Trois questions à Bello Adamou Mahamadou

Pouvez-vous nous parler des manifestions religieuses estudiantines à l’Université ABDOU MOUMOUNI (UAM) de Niamey ?

Ces dernières années, l’UAM est marquée par une expression croissante de l’identité religieuse de la part des étudiants aussi bien que des autres composantes de l’université que sont les enseignants-chercheurs et le personnel administratif et technique (PAT). Que ça soit de façon somatique et/ou langagière, chacun exprime son appartenance religieuse sans gêne, contrairement aux années antérieures où la religion était perçue comme dégradante. À titre illustratif, du côté musulman, cette expression s’observe à travers le port des tenues religieuses comme le hidjab et le niqab par les étudiantes, et le port de pantalon s’arrêtant au niveau de la cheville ou le port ostensible des chapelets par les étudiants. Au niveau communautaire, on observe non seulement l’exercice de culte en congrégation, mais aussi la mise en place des associations religieuses par les différents groupes religieux avec pour mission entre autres l’assistance aux fidèles nécessiteux. Sur le plan prosélytique, on note l’organisation de diverses activités dont les conférences, les séminaires de formation, les cours religieux (l’apprentissage de la lecture du coran, l’enseignement des hadiths…) animés soit par ces associations, soit par des acteurs isolés.

Comment se fait la construction de l’identité religieuse au niveau personnel des étudiants ?

La plupart des étudiants religieux que nous avions rencontrés lors de notre recherche témoigne, avoir construit leur religiosité après leur inscription à l’UAM. L’environnement religieux de cette université a joué un rôle important dans cette nouvelle adoption. Cet environnement est caractérisé non seulement par la diversité des acteurs, mais aussi par la liberté de l’exercice de culte dont jouissent les étudiants. Pour conceptualiser l’adoption de l’identité religieuse, nous avons utilisé le concept de conversion religieux dans le sens où celle-ci peut être au sein d’une même religion (conversion de l’intérieur) ou vers une autre (conversion externe), pour parler comme Hervieu-Léger. La conversion de l’intérieur fait allusion au fidèle qui construit son cheminement religieux au sein d’une même religion. C’est le cas par exemple d’un étudiant musulman qui embrasse le salafisme ou d’un chrétien qui se converti au pentecôtisme, après avoir entré en contact avec ces courants religieux sur l’espace universitaire. Pour les qualifier, nous avons fait usage du concept de radical (un mot anglais) qui veut dire, comme en français d’ailleurs, une adoption rigoriste des recommandations religieuses. La deuxième conversion traite des étudiants qui renient leurs religions d’origine au profit d’une nouvelle ; que ça soit de l’islam vers le christianisme ou vice versa. Du fait de son caractère novateur, nous avons qualifié de sabon tuba, une expression haussa qui veut dire littéralement ‘’nouveau converti’’.

Comment ces convertis s’approprient-ils cette identité religieuse ?

Un certain nombre de traits caractérisent ces deux convertis. D’abord, on observe un respect strict des recommandations de sa nouvelle religion, qui se traduit par une pratique rigoriste. En effet, que ce soit sur le plan vestimentaire, comportemental ou cultuel, le sabon tuba comme le radical se démarque des autres fidèles par leur volonté de suivre à la lettre les exigences religieuses. Ce respect témoigne de leur volonté d’atteindre un degré de piété plus enviable que celui dont ils avaient antérieurement. En le visant, nos convertis renient leur passé qu’ils considèrent comme un égarement. Ensuite, tout comme ils rejettent leurs pratiques religieuses antérieures, ils rejettent les fidèles (leurs anciens compagnons) qui continuent à les respecter. Ils sont au retour rejetés par leurs anciens compagnons qui les considèrent comme des renégats à bannir.

En plus, ces deux groupes de convertis se distinguent aussi par leur volonté d’apprendre et/ou d’approfondir leur religion en suivant, comme nous l’avions dit précédemment, diverses formations religieuses, au sein ou à l’extérieur du campus universitaire. Enfin, ayant construit une religiosité jugée exemplaire, le converti se donne comme mission la diffusion des valeurs religieuses auprès de leurs anciens coreligionnaires. Malheureusement, dans une situation de rejet réciproque, la prédication de la « Bonne nouvelle » n’est pas facile.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.