Trois questions à Dr. Issouf Binaté

Professeur d’histoire à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, en Côte d’Ivoire

Votre recherche touche à la coopération entre la Turquie et les pays africains. Comment celle-ci se distingue-t-elle de la coopération avec d’autres pays musulmans tels que l’Arabie Saoudite ou le Maroc ?

La coopération entre la Turquie et l’Afrique se distingue par l’engagement des acteurs turcs sur le terrain. En effet, l’Arabie saoudite et bien d’autres pays arabo-musulmans ont une longue tradition de coopération avec les pays africains, mais ces relations ont eu la particularité d’avoir évolué en pointillé suivant le rythme imposé par la crise israélo-palestinienne et le postulat de l’islam. A la différence de ces pays, la Turquie, elle, est engagée dans une ambition de positionnement géostratégique dans le monde où l’Afrique a toujours présenté un enjeu majeur. Dans cette dynamique, elle n’a pas lésiné sur les moyens pour sa politique d’internationalisation s’apparentant à un Soft Power, pour reprendre l’expression de Joseph Nye, dans le cadre de la politique extérieure des USA lors de la guerre froide. Cet engagement s’est voulu global visant à la fois la coopération politique et socioéconomique avec des acteurs de sa société civile et ses hommes d’affaires dont les interventions sur le terrain de l’éducation, l’islam et l’humanitaire ont réussi à donner de la visibilité sociale à la Turquie en Afrique de l’Ouest, en l’espace de deux décennies.

Pourquoi et comment l’enseignement et la formation sont-ils devenus des secteurs importants de la coopération entre la Turquie et l’Afrique subsaharienne ? Que lire derrière cette dynamique ?

La Turquie est dans une démarche de positionnement sur l’échiquier mondial. Cette ambition ne peut se faire sans inclure une politique visant l’éducation et la formation des élites du continent, surtout sa jeunesse. En accordant un intérêt particulier à ce pan de la coopération, avec des programmes de bourses d’études initiés par l’Etat – à travers Diyanet et YTB (Yurtdışı Türkler ve Akraba Topluluklar Başkanlığı [littéralement, « direction de la diaspora turque et des communautés liées »])– et ses partenaires sociaux dont les fondations religieuses en l’occurrence Aziz Mahmud Vakfi, Hizmet (mouvement de Fethulla Gülen en crise avec Ankara) et Sulemancu, la Turquie a misé sur l’avenir en finançant la formation des jeunes. En l’espace de 20 ans de présence, les résultats de ces investissements sont déjà visibles. Le pays compte à ce jours des milliers d’étudiants issus de l’Afrique dont certains en fin de formation ont décidé de s’y établir ou servir de médiateurs économiques entre leurs hôtes et le continent africain.

Quelle importance la religion a-t-elle dans les phénomènes de mobilité estudiantine que vous étudiez, notamment avec les étudiants africains en Turquie ?

 Il reste évident qu’on ne saurait dissocier la Turquie de l’islam. En allant à la conquête de l’Afrique, il devenait incontournable que cette mission d’internationalisation de la Turcité inclut cette religion, un marqueur identitaire important de ce pays de l’Eurasie. Ce volet religieux de la coopération tient une place de choix dans les rapports Afrique – Turquie, surtout dans la mesure où l’Etat turc y est partie prenante – à travers son institution en charge des affaires religieuse, Diyanet – aux côtés des fondations religieuses, notamment Aziz Mahmud Vakfi, Hizmet et Sulemancu, dont la mission reste de faire des émules en Afrique. Cette ambition affichée passe par une éducation islamique de la jeunesse à travers certaines écoles turques déjà présentes sur le continent et d’autres en Turquie.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.