y réussissent sont issus des villes et principalement de la capitale, Niamey, et appartiennent donc très certainement dans leur majorité aux familles les plus aisées, c’est-à-dire les familles de cadres supérieurs, de professions libérales ou de grands commerçants. Certains des enfants des classes moyennes prennent la destination du Maroc et de la Tunisie où de nombreuses institutions d’enseignement supérieur privé existent, qui ciblent généralement les étudiants d’Afrique subsaharienne qui constituent, après les étudiants locaux, l’écrasante majorité des effectifs. Le gouvernement marocain, le gouvernement tunisien, le gouvernement algérien, le gouvernement turc et de nombreux autres pays offrent d’ailleurs chaque année des centaines de bourses aux meilleurs étudiants nigériens pour les aider à s’expatrier.

Enfin, il faut noter que l’éducation en Afrique a connu des progrès spectaculaires au cours de ces dernières décennies avec l’explosion des effectifs scolaires soutenue par la croissance démographique et l’amélioration des finances publiques au sortir de la période dite d’ajustement structurel (années 1980) qui avait fortement contribué à restreindre les dépenses sociales. Par exemple, dans un document daté de 2018, l’AFD (Agence Française de Développement) note que l’Afrique Subsaharienne est la région du monde où l’accès à l’éducation primaire a progressé le plus rapidement au monde. Le même document estime qu’entre 1999 et 2015, « les pays d’Afrique subsaharienne ont…multiplié par 2,5 l’accès au 1er cycle du secondaire (de 13,7 à 35 millions d’enfants scolarisés) et quasiment triplé leurs capacités dans le 2eme cycle du secondaire (de 7,9 à 20,3 millions d’enfants scolarisés)10 ». Au niveau de l’enseignement supérieur, l’UNESCO11 note que près de 15 millions d’étudiants étaient inscrits dans les universités africaines en 2017, auxquels il faut ajouter plus de 400.000 à l’étranger. Bien que l’Afrique n’ait pas encore rattrapé son retard sur les autres continents au niveau du tertiaire, ce chiffre connaît une croissance plus rapide que dans les autres régions du monde.   

Toutefois, la déliquescence des institutions d’enseignement supérieur africaines, la faible reconnaissance de leurs diplômes, les années « blanches » récurrentes, l’obsolescence et la médiocrité des programmes d’enseignement proposés n’incitent guère les parents qui le peuvent (mais aussi les gouvernements) à garder leurs enfants sur le sol africain surtout dans un contexte de compétition où le classement des universités joue parfois un rôle déterminant dans le choix des destinations d’études. Par exemple, dans le classement de l’US. News Best Global Universities in Africa 2022, l’Université de Yaoundé I (Cameroun) est la seule université du CAMES (Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur qui regroupe les universités des pays de l’Afrique dite francophone) qui figure parmi les 1.000 premières universités mondiales (à la 940eme place). En fait, les pouvoirs publics eux-mêmes semblent reconnaître leur carence dans ce domaine puisqu’ils mettent un point d’honneur à octroyer des bourses aux meilleurs étudiants pour les aider à s’expatrier. C’est le cas par exemple du Niger où chaque année les 100 à 200 meilleurs élèves au baccalauréat se voient offrir des bourses d’études par le Maroc, la Tunisie, la France, etc., mais aussi par le gouvernement nigérien lui-même (qui reconnaît ainsi tacitement sa propre faillite) pour aller étudier hors du pays.

Enfin, l’Afrique est devenue ces dernières années un lieu de rivalité exacerbée entre grandes puissances, aussi bien du point de vue économique et militaire que du point de vue de la diplomatie d’influence (culturelle et éducative). Il en résulte des politiques volontaristes menées par les États les plus puissants pour attirer le plus grand nombre d’étudiants africains et augmenter leur présence culturelle et symbolique sur le continent. Si la France, les Etats-Unis et l’Europe Communautaire dans son ensemble attirent plus de 50% des étudiants africains en mobilité, de nouveaux-venus sur la scène (tels que l’Arabie Saoudite ou la Turquie) font aujourd’hui une percée spectaculaire, notamment au Sahel. Par exemple, sous l’impulsion de généreuses bourses offertes par ce pays, rien qu’entre 2014 et 2018 le nombre d’étudiants ouest-africains en Turquie a doublé, passant de 1855 à 3854. On note une évolution similaire dans tous les autres pays d’accueil qui créent d’ailleurs toutes de nombreuses écoles sur le sol africain.         

La France en particulier mène depuis quelques années une politique dynamique pour attirer et retenir les meilleurs des étudiants nord-africains et subsahariens : la plupart de ses écoles les plus réputées ont maintenant des branches locales au Maghreb, en particulier au Maroc et en Tunisie. Parmi elles, Centrale Casablanca qui, selon le magazine Jeune Afrique, s’est donné pour objectif de devenir « la première école de référence d’ingénieurs à l’horizon 2025 » sur le continent africain, est sans doute la plus prestigieuse et la plus renommée, mais il faut aussi citer l’INSA, L’ESSEC, L’EM Lyon, Toulouse Business School et une multitude d’autres établissements un peu moins connus. Certains de ces établissements existent aussi dans des pays comme le Sénégal (EM Lyon) ou la Côte d’Ivoire (IEA-Abidjan). Ces écoles recrutent en priorité à l’issue du même concours auquel les étudiants français sont soumis, parmi les élèves des classes préparatoires aux Grandes Ecoles et les lycées d’excellence dont le modèle s’est maintenant répandu surtout au Maroc, en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Cette année par exemple, le Lydex, lycée d’excellence de Benguérir au Maroc, qui accueille aussi bien des élèves marocains que des élèves boursiers originaires d’Afrique subsaharienne a placé des dizaines d’élèves au concours de la prestigieuse Ecole Polytechnique ainsi qu’à CentraleSupélec, HEC, etc. En Côte d’Ivoire, l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny, établi sur le même modèle des classes préparatoires françaises a également placé un bon nombre de ses élèves dans ces mêmes écoles. En outre, de nombreuses grandes écoles françaises ont des classes préparatoires intégrées en collaboration avec des établissements supérieurs africains. Il faut également mentionner les centres d’examen aux concours ouverts aux meilleurs étudiants de licence issus des universités africaines, comme celui que Polytechnique Paris a établi à Dakar, au Sénégal et qui permettent chaque année à un certain nombre d’étudiants de ce pays et de bien d’autres encore d’intégrer cette école.

Enfin, du côté anglophone, on peut citer plusieurs institutions qui recrutent dans tous les pays africains les meilleurs élèves à l’issue d’une sélection sévère dont le but est expressément de placer ces élèves dans les meilleures universités mondiales, telles que Harvard, MIT, Princeton, Oxford, Cambridge, etc. C’est le cas de l’African Leadership Academy, établi en Afrique du Sud et qui reçoit chaque année des étudiants de tous les pays africains. C’est aussi le cas des United World Colleges qui disposent de comités nationaux chargés d’organiser la sélection des élèves les plus doués dans chaque pays, élèves auxquels sont octroyées des bourses d’études sur tous les continents en vue de leur préparation à l’intégration des plus prestigieuses institutions internationales.

Ce qu’il faut cependant déplorer, c’est que les meilleurs étudiants africains (et qui sont de plus en plus ceux des familles les plus riches) n’étudient pas toujours en Afrique et la plupart de ceux qui obtiennent leurs diplômes ne rentrent que rarement au pays. Campus France12 estime en effet que seuls 20% des étudiants africains qui obtiennent leurs diplômes dans les pays européens retournent chez eux à l’issue de leurs études. La proportion de ceux qui rentrent chez eux est encore beaucoup plus faible parmi ceux qui étudient dans les institutions les plus prestigieuses car ils ont plus de facilités à obtenir du travail chez des employeurs qui leur font des offres généreuses. Ces étudiants ont souvent un profile scientifique et sont comme partout ailleurs dans le monde adoubé après une sélection par les mathématiques. Bien qu’ils soient faibles en nombre, en France et aux Etats-Unis, ils occupent en majorité des postes d’analystes dans les banques d’investissement, des postes consultants dans les cabinets en conseil et stratégie, des postes d’ingénieurs dans diverses entreprises, etc. Ceux d’entre eux qui retournent avec leurs diplômes au pays sont souvent assurés de trouver des emplois dans les organisations internationales, les agences des Nations Unies ou avec d’autres employeurs tout aussi prestigieux chez qui les diplômes américains et européens ont la priorité dans le recrutement. Une fois leurs études achevées, ces étudiants ont donc plus de chances que toutes les autres catégories d’étudiants de décrocher les postes les plus convoités parce que les plus lucratifs. Comme ils sont souvent des fils de cadres supérieurs ou de professions libérales, ils bénéficient de tous les privilèges attachés aux réseaux familiaux, notamment des facilités d’insertion professionnelle dans l’administration nationale comme dans le privé.

Conclusion

Alors que l’Afrique a été une source de main-d’œuvre servile puis salariée pendant des siècles, ses travailleurs intellectuels, libérés des chaînes de l’esclavage, semblent suivre le même chemin que leurs aïeux asservis. S’il faut se féliciter du fait qu’aujourd’hui ils font souvent partie de l’élite mondiale, il ne faut cependant pas oublier que seule une infime minorité prend le chemin du retour contribuant ainsi à accentuer le fossé entre nous et les pays développés. Qui faut-il blâmer pour cela ? Seuls les gouvernements africains, incapables d’offrir à leur jeunesse des institutions d’enseignement supérieurs compétitifs, sont à blâmer. Car on ne saurait reprocher, sans une bonne dose d’hypocrisie, aux étudiants et à leurs parents d’offrir, quand ils le peuvent, les meilleures chances de succès dans la vie à leur progéniture. On ne saurait non plus reprocher aux pays occidentaux de saisir des opportunités quand elles s’offrent dans un monde où il faut jouer des coudes pour avancer. C’est tout simplement de bonne guerre. Si nous voulons bien leur offrir presque gratuitement les meilleurs de nos enfants formés à nos frais et au prix de mille sacrifices, eh bien, ils sont preneurs.

Références

  1. UNESCO, Institut de Statistique, La mobilité des étudiants internationaux, janvier 2021. http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow
  2. National Foundation for American Policy, International Students in Science and Engineering, NFPA Policy Brief, August 2021.
  3. Pew Research Center, Sub-Saharan African Immigrants in the U.S. Are Often More Educated Than Those in Top European Destinations, Report, April 24, 2018.
  4. Carnegie Endowment for International Peace, West African Elites’ Spending on UK Schools and Universities: A Closer Look, January 28, 2021 paper.
  5. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, Mars 2021.
  6. Campus France, « La mobilité des étudiants d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb », Les Notes de Campus France, Hors-série n0 7, juin 2013.
  7. UNESCO, « La mobilité des étudiants internationaux », <http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow>
  8. Campus France, Chiffes clés de la mobilité étudiante dans le  monde, op. cit, Mars 2021.
  9. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, World Population Prospects, 2022.
  10. Agence Française de développement, L’éducation en Afrique subsaharienne : idées reçues, janvier 2018, P. 2.
  11. UNESCO, African countries agree on a roadmap to strengthen higher education on the continent, 14 December 2021.
  12. Campus France, La mobilité internationale des étudiants africains, Les Notes, HS N0 16, 2017.

Gado Alzouma

Gado Alzouma est professeur titulaire en socio-anthropologie des sciences, techniques et société. Il a fait ses études supérieures à l’Université de Bordeaux II et à la Southern Illinois University (carbondale, USA) où il  obtenu son Ph.D. Il a enseigné pendant de nombreuses années à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, au Niger, puis à l’Université américaine du Nigeria, à Yola. Il a également travaillé au Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) à Dakar au Sénégal et au Global Media Research Center, à Carbondale aux Etats-Unis. Ses recherches et publications portent sur les technologies de l’information et de la communication et la société, l’éducation supérieure et les questions liées à la recherche et au développement. Son dernier livre, coédité avec Jean-Aimé Dibakana, est intitulé TIC et société : le nouvel âge technologique Africain ? (Éditions Harmattan, Paris, France, 2020).



Cite this blog post
Remoboko (2022, September 13). Afrique : des étudiants toujours plus mobiles. Remoboko. Retrieved February 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/tle0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search