Trois questions à Dr. Guy Bucumi

Chercheur postdoctoral et chargé de cours à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke.

En parlant des trajectoires de la laïcité et des rapports entre l’État et la religion en Afrique, vous suggérez une laïcité de compromis. Que voulez-vous dire par là ? Voulez-vous expliquer ?

Lorsqu’on analyse de près l’histoire des relations religions-États en Afrique, on est frappé par l’ambiguïté qui les a toujours caractérisée : complicité, tensions et parfois persécutions selon les temps et les lieux. Le principe de laïcité-séparation à la française, adopté par les constitutions africaines francophones essentiellement, est aujourd’hui à l’épreuve de la forte religiosité qui caractérise les sociétés africaines.

Les religions ont toujours été des acteurs essentiels de la vie publique de ces régions et les périodes de crises institutionnelles se sont toujours accompagnées d’une activité religieuse particulièrement forte. On pense aux religions traditionnelles ancestrales, mais aussi, naturellement, aux missions de l’époque coloniale, à leur rôle dit civilisateur, à leur implication dans l’enseignement ou l’assistance avant la période d’anticléricalisme virulent lors de la décolonisation, qui suivit l’accès à l’indépendance des États africains. On connait davantage la participation active de l’Église catholique et notamment des évêques dans les processus démocratiques ou dans le fonctionnement de conférences nationales souveraines qui furent constituées pratiquement dans tous les États africains francophones dans les années 1990. Celles-ci, présidées par un évêque, étaient en charge de la réorganisation globale du pays; elles eurent pour mission de redéfinir les valeurs fondamentales de l’État en veillant à l’instauration d’un État de droit et d’une démocratie pluraliste. De nouvelles expressions religieuses se développèrent alors sans entrave. Cette histoire où religion et politique s’entrecroisent constamment, pour collaborer ou pour s’affronter, constitue une donnée spécifique aux États africains, caractère qui perdure aujourd’hui, même si tant les religions que les pouvoirs publics connaissent de profondes mutations

Par la reconnaissance du fait religieux comme l’une des marques spécifiques de leurs sociétés, es États gagneraient, dans l’adoption d’un modèle de laïcité favorisant une étroite collaboration, une garantie de cohésion et un équilibre socio-politique. L’équilibre social et le respect de cette particularité africaine, en la matière, seront à ce prix. En effet, si les principes ne sont pas compris de manière univoque, on imagine combien il peut s’avérer complexe de les traduire dans les faits de  homogène. Il donc souvent complexe de déterminer les modalités  et de réalisation de la laïcité. Face à cette difficulté, la mise en œuvre de la laïcité se fait alors dans la négociation. Entre l’application stricte du principe de la laïcité et sa remise en cause actuelle, c’est la voie des compromis qui doit alors être privilégiée. Ce processus serait le fruit d’une recherche d’un entre-deux : le maintien d’un principe jugé nécessaire et la production d’une solution acceptée localement par les différents acteurs.

Vous dites que l’Afrique est un terrain d’expérimentation religieuse. Comment en sommes-nous arrivés à cela ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus?

Le continent africain est un terrain fertile pour les expérimentations religieuse du fait de l’attachement des sociétés africaines à la spiritualité. La prolifération des nouveaux mouvements auquel on assiste actuellement, qu’il s’agisse du courant évangélique ou du salafisme, n’es donc pas une surprise, . l’attachement des populations africaines à la religion, ou aux religions, est bien connue.

 Depuis l’époque précoloniale, les sociétés africaines ont toujours puisé leurs racines dans une norme fondamentale transcendante, ayant valeur constitutionnelle : la loi divine. Vécue comme une exigence sacrée, cette règle fondamentale y a toujours été respectée, conservée et transmise de génération en génération. En effet, l’un des traits caractéristiques des sociétés africaines précoloniales a toujours été leur référence au sacré. Le constitutionnaliste camerounais Maurice Kamto affirme, quant à lui, que  « c’est un fait constant que dans l’Afrique noire précoloniale, le pouvoir est investi de sacralité […]. Le sacré fondait le pouvoir en Afrique précoloniale, le sacré délimitait également les modalités du contrôle du pouvoir »[1]. Malgré l’existence de différents mécanismes d’exercice et de régulation du pouvoir, le sacré, poursuit-il, continuait à conférer aux sociétés africaines précoloniales, une cohérence rigoureuse.Toutes les activités sociales et politiques, les modes de pensée et d’actions s’en imprégnaient.

Dans votre communication, vous avez parlé aussi de paradoxes d’une laïcité importée. On se demande bien ce que recouvre cette notion et les enjeux que porte la laïcité aujourd’hui?

Dans l’histoire juridique contemporaine, peu de mots sont davantage chargés de passion, mais aussi d’ambiguïté, que celui de laïcité. De fait, le terme est diversement interprété. Ce conflit inhérent à la notion de laïcité pourrait s’expliquer, selon le juriste Jean Rivero, par le fait que, « contrairement à la plupart d’autres doctrines qui ne bénéficient que d’un “seul père”, et donc d’un seul et même esprit qui les a pensées et organisées, la laïcité est “un carrefour” : des courants d’une extrême diversité y convergent »[2]. Sa polysémie a amené certains auteurs à ne plus recourir à la définition de la laïcité pour l’expliquer, affirmant qu’« elle ne se définit pas, elle se sent, elle se vit… »[3].

La laïcité est un cadre de régulations des relations religions-État, Elle doit répondre, sur un plan juridique, aux nouveaux enjeux des relations religions-État marquées, en Afrique, par la recomposition sociologique et religieuse actuelle. Le contexte actuel,marqué par la prolifération des nouveaux mouvements religieux, incite à s’interroger sur la mise en œuvre d’une nouvelle interprétation des règles applicables à la question religieuse. En effet, l’argument est que le principe de laïcité ne peut plus être interprété de la même manière du fait des transformations sociales et religieuses intervenues.

Si la laïcité va de pair avec la liberté religieuse, elle a, pour ses autres caractères, des définitions multiples ; concept valise, affirme Didier Leschi signifiant ainsi les contenus incessamment renouvelés qui doivent faire figurer sous ce terme. Il conviendrait, dans le cadre de l’Afrique, d’inventer une forme de laïcité combinant le respect de la diversité religieuse avec les collaborations décisives que les religions ont toujours entretenues avec les autorités publiques. Collaborations nécessaires dont le droit doit néanmoins préciser strictement les conditions d’exercice.


[1] m. kamto, Pouvoir et droit en Afrique noire, Paris, LGDJ, 1987, p. 11.

[2] j. rivero, « De l’idéologie à la règle de droit : la notion de laïcité dans la jurisprudence administrative », La laïcité, Actes de la 6è session du Centre de sciences politiques de l’Institut d’études juridiques de Nice, Université d’Aix-Marseille, Paris, PUF, 1960, p. 265.

[3] j. rivero Ibid., p. 266.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.