La fête de Tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines

Par Bello Adamou Mahamadou

Le mardi 20 juillet 2021, correspondant au 10ème jour du 12ème mois du calendrier hégirien, est le jour d’Eid Adha ou la fête de tabaski chez les musulmans du monde entier. Cette fête se distingue par l’immolation des animaux, généralement le mouton, par tout musulman qui a les moyens de s’en offrir. Au Niger, toute la communauté islamique se prépare pour ce grand événement à la fois religieux et festif. Au campus de l’Université Abdou Moumouni (UAM), tôt le matin, les étudiants musulmans habillés en leurs parures de fête, un à un, se sont rendus au nouvel arrêt de bus universitaire, un vaste espace pouvant contenir plusieurs centaines de personnes, pour la prière collective marquant ce jour d’une grande importance pour les musulmans. Ils y prient à l’air libre, sous les rayons de soleil du matin. À 8h05, Cheikh Boureima Daouda, l’imam de la principale mosquée du campus (la Mosquée Al-Moustapha), entre pour diriger la prière d’Eid. Dans son sermon, après avoir rappelé l’historique et l’importance tant sociale que religieuse de cette fête, il a invité les fidèles musulmans à s’excuser mutuellement et à jouir de cette journée. Contrairement à l’année passée où les mesures barrières contre la Covid-19 étaient plus en vigueur limitant ainsi les accolades, cette année, joignant la parole à l’acte, les fidèles venus par centaines se sont serrés les mains se félicitant et demandant pardon dans la joie et la fraternité. Partout, ce sont des « barka da salla » « wakay yessi » qui se répètent entre les fidèles.

Des fidèles musulmans écoutant le sermon après la prière d’Eid. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Après la prière et tout en poursuivant les demandes de pardon, les étudiants ayant ôté leurs habits de fête se sont orientés vers le lieu d’immolation des animaux. Sous la supervision des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), une association d’inspiration marxiste-léniniste, 80 moutons et six bœufs furent sacrifiés pour tous les étudiants du campus universitaire. Les moutons sont offerts par le Centre National des Œuvres Universitaire (CNOU), le service étatique chargé d’assurer l’hébergement, la restauration et le transport quotidien des étudiants. Quant aux bœufs, ils sont offerts par une ONG islamique arabe qui manifeste, à travers ce geste, sa solidarité envers les étudiants de cette université.

Cependant, il faut noter qu’à l’approche de la fête, une part importante des effectifs des étudiants a rejoint sa famille (parents, tuteurs, amis, etc.) en ville pour fêter avec elle. Par conséquent, la fête organisée par les structures estudiantines avec l’appui des autorités universitaires et des ONG caritatives est destinée aux étudiants qui restent sur le campus et qui s’avèrent la plupart de cas sans tuteur en ville.

Les taurillons offerts par une ONG islamique arabe. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 19-07-2021
Deux membres du CE de l’UENUN à gauche procédant à la réception de leurs taurillons auprès des agents de l’ONG caritative. Photo: Photo prise sur le statut WhatsApp d’un responsable de l’UENUN

Un à un, les animaux furent égorgés et dépecés à côté du restaurant universitaire Issaka Kaïné, sous la surveillance d’une part des étudiants membres de la Commission des Affaires Sociales et d’Ordre (CASO), « le bras armé » de l’UENUN, et, d’autre part, le regard attentif des étudiants et étudiantes venus en nombres. Les moutons furent les premiers à être égorgés. Les viscères sont donnés aux étudiantes qui les prépareront à leur goût dans leurs chambres. Les garçons, eux, reçoivent les foies, les testicules et les reins qu’ils iront griller à 20 mètres du lieu de l’abattage. Cette proximité leur permet de se ravitailler en morceaux de viande au fur et à mesure qu’ils dégustent leurs grillades.

Des groupes de camaraderie se sont reconstitués aux alentours du lieu d’abattage. Les étudiants, en fonction de leur affinité, se sont organisés autour de leurs fours traditionnels pour griller leurs morceaux dans la joie et la gaîté. Deux ou trois d’entre eux se chargeaient de la grillade pendant qu’un autre préparait le précieux thé vert de Chine. Les autres s’adonnaient aux jeux de cartes et/ou à des causeries. Les étudiantes ou les camarades filles comme on les appelle, ayant rejoint leurs chambres se vaquaient à frire les tripes qu’elles ont reçues. Contrairement aux garçons qui se rassemblent leurs parts, chacune a rejoint sa chambre pour y préparer seule ou avec sa voisine la viande reçue. Ainsi, les étudiants, filles comme garçons, dans une ambiance festive, recréent le même cadre et la même ambiance que ceux des autres jeunes qui fêtent auprès des membres de leur famille.

Des étudiants supervisant le découpage des carcasses des taurillons. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

Les carcasses de moutons sont grillées par une équipe spéciale louée pour la circonstance par le CNOU. La coutume, à Niamey et dans certaines villes du pays, lors de la fête de tabaski, consiste à griller les animaux sacrifiés, généralement les ovins et les caprins, à l’aide d’un grand feu. C’était aussi ce sort qui fut réservé aux 80 moutons de l’UENUN par les spécialistes en la matière. 

La grillade des carcasses de moutons au campus universitaire. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 20-07-2021

De son côté, l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section du l’UAM a sacrifié trois taurillons, contrairement aux années antérieures où une dizaine sont immolés. En effet, chaque année, à l’approche de la fête, elle soumet ses requêtes auprès de ses partenaires pour lui fournir les bêtes à sacrifier pour les étudiants. Cependant, cette année, elle a reçu peu de réponses de leur part. Ce qui a limité ses sacrifices. À la différence de l’UENUN, l’AEMN-UAM frit l’intégralité de la viande de ses animaux. Pour ce faire, elle engage des femmes spécialistes qui sont payées à la fin de leurs services. La distribution, elle, interviendra le lendemain du jour de la fête. 

Pendant que les deux associations sacrifiaient leurs animaux, des mendiants sont venus par dizaines des quartiers environnants afin qu’ils aient « leur part » de la viande. Ainsi, femmes et enfants reçoivent des morceaux des étudiants. Avec leurs butins, ils rentrent chez eux pour fêter comme les autres familles. Par ces gestes, les étudiants procurent de la joie au sein de ces familles démunies.

Le lendemain matin, dès la première heure, les étudiants se sont orientés par centaines vers le restaurant universitaire Issaka Kaïné. Ils se sont mis en files indiennes pour recevoir leur part de la viande. En effet, la viande des moutons grillés la veille et celle des taurillons est distribuée aux locataires du campus universitaire et aux étudiants qui vivent dans les quartiers environnants. En effet, par l’insuffisance de capacités d’accueil du dortoir universitaire, des centaines d’étudiants logent dans des maisons en location tout autour de l’université. Par conséquent, par cette proximité, ils se servent au restaurant universitaire au même titre que les locateurs du campus. Ainsi, le jour de la fête, ils convergent vers le campus pour avoir leur part de viande. 

La distribution de la viande est faite par des agents du CNOU assistés par les éléments de la CASO sous la supervision du Secrétaire Chargé des Affaires Académiques et Sociales Adjoint (SCAAS-A) de l’UENUN, qui multiplie les va-et-vient afin de s’assurer que tout étudiant présent ait sa part. Cependant, malgré le nombre de moutons sacrifiés, la viande n’a pas suffi pour servir tous les étudiants présents au restaurant. Ce qui a engendré la frustration des non-servis. 

La distribution de la viande au restaurant universitaire par un agent du CNOU et un élément de la CASO habillé en noir et un autre en rouge en train de surveiller. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Une fois la quantité reçue, les étudiants repartent vers leur chambre pour la préparer, chacun en fonction de son goût. Le plus souvent, elle est frite facilitant ainsi sa conservation. En effet, ils feront des jours en train de la grignoter par morceau. 

Une étudiante préparant sa part de viande devant sa chambre. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

De son côté, l’AEMN-UAM a commencé à distribuer sa part à son bureau, à partir de 17h. Consciente de l’insuffisance de la quantité de sa viande, l’association n’a pas convié un nombre important d’étudiants à la distribution. Ainsi, un à un, les étudiants dans une file indienne reçoivent leurs parts préalablement mises dans des plastiques noirs. Débutée avec moins d’une vingtaine de personnes, la distribution enregistrait plus d’étudiants au fur et à mesure que les étudiants sont servis. Alertés par leurs camarades ou par les plastiques noirs que détenaient les servis, ils affluent individuellement ou par petits groupes vers le bureau de l’association. Comme pressenti, les rations étaient finies en pleine distribution. Face à une telle situation, les distributeurs dans un langage hésitant et consolant avaient tenté de réconforter ceux qui étaient dans la queue.

Des étudiants recevant leur part de viande au bureau de l’AEMN-UAM. Photo: L’image prise par l’auteur du texte, le 21-07-2021

Dans l’ensemble, malgré les deux distributions, certains étudiants n’ont pas été servis par les deux structures. Cependant, avec la solidarité estudiantine où les biens comestibles sont mangés en groupe, aucun étudiant ne s’est vu privé de la viande durant ces jours. En outre, dès le lendemain de la fête, les étudiants qui avaient fêté en ville sont rentrés au campus avec leur quantité de viande. D’autres reçoivent aussi un colis de viande que leurs familles leur envoient. Toutes ces parts sont réunies et consommées entre camarades.

Les distributions faites à l’occasion d’une fête musulmane par les structures estudiantines et entre les étudiants n’ont pas tenu compte de la confession des étudiants. En effet, tous étaient servis au même pied d’égalité. Ainsi, les musulmans, chrétiens, bahaïs et animistes ont dégusté ensemble la viande de la fête dans une ambiance festive. Chacun a festoyé sans tenir compte de la frontière religieuse qui le sépare avec son camarade.



Cite this blog post
bellomahamadou (2021, July 29). La fête de Tabaski au campus de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : entre festivités et solidarité estudiantines. Remoboko. Retrieved February 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/tldd

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search