La nuit culturelle de l’étudiant musulman, une soirée à l’image des recommandations islamiques

Par Bello Adamou Mahamadou

Dans la soirée du 5 juillet 2021, à la place AB de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM), s’est tenue la nuit culturelle de l’Association des Étudiants Musulmans du Niger section UAM (AEMN-UAM). Elle est organisée à l’occasion de la Journée de l’Étudiant Musulman (JEM) qui a eu lieu deux jours plus tôt. Outre des étudiants (musulmans ou non), des responsables associatifs de l’AEMN-UAM et du Bureau Exécutif National (BEN-AEMN), cette nuit a aussi enregistré la présence des membres du Comité Exécutif de l’Union des Étudiants Nigériens à l’Université de Niamey (UENUN), qui est une association d’inspiration marxiste-léniniste et la seule intermédiaire entre les étudiants et les autorités universitaires et ministérielles. Cependant, cette diversité de participants n’a pas eu d’incident sur la soirée par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions. Au temps fort de l’activité, la place AB était pleine d’étudiants ; les participants pouvaient être estimés à plus de 500 personnes. Des jeux concours ont été organisés et des prix des concours réalisés antérieurement ont été décernés aux gagnants. Les étudiantes portant leurs hidjab et niqab (voile intégral) étaient assises dans l’un des trois compartiments de la tribune et les garçons occupaient les deux autres.

Photo N°1 : La place AB de l’UAM

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Située à la cité Malla Bagalé de l’UAM, la place Amadou Boubacar, plus connue sous le nom de « la place AB », est un espace dédié aux rencontres estudiantines telles que les conférences-débats, les soirées culturelles et les Assemblées Générales de l’UENUN. Elle est réputée être le temple de la formation idéologique et syndicale des mouvements estudiantins d’inspiration marxiste-léniniste. Ces dernières années, les associations religieuses estudiantines musulmanes et chrétiennes ont toutefois commencé à utiliser la place pour y organiser leurs activités (prédication, conférences-débats religieux, nuits ou soirées culturelles, etc.) auxquelles participent également des animateurs externes à l’université, voire des expatriés.  Si au début des années 1990, des tensions ont été enregistrées entre les étudiants religieux et marxistes sur l’occupation de cette place, avec le temps, cela est devenu plus ou moins normal en suscitant moins de tensions. En effet, à l’époque, diffuser des messages religieux (opium du peuple) dans un espace considéré comme le temple du marxisme était perçu comme un sacrilège.  Par la place de plus en plus importante que se taille la religion auprès des étudiants, le marxisme a perdu des défenseurs chevronnés. Ainsi, il se retrouve sur son espace en perte de vitesse de plus en plus.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman a débuté par une lecture coranique préenregistrée. Après les louanges à Allah et les mots de bienvenue, l’animateur a invité le comité du jeu concours sur la culture générale à faire son entrée.

Réunissant les équipes de l’École Normale Supérieure (ENS) et des six facultés de l’Université chacune composée de trois étudiants, cette compétition a porté sur des questions sur l’islam et sur la culture générale telles que le nombre de sourates et de versets dans le Coran ; les noms des mosquées sacrées de l’islam ; le contraire du mot nocturne ; le genre du mot oasis ; etc. Autant de questions élémentaires qui suscitent la curiosité des participants et des spectateurs.

Photo N°2 : Les équipes de différentes facultés lors du concours sur la culture générale

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

 Après cette activité s’est suivie la remise de prix aux gagnants du concours de l’appel à la prière. Il a regroupé les muezzins des mosquées de différentes facultés, de l’ENS et celles du campus universitaire. Le concours vise à identifier le besoin en formation et dénicher les talents parmi les étudiants. Ainsi, afin de déterminer le meilleur, les examinateurs ont porté leurs regards sur la prononciation et la prolongation des mots et de lettres ; la terminaison de l’appel ; la mélodie du muezzin ; l’audibilité de l’appel et la posture et durée de l’appel. 

Photo N°3 : Le lauréat du concours de l’appel à la prière faisant une démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Les gagnantes du concours culinaire, qui a réuni des étudiantes en fonction de leurs facultés, furent également récompensées. L’objectif du concours est d’amener les participantes à préparer des plats à moindre coût, afin, à long terme, de diminuer les éventuelles tensions au sein des couples. En effet, une somme modeste de 2.000 FCFA (soit 3,05 €) fut donnée à chaque participante pour acheter l’ensemble de ce dont elle avait besoin pour sa cuisine. À travers ce concours, les organisateurs visent à former et à perfectionner les participantes dans la cuisine. Pour déterminer la meilleure, le jury a porté ses regards sur la décoration du plat ; le respect de la somme donnée ; le respect de la durée de la préparation du plat ; la créativité ; la présentation orale ; le goût du plat ; la préparation individuelle et la réaction après évaluation.

Après ces délibérations, une démonstration de Kung fu (combats, katas et self défense) fut faite. Avec la participation de deux équipes différentes, cette activité a émerveillé le public qui n’a cessé d’applaudir durant les démonstrations. À la fin, le modérateur a invité les spectateurs à s’inscrire dans l’un des différents clubs de l’Université en disant que le sport est bon pour la santé.

Photo N°4 : L’une des équipes de Kung fu faisant la démonstration à la place AB

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

Attanaffous est un concours sur la connaissance islamique qui consiste à tester le niveau de connaissances des candidats sur des aspects portant entre autres sur la foi, la aqida et la vie du Prophète Mohamad (PSL). Les lauréats du concours furent aussi récompensés tout comme ceux du concours sur la production écrite. Les prix furent donnés par les différents membres du BEN et de la section de l’UAM. Ils contiennent entre autres les copies du Noble Coran, celle de la traduction des dernières sourates, des livres islamiques, des tasses et des carafes d’eau et des sommes symboliques d’argent.

Évitant au maximum le contact entre les sexes opposés, lors des remises des prix, les hommes ont donné les prix à leurs frères et les femmes à leurs sœurs gagnantes. Lorsque c’est une fille qui remporte le prix, l’un des organisateurs pose le prix sur une chaise pour que celle qui est censée le donner à la gagnante le prenne.

Photo N°5 : L’équipe de la Faculté des Sciences de la Santé avec les différents prix qu’elle a remportées

Source : Photo prise par l’auteur du texte, le 05.07.2021

La présence des musulmans de diverses tendances et des non-musulmans n’a pas eu d’incident sur la soirée. Cela est facilité par le fait que les organisateurs n’ont pas abordé les questions qui peuvent fâcher comme celle liée aux différences doctrinales entre les courants religieux et/ou entre les religions.

La nuit culturelle de l’étudiant musulman est l’opportunité annuelle pour l’AEMN-UAM de “divertir” ses membres. À la différence des soirées culturelles organisées par d’autres organisations estudiantines, dans lesquelles les étudiants se divertissent à travers les sketchs, les théâtres, les danses modernes ou traditionnelles, les poèmes, et bien d’autres activités distractives, cette nuit fut marquée par des compétitions entre les étudiants et l’attribution des prix aux lauréats des concours organisés à cette occasion.

L’AEMN-UAM s’est inspirée des recommandations islamiques sur l’importance de la pratique du sport et de la self défense d’une part, et de la recherche du savoir religieux et/ou mondain, d’autre part, pour mettre les étudiants en compétitions et les divertir. Tout ceci dans le respect de la règle islamique portant sur l’interdiction de la mixité homme-femme. À travers cette nuit culturelle, cette association a fait d’une pierre deux coups. Au-delà des simples divertissements, elle a saisi l’occasion pour renforcer les capacités des participants aux différentes compétitions, mais aussi inciter les autres étudiants à s’intéresser davantage à la religion, à la vie sociale et à la culture générale. Au lieu que les prix soient des coupes ou des médailles, ce sont des livres islamiques, des copies du Coran, des cahiers, des stylos, etc. qui sont offerts aux gagnants. Ces prix sont non seulement symboliques, mais appellent aussi le bénéficiaire à se cultiver encore plus.



Cite this blog post
bellomahamadou (2021, July 15). La nuit culturelle de l’étudiant musulman, une soirée à l’image des recommandations islamiques. Remoboko. Retrieved February 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/tlda

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search