La chorale universitaire de Niamey

Par Bello Adamou Mahamadou & Vincent Favier

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

La chorale universitaire de Niamey a été fondée en octobre 2018. À l’origine du projet, Ezekiel a eu pour ambition de créer une chorale interreligieuse autour de valeurs telles que la paix et l’unité, sans pour autant véhiculer un message au contenu religieux. Trois défis se sont posés à lui : trouver les choristes, les encadreurs et un lieu de répétition. Dans le contexte nigérien, il n’est pas facile de convaincre, d’une part, les Chrétien.ne.s, dont certain.e.s ne peuvent concevoir une chorale sans contenu religieux, et, d’autre part, les Musulman.e.s, qui associent souvent la chorale a une tradition chrétienne. Ezekiel a commencé par chercher des soutiens auprès de pasteurs. L’un d’entre eux a accepté de recevoir la chorale dans son église pour les répétitions, jusqu’à ce qu’il réalise que cette dernière ne véhiculait pas de message religieux, mettant ainsi fin à leur partenariat de manière prématurée. Ezekiel s’est ensuite tourné vers le syndicat étudiant, l’UENUN (Union des Etudiants Nigériens à l’Université de Niamey) qui a œuvré à la mise à disposition d’un lieu de répétition sur le campus. Au début, la chorale était constituée d’une vingtaine d’étudiant.e.s, essentiellement chrétien.ne.s. Pour constituer son équipe, Ezekiel a d’abord fait appel à ses ami.e.s. Rapidement, lui et ses maitres de chant ont redoublé d’efforts pour y attirer d’autres choristes et notamment des Musulman.e.s.

Les membres de la chorale après une répétition

Une compétition sous-régionale de chorales universitaires organisée à Lomé, au Togo, fut l’occasion pour la Chorale Universitaire de Niamey de participer à une première activité d’envergure. Pour ce premier voyage, une quarantaine d’étudiant.e.s, dont six Musulmans, ont fait le déplacement. Certains d’entre eux sortaient du Niger pour la première fois. Malgré les difficultés et les obstacles rencontrés, notamment financiers, cette expérience a permis à la chorale d’entrer en contact avec d’autres chorales expérimentées, de lui donner une visibilité et de l’inscrire dans la durée. De retour à Niamey, Ezekiel a fixé comme nouvel objectif de participer au sommet de l’Union Africaine organisée à Niamey du 6 au 8 juillet 2019. Il a fallu relancer le recrutement des choristes et retrouver un nouveau maitre de chant, le précédant ayant quitté la chorale de retour du Togo. Après quelques auditions passées devant le comité d’organisation, la chorale a obtenu son accréditation ministérielle pour participer au sommet de l’Union Africaine. Ce fut une véritable consécration à la fois médiatique et internationale pour la Chorale Universitaire, qui avait alors rassemblé 65 choristes, dont environ 25 Musulmans et une vingtaine de filles, dont 5 Musulmanes. Cette participation lui a ouvert de nouvelles perspectives. Elle a notamment été repérée par l’ambassadeur de Turquie, qui l’a ensuite invitée à se produire lors de la célébration du 96ème anniversaire de la République de Turquie.

Les membres de la chorale universitaire lors d’une répétition dans la salle du palais de congrès de Niamey

Forte de ses succès, la chorale compte désormais rencontrer les acteurs d’institutions religieuses, comme par exemple l’Association Islamique du Niger et diverses églises, afin de participer à des débats d’ordre religieux et de faire des campagnes de sensibilisation. Dans cette optique, Ezekiel aimerait aussi faire chanter la chorale dans une prison pour faire passer un message de paix et d’unité. En effet, la chorale, qui se veut interreligieuse, choisit son répertoire scrupuleusement. Les maitres de chant rédigent et créent des chants en fonction des évènements auxquels la chorale participe et lors desquels l’hymne national est régulièrement chanté. Il arrive également que la chorale interprète des chants du répertoire traditionnel nigérien. Elle se base sur un modèle de tradition occidentale, composé de basses, de ténors, d’altos et de sopranes. Elle chante aussi bien en français qu’en haoussa et mélange les traditions et les cultures.

Photo de souvenir prise devant le palais de congrès de Niamey 

La chorale s’inscrit dans cette tradition tout en affichant l’objectif de « sortir » de l’Eglise, en chantant la paix et l’unité mais en reformulant ces thèmes en dehors du cadre religieux, au risque de déplaire. C’est notamment pour cette raison que l’église dans laquelle la chorale répétait au début lui avait finalement fermé ses portes et que des Chrétien.ne.s avaient préféré ne pas participer à l’aventure. Malgré cette séparation avec l’Eglise, certain.e.s Musulman.e.s de la chorale préfèrent ne pas informer leurs parents de leur nouvelle activité. Les répétitions ont lieu sur le campus à côté des résidences, deux fois par semaine. Elles sont donc publiques, audibles et accessibles à quiconque veut y assister. À cause du regard des autres étudiant.e.s et des moqueries, certain.e.s choristes musulman.e.s ont cessé d’y participer. La chorale a dû modeler son caractère interreligieux afin de faire face à la question des prières. Au début, les membres, essentiellement chrétiens, avaient l’habitude de prier avant de commencer la répétition. Puis une alternance entre prière chrétienne et invocation musulmane a été mise en place à mesure que le nombre de choristes musulman.e.s devenait plus conséquent. Cette alternance n’a pas empêché l’apparition de quelques tensions et cette pratique a été complètement abandonnée. La prière n’est plus collective et chacun respecte celle de l’autre. Lorsqu’une prière musulmane intervient pendant les heures de répétition, la chorale fait une pause pour permettre aux Musulman.e.s d’aller prier. 

Les membres de la chorale universitaire lors d’une prestation devant les chefs d’Etats africains à l’ouverture du sommet de l’Union Africaine tenue à Niamey en Juillet 2019

Sans le mentionner explicitement, Ezekiel a une conception « laïque » de la Chorale Universitaire de Niamey. Elle tolère et rassemble toutes les religions tout en exerçant une forme d’autorité sur les questions religieuses, notamment lorsque ses dirigeants considèrent que celle-ci prend une ampleur qui peut menacer la cohésion et l’harmonie du groupe. La chorale est un succès qui a notamment contribué à faire changer les perceptions de certains individus sur le chant. Désormais, la chorale est même victime de son succès puisqu’elle doit sélectionner ses membres, leur faire passer des auditions et parfois refuser des candidat.e.s.


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Remoboko (December 12, 2019). La chorale universitaire de Niamey. Remoboko. Retrieved July 18, 2024 from https://doi.org/10.58079/tlcm


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search